Le terrorisme n’est pas mort ! Plaidoyer pour l’approche stratégique et prospective

Businessnews.com.tn | publié le 02/11/2017 09:33

Par Mehdi Taje*

 

La menace terroriste vient de frapper à nouveau la Tunisie avec une forte charge symbolique : un individu terroriste radicalisé a poignardé deux policiers en faction devant l’Assemblée des Représentants du Peuple (ARP). Ce mode opératoire rappelle à maints égards celui employé par des terroristes ciblant les forces de sécurité et des militaires au sein de nombreux pays européens puis revendiqué par Daech. Il figure parmi les multiples modes opératoires recommandés par des figures influentes au sein de l’Etat Islamique dans le célèbre manuel « Administration de la sauvagerie », à l’instar de la voiture ou du camion bélier, etc. Nul n’est à l’abri de la menace terroriste appelée à durer. Certes, l’Etat Islamique avec la reprise de Mossoul puis de Raqqa a subi de lourds revers sur le plan territorial mais la matrice idéologique avec ses sponsors étatiques et non étatiques demeure plus que jamais attrayante pour une jeunesse désœuvrée, en perte de repères et sans espoir d’avenir meilleur. Le terrorisme djihadiste, tout en subissant des défaites, ne va pas pour autant disparaître. Tel un virus, il va muter, se reconfigurer, se disséminer et se redéployer sur de nouveaux théâtres tirant profit de contingences locales propices à son implantation et de l’appui d’acteurs étatiques et non étatiques lui apportant un soutien en tant qu’auxiliaire de vastes manœuvres stratégiques ciblant des puissances rivales. Afghanistan, Asie Centrale, Caucase, « étranger proche russe », périphéries chinoises (Asie du Sud-Est, Myanmar, etc.), Libye et bande sahélo-saharienne sur le flanc sud de la Tunisie et de l’Algérie semblent constituer les futurs foyers de ce redéploiement. Ce dernier bénéficiera de l’appui déterminant d’éléments aguerris et entraînés revenus d’Irak et de Syrie. Des logiques géopolitiques et des rivalités de puissance sont à l’œuvre. Tout en proliférant sur un terreau fertile et différencié selon les théâtres géographiques, le terrorisme n’est souvent que la « surinfection d’une plaie » obéissant à des calculs stratégiques d’acteurs étatiques régionaux et d’envergure internationale et d’acteurs non-étatiques poursuivant des objectifs stratégiques, criminels et mafieux.

 

Parallèlement, le chômage, la précarité économique, l’absence de perspectives d’avenir, notamment pour de jeunes diplômés, la perte de confiance en l’Etat et en ses institutions, la rupture croissante entre cette jeunesse désœuvrée et des élites économiques et politiques accusées de corruption et de népotisme, l’enracinement de mafias proliférant sur l’économie informelle et les trafics illicites, la multiplication de discours et de lieux de prédication véhiculant une image tronquée de l’islam, loin de notre tradition d’ouverture et de tolérance, dynamique dopée par des acteurs intérieurs et extérieurs et un voisinage stratégique hostile et en profonde reconfiguration, constituent autant d’éléments érigeant la menace terroriste en menace virulente, mutante et durable pour la Tunisie. Combinée à l’enracinement du crime organisé transnational risquant d’opérer progressivement un renversement de souveraineté, cette menace pèse lourdement sur l’économie nationale et son attractivité. Or, sans relance urgente de la machine économique, la transition démocratique est gravement menacée. Avons-nous pleinement pris la mesure des menaces, des risques et des vulnérabilités pesant sur la Tunisie et des profondes dynamiques transformant notre voisinage stratégique et les équilibres mondiaux ? Sommes-nous trop préoccupés par les luttes partisanes et les calculs politiques à court terme nous condamnant à la gestion dans l’urgence sans vision, ni stratégie ? Une analyse fine et rigoureuse des racines intérieures du terrorisme, de ses ressorts locaux et extérieurs, de ses modalités de déploiement et de mutation, de son évolution (cybermenace et territoire numérique) est nécessaire, voire vitale. La prévention et l’anticipation sont de rigueur. La culture de l’anticipation doit être érigée en colonne vertébrale des politiques publiques. Cela revient à répondre à une interrogation majeure : quels sont les acteurs intérieurs et extérieurs n’ayant aucun intérêt à ce que la jeune démocratie tunisienne ne trouve son point d’équilibre stratégique ? Quelles sont leurs stratégies et quels sont nos angles de vulnérabilité ? Quels sont les menaces et les risques pesant sur notre sécurité nationale ? Comment sont-ils susceptibles d’évoluer ? Plus que jamais, en période de forte incertitude et de volatilité, les études à caractères stratégique et prospectif s’imposent afin d’éclairer le décideur via des orientations stratégiques et de lever un degré d’incertitude sur des risques et des menaces.

 

A titre illustratif, le 13 octobre 2017 était rendue publique en France, à la demande du président Macron, la Revue Stratégique de Défense et de Sécurité Nationale. Prenant acte des profondes transformations restructurant l’environnement stratégique de la France et de la matérialisation de menaces « avec plus de rapidité et d’intensité qu’anticipé », cette revue stratégique actualise le Livre Blanc sur la défense et la sécurité nationale paru en 2013.Tableau géopolitique mondial et régional, identification des menaces, des risques et des vulnérabilités en découlant, stratégie de défense pour y faire face, place et ambition de la France dans ce monde semi-chaotique ou en transition, etc. en constituent l’ossature. Les autorités tunisiennes confrontées à une crise inédite pour le pays depuis son indépendance ont-elles pleinement pris la mesure des bouleversements façonnant notre voisinage stratégique et les équilibres de puissance à l’échelle planétaire ? L’ITES a publié en janvier 2017 une étude prospective « La Tunisie en 2025 » fixant le cadre stratégique et détaillant des orientations stratégiques à l’horizon 2025, notamment quant à la défense et à la sécurité nationales. La logique aurait voulu que ce travail fasse l’objet d’une appropriation par le décideur afin de le décliner en Livre Blanc ou en revue stratégique, voire en directive présidentielle de sécurité. L’Institut de Défense Nationale (IDN) a consacré, dans la lignée de ce travail, son rapport annuel pour la promotion 2016-2017 à un Livre Blanc pour la défense et la sécurité tunisiennes. Ces travaux jetant les premières pierres doivent être poursuivis de manière cohérente et rigoureuse afin de déboucher sur un outil doctrinal et opérationnel lui-même décliné en stratégie des moyens, c’est-à-dire en loi de programmation militaire. Tout en saluant ce sursaut qualitatif, nous ne pouvons que déplorer le manque de continuité dans les travaux et la dispersion des efforts et des moyens. Avons-nous une stratégie de prévention de la radicalisation de nos jeunes ? Avons-nous une stratégie pour faire face au retour des tunisianforeignfighters ? Quid d’une stratégie de lutte contre les cybermenaces pouvant cibler nos infrastructures critiques ? La revue stratégique française fut réalisée par un comité de 17 personnes en trois mois (consultations inclues). Il y avait urgence ! Nul travail n’est parfait mais il témoigne du souci des autorités françaises de ne pas se laisser dépasser par les événements et de subir en gérant dans l’urgence. En effet, le monde d’aujourd’hui est caractérisé par une nouvelle fluidité bousculant l’ensemble des repères traditionnels. Loin de la fin de l’Histoire prônée par Fukuyama, nous assistons à une accélération de l’histoire. Ce monde en transition est marqué par une instabilité et une imprévisibilité accrues générant des risques de conflits et d’escalade élevés[1]. La mondialisation, de plus en plus contestée, a fait voler en éclat les « amortisseurs de chocs » qui permettaient une certaine régulation du monde. Nous subissons de plein fouet une évolution stratégique majeure : le dérèglement du système international avec l’apparition d’ordres ou de désordres alternatifs. Cette nouvelle réalité d’un monde en transition, d’un monde bousculé, brisé, voire semi-chaotique, remet en cause nos grilles d’analyse traditionnelles et génère plus d’incertitude et une multiplication-diversification des menaces et des risques. Dans ce « monde rétréci », une secousse, même lointaine, ne peut plus être ignorée par les autorités tunisiennes.Or, la jeune démocratie tunisienne, travaillée par des lignes de fracture intérieures et des forces centrifuges, évolue dans un voisinage stratégique dégradé, déphasé, fragmenté, voire hostile.

 

Dans ce contexte, une double dynamique représente un risque majeur relativement au processus démocratique tunisien : d’une part, le voisinage maghrébo-sahélien, durablement déstabilisé, projette un large spectre de menaces susceptibles d’amplifier les risques menaçant le processus démocratique. Le chaos libyen à l’Est combiné à une éventuelle déstabilisation de l’Algérie à l’Ouest dans le cadre d’une succession non maîtrisée exposerait la Tunisie à une situation à la libanaise donnant de la résonnance aux lignes de fractures intérieures menaçant la cohésion nationale du pays. D’autre part,l’ancrage en Tunisie de la première société arabe démocratique propulserait le pays au rang d’Etat pivot dans la géopolitique du Maghreb et du monde arabe. L’accession à la communauté des Etats démocratiques lui confèrerait une responsabilité nouvelle tout en l’exposant à des stratégies malveillantes d’acteurs étatiques et non-étatiques hostiles à la réussite de la transition démocratique.

 

Ces évolutions posent la problématique de la cohérence d’ensemble de notre posture stratégique et de l’adéquation des moyens. Avons-nous défini cette posture stratégique ou aspirons-nous, tel un bateau ivre, à errer au gré des vagues et de courants de plus en plus puissants ? Un diagnostic stratégique exhaustif isolerait ce qui est d’ordre structurel et ce qui est d’ordre conjoncturel ; ce qui relève des permanences et ce qui relève des mutations. Il proposerait une analyse prospective des transformations susceptibles d’affecter le contexte stratégique tunisien à court, à moyen et à long terme. Durant les années soixante, Gaston Berger, l’un des fondateurs de la prospective française, soulignait : « plus une voiture roule vite, plus les phares doivent porter loin ».Avons-nous des phares ? Voulons-nous des phares ?

 

Anticiper, c’est une méthodologie et une compétence qui ne peuvent se résumer à la seule intuition du chef. Si nous pouvons anticiper, nous pouvons agir et agir mieux. Cette capacité à anticiper de futures menaces s’inscrit dans la stratégie et la volonté des autorités publiques de mieux faire face à des situations constituant une menace majeure à la sécurité du pays dans un environnement de plus en plus volatil et instable.

 

Cette orientation dicte la mise en place d’un système de monitoring ou de veille en mesure d’anticiper toute montée de tensions susceptible d’engendrer une crise régionale ou nationale majeure menaçant la sécurité du pays. Penser le futur est un exercice intellectuel qui exige impérativement la maîtrise et l’usage de démarches et de méthodes spécifiquement adaptées.Géopolitique, stratégie et prospective sont des sciences de l’action visant à éclairer le décideur et à agir mieux. La complexité croissante des crises et le coût décuplé de leur impact si elles sont subies dictent de mettre l’accent sur la fonction stratégique prévention-anticipation.

La doctrine militaire a pour coutume d’invoquer deux principes fondamentaux : concentration des forces et économie des moyens. En ce sens, si nous souhaitons assurer la pérennité du processus démocratique tunisien, il nous incombe de valoriser les études stratégiques et prospectives globales, intégrées et combinées favorisant une coordination des politiques publiques. La culture de l’anticipation devra concourir à garantir notre vivre ensemble dans le futur et à amplifier notre marge de manœuvre dans un monde de plus en plus incertain et instable.

 

Tout processus décisionnel est étroitement lié à une vision ou représentation de l’avenir reposant sur une stratégie, c’est-à-dire schématiquement sur « les fins, les voies et les moyens ». La stratégie est ainsi au cœur du processus décisionnel, lui-même d’essence politique. Il appartient à la classe politique tunisienne d’être à la hauteur de l’enjeu historique et de s’approprier l’approche stratégique, seule garante d’une sortie de crise et du sauvetage de la jeune démocratie tunisienne.

 

*Géopoliticien et prospectiviste, Directeur de Global Prospect Intelligence

 

 



[1]Voir La revue stratégique de défense et de sécurité nationale française rendue publique le 13 octobre 2017 visant à actualiser le Livre Blanc de 2013.

Le terrorisme n’est pas mort ! Plaidoyer pour l’approche stratégique et prospective

publié le 02/11/2017 09:33

Par Mehdi Taje*

 

La menace terroriste vient de frapper à nouveau la Tunisie avec une forte charge symbolique : un individu terroriste radicalisé a poignardé deux policiers en faction devant l’Assemblée des Représentants du Peuple (ARP). Ce mode opératoire rappelle à maints égards celui employé par des terroristes ciblant les forces de sécurité et des militaires au sein de nombreux pays européens puis revendiqué par Daech. Il figure parmi les multiples modes opératoires recommandés par des figures influentes au sein de l’Etat Islamique dans le célèbre manuel « Administration de la sauvagerie », à l’instar de la voiture ou du camion bélier, etc. Nul n’est à l’abri de la menace terroriste appelée à durer. Certes, l’Etat Islamique avec la reprise de Mossoul puis de Raqqa a subi de lourds revers sur le plan territorial mais la matrice idéologique avec ses sponsors étatiques et non étatiques demeure plus que jamais attrayante pour une jeunesse désœuvrée, en perte de repères et sans espoir d’avenir meilleur. Le terrorisme djihadiste, tout en subissant des défaites, ne va pas pour autant disparaître. Tel un virus, il va muter, se reconfigurer, se disséminer et se redéployer sur de nouveaux théâtres tirant profit de contingences locales propices à son implantation et de l’appui d’acteurs étatiques et non étatiques lui apportant un soutien en tant qu’auxiliaire de vastes manœuvres stratégiques ciblant des puissances rivales. Afghanistan, Asie Centrale, Caucase, « étranger proche russe », périphéries chinoises (Asie du Sud-Est, Myanmar, etc.), Libye et bande sahélo-saharienne sur le flanc sud de la Tunisie et de l’Algérie semblent constituer les futurs foyers de ce redéploiement. Ce dernier bénéficiera de l’appui déterminant d’éléments aguerris et entraînés revenus d’Irak et de Syrie. Des logiques géopolitiques et des rivalités de puissance sont à l’œuvre. Tout en proliférant sur un terreau fertile et différencié selon les théâtres géographiques, le terrorisme n’est souvent que la « surinfection d’une plaie » obéissant à des calculs stratégiques d’acteurs étatiques régionaux et d’envergure internationale et d’acteurs non-étatiques poursuivant des objectifs stratégiques, criminels et mafieux.

 

Parallèlement, le chômage, la précarité économique, l’absence de perspectives d’avenir, notamment pour de jeunes diplômés, la perte de confiance en l’Etat et en ses institutions, la rupture croissante entre cette jeunesse désœuvrée et des élites économiques et politiques accusées de corruption et de népotisme, l’enracinement de mafias proliférant sur l’économie informelle et les trafics illicites, la multiplication de discours et de lieux de prédication véhiculant une image tronquée de l’islam, loin de notre tradition d’ouverture et de tolérance, dynamique dopée par des acteurs intérieurs et extérieurs et un voisinage stratégique hostile et en profonde reconfiguration, constituent autant d’éléments érigeant la menace terroriste en menace virulente, mutante et durable pour la Tunisie. Combinée à l’enracinement du crime organisé transnational risquant d’opérer progressivement un renversement de souveraineté, cette menace pèse lourdement sur l’économie nationale et son attractivité. Or, sans relance urgente de la machine économique, la transition démocratique est gravement menacée. Avons-nous pleinement pris la mesure des menaces, des risques et des vulnérabilités pesant sur la Tunisie et des profondes dynamiques transformant notre voisinage stratégique et les équilibres mondiaux ? Sommes-nous trop préoccupés par les luttes partisanes et les calculs politiques à court terme nous condamnant à la gestion dans l’urgence sans vision, ni stratégie ? Une analyse fine et rigoureuse des racines intérieures du terrorisme, de ses ressorts locaux et extérieurs, de ses modalités de déploiement et de mutation, de son évolution (cybermenace et territoire numérique) est nécessaire, voire vitale. La prévention et l’anticipation sont de rigueur. La culture de l’anticipation doit être érigée en colonne vertébrale des politiques publiques. Cela revient à répondre à une interrogation majeure : quels sont les acteurs intérieurs et extérieurs n’ayant aucun intérêt à ce que la jeune démocratie tunisienne ne trouve son point d’équilibre stratégique ? Quelles sont leurs stratégies et quels sont nos angles de vulnérabilité ? Quels sont les menaces et les risques pesant sur notre sécurité nationale ? Comment sont-ils susceptibles d’évoluer ? Plus que jamais, en période de forte incertitude et de volatilité, les études à caractères stratégique et prospectif s’imposent afin d’éclairer le décideur via des orientations stratégiques et de lever un degré d’incertitude sur des risques et des menaces.

 

A titre illustratif, le 13 octobre 2017 était rendue publique en France, à la demande du président Macron, la Revue Stratégique de Défense et de Sécurité Nationale. Prenant acte des profondes transformations restructurant l’environnement stratégique de la France et de la matérialisation de menaces « avec plus de rapidité et d’intensité qu’anticipé », cette revue stratégique actualise le Livre Blanc sur la défense et la sécurité nationale paru en 2013.Tableau géopolitique mondial et régional, identification des menaces, des risques et des vulnérabilités en découlant, stratégie de défense pour y faire face, place et ambition de la France dans ce monde semi-chaotique ou en transition, etc. en constituent l’ossature. Les autorités tunisiennes confrontées à une crise inédite pour le pays depuis son indépendance ont-elles pleinement pris la mesure des bouleversements façonnant notre voisinage stratégique et les équilibres de puissance à l’échelle planétaire ? L’ITES a publié en janvier 2017 une étude prospective « La Tunisie en 2025 » fixant le cadre stratégique et détaillant des orientations stratégiques à l’horizon 2025, notamment quant à la défense et à la sécurité nationales. La logique aurait voulu que ce travail fasse l’objet d’une appropriation par le décideur afin de le décliner en Livre Blanc ou en revue stratégique, voire en directive présidentielle de sécurité. L’Institut de Défense Nationale (IDN) a consacré, dans la lignée de ce travail, son rapport annuel pour la promotion 2016-2017 à un Livre Blanc pour la défense et la sécurité tunisiennes. Ces travaux jetant les premières pierres doivent être poursuivis de manière cohérente et rigoureuse afin de déboucher sur un outil doctrinal et opérationnel lui-même décliné en stratégie des moyens, c’est-à-dire en loi de programmation militaire. Tout en saluant ce sursaut qualitatif, nous ne pouvons que déplorer le manque de continuité dans les travaux et la dispersion des efforts et des moyens. Avons-nous une stratégie de prévention de la radicalisation de nos jeunes ? Avons-nous une stratégie pour faire face au retour des tunisianforeignfighters ? Quid d’une stratégie de lutte contre les cybermenaces pouvant cibler nos infrastructures critiques ? La revue stratégique française fut réalisée par un comité de 17 personnes en trois mois (consultations inclues). Il y avait urgence ! Nul travail n’est parfait mais il témoigne du souci des autorités françaises de ne pas se laisser dépasser par les événements et de subir en gérant dans l’urgence. En effet, le monde d’aujourd’hui est caractérisé par une nouvelle fluidité bousculant l’ensemble des repères traditionnels. Loin de la fin de l’Histoire prônée par Fukuyama, nous assistons à une accélération de l’histoire. Ce monde en transition est marqué par une instabilité et une imprévisibilité accrues générant des risques de conflits et d’escalade élevés[1]. La mondialisation, de plus en plus contestée, a fait voler en éclat les « amortisseurs de chocs » qui permettaient une certaine régulation du monde. Nous subissons de plein fouet une évolution stratégique majeure : le dérèglement du système international avec l’apparition d’ordres ou de désordres alternatifs. Cette nouvelle réalité d’un monde en transition, d’un monde bousculé, brisé, voire semi-chaotique, remet en cause nos grilles d’analyse traditionnelles et génère plus d’incertitude et une multiplication-diversification des menaces et des risques. Dans ce « monde rétréci », une secousse, même lointaine, ne peut plus être ignorée par les autorités tunisiennes.Or, la jeune démocratie tunisienne, travaillée par des lignes de fracture intérieures et des forces centrifuges, évolue dans un voisinage stratégique dégradé, déphasé, fragmenté, voire hostile.

 

Dans ce contexte, une double dynamique représente un risque majeur relativement au processus démocratique tunisien : d’une part, le voisinage maghrébo-sahélien, durablement déstabilisé, projette un large spectre de menaces susceptibles d’amplifier les risques menaçant le processus démocratique. Le chaos libyen à l’Est combiné à une éventuelle déstabilisation de l’Algérie à l’Ouest dans le cadre d’une succession non maîtrisée exposerait la Tunisie à une situation à la libanaise donnant de la résonnance aux lignes de fractures intérieures menaçant la cohésion nationale du pays. D’autre part,l’ancrage en Tunisie de la première société arabe démocratique propulserait le pays au rang d’Etat pivot dans la géopolitique du Maghreb et du monde arabe. L’accession à la communauté des Etats démocratiques lui confèrerait une responsabilité nouvelle tout en l’exposant à des stratégies malveillantes d’acteurs étatiques et non-étatiques hostiles à la réussite de la transition démocratique.

 

Ces évolutions posent la problématique de la cohérence d’ensemble de notre posture stratégique et de l’adéquation des moyens. Avons-nous défini cette posture stratégique ou aspirons-nous, tel un bateau ivre, à errer au gré des vagues et de courants de plus en plus puissants ? Un diagnostic stratégique exhaustif isolerait ce qui est d’ordre structurel et ce qui est d’ordre conjoncturel ; ce qui relève des permanences et ce qui relève des mutations. Il proposerait une analyse prospective des transformations susceptibles d’affecter le contexte stratégique tunisien à court, à moyen et à long terme. Durant les années soixante, Gaston Berger, l’un des fondateurs de la prospective française, soulignait : « plus une voiture roule vite, plus les phares doivent porter loin ».Avons-nous des phares ? Voulons-nous des phares ?

 

Anticiper, c’est une méthodologie et une compétence qui ne peuvent se résumer à la seule intuition du chef. Si nous pouvons anticiper, nous pouvons agir et agir mieux. Cette capacité à anticiper de futures menaces s’inscrit dans la stratégie et la volonté des autorités publiques de mieux faire face à des situations constituant une menace majeure à la sécurité du pays dans un environnement de plus en plus volatil et instable.

 

Cette orientation dicte la mise en place d’un système de monitoring ou de veille en mesure d’anticiper toute montée de tensions susceptible d’engendrer une crise régionale ou nationale majeure menaçant la sécurité du pays. Penser le futur est un exercice intellectuel qui exige impérativement la maîtrise et l’usage de démarches et de méthodes spécifiquement adaptées.Géopolitique, stratégie et prospective sont des sciences de l’action visant à éclairer le décideur et à agir mieux. La complexité croissante des crises et le coût décuplé de leur impact si elles sont subies dictent de mettre l’accent sur la fonction stratégique prévention-anticipation.

La doctrine militaire a pour coutume d’invoquer deux principes fondamentaux : concentration des forces et économie des moyens. En ce sens, si nous souhaitons assurer la pérennité du processus démocratique tunisien, il nous incombe de valoriser les études stratégiques et prospectives globales, intégrées et combinées favorisant une coordination des politiques publiques. La culture de l’anticipation devra concourir à garantir notre vivre ensemble dans le futur et à amplifier notre marge de manœuvre dans un monde de plus en plus incertain et instable.

 

Tout processus décisionnel est étroitement lié à une vision ou représentation de l’avenir reposant sur une stratégie, c’est-à-dire schématiquement sur « les fins, les voies et les moyens ». La stratégie est ainsi au cœur du processus décisionnel, lui-même d’essence politique. Il appartient à la classe politique tunisienne d’être à la hauteur de l’enjeu historique et de s’approprier l’approche stratégique, seule garante d’une sortie de crise et du sauvetage de la jeune démocratie tunisienne.

 

*Géopoliticien et prospectiviste, Directeur de Global Prospect Intelligence

 

 



[1]Voir La revue stratégique de défense et de sécurité nationale française rendue publique le 13 octobre 2017 visant à actualiser le Livre Blanc de 2013.

Mehdi Taje
Commentaires (11) Commenter
Bien sure tant que Amar 4X4 04 est absent le terrorisme ne cessera pas .
EL WOUAFFI
| 13-11-2017 11:49
C'est le manque de la reconnaissance des efforts de Amar 4X4 qui est à l'origine du terrorisme .
Ammar 4x4 04 était un support incontournable
qui veillait sur la sécurité du pays .
Rien de nouveau
Liber
| 08-11-2017 00:28
C'est le genre d'article où l'auteur se regarde le nombril. Toute une introduction pour servir une seule stratégie : installer je ne sais quel groupe de réflexion pour réfléchir à la place qui réfléchissent déjà. On aurait bien aimé voire de ce monsieur une étude prospective dégageant les scénarios à venir et l'ensemble des "variables" à actionner pour éviter le pire.
Renseignement
Hannibal
| 04-11-2017 06:15
Je remercie vivement Mr Tej pour cet article édifiant. Comme il a été dit, pour pouvoir anticiper,il faut avoir des phares projetant le plus loin possible,si on veut suivre la vitesse de l'évolution.A ce juste titre, la mise en place du Centre National des Renseignements (CNR) devient une urgence absolue.Point focal du renseignement,ce centre devrait pourvoir les hautes autorités politiques en renseignement leur permettant de prendre les décisions adéquates pour préserver la sécurité nationale dont les composantes ne se limitent plus à garantir l'intégrité du territoire national et la souveraineté de l'Etat.Le champ d'intérêt du renseignement,qui auparavant se focalise quasiment sur les menaces militaires,se voit aujourd'hui porter sur les risques découlant des vulnérabilités de notre société et des velléités des acteurs internationaux qu'ils soient étatiques ou non.Le projet de société dont nous voulons construire, définirait la stratégie globale de l'Etat qui sera déclinée en stratégies sectorielles dont les composantes seront des programmes à planifier dans le temps et l'espace.Or,force est de constater que nos responsables continuent de naviguer à vue.Il n'y a qu'à voir comment on gère chaque crise pour en être convaincu.Aucune anticipation n'a été mise même pour des phénomènes prévisibles par le commun des mortels.Or, pour anticiper, il faut le vouloir et le pouvoir.Si le vouloir relève du choix ,le pouvoir est du domaine des moyens.Le moyen élémentaire pour anticiper est le renseignement.Sans le CNR, où les besoins en renseignement et en données seront traduits en plans de recherches et d'emploi,les hautes autorités n'auront pas l'outil de base pour décider.Il est temps de passer à l'acte.
>>> alors
Letranger
| 02-11-2017 21:28
Pas un pour applaudir au quasi acquittement d'A. Merah ?

Je le dis ici,aujourd'hui j'ai honte d'être Français. Je n'ose pas imaginer la fête dans la tribu Mérah ce soir...
J'arrête, je vais être censuré.
@ Mehdi Taje
TunObserver
| 02-11-2017 20:28
Excellent article de si Mehdi Taje , qui aurait du être désigné comme Directeur Général de l'ITES au lieu et place du charlatan actuel .

Malheureusement dans notre Tunisie actuelle ce n'est pas les personnes de grande valeur telles que Mr. Taje qui sont désignées dans les postes clés mais généralement des béni oui oui prêt à toutes les magouilles pour servir leurs maîtres et non pour servir l'Etat et le peuple Tunisien et les exemples sont malheureusement nombreux ( voir les nominations aux postes de Ministres , de Directeurs Généraux , de Gouverneurs , etc... où il est fait souvent appel à des personnages douteux et mafieux de l'époque Ben Ali , comme si la Tunisie était vide de femmes et d'hommes de grande qualité tels que Mr. Mehdi Taje .
L'équilibre régional (et non le développement régional pour éviter la confusion) n'a jamais été pris n considération depuis trois ou quatre décennies en Tunisie.
takilas
| 02-11-2017 20:01
"Ils" ont parlé d'équilibre régional lors du dernier quinquennat, mais contre toute attente, quoique prévisible, nahdha n'a pas trouvé mieux croyant (faussement) réussir un populisme, que de déplacer des centaines de milliers d'habitants d'une partie de leur region du sud-est, et ce vers la ville Tunis qu'ils supposent (illusoirement) comme étant l'Eden et lobjectif de leur vie.
Or, ce n'est qu'après une courte période de cette migration caricaturale, qu'ils se rendent compte que out ce remue-ménage, n'est qu'une déception et que ce soit le RCD (durant un premier temps) ou nahdha les ont embobinés, et ont ainsi compris qu'ils les ont utilisé pour s'en servir pour leurs intérêts personnels, soit de s'accaparer du pouvoir dans un pays laissé à son propre sort.
De plus, les conflits et es désaccords ont incité nahdha (pareillement avec le RCD) à provoquer des sabotages et des massacres à l'économie tunisienne.
Cec dit, et tout le monde (sans exception le sait), nahdha n'a pas raté l'occasion, à l'aide d'une astuce diabolique et des mensonges improvisés,de s'accaparer de l'argent de l'État et mettre main basse avec leur partisans (exactement comme les agissements des illettrés du RCD) et ce sur les biens et les réalisations de la Tunisie.
En conclusion, tout ce background a engendré des complications psychologiques qui ont influé sur leurs comportements et leur personnalité nettement fragilisée à la limite de la démence.
BLABLABLA, BLABLABLA, BLABLABLA
Citoyen_H
| 02-11-2017 15:25

Stop au chantage du chômage, de la précarité économique et du sempiternel refrain de la jeunesse désoeuvrée.

La paresse congénitale, la fainéantise chronique et le désir du tout cuit servi sur un plateau en argent, sont les moteurs principaux de la dégénération systémique observée à ce jour.

Du boulot, il y en a.
Seulement, nos "prétentieux" chômeurs, "Einstein" en herbe, se sentent bien au dessus de tous les prérequis nécessaires à l'accès de la voie royale de l'embauche.
Il y va sans dire que leurs revendications salariales, sont inversement proportionnels à leur niveau d'instruction.
D'ailleurs, l'épisode de l'enseignant surpris en pleine baignade dans des torrents de fautes d'orthographes, n'est qu'un grain de sable dans un désert, comparé à la triste réalité.

L'absence brutale du BÂTON rédempteur et purificateur est la cause principale du tsunami de banditisme à grande échelle, régnant sans partage sous nos cieux.


bravo
momo
| 02-11-2017 14:35
excellent comment toujours ne jamais se décourager ils finiront par comprendre et ouvrir les yeux quant au charlatan il ne mérite que mépris
@ Letranger
Gg
| 02-11-2017 13:10
Bonjour ami!
Je ne sais si la France aura une meilleure stratégie que l'absolution "des pauvres enfants se sentant abandonnés". Je le souhaite, vu le nombre de jihadistes français qui veulent rentrer à la maison, après avoir dansé et chanté aux attentats qu'ils ont commis en France, ce pays honni, tout juste digne de leurs lames, qu'ils supplient maintenant.
Qu'on les abandonne à la justice des pays où ils ont sévi, qu'ils y crèvent.
Aurons nous cette lucidité?
SVP répondez...
Letranger
| 02-11-2017 12:29
"...Avons-nous une stratégie pour faire face au retour des tunisianforeignfighters..."

Je ne sais pas si vous avez une stratégie préparée, mais ce que je vois c'est que l'Etat Tunisien utilise la plus mauvaise, à savoir l'absolution "des pauvres enfants se sentant abandonnés" et qui pour avoir un peu d'activité se livrent au terrorisme et à l'égorgement en toute impunité.
Votre commentaire
(*) champs obligatoires
Conditions d'utilisation
Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction.
La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.
Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.
Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

» Cliquer ici pour lire les conditions d'utilisation et les règles de mod�ration