alexametrics
Chroniques

Le jour où Béji Caïd Essebsi viendra nous dire « Ghaltouni »

Le jour où Béji Caïd Essebsi viendra nous dire « Ghaltouni »

Par Nizar Bahloul

 

Ce qui se passe en matière politique en Tunisie est vraiment digne de la série américaine « House of Cards ». Toutes proportions gardées bien entendu. Il suffit d’un bon scénariste pour « hollywoodiser »  tout ce qui se passe à Carthage et la Kasbah et on aurait créé une véritable fausse-vraie fiction relatant comment se passent les choses dans une démocratie naissante. On a beau parler de crises économiques, identitaires, sociales et autres, mais tous nos problèmes politiques actuels sont des problèmes de pays démocratiques. Dans aucun pays arabe, vous ne trouverez ce type de batailles entre un président de la République et son chef du gouvernement, de son propre camp politique de surcroit. Les Sami Fehri, Omar Jenayeh et autres patrons de télévision devraient y penser. Et plutôt que de se débaucher les uns les autres des animateurs épuisés à 25.000 dinars par mois, ils feraient mieux de recruter un lobbyiste et un scénariste proche de Netflix ou de Hollywood pour leur créer une série « vendable » et capable de générer des centaines de millions (et je dis bien millions) de dollars (et je dis bien dollars).

 

Au dernier épisode de notre feuilleton, Rached Ghannouchi, patron d’Ennahdha, a rencontré le président de la République et il est sorti pour nous dire indirectement qu’ils sont tombés d’accord sur le fameux point 64 relatif au remaniement. Avec cet appui islamiste, on croyait pouvoir jurer que les carottes étaient cuites et que les jours de Youssef Chahed sont comptés.

Rebondissement jeudi cependant avec Rached Ghannouchi qui se rétracte et affirme désormais qu’il est pour la stabilité gouvernementale à condition que ce gouvernement s’engage à ne pas se présenter aux prochaines élections. C’est du non-sens, mais c’est subtil. C’est un peu comme si vous demandiez à un joueur de faire une course ou à un candidat de passer un concours, sans rien recevoir en retour. Mais pourquoi voulez-vous que Youssef Chahed ou l’un de ses ministres bosse et remporte des victoires, s’il ne va pas être récompensé électoralement ensuite ? Même dans les quartiers populaires, la politique de « Yarham weldik » (que Dieu te garde tes parents, expression qu’on présente souvent en guise de merci contre un service rendu) ne marche plus. Youssef Chahed et ses ministres, tout comme n’importe quel être humain, a besoin de la carotte pour réussir et du bâton pour ne pas échouer. Les islamistes qui parlent souvent de halal et haram (licite et péché) le savent parfaitement. Si on cherche vraiment l’intérêt du pays, on devrait au contraire pousser Youssef Chahed à créer son parti pour rempiler de nouveau à la tête de la Kasbah avec un bon appui parlementaire ou à se présenter pour la présidentielle, parce qu’il sait qu’il ne peut gagner ces échéances électorales qu’après avoir réussi sa mission actuelle au gouvernement. Si on lui dit tu ne vas pas te présenter et le peuple ne va pas te sanctionner ou te récompenser pour ton passage à la Kasbah, il n’aura plus vraiment de raison de mouiller sa chemise. Finir comme Habib Essid, Mehdi Jomâa ou Hamadi Jebali ne devrait être motivant pour personne.

Jeudi donc, Ghannouchi a affirmé indirectement son soutien à Youssef Chahed. Samedi, 8 députés de Nidaa ont décidé de quitter le bloc parlementaire et laisser Hafedh Caïd Essebsi sur le bas-côté. Ils vont rejoindre le bloc de la Coalition nationale qui a de fortes chances de devenir le groupe parlementaire de Youssef Chahed, celui par lequel il ira aux législatives 2019. Ce n’est qu’un début, il y aura au minimum une quinzaine, nous promet-on du côté des démissionnaires.

 

Un désaveu cinglant pour Béji Caïd Essebsi qui a mis tout son poids sur la balance pour pousser dehors ce chef de gouvernement qu’il a lui-même nommé et qui était, il n’y a pas si longtemps son fils spirituel.

 

Voir Béji Caïd Essebsi, à l’aube de ses 92 ans, accuser un tel désaveu est triste. Hier encore, il était adulé et traité en sauveur. Le voilà aujourd’hui presque honni ! La semaine dernière, dans ces mêmes colonnes, j’écrivais « le pouvoir corrompt ». C’est vraiment triste.

A cause de quoi tout cela ? Béji Caïd Essebsi sait-il vraiment ce qui se passe dans le pays ? Est-il devenu sénile, aveugle ? Les nombreux laudateurs qui l’entourent lui falsifient-ils la réalité ? Le trompe-t-on ? L’a-t-on pris en otage ?

On a tellement envie de retrouver ou de garder intacte cette belle image de Béji Caïd Essebsi de 2011-2014 qu’on lui cherche toutes sortes d’excuses, aussi farfelues soient-elles ! En dépit de la légèreté de certaines de ces excuses, et en dépit du fait que le président de la République demeure malgré tout le 1er responsable de tout ce qui se passe, et particulièrement de cette crise, la vérité est qu’il est vraiment trompé par son entourage. Un entourage qui lui maquille, souvent ou parfois, la réalité. Parfois pour le ménager du stress, d’autres pour des raisons bien déterminées.

Dans le cortège des laudateurs et des falsificateurs de la réalité, les Khaled Chouket, Noureddine Ben Ticha, Nébil Karoui en plus de la petite famille Caïd Essebsi, sont aux premiers rangs. Ils ont le don de lui présenter la vérité autrement, comme eux voudraient la voir et voudraient qu’il la voie.

Béji Caïd Essebsi n’est cependant pas un « Sidi Teta » (naïf) et se renseigne lui-même en multipliant ses sources et les tendances de ses sources. Certains lobbyistes (particulièrement son frère Slah), certains politiques qu’il reçoit en off ou devant les caméras et certains médias en qui il a confiance (dont la présente chronique).

L’entourage précédemment cité a cependant réussi à semer le doute dans la tête du président de la République à force de commérages et de fausses informations. Le président de la République, ces derniers temps, a tellement été inondé de fake news qu’il ne sait plus qui dit vrai et qui dit faux. Il ne sait plus qui lui est loyal et qui ne l’est pas. Qui travaille pour la patrie et qui travaille pour sa propre chapelle. Pour inonder le président de la République de fake news et discréditer Youssef Chahed, son entourage et les différentes personnalités politiques et médiatiques, l’entourage de Béji Caïd Essebsi a usé de toutes les méthodes, y compris les plus viles. L’arrestation samedi du jeune nidaïste Edyb Jebali en dit long sur ces méthodes. Ce gamin est derrière la liste accusant les journalistes d’avoir reçu de l’argent britannique pour redorer l’image du chef du gouvernement. Il ne serait pas étonnant que cet ancien salarié de Nessma TV soit également derrière les vidéos-montages dénigrant Youssef Chahed, Lotfi Ben Sassi, Mofdi Mseddi et tous les hommes de médias mainstream y compris l’auteur de ces lignes. Ce que l’on sait est que cet Edyb Jebali n’est qu’un vil exécutant de basses œuvres dont la technicité vaut quelques milliers de dinars par mois. Derrière lui se cachent des personnes puissantes figurant dans le cercle de BCE. Voire son premier cercle. Et il est à parier que l’affaire soit étouffée et que l’entourage de Béji Caïd Essebsi a tout fait pour que le président de la République ne sache rien de cette histoire et qui sont derrière toutes les vidéos et tous les articles dénigrant et salissant l’image de personnes en qui Béji Caïd Essebsi faisait confiance.

 

« Un mot le matin, un mot le soir, rend juive la musulmane », dit un célèbre dicton tunisien. Béji Caïd Essebsi en en est là aujourd’hui ! Les différentes personnalités qu’il rencontre et les différentes analyses qu’il lit, ne pèsent plus grand-chose devant  ses laudateurs, les intéressés (comme l’UGTT et l’UNFT) et son entourage direct. En termes de loyauté, il est vrai qu’il est beaucoup plus facile et plus logique de faire confiance à sa petite famille qu’au plus fidèle de ses conseillers. Sauf que la petite famille elle-même peut être manipulée et peut elle-même trahir. L’Histoire est remplie de trahisons et de stupidités familiales à la tête des pouvoirs depuis la nuit des temps. Le jour où Béji Caïd Essebsi se rendra compte des basses œuvres accomplies par son entourage, il viendra dire « ghaltouni » (on m’a induit en erreur) comme l’a dit précédemment Zine El Abidine Ben Ali. Sauf que ce jour-là, il sera trop tard !

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (35)

Commenter

antireligions
| 12-09-2018 11:13
il dira ce qu'il veuille mais tous ceux qui ne sont pas nés de la dernière pluie savent bien qu'aucun homme ou femme politique au monde ne reconnaissent leurs tords ou leurs erreurs parce qu'ils ne sont pas assez courageux et le seul sentiment qui va avec la soif du pouvoir c'est la couardise et ce que vous appelez BCE ne fera pas exception à la règle mais en attendant il mène la vie d'un SULTAN excusez moi du peu

Jean Claude sternhell
| 11-09-2018 19:33
ALLAH YARHAM WELDIK DENIA WA AKHIRA FI HAL KILMA .

Sandra
| 11-09-2018 17:52
Aib alik ya haj

DHEJ
| 11-09-2018 17:22
Ton Y.C nest capable de rien


Dailleurs n'a-t-il pas reconnu que ses propositions législatives sont bloquées a l'ARP


D'autre part il est responsable vis-à-vis de son parti, du président qui l'a nommé et L'ARP


Or il est lâché par son parti humilié par le président et bloqué par L'ARP des signes suffisants pour aller à l'ARP pour demander un vote de confiance...


Mais il est lâche et en plus a-t-il peur d'affronter la justice une fois out du gouvernement.


Je crois savoir que son nom est cité dans des affaires de corruption alors qu'il était secrétaire d'etat de l'agriculture?

Helara
| 11-09-2018 17:04
Voilà ce que « sidna echikh » exige de M.Youssef Chahed !
Comment un homme politique peut-il se permettre un tel écart ? Ne revient-il pas au peuple d'apprécier le rendement du premier Ministre et d'apprécier l'opportunité de lui accorder sa confiance pour la magistrature suprême ? Jusqu'à quand devrions-nous accepter la tutelle de cette oligarchie rampante sur la vie politique ?
Voilà un pays pris en otage par un binôme machiavélique qui le conduit inexorablement vers un désastre économique et social, encouragé (selon les circonstances) par l'ingérence flagrante d'une centrale dans les rapports de force et la conduite des affaires. Ce trio n'a de cesse de nommer des personnes qu'ils espèrent malléables à souhait afin de garder la mainmise sur le pouvoir et protéger les intérêts de leurs confréries respectives.
Notre pays est victime de ce style de gouvernance hérité d'un autre monde, sous couvert de la fausse bonne idée du « consensus ».
Peut-on alors s'étonner que le sort d'un premier ministre et son gouvernement soit scellé alors qu'il est en visite officielle à l'étranger ? La guerre de succession ne fait que commencer.
10 gouvernements en 11 ans et vous espérez quoi au juste ?!
Somme toute, ils savent tous que M Chahed est capable, grâce à l'appui du peule, de remporter les élections présidentielles. IL est le seul homme politique capable de s'attaquer aux maux qui rongent le pays et le sortir de l'impasse actuelle.

zamharir
| 11-09-2018 15:39
Il ne s'agit pas de savoir si derrière Youssef Chahed il y a les députés dissidents de Nidaa Tounés, ceux du Bloc national ou d'Ennahda. Ils ont tous montré qu'ils ne pesaient pas lourd sur l'échiquier politique national. Youssef Chahed dont on dit qu'il man'?uvre pour une « révolution macronienne » en Tunisie doit avoir des parrains d'une tout autre trempe, comme Emmanuel Macron avait ses mentors : Jacques Attali, Alain Minc et d'autres grands noms de la finance et de la banque française. C'est ceux-là qu'il faut débusquer pour évaluer les chances de réussite d'un homme inconnu il y a peu ' comme son modèle Macron --, qui aspire désormais au plus haut sommet de l'état, après avoir réussi son entrée dans l'arène. En plus de ses soutiens, Youssef Chahed a usé d'une grande habileté politique pour s'installer au centre du débat en attirant sur lui toutes les lumières, même si ses résultats en tant que Premier ministre ne plaident pas forcément pour lui. Tout comme les résultats de Macron ne plaidaient pas pour lui lorsqu'il s'est jeté dans la campagne électorale qui l'a conduit à l'Elysée. Les troupes entraînées discrètement par les meilleurs coachs de la communication de Paris, étaient déjà prêtes, les cagnottes bien fournies et la voie déblayée par les « frondeurs » du Parti socialiste qui ont découragé François Hollande de monter au front. Une différence cependant : Macron avait pris de court ses concurrents et ses adversaires, qui furent tétanisés par sa guerre éclair. En retardant l'échéance, Chahed risque de perdre l'effet de surprise et de tomber victime de son mauvais timing. Fort de ses soutiens publics et occultes ' on présume que beaucoup opèrent de l'étranger ' il devrait le plus tôt possible se mettre à l'eau, avec pour premier objectif de se débarrasser du soutien encombrant d'Ennahda, qui veut le démonétiser en le prenant en otage. C'est jouable. Rien n'est plus mauvais pour son projet que de continuer à être une cible. En aura-t-il la trempe ?

Toto
| 11-09-2018 15:06
Merci de ton soutien l'ami !!! :) J'ai l'impression que j'étais le seul à aboyer comme un chien sur ce site... Hachek hhhh

YC gouverne et quand ça ne va pas on demande des comptes à BCE !!! C'est incroyable quand même...
On demande même des comptes à HCE alors qu'il ne gère rien du tout... C'est vraiment du n'importe quoi...

Je suis d'accord avec vous, BCE aurait dû dès le départ actionner le vote de l'assemblée comme lui autorise la loi mais je pense qu'il ne voulait pas se déjuger (il l'avait nommé..). Il lui faisait encore confiance et il comptait sur son sens des responsabilités pour démissionner ou pour aller devant le parlement...

Attendons maintenant de voir ce qui va se passer... Car le gamin il va nous sucer jusqu'à la dernière goutte... Il ne faut pas compter sur sa démission... Tellement on lui fait de la lèche que c'est devenu leur César maintenant et le gourou de Nizar Bahloul et de Businessnews...

DHEJ
| 11-09-2018 14:46
TOTO dit vrai.


Celui qui gouverne cest bien le GAMIN CHAHED

mais le garant des résultats de la gouvernance du GAMIN CHAHED est BCE


Ce dernier a choisi Y.C pour appliquer la poltique du GUN et il est aussi garant de la constitution...

Compte tenu des résultats catastrophiques du GAMIN

BCE n'a pas assumé ses responsabilités constitutionnelles pour destituer le GAMIN en passant par l'ARP

L'ARP aussi n'a pas assumer pour destituer le GAMIN.


Et le blocage continue sonnant plus d'imagination au vieux combinard fuyant son serment!

veritas
| 11-09-2018 14:23
http://www.tunisiefocus.com/economie/la-veritable-machine-qui-detruit-la-tunisie-cest-la-tour-de-montplaisir-195214/

Mourad Lotfi
| 11-09-2018 14:05
Vous dites il dira : « ghaltouni ». Moi je dirai plutôt : « ghalatna » nous ses électeurs et il nous répondra, «les promesses n'engagent que ceux qui les croient ». « Ghalatkoum », vous les médias et il vous répondra, « vous singer « elkhenzira » au lieu de suivre l'exemple de Médiapart ». « Ghalathoum » ses compagnons pionniers au Nida et il leur répondra, «il n'y a que trois places, une pour moi, une pour mon associé le Cheikh et une pour mon fiston et de toute façon si vous étiez solidaires entre vous et surtout patriotes, HCE n'aurait pas franchi le seuil de Nida ». Donc laissons les caricatures de coté et parlons objectivement. Que reproche-t-on au juste à BCE ? Moi au contraire je vois qu'on cherche à lui donner des prérogatives qui ne sont pas de ses compétences « ghaltouh fi rouhou » comme c'était le cas avec Ben Ali et Bourguiba. Qui est le fautif, lui ou ceux qui lui cirent les pompes ? Qui peut écarter catégoriquement un compérage entre BCE et YC ? BCE a demandé à YC de demander la confiance de l'ARP ou démissionner. YC a demandé indirectement et intelligemment la confiance du parlement et il l'a obtenu. M Nizar B jetez un coup d'oeil sur l'article 78 de la Constitution : C'est le président de la république qui nomme les cadres de la sécurité nationale. YC a changé le ministre de l'intérieur qui lui a changé les cadres de la sécurité nationale sans consulter le président (d'après BCE).Pensez vous que BCE et ses collaborateurs ignorent le contenu de l'article 78 de la Constitution ? Cordialement.

A lire aussi

Le parti Harak de l’ancien président provisoire Moncef Marzouki a connu cette semaine un véritable

23/09/2018 15:59
4

Faut-il encore douter des ambitions politiques de Youssef Chahed ? Petit à petit, le chef du

20/09/2018 16:23
6

On pourra toujours critiquer Hafedh Caïd Essebsi, son attitude, ses décisions ou le fait qu’il ne

19/09/2018 16:59
14

Pour beaucoup de Tunisiens, l’heure de la rentrée a sonné ces derniers jours. L’année scolaire a

18/09/2018 15:59
8

Newsletter