Le fantasme syrien

Businessnews.com.tn | publié le 08/08/2017 15:59
Par Synda Tajine,

Non je ne parlerai pas de la fête de la femme cette année. Un sujet usé et abusé que je ressasse chaque année à l’approche du 13 août, du 8 mars et en trouvant des prétextes pour le remettre au goût du jour en différentes autres occasions.

Et puis zut… j’arrêterai de parler de la femme lorsqu’il n’y aura plus rien à dire. J’arrêterai de ressasser le même discours lorsqu’on n’aura plus besoin de le faire en Tunisie

Lorsqu’on verra autant d’hommes que de femmes à l’hémicycle, au gouvernement, dans les cercles économiques, politiques et d’influence. Lorsque les femmes occupant des postes clés ne seront plus dénigrées pour leur physique, leurs choix personnels, leur vie de famille ou leur manière de s’habiller. Lorsqu’une photo de la porte-parole de Carthage n’affolera plus la toile car on la voit y allumer une cigarette. Lorsqu’on ne rhabillera plus la ministre de la Jeunesse et des Sports, en usant de Photoshop, pour rajouter quelques centimètres de plus à sa jupe jugée trop courte. Lorsqu’on n’entendra plus des phrases comme : « travail non adapté aux femmes », « elle réussit bien pour une femme », « ce n’est pas le rôle d’une femme »,« ce n’est qu’une femme après tout » et qu’on n’aura plus besoin de « discrimination positive ».

 

Mais l’égalité homme-femme n’est pas l’unique sujet usé et abusé depuis longtemps. L’actualité estivale, morose avouons-le, est aussi marquée par un fait et non des moindres. La reprise des relations tuniso-syriennes…ou plutôt l’espoir d’une reprise.

Né sur les décombres du défunt (ou presque) fantasme palestinien, les Tunisiens partent aujourd’hui à la reconquête de la Syrie. Tous les yeux sont braqués sur ce pays en guerre. Entre « un dictateur sanguinaire qui assassine son peuple » et « des groupes terroristes qui les utilisent comme chair à canon », le choix n’est pas facile à faire, si on choisit de simplifier. Mais ce choix semble avoir été fait par la Tunisie, même si aucune position officielle n’a été émise à l’heure actuelle. Dialoguer avec « le dictateur syrien ». Position prise par les parlementaires tunisiens, la centrale syndicale et la ligue des droits de l’Homme. Position qui a aussi l’aval des autorités puisqu’aussi bien le ministère des Affaires étrangères que la présidence de la République ne voient aucun inconvénient à toutes ces visites.

 

Les personnes faisant partie de ces délégations ont quelque chose en commun. La même idéologie, ou presque. Un nationalisme arabe bien ancré basé sur des principes aussi dépassés que l’unité des nations arabes et prenant comme envol le défunt fantasme palestinien que les Tunisiens rêvent de « libérer » et de « sauver » depuis que le monde est monde.

Du côté syrien, la volonté de redonner un coup de fouet aux relations diplomatiques avec la Tunisie n’est pas vraiment là, mais les Tunisiens continuent d’espérer. Ces efforts ont impliqué un défilé de plusieurs délégations aussi bien parlementaires que syndicales. L’idée étant d’aider ce pays à « sortir de la crise » mais aussi et surtout de faire un pur calcul géopolitique en tentant de « réparer » une rupture décidée par l’ancien président de la République Moncef Marzouki il y a de cela 5 ans. Une rupture qui n’a pourtant, dans les faits, jamais été rendue effective.

Aujourd’hui, les positions sur la Syrie sont à la fois mitigées et prudentes. Ennahdha préfère jouer la carte de la prudence en préférant ne pas commenter un sujet dans lequel elle pourrait laisser des plumes. L’ancien président Marzouki, toujours aussi téméraire et tête brûlée, se désengage de tout lien avec la ligue des droits de l’Homme, dont il est le président d’honneur, après que celle-ci ait demandé ouvertement à la reprise des relations diplomatiques avec la Syrie au nom des droits de l’Homme.

 

Avouons-le, la Tunisie a beaucoup plus à gagner que la Syrie de ce « rétablissement » des relations diplomatiques. Le nombre de jihadistes tunisiens combattant en Syrie du côté de Daech ne se calcule plus tellement les données existantes restent rares et contradictoires.

Au-delà de tout le brouhaha qui entoure ce dossier, rien de concret n’a vraiment été fait. La coopération syrienne reste timide, la motion pour le rétablissement des relations tuniso-syriennes a été rejetée au parlement et les autorités tunisiennes ne voient pas vraiment l’urgence d’élever le niveau de coopération déjà existant. Toutes les initiatives vers la Syrie demeurent personnelles, rien d’officiel, et les intérêts derrière pourraient l’être tout autant…

Le fantasme syrien

Par Synda Tajine, publié le 08/08/2017 15:59

Non je ne parlerai pas de la fête de la femme cette année. Un sujet usé et abusé que je ressasse chaque année à l’approche du 13 août, du 8 mars et en trouvant des prétextes pour le remettre au goût du jour en différentes autres occasions.

Et puis zut… j’arrêterai de parler de la femme lorsqu’il n’y aura plus rien à dire. J’arrêterai de ressasser le même discours lorsqu’on n’aura plus besoin de le faire en Tunisie

Lorsqu’on verra autant d’hommes que de femmes à l’hémicycle, au gouvernement, dans les cercles économiques, politiques et d’influence. Lorsque les femmes occupant des postes clés ne seront plus dénigrées pour leur physique, leurs choix personnels, leur vie de famille ou leur manière de s’habiller. Lorsqu’une photo de la porte-parole de Carthage n’affolera plus la toile car on la voit y allumer une cigarette. Lorsqu’on ne rhabillera plus la ministre de la Jeunesse et des Sports, en usant de Photoshop, pour rajouter quelques centimètres de plus à sa jupe jugée trop courte. Lorsqu’on n’entendra plus des phrases comme : « travail non adapté aux femmes », « elle réussit bien pour une femme », « ce n’est pas le rôle d’une femme »,« ce n’est qu’une femme après tout » et qu’on n’aura plus besoin de « discrimination positive ».

 

Mais l’égalité homme-femme n’est pas l’unique sujet usé et abusé depuis longtemps. L’actualité estivale, morose avouons-le, est aussi marquée par un fait et non des moindres. La reprise des relations tuniso-syriennes…ou plutôt l’espoir d’une reprise.

Né sur les décombres du défunt (ou presque) fantasme palestinien, les Tunisiens partent aujourd’hui à la reconquête de la Syrie. Tous les yeux sont braqués sur ce pays en guerre. Entre « un dictateur sanguinaire qui assassine son peuple » et « des groupes terroristes qui les utilisent comme chair à canon », le choix n’est pas facile à faire, si on choisit de simplifier. Mais ce choix semble avoir été fait par la Tunisie, même si aucune position officielle n’a été émise à l’heure actuelle. Dialoguer avec « le dictateur syrien ». Position prise par les parlementaires tunisiens, la centrale syndicale et la ligue des droits de l’Homme. Position qui a aussi l’aval des autorités puisqu’aussi bien le ministère des Affaires étrangères que la présidence de la République ne voient aucun inconvénient à toutes ces visites.

 

Les personnes faisant partie de ces délégations ont quelque chose en commun. La même idéologie, ou presque. Un nationalisme arabe bien ancré basé sur des principes aussi dépassés que l’unité des nations arabes et prenant comme envol le défunt fantasme palestinien que les Tunisiens rêvent de « libérer » et de « sauver » depuis que le monde est monde.

Du côté syrien, la volonté de redonner un coup de fouet aux relations diplomatiques avec la Tunisie n’est pas vraiment là, mais les Tunisiens continuent d’espérer. Ces efforts ont impliqué un défilé de plusieurs délégations aussi bien parlementaires que syndicales. L’idée étant d’aider ce pays à « sortir de la crise » mais aussi et surtout de faire un pur calcul géopolitique en tentant de « réparer » une rupture décidée par l’ancien président de la République Moncef Marzouki il y a de cela 5 ans. Une rupture qui n’a pourtant, dans les faits, jamais été rendue effective.

Aujourd’hui, les positions sur la Syrie sont à la fois mitigées et prudentes. Ennahdha préfère jouer la carte de la prudence en préférant ne pas commenter un sujet dans lequel elle pourrait laisser des plumes. L’ancien président Marzouki, toujours aussi téméraire et tête brûlée, se désengage de tout lien avec la ligue des droits de l’Homme, dont il est le président d’honneur, après que celle-ci ait demandé ouvertement à la reprise des relations diplomatiques avec la Syrie au nom des droits de l’Homme.

 

Avouons-le, la Tunisie a beaucoup plus à gagner que la Syrie de ce « rétablissement » des relations diplomatiques. Le nombre de jihadistes tunisiens combattant en Syrie du côté de Daech ne se calcule plus tellement les données existantes restent rares et contradictoires.

Au-delà de tout le brouhaha qui entoure ce dossier, rien de concret n’a vraiment été fait. La coopération syrienne reste timide, la motion pour le rétablissement des relations tuniso-syriennes a été rejetée au parlement et les autorités tunisiennes ne voient pas vraiment l’urgence d’élever le niveau de coopération déjà existant. Toutes les initiatives vers la Syrie demeurent personnelles, rien d’officiel, et les intérêts derrière pourraient l’être tout autant…

Commentaires (23) Commenter
parler de "défunt fantasme palestinien" est indécent
BBHY
| 15-08-2017 18:45
Je constate depuis peu que certaines personnes présentent la question palestinienne comme lointaine et comme une obsession de l'ancienne génération. Je trouve cela honteux à l'égard de la souffrance de ce peuple dont la situation qui perdure et l'isolement reflètent la crise profonde que vit le monde arabe. un ancien article publié sur le site français de lutte ouvrière le présente comme un peuple"qui a Israël pour adversaire et les États arabes comme ennemi". ce genre de discours publié sur votre site reléguant la question palestinienne au rang de "fantasme" doit bien faire rire les israéliens qui constatent la vacuité actuelle du monde arabe de toute conscience et consistance intellectuelle faisant le jeu d'Israël au détriment du peuple martyrs Palestinien. On voit actuellement des appels -honteux- à créer une ligne aérienne Tel Aviv Tunsie, soit disant pour le tourisme, ou l'enseignement de techniques de combats israélienne le Krav Maga en Tunisienne, instrument d'oppression et de propagande israélienne, une escroquerie. c'est triste tout cela.
BACHAR NE MENACE PAS LA TUNISIE
Amritsar
| 12-08-2017 14:08
Queen SYNDA bravo pour votre analyse; il n'y a effactivement pas d'effort sérieux pour renouer avec la Syrie; cependant ces députés qui prennent le chemin de Damas sont l'honneur d'un pays, le nôtre, dont des ressortissants sont allés semer la destruction et la mort.
@IDJUVA - des milliers d'articles
Zohra
| 12-08-2017 12:57
http://blog.mondediplo.net/2011-12-18-Une-guerre-a-mille-milliards-de-dollars


Sadam avait tué plus que les americains peut-être. L'Irak nage dans le bonheur ya hlili
@IDJUVA
Zohra
| 12-08-2017 12:42
http://m.france24.com/fr/20150320-rapport-guerre-irak-menace-nucleaire-cia-bush-exageration-2002-nucleaire-al-qaida

http://www.liberation.fr/planete/2008/01/23/les-935-mensonges-de-l-administration-bush-sur-l-irak_14651

www.egaliteetreconciliation.fr/L-invasion-de-l-Irak-avait-pour-objectif-la-destruction-de-ses-cerveaux-171.html
@IDJUVA
Zohra
| 12-08-2017 12:28
Monsieur, je vous invite à lire cet article dont voici le lien :

destruction-programmee-de-l-irak-116404598.html

Merci et bonne après midi
@IDJUVA
Zohra
| 12-08-2017 08:47
De la foutaise

Notre problème à nous c'est qu'on fonce la tête baissée dernière les propagondes occidentales qui travaillent leurs intérêts, on s'est détruit sans qu'on se rendre compte et après on se mord les doigts quand c'est trop tard.
C'est vraiment désolant de voir des gens qui court derrière une foutaise qui est la démocratie à l'américaine et l'occidentale.

Rabi yjibilna chfaa
Kalik atini fahim willa kari




@IDJUVA votre réponse chez les irakiens et syriens eux mêmes Monsieur
Zohra
| 12-08-2017 07:23
L'écrivaine Sophia Cheikha

Pardonne-moi. O Sadam Hussein parce que j'étais heureuse et j'ai dansé le jour de ta chute. Pardonne-moi, parce que ce jour-là, je ne me suis pas rappelé l'éducation gratuite, les repas gratuits, les services de santé gratuits, je ne me suis pas non plus l'industrie florissante et l'agriculture irakienne, je ne me suis pas rappelé aussi l'effort fourni pour l'éradication de l'analphabétisme, j'ai oublié les lignes rapides, les supermarchés, j'ai oublié la gratuité des rations alimentaires des produits de premières nécessité pour les pauvres, j'ai oublié votre lutte contre le sectarisme, j'ai oublié la répartition des terres, les prêts sans intérêts pour le mariage, et la distribution du mobilier pour les nouveaux couples mariés, j'ai oublié votre combat pour protéger l'Irak, et votre lutte contre les voleurs et les traitres.

Vos idées c'est la propagande à l'occidentale et eljazira


Bonne journée
@IDJUVA
Zohra
| 12-08-2017 07:08
Bonjour,

Je ne suis pas pour Sadam mais je préfère 100000000 fois Sadam aux américains, il faut combattre la dictature mais par les irakiens eux pas l'occident et compagnies et aujourd'hui ils sont mieux, ils nagent dans le bonheur ? Monsieur Allez-y interviewer les irakiens vous aurez votre réponse.


Saddam Hussein utilise le revenu de la rente pétrolière comme moyen de progression économique, industriel et social.
En une décennie l'Irak atteignit des sommets et s'industrialisa rapidement, accédant à un niveau de vie comparable aux pays européens.

L'UNESCO récompensa l'Irak en 1982 pour l'effort d'alphabétisation et l'éradication totale de l'illettrisme.

En modernisant son système de santé l'Irak est devenu le pays le plus moderne et efficace de tout le monde arabe.
L'Etat a même pris en charge les frais d'hospitalisation et des subventions ont été accordées aux fermiers.

Les services publics étaient également modernisés et recrutaient sur le mérite.

L'Irak a été le premier pays pétrolier à économie rentière à diversifier son champ d'action, l'industrialisation du pays s'est vue accélérée et de nombreuses infrastructures ont vu le jour.
Toutes les villes d'Irak se sont retrouvées rapidement électrifiées.
Saddam Hussein a aussi lancé une campagne de modernisation de l'agriculture accompagnée d'une réforme qui permet la redistribution des terres.

... S'en est trop pour l'occident et Israël.

Saddam doit mourir et l'Irak doit retourner au Moyen Âge.
@Zohra
IDJUVA
| 11-08-2017 19:36
je vous pose la question très poliment ( merci d'avance de me répondre de la même manière) croyez vous sérieusement que les chiites irakiens (60% de la population) martyrisés pas Saddam et les kurdes gazés comme des insectes par le cousin du même Saddam regrettent vraiment ce dictateur? personnellement je ne le crois pas;faut il continuer à l'adorer car il a roulé des mécaniques en envoyant quelques pétards inefficaces sur Tel Aviv lors de la première guerre du golfe?

N'est pas arroseur qui veut(ou qui peut)
Pseudo-Intello
| 10-08-2017 09:12
Je vient de lire la remarque de Kameleon78 a mon propos.Remarque desoblideante ou il m'invite a faire un effort pour comprendre les "nuances'du texte de la journaliste.A mon tour de l'inviter a faire de meme car a relire le & concerne,car elle nous invite(la Tunisie) a faire un choix entre deux termes d'une equation,soit la dictature, soit les terroristes.Les guillemets n'y changent rien car en reprenant les termes de cette equation,elle resume la situation en Syrie et dans la region a ceux ci,l'aspect geopolitique et international,vrais grilles de lecture pour decrypter la situation, lui echappant totalement.En fait,je lui demande de faire un serieux effort meme s'il aura une tres grosse migraine apres cela.
Votre commentaire
(*) champs obligatoires
Conditions d'utilisation
Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction.
La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.
Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.
Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

» Cliquer ici pour lire les conditions d'utilisation et les règles de mod�ration