alexametrics
A la Une

Le commerce du cannabis pour sauver l’économie tunisienne !

Le commerce du cannabis pour sauver l’économie tunisienne !

 

Le débat sur la dépénalisation de la consommation du cannabis en Tunisie revient sur la table à intervalles réguliers. Il faut dire qu’avec une consommation largement répandue de cette drogue douce dans la société, les peines encourues sont assez lourdes et inflexibles. Dans les pays développés, la légalisation suscite aussi le débat et de plus en plus d’Etats sautent le pas, profitant de cette manne financière considérable.    

 

Kais Ben Halima, juriste et membre d’un collectif militant pour la légalisation et la régulation de la production du cannabis en Tunisie, a rouvert le débat lors de son passage lundi 25 février sur les ondes de Mosaïque Fm. L’un de ses premiers arguments pour la légalisation, c’est qu’il y a déjà des drogues dures (selon la classification de l’OMS) légales, à savoir l’alcool et le tabac. Un commerce prolifique pour les caisses de l’Etat et soutenu par de puissants lobbies. Le cannabis, classifié comme étant une drogue douce, moins nocive que l’alcool et le tabac, est pourtant illégal.

 

Pour Kais Ben Halima, un projet de loi et une véritable volonté politique, pourraient mettre fin aux sanctions sévères touchant les consommateurs – ces derniers ne devant plus être considérés comme des criminels - mais aussi renflouer les caisses de l’Etat.

« La légalisation s’inscrit aujourd’hui dans le cadre d’une stratégie de lutte contre la consommation et le trafic illégal », affirme Ben Halima, se basant sur les exemples des pays ayant légalisé ou dépénalisé le cannabis. Il évoque les bienfaits thérapeutiques de cette substance et la démocratisation de son usage curatif, mais aussi les recettes touristiques qui peuvent en découler. L’activiste cite ainsi l’exemple des Pays-Bas dont le commerce du chanvre constitue 25% des revenus touristiques.

Le collectif propose le projet « Silianabis » (contraction de Siliana et cannabis) qui créera de l’emploi dans cette région marginalisée. Un investissement agricole contrôlé par l’Etat qui touchera l’industrie du chanvre, l’industrie pharmaceutique et l’industrie récréative. « Pourquoi pas aller vers l’export. Les marchés existent. Le Canada, qui a légalisé l’année dernière, a lancé la Société canadienne de cannabis en a commandé des tonnes sauf qu’il y a pénurie. Avec des prix compétitifs la Tunisie pourrait se positionner sur le marché ! »

 

Un projet qui pourrait sembler ubuesque ou utopique dans le contexte actuel, mais qui a pourtant fait ses preuves dans plusieurs pays. Il s’agit en effet d’une tendance internationale et plusieurs pays africains se sont lancés dans ce commerce. La Tunisie est à la traine. D’ailleurs, une étude d’impact économique a été faite pour le projet Siliana. Une étude qui a démontré que dès la première année, le chiffre d’affaires atteindra les 100 millions d’euros. « Imaginez si la production se fait à l’échelle nationale dans les 24 gouvernorats tunisiens », s’est exclamé Kais Ben Halima. « Ce que peut apporter la légalisation à l’Etat tunisien c’est 4 points de croissance et ce n’est pas négligeable ! ».

Ce n’est pas négligeable, loin de là, quand on voit, chiffres à l’appui, l’impact de la légalisation de la production rien qu’aux Etats-Unis. Le cannabis est en marche pour devenir l’un des secteurs majeurs de l’économie américaine dans les cinq prochaines années. Dans plusieurs Etats comme le Colorado, Washington ou la Californie, il est tout à fait légal de cultiver des plants de cannabis ou de l’acheter en magasin. Distributeurs et coffee shops poussent partout. Rien qu’en Californie en 2018, le chiffre d’affaires de cette industrie a atteint les 4 millions de dollars. Le business légal du cannabis est tout à la fois un filon juteux pour les investisseurs que pour l’Etat qui remplit ses caisses en taxant le cannabis.

L’impact de la légalisation du cannabis aux USA a été calculé de sorte à atteindre les 68 milliards de dollars d’ici 2021. Des revenus faramineux qui peuvent équivaloir au PIB d’un pays. En plus, ce nouveau secteur a contribué à la création d’emplois, à amener de nouveaux investisseurs et à dynamiser indirectement d’autres secteurs. Selon le Marijuana Business Daily, un site américain spécialisé dans l’économie du cannabis, chaque 1 dollar dépensé par un client aux USA, permet d’injecter 3 dollars dans l’économie américaine !

 

La simple dépénalisation de l’usage du cannabis, à comprendre délaisser les poursuites pénales visant les consommateurs, tout en continuant l’interdiction de la production et de la vente, ne rapportera guère des recettes fiscales à l’Etat comme celles du tabac ou de l’alcool. Dans le cas d’une légalisation, l’Etat contrôlera le marché et engrangera d’importants revenus, tout en permettant l’investissement et la création significative d’emplois.

 

C’est un fait, la libre consommation, la vente et la production du cannabis sont une aubaine pour les finances publiques, créent une véritable dynamique économique, en plus de reléguer aux oubliettes une législation liberticide qui a mis des milliers de consommateurs en prison. La légalisation permet ainsi de remettre aux pouvoirs publics des recettes considérables qui, lorsque le produit est illégal, reviennent intégralement au marché noir.

Alors, oui cette initiative proposée par de jeunes Tunisiens peut interpeller ou même choquer étant avant-gardiste (l’intervieweur ne pouvait pas contenir ses éclats de rire, face à un Kais Ben Halima stoïque). Il faudra juste se dire que la tendance mondiale tend pour la légalisation et l’intégration de ce marché prolifique dans les circuits légaux. Une manne financière qui représente un gain énorme pour les Etats ayant sauté le pas. La Tunisie s’en trouve à des années-lumière.

 

Ikhlas Latif

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (27)

Commenter

Briso
| 01-03-2019 02:09
Outre la consommation de plaisir ou médicale du chanvre, son utilisation dans la fabrication de tissus et d'isolation pour les maisons est extrêmement rentable.
Porter un habit en chanvre est aussi agréable que du lin ou du coton et coûte bien moins cher en eau, idéal pour l'agriculture.
Isoler sa maison avec du chanvre permet d'avoir une protection thermorégulatrice contre le froid et le chaud et une stabilité exceptionnelle au feu.

versus
| 28-02-2019 19:53
Le gouvernement pense t'il dépénaliser le travail? assurément interdit, il doit être durement sanctionné pour faire autant peur à la population

versus
| 28-02-2019 19:48
le tunisien n'a besoin de drogue, douce ou forte, ni même de Celtia, il disjoncte naturellement. Par ailleurs, le roi M6 sera heureux d'augmenter ses profits

Rationnel
| 27-02-2019 16:36
Le Colorado est l'un des premiers états au Monde a légaliser la consommation, la culture et le commerce du Cannabis. L'Uruguay l'a précédé en éliminant l'interdiction mais le Colorado est allé beaucoup plus loin en créant un cadre légal et un système complet de gestion pour cette activité. Le Colorado a publie plusieurs etudes qui ont permis a des pays comme le Canada d'apprendre les leçons de l'expérience du Colorado. Pour un aperçu de l'expérience de cet état on peut lire ( https://business.financialpost.com/cannabis/we-made-some-terrible-mistakes-what-canada-can-learn-from-colorados-cannabis-legalization-experience ).

Certains ont indique qu'on manque l'expertise ou les moyens, mais le système pour la gestion de cette activité n'est pas très différent de celui de la gestion de la culture et commerce du tabac qui a bien fonctionne pour des décennies. La légalisation du Cannabis n'a pas engendre une augmentation du nombre d'accidents automobiles.

Badran
| 27-02-2019 16:35
Dépénaliser la plantation et la consommation du cannabis est une idée géniale et patriote même, voir mon précédent commentaire qui énumère les atouts et les avantages pour la Tunisie.

MFH
| 27-02-2019 15:58
La production du cannabis et sa commercialisation est un luxe qui n'est pas à notre portée. Nos moyens de contrôle sont limités et très embryonnaires. Soyons modeste et tâchons de commencer par le commencement.

elfribo
| 27-02-2019 15:49
Si le Cannabis ou la Marie Jane pouvaient sauver des economies , ils auraient sauve le Colorado.
Les gouvernants de cet etat pensaient collecter des Milliards de $ en legalisant La marijuana, et taxer les ventes a 25%, l'effet contraire s'est passe, les consommateurs de drogue preferent le Produit de Contrebande : il coute 25% moins cher et ont boude les Points de ventes officiels. Les conterbandiers sont libres de transporter la drogue puisqu'elle est legale et la revendre. Hahahahaha

Rationnel
| 27-02-2019 15:43
La majorité des pays comme le Canada, les USA, le Portugal, et la Hollande qui ont légalisé la culture et le commerce du cannabis ont eu une expérience positive. La légalisation du cannabis réduit le trafic et la consommation des drogues dures comme la cocaïne, les amphétamines et le fentanyl. Le Cannabis n'a pas d'effets négatifs sur la santé.

La culture et la consommation du cannabis ont explose avec la naissance de l'Islam (voir Wikipédia), la consommation de cette drogue avant la naissance de l'Islam était restreinte dans quelques régions comme le Yémen (le Feliz Arabia chez les romains grâce a ces drogues) ou le Khat (une variété de Cannabis) est encore très populaire. L'islam a interdit la consommation de l'alcool en grande quantité mais ne s'est pas prononce sur les drogues comme le cannabis malgré leur existence et consommation chez les tribus arabes du 8eme siècle. Donc de point vue culturel, le cannabis est une drogue acceptée, les restrictions de sa consommation sont venus avec l'administration coloniale. Chez les Beys la consommation du cannabis avait son rituel et son administration. Les ancêtres de notre président étaient charge de la ceremonie de consommation du cannabis chez les Beys d'où le nom: Caid-Essebsi, le Sebsi est la pipe pour la consommation de cette drogue douce.

Au Canada plusieurs sociétés de culture et distribution de Cannabis (Tilray, Canopy Growth et Cronos Group) sont devenus des multinationales avec des chiffres d'affaires et une capitalisation en bourse très importante. Les sociétés de cigarette s'intéressent au domaine. Altria le fabricant international des cigarettes Philip Morris a acheté 45% de Cronos Group pour 1,8 milliards de dollars, la cote en bourse de Tilray a augmente de 850% en 2018. Donc si on légalise la culture, le commerce et l'export du Cannabis on peu créer une industrie qui peut aider a effacer le déficit commercial ( 6 milliards de dollars). La qualité du Cannabis tunisien sera supérieure grâce au climat méditerranéen et le coût de production sera inférieure aux sociétés canadiennes comme Cronos group, la plante préfère une température supérieure a 31 degrés. Les liaisons directes avec le Canada (4 par semaine) vont permettre a nos société d'exporter le Cannabis frais au Canada et a plusieurs états américains.

Zohra
| 27-02-2019 14:48
Des gens merdiques. Ama inti ***
Allez-y vivre au Maroc

DHEJ
| 27-02-2019 13:36
Qu'attend le ministère public pour arreter ce mec et le juger?

A lire aussi

Toute la scène politique nationale ne parle que du projet d’amendements du Code électoral. Une vive

17/06/2019 19:59
0

Les échéances électorales s’approchent et les nouvelles coalitions partisanes ont commencé à

16/06/2019 15:59
3

Depuis quelques années, les réseaux sociaux ont commencé à devenir un vivier d’ambassadeurs pour des

14/06/2019 19:59
0

Les élections du bâtonnier de l’Ordre national des avocats approchent à grands pas. A peine un mois

13/06/2019 19:59
1

Newsletter