L'affaire de racket dont est accusé Samir El Wafi

Businessnews.com.tn | publié le 19/06/2017 21:36 , mis à jour à 21:55

Le mandat de dépôt émis ce lundi 19 juin à l'encontre de Samir El Wafi est lié a une affaire de racket. Une nouvelle puisqu'il a déjà été condamné dans une affaire similaire en 2015.


Dans cette nouvelle affaire, Samir El Wafi a promis aux membres d'une famille originaire de Moknine d'intervenir en leur faveur pour l'obtention d'une licence de débit d'alcool. Il leur aurait cité plusieurs personnalités publiques parmi ses connaissances qui allaient intervenir en leur faveur, dont Chafik Jarraya et Hafedh Caïd Essebsi. Il leur aurait soutiré de grosses sommes d'argent atteignant neuf cent mille dinars afin de les remettre aux différents pistons qui allaient fournir la licence en question. Après moult promesses non tenues, la famille en question a senti qu'elle a été victime d'une arnaque en bonne et due forme. Elle a déposé plainte après avoir pris soin de piéger Samir El Wafi en l'enregistrant à son insu. 
La procédure judiciaire a été engagée depuis quelque temps et a abouti à l'interrogatoire du suspect ce lundi puis l'émission d'un mandat de dépôt à son encontre. Une interdiction de voyage a été émise à son encontre depuis jeudi dernier, apprend par ailleurs Business News.  On ignore par contre si la famille en question fait ou non l'objet de poursuites, dans le cadre de cette même affaire.


On rappelle que Samir El Wafi a été condamné à trois mois de prison en 2015 après avoir tenté de racketter l'homme d'affaires tunisien installé en France, Hamadi Touil. À l'époque, il évoquait le nom de l'ancien ministre Salim Ben Hamidene, actuellement avocat en France. Ce dernier a, quand même, réussi à s'en tirer in extremis dans cette affaire en dépit de l'enregistrement et des témoignages présentés contre lui par la famille et des fonctionnaires du département ministériel dont il était en charge. 
On note enfin que Samir El Wafi ne serait pas cité dans cette affaire seulement. Lors de son interrogatoire, il a nié les faits qui lui sont reprochés.

 

Interrogé par Business News, son avocat Abdelaziz Essid n'a pas souhaité donner plus de détails sur cette affaire.

L'affaire de racket dont est accusé Samir El Wafi

publié le 19/06/2017 21:36 , mis à jour à 21:55

Le mandat de dépôt émis ce lundi 19 juin à l'encontre de Samir El Wafi est lié a une affaire de racket. Une nouvelle puisqu'il a déjà été condamné dans une affaire similaire en 2015.


Dans cette nouvelle affaire, Samir El Wafi a promis aux membres d'une famille originaire de Moknine d'intervenir en leur faveur pour l'obtention d'une licence de débit d'alcool. Il leur aurait cité plusieurs personnalités publiques parmi ses connaissances qui allaient intervenir en leur faveur, dont Chafik Jarraya et Hafedh Caïd Essebsi. Il leur aurait soutiré de grosses sommes d'argent atteignant neuf cent mille dinars afin de les remettre aux différents pistons qui allaient fournir la licence en question. Après moult promesses non tenues, la famille en question a senti qu'elle a été victime d'une arnaque en bonne et due forme. Elle a déposé plainte après avoir pris soin de piéger Samir El Wafi en l'enregistrant à son insu. 
La procédure judiciaire a été engagée depuis quelque temps et a abouti à l'interrogatoire du suspect ce lundi puis l'émission d'un mandat de dépôt à son encontre. Une interdiction de voyage a été émise à son encontre depuis jeudi dernier, apprend par ailleurs Business News.  On ignore par contre si la famille en question fait ou non l'objet de poursuites, dans le cadre de cette même affaire.


On rappelle que Samir El Wafi a été condamné à trois mois de prison en 2015 après avoir tenté de racketter l'homme d'affaires tunisien installé en France, Hamadi Touil. À l'époque, il évoquait le nom de l'ancien ministre Salim Ben Hamidene, actuellement avocat en France. Ce dernier a, quand même, réussi à s'en tirer in extremis dans cette affaire en dépit de l'enregistrement et des témoignages présentés contre lui par la famille et des fonctionnaires du département ministériel dont il était en charge. 
On note enfin que Samir El Wafi ne serait pas cité dans cette affaire seulement. Lors de son interrogatoire, il a nié les faits qui lui sont reprochés.

 

Interrogé par Business News, son avocat Abdelaziz Essid n'a pas souhaité donner plus de détails sur cette affaire.

R.B.H
Commentaires (19) Commenter
Une gangrène
Patriote
| 21-06-2017 05:32
La Tunisie est devenue un panier a crabes. Non seulement quelques Tunisiens gagnent beaucoup d'argent d'une façon illicite et rapide , mais en plus, ils sont d'une incorrection sans égale. Ils font n'importe quoi pour exhiber leur richesse et d'une manière très vulgaire. On les voit conduire des bolides que très peu de Tunisiens ne peuvent pas acquérir , construire des maisons avec façades en marbre et faience de très mauvais gout....etc.... Et ceci explique cette haine que la majorité des Tunisiens portent a l'encontre de la plupart des gens qui ont beaucoup d'argent.
Comment Ben Hmidene a-t'il pu s'en tirer ?
takilas
| 20-06-2017 20:04
Ce type à énormément comploté avec nahdha.
On se demande comment on ose même relater le délits commis lors de la période de Ben Ali, alors nous assistons depuis 2012 jusqu'à ce jour à des arnaques et des agissements de dictatures jamais régalés.
On sait que n'avons plus ni de justice ni d'ordre, surtout avec ces bandits de syndicalistes et de l'UGTT, mais ce n'est pas urgent raison que ni les procès ni les poursuites ne se réalisent pas selon la législation ; même au vue des États étrangers qui nous respectent depuis des siècles pour notre destour, notre culture et notre organisation politique et sociale.
Un homme d'affaires nommé K K
slaheddine BL
| 20-06-2017 17:32
Selon un autre journal électronique, l'homme d'affaires serait un certain K K.
Si c'est celui auquel je pense, lui non plus, n'est pas très net et touche au bâtiment, aux routes, et même récemment à l'hôtellerie.
cadeau de mariage
Salem
| 20-06-2017 16:53
Un faux jeton d'animateur, en fait il est entrain de jouer un sale jeu, nous espérons que le prochain sera le guignole Nawfel, comme çà la chaine Ehiwar se débarrassant de ces 2 voyous trouvera sa crédibilité
Un beau cadeau de chahed
Pitro
| 20-06-2017 13:30
Le mariage fastidieux et pompeux qui invite tout le ghota à reçu le plus beau cadeau de chahed un sejour royal en suisse mais loin de sa dulcinee que tout le monde a bien rince ses yeux par ses habits in
Ce n'est pas de sa faute l'immaculé!
Golden
| 20-06-2017 13:26
C'est la faute aux M'kaknia. Lui, il est blanc comme neige. Il ne mange que du halal.
Est-ce la SFBT est source de corruption???
DHEJ
| 20-06-2017 11:46
???

Mais la SFBT est propriété de qui???


Non ce n'est pas un des bouts de la corruption!
L'arnaqueur .. arnaquer ...
HatemC
| 20-06-2017 11:35
900 000d c'est une somme astronomique ... c'est 300 000 ' ... pour une licence

Cette affaire semble louche ' le corrupteur qui porte plainte ???? Cette famille sait qu'elle est aussi voir plus COUPABLE que le corrompu ????

En fait qui est le plus a blâmé le corrupteur ou le corrompu ???
Les 2 mon général ??? les 2 sont les 2 faces du même problème... comportement de voyou des 2 côtés ... avec l'argent tout s'achète et tout se vend et Wafy l'a compris ... Il est un intermédiaire qui perçoit des 2 côtés surement ... c'est un porteur d'affaire le gus ... C'est Mr 15% ...

Est-il innocent ? C'est un facilitateur d'affaires contre rémunération ...
Vu sous cette angle c'est un innocent ... on vient le solliciter pour une licence, attribution marché publique ... le domaine est vaste et peut toucher plusieurs secteur d'activité ... si Wafi a des personnes biens placés ... c'est le Jackpot pour lui ... il devient INCONTOURNABLE ...

Ce Wafi s'entoure d'hommes politiques ... hommes d'affaires ... surement des hauts fonctionnaires ... on peut donc aisément parler d'ORGANISATION ...

Dernièrement des hommes politique ont été soupçonné de corruption tel le Toubel, sa défense a été de dire que peux apporter un homme politique à un homme d'affaire ????

Un exemple classique est celui de l' homme politique qui reçoit de l'argent à titre personnel ou pour son parti de la part d'une entreprise et en retour lui attribue un marché public ...

L'homme politique pourrait être accusé de corruption passive ... Wafi aussi ... ils sont venu le solliciter, il a reçu de l'argent, alors que l'entreprise peut être accusée de corruption active ... tout comme cette famille ...

Vu sous cette angle cette famille a du soucis à ce faire c'est de la corruption ACTIVE ...

Corrompu ... corrupteur ... l'un peut-il exister sans l'autre ... les 2 au trou ... Hatem Chaieb
Le grand luxe de son mariage et la grande pauvreté de ses parents.....
marej
| 20-06-2017 11:19
Un simple journaliste issu d'une famille très pauvre ne peut pas accumuler une telle fortune qui lui aurait permis de faire le mariage avec telle opulence....beaucoup de suspicions quant à l'origine de cette fortune !
Malgré tout j'aimerais toujours le môme
Nesrine
| 20-06-2017 11:15
Rendez-vous compte, qui va animer nos soirées du dimanche? Personne ne possède son art. L'enfant de sa mère! Sa bonté lui a joué de mauvais tours.
Votre commentaire
(*) champs obligatoires
Conditions d'utilisation
Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction.
La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.
Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.
Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

» Cliquer ici pour lire les conditions d'utilisation et les règles de mod�ration