La chute de Slim Riahi

Le dossier de Slim Riahi, homme d’affaires, président du parti de l’Union patriotique libre (UPL) et du Club Africain, suscite une grande polémique dans les milieux de la politique, des affaires et du sport ainsi que celui des médias et de l’opinion publique. Après son ascension politique et sportive fulgurante, Slim Riahi est en train de vivre des moments de déchéance suite à ses démêlées avec la justice. Il passe, ainsi, d’un homme à la tête de la 3ème force parlementaire à un simple citoyen à l’avenir des plus incertains.

 

 25 ans de prison et 5 avis de recherche ont été prononcés par le ministère public à l’encontre de l’homme d’affaires Slim Riahi, le 4 août 2017. Une condamnation qui précipité une chute déjà amorcée. Comment tout cela est-il arrivé en un laps de temps aussi court ?

Après son retour en Tunisie, la création de son parti, l’UPL, et son entrée au sein du Club Africain, l’un des deux plus grands clubs de football de Tunisie, Slim Riahi est resté discret quant aux origines de sa fortune.  Il est de notoriété publique que Slim Riahi entretient des affaires fructueuses en Libye et en Grande-Bretagne, même si la nature et la taille de ses projets restent aujourd’hui encore empreintes de beaucoup de flou.

Sur le plan politique, une grande partie de la popularité de Riahi lui vient sans aucun doute de son club sans lequel il n’aurait peut-être pas pu remporter ses 16 sièges à l’Assemblée des représentants du peuple (ARP). Certains même se plaisent à dire qu’il s’agit du vote du « peuple du Club de Bab Jedid » en référence au Club Africain.

 

Après sa participation au gouvernement Essid, avec trois ministères, l’UPL s’est retrouvé en dehors de la coalition au pouvoir même s’il est signataire de l’Accord de Carthage. Document que le parti a préféré « déchirer » par la suite pour se retrouver dans le camp de l’opposition, allant jusqu’à appeler à des élections anticipées.

Depuis, la position de l’UPL n’est plus vraiment enviable. Malgré un bref passage au sein du Front du salut avec le parti de Mohsen Marzouk, le parti a rencontré certaines difficultés. Des difficultés qui ont culminé avec la dernière condamnation, par contumace, de Slim Riahi, à 25 ans de prison ferme avec exécution immédiate, le tout assorti de cinq avis de recherches émis par le ministère public au Pôle juridique et financier près le Tribunal de première instance de Tunis.

Or, ces chèques ont été présenté s pour encaissement après que les avoirs et les biens de Slim Riahi aient été gelés par décision judicaire sans autre forme de procès. Le motif invoqué est l’apparition de nouveaux éléments dans une affaire, en cours d’instruction depuis 2012, pour un présumé blanchiment d’argent, mais sans accusation, ni interdiction de voyage.

 

Quant à la condamnation, rien n’a été communiqué à l’avance. Mais ce n’est pas tout. Quelques jours après, le président de l’UPL écope d’une amende de 10 mille dinars pour avoir enfreint le silence électoral lors de la campagne pour le scrutin de 2014. Mais le procès traînait de report en report avant un verdict rendu, finalement, ces jours-ci. D’autres jugements et condamnations à des peines de prison seront émises contre Slim Riahi, par contumace, mais cette fois-ci, sans l’émission d’avis de recherche.

 

Certes, la magistrature est indépendante, mais les observateurs se posent des questions quant à l’évocation de tant d’affaires  en l’espace de moins de deux semaines. Il y a lieu de se demander pourquoi les chèques ont-ils été présentés par leurs titulaires alors que les biens de l’émetteur sont gelés ? Et pourquoi une simple affaire de silence électoral a-t-elle traîné près de trois ans durant avant que le jugement soit rendu dans la foulée des autres condamnations ?

Ces jugements ont été prononcés par contumace alors que le président de l’UPL se trouvait bien en Tunisie. Pour des raisons qui restent encore floues à l’heure actuelle, il a choisi de  ne pas procéder à l’opposition d’usage contre lesdits jugements. Il n’a pas, non plus, chargé son comité d’avocats de se prononcer contre ces procédures judiciaires comme tout le monde s’y attendait. Par ailleurs, même sa chargée de communication et membre du bureau politique, d’habitude prolifique en déclarations et autres statuts sur Facebook, s’est illustrée, elle aussi, par un mutisme total. Sans oublier l’absence de passages sur les plateaux radiotélévisés, d’habitude inévitables en de pareilles conjonctures. A l’heure actuelle, la page officielle Facebook de Slim continue à diffuser un extrait de l’interview qu’il a accordée il y a quelques jours à la chaîne de télévision Al Arabiya.

 

Autant de questions et bien d’autres sont posées avec insistance et suscitent les hypothèses les plus folles quant à la suite de ce feuilleton aux rebondissements les plus inattendus. Un feuilleton qui impliquera aussi, sans aucun doute l’avenir de l’UPL et de son bloc parlementaire mais aussi le Club Africain.

En l’absence de données concrètes et factuelles sur les tenants et aboutissants de ce dossier, qui a pris des dimensions rocambolesques, les analystes se trouvent réduits à se poser des points d’interrogations sur cet homme d’affaires et politicien hors du commun. Un fait est là et au vu du lynchage dont il a fait l’objet, Slim Riahi aura du mal à remonter la pente quelque soit la tournure que prendra ce dossier.  Tout semble indiquer que l’étau se resserre, chaque jour, davantage sur Slim Riahi qui ne donne plus aucun signe de vie depuis l’annonce de l’émission des cinq avis de recherches à son encontre.

 

En tout état de cause et sans que Slim Riahi ne soit exempt de tout reproche, il est légitime de se poser des questions sur plusieurs affaires émergeant en même temps, faisant soulever des doutes à cause de certaines zones d’ombre non élucidées ni par les autorités judiciaires, ni par l’entourage immédiat de l’homme d’affaires et politicien.

 

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

 

Commentaires(22)

Commenter
Portrait de admin

Cheimónas
admin | 10/08/2017 23:28
Cheimónas
Malgré mon désaccord total avec Slim Riahi sur le plan politique et ethique je désapprouve cet acharnement à vouloir abattre ce Monsieur. Ce lynchage qu'il subit n'est autre que le résultat clair et incontestable de la connivence entre le politique et le judiciaire. Ces manigances témoignent du climat politique dans notre pays où tous les moyens sont bons pour éliminer un rival politique.
Portrait de admin

je dis la vérité
admin | 11/08/2017 00:10
je dis la vérité
@BN : Le titre est totalement inapproprié. L'article n'évoque pas l'éminence de la chute de cet homme d'affaires et politicien. Des questionnements....Des énigmes...Du flou..Mais pas de chute....
Portrait de admin

kameleon78
admin | 11/08/2017 00:11
kameleon78
Slim Riahi me rappelle comme bon nombre d'entre vous, Bernard Tapie en France en s'appropriant l'Olympique de Marseille pour ses ambitions politiques, il a suffi d'un dérapage, il a tout perdu, il a fait même de la prison, Slim Riahi suit le même chemin, il finira mal, tout à tard il tombera car la politique et le sport ne font pas bon ménage.
Portrait de admin

Yousso
admin | 11/08/2017 01:31
Yousso
Même Spielberg n'aurais pu imaginer ce scénario.ils fonts tout pour l'abattre mais ils ne rendent pas compte qu'ils sont en train de multiplier sa popularité.bande d'amateur.
Portrait de admin

SBL
admin | 11/08/2017 10:40
SBL
A mon humble avis, je persiste et signe que SR n'a pas su investir et s'investir en Tunisie. il a été très vite très haut, et s'est attelé à devenir un grand politicien et un grand sportif, pensant à tort, qu'avec de l'argent, on pouvait tout acheter. Certes tout, mais pas l'intelligence et encore moins la compétence qui demeurent liés au niveau du savoir, et de l'expérience. Dans ces deux secteurs SR n'avait aucune compétence ni expérience et de surcroit, il a voulu se frotter aux plus adroits et aux plus expérimentés. Malgré une biographie sur Wikipédia, des plus impossible, car il prétend que son père était un nationaliste arabe( pourquoi arabe et pas Tunisien), opposant à Bourguiba et Ben Ali ?, il prétend aussi avoir étudié le Management à l'Université El Fath, et par la suite , il se lance dans la production pétrolière, l'énergie, l'aviation et l'immobilier. Whaou ! Bref, un Cv impressionnant mais pas crédible quand on connaît le niveau du concerné. Donc, à vouloir aller trop haut pour ses compétences intrinsèques et pour ne pas avoir su se limiter à ce qu'il sait faire, en tout cas ni le sport, et encore moins la politique, S.Riahi s'est auto détruit et au jour d'aujourd'hui, les carottes sont bel et bien cuites, et à moins d'un miracle, il ne pourra plus occupé le niveau de la scène tel qu'il l'a connu auparavant. C'est dommage pour lui de n'avoir pas su connaître ses limites. De toute façon , ce n'est pas une grande perte pour la mère patrie.
Portrait de admin

je dis la vérité
admin | 11/08/2017 10:49
je dis la vérité
Cet "homme d'affaires", ce "politicien", aux yeux de beaucoup de nos citoyens, est un grand inconnu. Des rumeurs courent sur les origines de sa fortune colossale et insultante. Comment se fait-il, qu'une personne jeune grimpe aussi haut?. Etait-il tombé sur un trésor cahé, dans les fins fonds de la Libye désertique ou extrait des pièces d'or de l'Atlantide engloutie? Nos concitoyens ne peuvent pas imaginer qu'un téméraire peut réussir dans la vie. Je ne veux pas le disculper et je ne veux pas l'innoncenter.Ce n'est pas mon rôle. La faute qu'a commise ce garçon- certes intelligent- est de n'avoir pas clarifié dans les médias et les institutions financières, le cheminement de l'accumulation des ses dollars et euros. Secret gardé, crée des suspiscions... Cependant, pourquoi le pôle judiciaire ne lève pas le voile sur ce qu'on lui reproche?. Dans un pays démocratique, l'instruction de la justice n'est pas un tabou. Les malversations sont tout de suite relayées par les médias. Généralement, c'est la presse écrite qui se charge d'informer le public. On ne peut pas garder infiniment des éléments autour d'une instruction judiciaire. Si la justice a quelque chose à reprocher à ce Slim RIAHI, qu'elle nous le dise? Y a-t-il quelques uns derrière cette affaire, qui veulent éclabousser un ambitieux et le jeter en pâture au public. Encore faut-il des preuves.... Curieux....Toute personne qui émet des chèques sans provision, est tout de suite inculpée, selon les lois tunisiennes. Pourquoi donc, cet homme d'affaires est libre? Justice à deux vitesses ou accusations sans fondements?. Expliquez-le.... J'excuse la journaliste de @BN, quand elle titre son article grave, par "CHUTE". C'est un titre...Comment dirais-je, prémonitoire.?... "L'imminence de la chute d'un politicien..." est le titre de mon post, est également subjectif et ne traduit nullement ce qui se passera dans l'avenir..
Portrait de admin

BRIK
admin | 11/08/2017 10:50
BRIK
Que l'affaire n'est pas terminée . Avec la longueure du temps en découvrera la réalité . C'est étonnant Slim Eriahi s'élimine de cette façon c'est incroyable .
Portrait de admin

HatemC
admin | 11/08/2017 11:37
HatemC
La trajectoire des 2 n'est pas similaire ... SR est un voyou et on ne connait pas l'origine de sa fortune estimé à 200 millions d''. Celle de BT est connu, il achetait des entreprises en faillite ... les restructure et les revend avec un bon pactole ... SR n'a aucun savoir vivre et fait dans la ***... BT avait un hôtel particulier avec des tableaux de maitres ... SR tombe pour une sale affaire de chèques sans provision BT est tombé à cause du crédit Lyonnais qui l'a spolié en vendant Adidas à Dreyffus avec une plus value et avec un montage financier digne des plus grands escroc ... la supercherie a été découverte par hasard en plus, un document du crédit lyonnais a été découvert par un pur hasard ... et c'est l'affaire VA - OM, match truqué qui l'a emmené en prison ... Regarde cette vidéo qui explique le montage de la banque ... ça se regarde comme un film ...@ + https://www.youtube.com/watch?v=GmZg8bBLMAo
Portrait de admin

TOUNSI
admin | 11/08/2017 12:44
TOUNSI
Ils fonts tout pour l'abattre mais ils ne rendent pas compte qu'ils sont en train de multiplier sa popularité.
Portrait de admin

kameleon78
admin | 11/08/2017 13:02
kameleon78
Oui je connais bien l'histoire de Bernard Tapie, je l'ai bien suivie à l'époque mais je parlais de l'utilisation du football à des fins politiques, il est évident qu'ils n'ont pas la même trajectoire, Bernard Tapie a une histoire alors que Slim Riahi vient du néant (clair-obscur comme l'avait dit quelqu'un) et là tu as raison.

A lire aussi

Qu’est ce qui pourrait empêcher deux personnes qui s’aiment de vivre ensemble, de devenir concubins ?

16/02/2018 20:00
26

Autrefois fleuron de l’économie tunisienne, participant à hauteur de 10% de l’exportation nationale, la CPG réalisait jusqu’en 2010 des bénéfices qu’elle reversait aux caisses de l’Etat. Depuis 2011, la donne a littéralement changé.

15/02/2018 20:00
5

Séance houleuse attendue jeudi 15 février 2018 à l’ARP avec, au programme, l’examen de la proposition du président de la République, soumise par le chef du gouvernement, de limoger le gouverneur de la BCT.

14/02/2018 20:00
5

La réglementation des changes est un sujet tabou en Tunisie.

13/02/2018 20:00
5

Newsletter