alexametrics
A la Une

La SNCFT déraille complètement !

La SNCFT déraille complètement !

 

Partout dans le monde, des trains déraillent ou entrent en collision mais cela reste rare. En Tunisie, en revanche, les choses sont différentes. A force d’accidents et d’incidents successifs, nombreux sont ceux qui évitent aujourd’hui de prendre le train lui préférant des moyens alternatifs dont le co-voiturage qui fait fureur surtout auprès des jeunes …

 

Hier à Dahmani, au niveau de la station Zouarine, un train a déraillé. 29 passagers ont dû être transportés à l’hôpital. Bilan de l'accident : des blessures légères, aucune grave. Quelques jours plus tôt, un train fou, sans conducteur, est parti à la dérive seul sur une des lignes desservant la banlieue sud. Le train N°117 de 7h du matin desservant la banlieue sud qui va de Tunis à Erriadh à eu un problème technique au niveau des portes, près de la station Ezzahra. Le chauffeur est descendu pour tenter de réparer la panne et c’est là que le train a redémarré sans chauffeur.

Informée de l’incident, la salle des opérations centrale a décidé de faire dévier le train, qui devait entrer dans le hangar vers la ligne 5 qui va à Sousse, et demandé à tous les agents des stations de protéger les croisements tout au long de la ligne en question. Privé d’électricité, le train s’est arrêté seul après la station de Fondok Jedid. Là encore, le pire a été évité de justesse. Plus de peur que de mal…jusque-là, mais jusqu’à quand ?

 

Commentant l’incident du train sans chauffeur, le ministre du Transport, Radhouane Ayara, a admis la responsabilité de l’agent de la SNCFT et l’erreur manifeste, présentant ses excuses «sincères» aux passagers.

M. Ayara a spécifié qu’un rapport préliminaire a été élaboré le jour même de l’incident et qui pointe une erreur humaine isolée du conducteur. Il a ajouté que les locomotives sont récentes et acquises en 2012 et qu’elles répondent à toutes les normes de sécurité, précisant que le conducteur a non seulement ignoré les consignes de ne pas quitter sa cabine mais avait aussi manipulé des systèmes de sécurité qui auraient dû arrêter net le train.

 

Etrangement, Issameddine Fitati le conducteur de train licencié par la SNCFT en 2016 pour avoir dénoncé des dossiers de corruption, puis réhabilité par le ministre du transport, avait également dénoncé des défaillances dans les cabines mettant en danger la sécurité des passagers. Dans une vidéo qu’il a enregistrée et qui a été dévoilée dans l’émission de Hamza Belloumi, El Hak Maak, Issameddine Fitati avait particulièrement pointé l’absence de « veille automatique », un mécanisme qui permet au train de s’arrêter automatiquement si le chauffeur lève le pied de la pédale. Sur la vidéo filmée par le conducteur, en 2014, la pédale elle-même n’existe pas, alors que le conducteur doit alterner les secondes où il appuie dessus et les secondes où il peut reposer son pied. Quoi de plus normal donc qu’un train continue de rouler si le chauffeur dort, est pris d’un malaise ou quitte carrément sa cabine. Issameddine Fitati avait alors affirmé que la pédale en question n’existe pas sur certains trains et ne fonctionne pas sur d’autres, accusant directement la direction d’avoir permis cette aberration.

«Un enquête judiciaire, administrative et technique a été ouverte. C’est la première fois que ce genre d’incident arrive en Tunisie et il est le résultat d’un chevauchement d’erreur», a précisé, pour sa part le ministre du Transport, Radhouane Ayara soulignant que «l’incident a été traité avec tout le professionnalisme nécessaire avec déviation du train de sa ligne initiale, coupure de l’alimentation électrique et sécurisation des intersections». Avait-on besoin de recourir à de telles mesures si le train « tout neuf et répondant aux normes de sécurité », l’était vraiment ?

M. Ayara s’est voulu rassurant, expliquant qu’il ne s’agit que d’un incident isolé, que les mesures de sécurité seront renforcées, qu’une note officielle sera transmise aux chauffeurs leur interdisant de quitter le poste de pilotage et que des agents seront mis sur les quais pour vérifier la fermeture des portes… Dans des trains « neufs », si un conducteur quitte sa cabine la machine continue à rouler et les portes ne se ferment plus… cherchez l’erreur…

 

Suite à l’incident du train fou, le service de sûreté ferroviaire a démarré officiellement ses activités, le 3 août 2018. Les agents, au nombre de 60, ont pris lors postes dans tous les trains et toutes les gares. Un effectif qui sera renforcé par 40 agents, indique la SNCFT.

Une mesure qui a pour objectif de renforcer le dispositif de sécurité dans les trains et gares, après les multiples agressions et incidents survenus. Radhouane Ayara, ayant promis aux citoyens plus de sécurité dans les trains et les gares. Suite aux incidents successifs Les employés de la Société nationale des chemins de fer tunisiens (SNCFT) avaient annoncé, via leur syndicat, une grève prévue le 2 août 2018, avant de décider de la reporter. En cause, la situation dramatique de la société depuis la suspension de la ligne 13 et « des tentatives pour porter atteinte aux chemins de fer tunisiens ».

 

Déraillement, erreur humaine, traficotage de matériel, tous ces incidents nous revoient à la situation dénoncée par les cheminots tunisiens et par les passagers. Des problèmes de matériel, des trains non conformes, des transactions douteuses, corruption, excès de vitesse et rails non entretenus. Il y a sans doute des mesures qui seront prises et annoncées pour remédier à la situation, toutefois le mal commence à imprégner irrémédiablement l’inconscient des usagers de trains. Déjà que les conditions à bord se détériorent de jour en jour, que les passagers avec leurs tickets se retrouvent souvent debout dans des wagons aussi froids qu’un congélateur ou aussi chauds qu'un four, ou encore sales au point de faire de leur voyage un vrai calvaire. Ils sont, ainsi, de plus en plus nombreux à bouder les trains pourtant moyen de transport qui fût très apprécié à une certaine époque….

 

Myriam Ben Zineb

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (13)

Commenter

ourwa
| 13-08-2018 22:50
Le ministre de l'Intérieur a tenu à peu près le même discours à propos des routes inondés et saccagées par les inondations, ce n'était qu'une fatalité, un coup du sort.. Saleté d'inondations !....et cette catastrophe n'incombait ni au travail bâclé des entreprises de BTP engagées par l'Etat pour construire ces routes, ni à la corruption endémique qui gangrenait ces entreprises et les services de l'Etat '?' Faut pas rigoler... Dans la même veine, M. Mourad Jouini de l'Observatoire national de sécurité routière (ONSR) , déplorant le grand nombre des morts par accident sur les routes et aussi en ville, incombe ce drame à la vitesse, à l'inattention des conducteurs, mais aussi à l'inattention des piétons quand ils traversent les routes et les rues...mais nullement à l'absence de tout contrôle policier, à l'absence de sanctions, à celle de passages piétons balisés et éclairés, à celle de feux rouges partout sur le territoire... Dans son esprit, l'Etat n'a aucune responsabilité dans cette catastrophe, le nombre élevé de morts par accident, mais aussi l'état déplorable et hasardeux des infrastructures routière et urbaine. Roulez jeunesse, avec un permis de conduire au rabais...Traversez, piétons, mais à vos risques et périls !... Vous avez dit incompétence et corruption ? Allons !...
Quant à ce déraillement de train survenu le 9 août courant, il est inutile de rajouter une louche, l'article de Myriam Ben Zineb est on ne peut plus clair et très bien argumenté.  Le ministre du Transport, Radhouane Ayara, a admis la responsabilité de l'agent de la SNCFT et l'erreur manifeste, Mais marchant néanmoins sur les pas de son collègue de l'Intérieur, il a habillé habilement ce drame en erreur exclusivement humaine, personnelle, celle du cheminot... Toutefois, l'on peut se permettre d'ajouter ceci : ce ne sont plus seulement les routes qui s'effondrent, le nombre des morts sur la route qui s'envole, les trains qui déraillent à un rythme déchaîné...mais aussi et surtout le train de l'Etat qui déraille, avec ses discours abscons et tous ses services... Mais soyons optimistes et clairvoyants, ô peuple ingrat et apathique, demandons donc, en masse, au président de tous les Tunisiens, BCE, l'organisation d'une prière collective dans tout le pays, sur les routes, les rues, les voies ferrées, les gares, les hôpitaux, les cimetières..pour implorer allah, le Grand commandeur des pluies, mais aussi le Grand Cheminot..et lui demander que plus jamais il n'y ait de pluies torrentielles, d'inondations catastrophiques, de déraillement de trains fous... Ce n'est que comme ça qu'on peut conjurer le malheur... Et si, en plus, le prophète ghannouchi, radhia allahou anhou, s'associe à cette prière, on peut être sûr que nos v'?ux seront exaucés, wallahi !...

Zohra
| 12-08-2018 18:05
Du secteur ferroviaire

Zohra
| 12-08-2018 17:49
On est loin très loin du Maroc avec même sa ligne TGV à Tanger.

deux grands acteurs mondiaux du secteur ferromagnétique (Alstom et Bombardier Transport) sont déjà implantés au Maroc, le Maroc se prépare pour fabriquer son premier train.

En Tunisie sont incapables mêmes choisir les rames adaptés à leurs rails, ils changent plutôt les ponts, les rails ect.. Quelle perte d'argent et d'énergie, rajouter a cela ces malheux lignes laissées par France qu'ils n'avaient jamais vu d'évolution.


LARIO
| 12-08-2018 15:47
Et quand la SNCFT n'a pas déraillé,?! Voilà plus de soixante ans d'indépendance et notre sociéte NATIONALE de chemins de fer est stagnante et n"a réalisé aucun développement de ses infrastructures et de son matériel qui peuvent la distinguer et la rayonner. Plus que soixante ans et le tunisien n'a pas pu voir le jour où on installe des wagons-couchettes, où les trains respectent pour une fois leurs heures de départs et d'arrivées,où,où,où, ect.... ect.....faisons une comparason avec notre pays frére le MAROC, prenez leurs trains, vous allez constater une FORTE différence , voir les téléphériques de notre pays soeur l'ALGERIE, vous allez rester bouche bée, combien des fois on entend des voix de nos habitants d 'AIN DRAHAM, de TABARKA pour étudier l'installation d'un téléphérique, aucun entendeur L.ES MAGOUILLES? LA CORRUPTION, LES MICMACS, LE LAISSER FAIRE,LAISSER ALLER, LE" M'EN FOUTISME" , LA MAUVAISE GESTION DU P'?RSONNEL ET DES MOYENS n'ont laissé rien pour avancer, se métamorphoser et se développer

patriote
| 12-08-2018 14:46
Une gouvernance nulle et une incompetence. A part un outil d exploitation usé mais un UGTT hyper fort. Un PDG nullard peureux qui tient plus a son siege qu a la perennite de la SNCFT. UN ministre hors circuit usé par les dossieres revelés par DAIMI et qui tient grâce a son lien avec CHAHED. Une incompétence que paie le Tunisien au détriment de catastrophes horribles concurrentes! De Grace une faute gravissime implique une démission ou une révocation immediate!! Ce n est meme pas a discuter sauf dans une republique Bananiere de CHAHED-BEJI-GHANNOUCHE.

faraon
| 12-08-2018 12:52
à la SNCFT on est ... ingénieur principal ( = senior ) à 23 ans !!! pwahahah ....

kameleon78
| 11-08-2018 14:48
Pas besoin de bombarder la Tunisie, Trump nous fera ce qu'il est en train de faire à la Turquie, l'étouffer économiquement. Vendredi dernier donc hier, Trump a pris des mesures économiques contre la Turquie, conséquence, la livre turque s'est dépréciée par rapport au dollar de 20% en un seul jour, donc Trump nous fera pareil puisque la Tunisie est l'alliée idéologique de la Turquie, pas besoin de bombarder le pays, le dinar chutera à 1 dollar = 10 dinars, pas besoin de montrer les muscles, le pays d'effondrera de lui-même.

Zohra
| 11-08-2018 14:30
Shalom Monsieur,

Détrompez-vous Monsieur , c'était déjà arrivé à la SNCB le chemin de fer Belge "ce n'est pas une histoire belge" de la même façon de ce que c'était passé en Tunisie ci-joint larticle

https://www.rtbf.be/vivacite/emissions/detail_c-est-vous-qui-le-dites/accueil/article_un-train-a-roule-12km-sans-conducteur?id=9440397&programId=25

Bon week-end

Mouaten_x
| 11-08-2018 12:09
A l'image de notre malheureux pays qui déraille malheureusement... " Il faut rappeler aux chauffeurs qu'ils ne doivent pas quitter leur cabine" ?!! Ce sont les règles élémentaires qui sont bafouées par des "animaux" indignes de la responsabilité qui leur incombe, mal encadrés et protégés par un syndicat qui defend tout le monde sauf les pauvres usagers des innombrables incidents, de plus en plus fréquents. Encore un formidable acquis de " thaouret krimet' Allah". Meskina Tounes.

Salim
| 11-08-2018 08:24
Ma question s'adresse aux journalistes.
C'est bien beau de nous informer en temps réel. Par exemple pour le train qui a déraillé à dahmani, on sait seulement que le train a déraillé. On a même vu les photos, mais la suite?
Pourquoi a-t-il déraillé, problème de vitesse ou de vétusté des rails ou autre motif, qu'elles sont les mesures qui ont été prises,etc, etc.
C'est plutôt ça qui nous intéresse.

A lire aussi

La décision prise par l’Instance Vérité et Dignité quant à un nouveau procès à l’encontre de

22/10/2018 19:59
19

Malgré les liens d’amitié et de fraternité qui existent entre la Tunisie et le Maroc, les échanges

21/10/2018 15:59
14

La fusion entre Nidaa Tounes et l’UPL, et la désignation du très controversé, Slim Riahi, au poste

19/10/2018 19:59
9

D'importantes quantités de pluie ont été enregistrées entre mercredi 17 et jeudi 18 octobre

18/10/2018 16:00
28

Newsletter