La seule protection de Youssef Chahed est l’UGTT

Businessnews.com.tn | publié le 20/09/2017 15:59
Par Marouen Achouri,

 

Il est dans de beaux draps notre chef du gouvernement, Youssef Chahed. Il se trouve dans un dilemme cornélien. D’un côté, Youssef Chahed s’est trouvé dans une position politique si inconfortable politiquement qu’il a été obligé de s’abriter sous le parapluie de l’UGTT, la seule organisation de son poids qui puisse le protéger des différentes et diverses pressions. D’un autre côté, Youssef Chahed sait bien qu’il va devoir batailler dur avec la même UGTT en vue de la prochaine loi de finances 2018 et qu’il n’a pas trop intérêt à se mettre la centrale syndicale sur le dos.

 

Donc, voilà le décor planté de la situation actuelle du chef du gouvernement. Il va devoir ménager la chèvre et le chou et ne pas se mettre dans une position qui lui ferait perdre le soutien de l’UGTT. En effet, cette dernière est la seule organisation qui a apporté un soutien inconditionnel au chef du gouvernement particulièrement dans l’épisode du remaniement. Les autres intervenants ont, certes, apporté également leur soutien mais celui-ci était conditionné à certaines réserves. Les uns se sont échinés à décrire la forme du remaniement entre partiel et large, les autres se sont concentrés sur la qualité des personnes qui seront, ou non, nommées. L’UGTT, quant à elle, n’a pas chipoté, pour une fois. Elle a exprimé, haut et fort, un soutien inconditionnel à Youssef Chahed. Ce soutien inespéré et inconditionnel a permis à Youssef Chahed d’avoir une marge de manœuvre qu’il n’aurait pas eu sans le soutien de la centrale. Ni son parti, ni ses partenaires au pouvoir, ni même la présidence de la République n’ont fourni au locataire de la Kasbah un soutien aussi marqué à sa personne.

 

Le soutien de l’UGTT à Youssef Chahed tient principalement à la personnalité de Noureddine Taboubi. Ce dernier avait déclaré que certains partis avaient envisagé de remplacer Youssef Chahed pour ce remaniement. Même s’il s’agit certainement d’une proposition marginale, on peut imaginer que l’UGTT lui a opposé une fin de non recevoir.

Noureddine Taboubi est un homme d’appareil, bien plus « politicien » que son prédécesseur Abassi. C’est un calculateur né qui a roulé sa bosse pendant des années aussi bien au sein de l’UGTT que dans les négociations avec les différents gouvernements, avant la révolution et après. Il s’agit d’un homme ouvert au dialogue et à la négociation, beaucoup plus que Houcine Abassi à qui l’affrontement n’a jamais fait peur.

 

Mais en tant qu’homme baigné dans la politique, Noureddine Taboubi sera en mesure de tirer les dividendes d’un tel soutien au chef du gouvernement. Les occasions pour cela ne manqueront pas mais on peut supposer que l’un des premiers gros dossiers qui mettront aux prises Taboubi et Chahed est celui de la Loi de finances 2018. Après que les patrons ont fait le sacrifice des 7,5% de taxe exceptionnelle en 2017, ce sera cette année au tour de l’UGTT de faire des sacrifices. Un premier clash a eu lieu à propos des recrutements dans la fonction publique durant lequel l’UGTT exige de recruter pour l’enseignement et la santé.

 

Youssef Chahed arrivera-t-il à faire « avaler la pilule » à l’UGTT et lui faire admettre la quantité de réformes douloureuses nécessaires pour le pays ? Rien n’est moins sûr. Il faut savoir que Youssef Chahed n’a pas les moyens de se dresser contre la centrale syndicale car il serait démuni sans elle, car il ne bénéficie d’aucun soutien politique réel de la part des autres partenaires signataires de l’Accord de Carthage. Donc, ce serait une démarche risquée de la part du chef du gouvernement, surtout à l’aube d’un mois de janvier 2018 qui s’annonce chaud. De son côté, l’UGTT s’acharnera à défendre les intérêts de ses affiliés mais sans perdre de vue le fait que l’opinion publique scrutera soigneusement le comportement de la centrale syndicale sur la question de la loi de finances.

 

Une jolie partie d’échecs se profile à l’horizon concernant une loi de finances extrêmement importante pour l’avenir économique de la Tunisie et surtout pour expliquer la vision de ce nouveau gouvernement. Le chef du gouvernement a déjà fait part d’un document de stratégie économique qu’il a distribué aux signataires de l’Accord de Carthage, mais le projet de loi de finances qui sera présenté sera la réelle traduction de la stratégie de ce gouvernement. C’est à l’aune de ce projet que l’on jugera les intentions du gouvernement, et c’est à l’aune de la version qui sera votée que l’on pèsera le réel poids de Youssef Chahed et de son gouvernement.

La seule protection de Youssef Chahed est l’UGTT

Par Marouen Achouri, publié le 20/09/2017 15:59

 

Il est dans de beaux draps notre chef du gouvernement, Youssef Chahed. Il se trouve dans un dilemme cornélien. D’un côté, Youssef Chahed s’est trouvé dans une position politique si inconfortable politiquement qu’il a été obligé de s’abriter sous le parapluie de l’UGTT, la seule organisation de son poids qui puisse le protéger des différentes et diverses pressions. D’un autre côté, Youssef Chahed sait bien qu’il va devoir batailler dur avec la même UGTT en vue de la prochaine loi de finances 2018 et qu’il n’a pas trop intérêt à se mettre la centrale syndicale sur le dos.

 

Donc, voilà le décor planté de la situation actuelle du chef du gouvernement. Il va devoir ménager la chèvre et le chou et ne pas se mettre dans une position qui lui ferait perdre le soutien de l’UGTT. En effet, cette dernière est la seule organisation qui a apporté un soutien inconditionnel au chef du gouvernement particulièrement dans l’épisode du remaniement. Les autres intervenants ont, certes, apporté également leur soutien mais celui-ci était conditionné à certaines réserves. Les uns se sont échinés à décrire la forme du remaniement entre partiel et large, les autres se sont concentrés sur la qualité des personnes qui seront, ou non, nommées. L’UGTT, quant à elle, n’a pas chipoté, pour une fois. Elle a exprimé, haut et fort, un soutien inconditionnel à Youssef Chahed. Ce soutien inespéré et inconditionnel a permis à Youssef Chahed d’avoir une marge de manœuvre qu’il n’aurait pas eu sans le soutien de la centrale. Ni son parti, ni ses partenaires au pouvoir, ni même la présidence de la République n’ont fourni au locataire de la Kasbah un soutien aussi marqué à sa personne.

 

Le soutien de l’UGTT à Youssef Chahed tient principalement à la personnalité de Noureddine Taboubi. Ce dernier avait déclaré que certains partis avaient envisagé de remplacer Youssef Chahed pour ce remaniement. Même s’il s’agit certainement d’une proposition marginale, on peut imaginer que l’UGTT lui a opposé une fin de non recevoir.

Noureddine Taboubi est un homme d’appareil, bien plus « politicien » que son prédécesseur Abassi. C’est un calculateur né qui a roulé sa bosse pendant des années aussi bien au sein de l’UGTT que dans les négociations avec les différents gouvernements, avant la révolution et après. Il s’agit d’un homme ouvert au dialogue et à la négociation, beaucoup plus que Houcine Abassi à qui l’affrontement n’a jamais fait peur.

 

Mais en tant qu’homme baigné dans la politique, Noureddine Taboubi sera en mesure de tirer les dividendes d’un tel soutien au chef du gouvernement. Les occasions pour cela ne manqueront pas mais on peut supposer que l’un des premiers gros dossiers qui mettront aux prises Taboubi et Chahed est celui de la Loi de finances 2018. Après que les patrons ont fait le sacrifice des 7,5% de taxe exceptionnelle en 2017, ce sera cette année au tour de l’UGTT de faire des sacrifices. Un premier clash a eu lieu à propos des recrutements dans la fonction publique durant lequel l’UGTT exige de recruter pour l’enseignement et la santé.

 

Youssef Chahed arrivera-t-il à faire « avaler la pilule » à l’UGTT et lui faire admettre la quantité de réformes douloureuses nécessaires pour le pays ? Rien n’est moins sûr. Il faut savoir que Youssef Chahed n’a pas les moyens de se dresser contre la centrale syndicale car il serait démuni sans elle, car il ne bénéficie d’aucun soutien politique réel de la part des autres partenaires signataires de l’Accord de Carthage. Donc, ce serait une démarche risquée de la part du chef du gouvernement, surtout à l’aube d’un mois de janvier 2018 qui s’annonce chaud. De son côté, l’UGTT s’acharnera à défendre les intérêts de ses affiliés mais sans perdre de vue le fait que l’opinion publique scrutera soigneusement le comportement de la centrale syndicale sur la question de la loi de finances.

 

Une jolie partie d’échecs se profile à l’horizon concernant une loi de finances extrêmement importante pour l’avenir économique de la Tunisie et surtout pour expliquer la vision de ce nouveau gouvernement. Le chef du gouvernement a déjà fait part d’un document de stratégie économique qu’il a distribué aux signataires de l’Accord de Carthage, mais le projet de loi de finances qui sera présenté sera la réelle traduction de la stratégie de ce gouvernement. C’est à l’aune de ce projet que l’on jugera les intentions du gouvernement, et c’est à l’aune de la version qui sera votée que l’on pèsera le réel poids de Youssef Chahed et de son gouvernement.

Commentaires (7) Commenter
Aberration syndicale et destruction de l'économie (2)
Patriote
| 21-09-2017 11:13
Ajoutons à cela les fameuses lignes rouges de l'ugtt et son refus de privatiser quelques entreprises publiques déficitaires dans des Secteurs concurrentiels ou l'état ne doit pas être acteur, ces déficits précédemment cités subits par les contribuables dont les impôts collectés sont versées par le gouvernement à ces entreprises pour assurer leurs survies et biensure tout le montage de la corruption soutenu par des syndicalistes pourris continu à fonctionner dans ces institutions (vol, abus de pouvoir et de biens.....)
Aberration syndicale et destruction de l'économie
Patriote
| 21-09-2017 10:54
Sûrement l'ugtt va trouver la solution aux difficultés économiques en recrutant D'autres milliers de fonctionnaires par exemple qui vont ne rien foutre et dont les salaires vont être financés par les impôts des sociétés qui travaillent dur et qui se trouvent face à une administration merdique qui décourage tout investissement, cette masse salariale des fonctionnaires qui bouffe une bonne partie du budget de l'état. ....ou peut être l'ugtt demandera une augmentation salariale dans le secteur privé et publique comme d'habitude négociée par force de menace et qui va certainement augmenter l'inflation puisque dans notre pays c'est la culture du fainéantise et l'absence de productivité qui règne
Mr Achouri, des éloges un peu précoce en faveur de Taboubi!
harbi
| 21-09-2017 06:16
Tout avant le remaniement, on doit se rappeler au moins 3 choses côté Taboubi et cies:
1- Cheffi avait déclaré que l'ugtt a formulé un niet clair contre certains ministres
2- Taboubi en personne avait fustigé en disant que certains ministres ne méritaient meme pas d'etre recrutés comme employés dans l'admin! Et dites moi qui seraient ces ministres parmi les partants ou les restants?
3- l'implication de certains responsables syndicalistes dans de vraies guerres mediatiques contre des ministres et ce en guise de soutien ( non explicable que par des considerations personnelles pour ne pas dire interets et profits personnels) bizarre à des chefs d'entreprises publiques relevant de la tutelle desdits ministres...
Sans se contredire, Taboubi était réapparu au dernier moment pour annoncer plus clairement( mais bizarrement aussi) et avec simplicité que le choix des membres du gouvernement revient à YC.
A titre de rapprochement, l'attitude de NT parait un peu proche d'une tactique Nahdhaouie...Abbassi paraissait plus sobre et mieux clair dans la prise de position. Se rappeler ce qu'il avait dit" chercher l'argent dans les comptes des trafficants et des corrompus...et non dans les poches des démunis"
vous vivez dans un autre monde M. achouri
bala bala
| 20-09-2017 20:44
en supplement au commentaire de M.Halim,que j'approuve totalement;tant que l'UGTT,approuve toutes les gréves à tort ou à raison poussant ainsi à l'indiscipline et au manque de productivité des travailleurs , je me demande comment attirer les investisseurs tunisiens ou etrangers et ameliorer l'economie nationale
Palabres byzantines
D'ami
| 20-09-2017 19:01
Les byzantins nous ont légué les discussions et la réunionnite sans fin et sans resultat, alors k le pays a besoin de confiance de sécurité des investissements de libéralisation des changes et de fiscalite douce etc etc....on continue a. Palabrer devant le précipice il faut k yc dise la vérité et mette toute monde politicard et syndicat devant ses responsabilités sinon Forget Tunisia 2018 sera alors l'année de la rentrée en enfer k dieu ns protege
Que pense M. Jalloul?
St Just
| 20-09-2017 18:11
Il serait important de savoir ce que pensent messieurs Jalloul, M.Aidi et plein d'autres... Personnellement je m'interroge sur la direction actuelle de l'UGTT... Est-elle digne d'avoir été propulsée à ce niveau... sans charisme et sans vision claire pour la Tunisie.
Etes-vous sérieux M. Achouri????
Halim
| 20-09-2017 17:23
Malheureusement, l'état est trop affaibli pour appliquer la loi contre ces syndicalistes qui ont détruit le fonctionnement du pays après 2011...Ni Chahed Ni même Merkel pourront changer quelque chose en Tunisie...
Votre commentaire
(*) champs obligatoires
Conditions d'utilisation
Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction.
La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.
Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.
Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

» Cliquer ici pour lire les conditions d'utilisation et les règles de mod�ration