alexametrics
Chroniques

La grande maison se vide !

La grande maison se vide !

Par Marouen Achouri

 

Il est indéniable que la société tunisienne a vécu, et vit encore, une perte de repères sans précédent. Les valeurs de respect, de travail, d’intégrité et d’honnêteté ont été rudement mises à mal durant les sept dernières années. Les plus optimistes espéraient une sortie par le haut dans un chemin qu’auraient pavé les hommes politiques, les hommes de culture et l’élite de manière générale.

 

Non seulement ce fol espoir a très vite atteint ses limites mais ce sont nos politiciens qui innovent dans la mauvaise foi et dans le mensonge. A cause de ses ambitions égoïstes et de son obstination à garder le pouvoir, le fils du président de la République, Hafedh Caïd Essebsi, a détruit le parti Nidaa Tounes. Inutile de revenir sur les détails et sur le processus qui a amené à cela, sous l’œil bienveillant et protecteur de Béji Caïd Essebsi. Mais aujourd’hui, on se retrouve dans une situation inédite : Un parti qui gagne les élections en 2014, et qui finit à l’opposition en 2018 ! Les écoles de sciences politiques du monde entier devraient dépêcher des experts et étudier les anomalies de cette scène politique. De l’autre côté, nous avons un chef de gouvernement désigné à la surprise générale il y a deux ans et qui est aujourd’hui en guerre ouverte avec la présidence de la République et avec son parti d’origine Nidaa Tounes. Et pour assurer ses arrières et faire avancer sa politique, il s’est construit un bloc parlementaire ! Donc chez nous, être à la tête du bloc parlementaire majoritaire ne garantit pas d’accéder à la présidence du gouvernement. Par contre, il est possible d’être chef de gouvernement et de se faire un bloc parlementaire. C’est tout simplement prodigieux.

 

Evidemment, dans cette scène mouvante, il y a une guerre de positionnement et de survie. L’inénarrable Khaled Chouket se targue du fait que son parti, Nidaa Tounes, va se retrouver dans l’opposition et promet que « des masques vont tomber ». Une promesse dite et redite et personne n’y croit plus. D’autant plus qu’il risque d’y avoir énormément de boulot pour faire tomber tous les masques chez Nidaa Tounes. Entre les anciens qui sont là sans trop savoir pourquoi, les repris de justice qui croient que leur allégeance à Hafedh Caïd Essebsi leur offre une immunité et les revenants qui enchainent les échecs et qui ont flairé une occasion de se positionner, Nidaa Tounes ressemble plus à un gang qu’à un parti politique. Ils parlent tous de vérité, de discours franc et d’honnêteté sauf qu’aucun d’eux n’est capable d’évoquer la responsabilité directe et indéniable du président de la République, Béji Caïd Essebsi. Pourtant, c’est lui qui a décapité le parti en début de mandat, c’est lui qui a laissé faire les événements de Hammamet, c’est lui qui a laissé faire ce qui s’est passé lors du congrès de Sousse en dépêchant son poulain de l’époque, Youssef Chahed, à la tête de la « commission des treize », et c’est lui qui a encouragé et protégé son fils pendant que celui-ci cassait le parti. Que l’un des membres de Nidaa dise cette vérité et on y croira peut-être.

 

Plusieurs membres de Nidaa Tounes ont récemment démissionné de ce parti, dont l’un de ses plus farouches défenseurs Wissem Saïdi. Ça leur a valu la déclaration élégante de Chouket (encore lui) qui a dit que le « rats quittaient le navire ». C’est dire si l’élégance, la politesse et la courtoisie sont dans l’ADN de ce parti. Ils ne semblent pas être au courant que l’homme politique doit être exemplaire pour ensuite mériter la confiance des électeurs. Pire encore, ils sont dans des chamailleries de bas étage. Mais n’oublions pas qu’absolument aucun d’eux ne s’est frotté au véritable et ultime exercice politique : le suffrage universel. Très forts en théorie et nuls en pratique, on peut douter qu’ils puissent gagner ne serait ce qu’une élection de chef de classe…

 

 

 

 

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (7)

Commenter

A4
| 16-09-2018 12:41
LA GRANDE MAISON
Ecrit par A4 - Tunis, le 15 Septembre 2018

La grande maison se vide
Il n'y a même plus de couchette
Il ne reste que le caïd
Et un farfelu "chouquette"

Elle se vide, tout part en miettes
Plus de chaise, plus de bureau
Il n'y a plus qu'une girouette
Avec la boule à zéro

La grande maison est ruine
On n'entend plus de discours
Il y a un "fiston" qui couine
Seul dans un coin de la cour

Elle s'enfonce, elle s'affaisse
Fissurée de bas en haut
Plus aucun sous dans la caisse
Point d'idées, point d'idéaux

La grande maison est close
Ferme ses portes même aux siens
On n'y entend plus de prose
Que des aboiements de chiens

Elle est vide et déserte
Les anciens sont tous partis
Voir si l'herbe est plus verte
Loin des chardons et orties

La grande maison se vide
Et il n'y aura pour la fête
Qu'un fou tenancier morbide
Et quelques viles marionnettes

Khaled Canada
| 13-09-2018 15:52
avec vous à propos de BCE Mr Achour.

Naifs sont ceux qui pensent que HCE, qui, avec ses agissements, nuit à l'image et au legs présidentiel de son père. Au risque de les décevoir, il s'est avéré que tout a été voulu, planifié et executé selon la volonté et les choix stratégiques de BCE.

La mascarade de Sousse avec le fameux "comité des treize" et le résultat qui en a découlé n'en est que le parfait exemple. Marzouk et cie étaient contre le plan de rapprochement avec Ennahdha. Il fallait donc quelqu'un digne de confiance qui exécuterait la stratégie tracée sans entraves, quitte à sacrifier quelques plumes.

HCE n'est que l'extension de la pensée et de la volonté de son père qui, en fin de compte, gère Nidaa by proxy. On se retrouve aujourd'hui avec un parti presque complètement déplumé.

aliocha
| 13-09-2018 14:51
BCE est devenu gaga, c'est la vieillesse, on n'y peut rien, il retombe dans l'enfance et après avoir construit son jouet il prend un malin plaisir à la casser!

sassi
| 13-09-2018 12:11
oui la grande maison pollue maintenant de proxenitisme

A4
| 13-09-2018 08:53
La grande maison se vide
Il n'y a même plus de couchette
Il ne reste que le caïd
Et le farfelu chouquette ...

Gg
| 12-09-2018 21:02
J'adore la chute, "on peut douter qu'ils puissent gagner ne serait ce qu'une élection de chef de classe'?'"
Caustique comme j'aime, à déguster!

Jilani
| 12-09-2018 16:36
Bien dit, tout a été programmé par le renard, d'abord il a rassemblé les élites de la droite et la gauche et après avoir gagné, il les a jetés et s'est entouré d'une mafia des anciens rcdistes et des voyous comme ce khammassi bsaies jmal ... Tout provient de ses magouilles et combines mais il a mal calculé. YC ne supportant plus ses démagogies a pris son indépendance et le pays avance bien contrairement à ce que dit cette racaille de politiciens. YC a acquis la confiance des bailleurs de fonds et même des Européens et américains. Ennahdha le sait très bien.

A lire aussi

La recomposition que connait actuellement la scène politique tunisienne à la lumière des nouvelles

14/11/2018 15:59
5

Les députés ont validé hier, lors d’une plénière mortelle de platitude, les ministres proposés dans

13/11/2018 15:59
2

Le parlement examine ce lundi 12 novembre 2018 la nouvelle formation gouvernementale proposée par

12/11/2018 15:59
13

Le chef du gouvernement Youssef Chahed présentera demain sa nouvelle composition gouvernementale à

11/11/2018 15:59
9

Newsletter