La FTAV dénonce l’agonie de l’Outgoing en Tunisie

Businessnews.com.tn | publié le 17/07/2017 11:51

Une conférence de presse organisée par la Fédération tunisienne des agences de voyage (FTAV) s’est tenue ce lundi 17 juillet 2017 à l’hôtel Africa à Tunis. Elle a eu pour objectif d’alerter les autorités sur l’agonie du secteur de l’Outgoing en Tunisie, une activité touristique censée endiguer la crise qui frappe le tourisme incomming tunisien.

 

Présidée par Mohamed Ali Toumi, le président de la FTAV ; Kamel Saad, le secrétaire générale adjoint de l’UGTT ; Fehmi Houki, directeur général des Services communs au ministère du Tourisme ; Mehdi Haloui, directeur général de l’investissement et du produit au ministère du Tourisme ainsi que Nada Ghozzi, la présidente de la commission Outgoing de la FTAV, le point presse a permis de mettre en évidence la crise profonde du secteur de l’Outgoing.

 « En 2006, une enveloppe de 10 millions de dinars a été accordée à la FTAV pour développer l’Outgoing en Tunisie. Puis en 2014 cette somme a été élevée à 20 millions de dinars. Comme les agences de voyages se sont multipliées et que la demande des citoyens s’est accrue ces sommes ne suffisent plus » a déclaré Mohamed Ali Toumi. Il a rappelé qu’en 2014, une étude sur le secteur de l’Outgoing avait été menée par le ministère du Tourisme. Il en était ressorti que cette activité nécessitait une enveloppe de 40 millions de dinars en 2016, 50 millions de dinars en 2017 et 60 millions de dinars en 2018. Cependant, un second conseil ministériel, tenu en février 2017,a bloqué cette étude et a refusé l’octroi de la somme de 40 millions de dinars (prévue pour 2016) à la FTAV pour l’exercice 2017.Mohamed Ali Toumi a assuré que seule une enveloppe de 25 millions de dinars a été consentie et qu’aujourd’hui cette somme est épuisée.

 

Le président de la FTAV a également dénoncé « le travail au noir des sociétés de services qui parasitent le circuit formel et légal de la FTAV alors que nous sommes en pleine lutte contre la corruption. ». Il a aussi déclaré : « Pourquoi une liste des produits non essentiels qui sont importés n’a pas été élaborée en Tunisie comme cela a été fait en Algérie pour sauvegarder nos devises ? Nous refusons d’être considérés comme le dindon de la farce ! ».

 

Le secrétaire général adjoint del’UGTT a exprimé sa totale solidarité avec la FTAV. Il a évoqué une crise sociale et une possible escalade dans les mois à venir. « Le secrétaire général de l’UGTT, Noureddine Taboubi, va dans les jours à venir s’entretenir avec la présidence à propos de ce sujet » a-t-il assuré. Il a ajouté que répondre à la demande des citoyens qui souhaitent voyager pour des raisons familiales, professionnelles, médicales ou autres est un devoir et que ces voyages sont essentiels. « Ces personnes appartiennent à la classe moyenne tunisienne ils ne partent pas à l’étranger pour gaspiller les devises mais pour des raisons inhérentes à leur activités  ».

 

Khawla Hamed

 

La FTAV dénonce l’agonie de l’Outgoing en Tunisie

publié le 17/07/2017 11:51

Une conférence de presse organisée par la Fédération tunisienne des agences de voyage (FTAV) s’est tenue ce lundi 17 juillet 2017 à l’hôtel Africa à Tunis. Elle a eu pour objectif d’alerter les autorités sur l’agonie du secteur de l’Outgoing en Tunisie, une activité touristique censée endiguer la crise qui frappe le tourisme incomming tunisien.

 

Présidée par Mohamed Ali Toumi, le président de la FTAV ; Kamel Saad, le secrétaire générale adjoint de l’UGTT ; Fehmi Houki, directeur général des Services communs au ministère du Tourisme ; Mehdi Haloui, directeur général de l’investissement et du produit au ministère du Tourisme ainsi que Nada Ghozzi, la présidente de la commission Outgoing de la FTAV, le point presse a permis de mettre en évidence la crise profonde du secteur de l’Outgoing.

 « En 2006, une enveloppe de 10 millions de dinars a été accordée à la FTAV pour développer l’Outgoing en Tunisie. Puis en 2014 cette somme a été élevée à 20 millions de dinars. Comme les agences de voyages se sont multipliées et que la demande des citoyens s’est accrue ces sommes ne suffisent plus » a déclaré Mohamed Ali Toumi. Il a rappelé qu’en 2014, une étude sur le secteur de l’Outgoing avait été menée par le ministère du Tourisme. Il en était ressorti que cette activité nécessitait une enveloppe de 40 millions de dinars en 2016, 50 millions de dinars en 2017 et 60 millions de dinars en 2018. Cependant, un second conseil ministériel, tenu en février 2017,a bloqué cette étude et a refusé l’octroi de la somme de 40 millions de dinars (prévue pour 2016) à la FTAV pour l’exercice 2017.Mohamed Ali Toumi a assuré que seule une enveloppe de 25 millions de dinars a été consentie et qu’aujourd’hui cette somme est épuisée.

 

Le président de la FTAV a également dénoncé « le travail au noir des sociétés de services qui parasitent le circuit formel et légal de la FTAV alors que nous sommes en pleine lutte contre la corruption. ». Il a aussi déclaré : « Pourquoi une liste des produits non essentiels qui sont importés n’a pas été élaborée en Tunisie comme cela a été fait en Algérie pour sauvegarder nos devises ? Nous refusons d’être considérés comme le dindon de la farce ! ».

 

Le secrétaire général adjoint del’UGTT a exprimé sa totale solidarité avec la FTAV. Il a évoqué une crise sociale et une possible escalade dans les mois à venir. « Le secrétaire général de l’UGTT, Noureddine Taboubi, va dans les jours à venir s’entretenir avec la présidence à propos de ce sujet » a-t-il assuré. Il a ajouté que répondre à la demande des citoyens qui souhaitent voyager pour des raisons familiales, professionnelles, médicales ou autres est un devoir et que ces voyages sont essentiels. « Ces personnes appartiennent à la classe moyenne tunisienne ils ne partent pas à l’étranger pour gaspiller les devises mais pour des raisons inhérentes à leur activités  ».

 

Khawla Hamed

 

Commentaires (14) Commenter
Situation Réelle
Faten .H
| 18-07-2017 13:22
En réponse à Monsieur LAHYANI ,
A votre place j'aurais remercié le journaliste de l'article qui vous a permis d'apprendre des termes professionnels liés à l'activité , il ne faut tout de même pas être ingrat !!!
L'activité du voyage est certes exportatrice de devise , mais en contre partie c'est la colonne vertébrale de l'économie du pays monsieur , il serait bien de se renseigner avant de poster des propos pareils , le tourisme contribue à faire entrer des devises et je vous invite à vous documenter sur les chiffres réalisés par le secteur en matière de devises.
Personne ne peut juger les autres et leur interdire de voyager pour quelconque raison , faire du shopping , se soigner , étudier , visiter la famille , découvrir ... c'est une liberté personnelle et un droit absolu que nul est censé interdire !
Vous parlez de gaspillage , avez vous pensé aux priorités de l'état et de la manière dont le budget est alloué ?? avez vous regardé un peu partout autour de vous les produits importés en devises qui ne sont pas nécessaires pour le consommateur? avez vous pensé avant d'acheter un billet pour assister au concert de votre chanteur préféré invité en tunisie et payé en devise ? avez vous pensé à l'enveloppe allouée aux footballeurs de votre équipe ? avez vous pensé à l'origine des vêtements de vos enfants et de votre famille ? Tout cela , monsieur est payé en devise sans aucun retour bénéfique à l'économie .
Il est temps , de réfléchir à nos priorités , l'activité de l'agent de voyages certes exporte de la devise mais en contre partie elle fait entrer aussi de l'argent qui est versé à la caisse de l'état .
Monsieur TOUMI défend non pas une activité mais tout un secteur , une mentalité , le but est de sensibiliser le consommateur , lui ouvrir les yeux sur une partie sombre de l'activité qui peut nuire à son bienêtre et le conduire vers l'illégalité . Arrêtons de polémiquer avec des propos insensés et irresponsables, Nous devrions tous , chacun de notre coté aider à la reconstruction de notre pays , et consolider les bonnes pratiques .
pauvre agences de voyages
mohamed
| 18-07-2017 09:39
''''' ''''''' ''' ''''' '' ''' ''''' '''''''' ''''' ''''''' '' '' ''''''' '' ''''' '''''' '' '''''' '' ''''''' '''''''' ' '' ''''''' ''''''.
'''''' '''''' '''''''' ' '''''' '' ''''''
''''' '' '''''' '''' '''''
laisser les opérateurs travailler librement
tunisien
| 18-07-2017 09:23
je me demande pourquoi l'ontt nous donne un cahier des charges pour exercer cette activité alors qu'ils nous limitent par un seuil. ils veulent tuer les bons (agences de voyages) pour laisser les escrocs (sociétes de services) travailer sans controle sans assurance sans garantie. sans aucune
@BN et la Palestine??
ROUMIN
| 18-07-2017 08:54
aucun commentaire? aucune nouvelle? des pratiques barbares en terme de mesures de sécurité pour accéder à la mosquée elaksa
pourquoi vous ne dites rien à ce sujet??
Qu'en termes choisis ces choses-là sont dites !
Mansour Lahyani
| 18-07-2017 08:47
Outgoing, et incoming : des mots étranges pour parler des voyages vers, et de, l'étranger ! Outre son inacceptable propension à utiliser des mots compliqués pour indiquer des choses simples ou habituelles, M. Toumi a une bien fâcheuse prétention, d'odre professionnel, celle-là : se plaindre de la réduction des allocations pour aller faire du shopping à Carnaby Street ou aux Galeries Lafayette, c'est plutôt indécent dans un pays qui est sur le point de rendre gorge : il aurait mieux valu se taire, pour ne pas attirer davantage l'attention sur une activité essentiellement dévoreuse de devises... D'autre part, c'est fondamentalement FAUX : de 10 millions, les allocations sont passées à 20 millions !!! M Toumi estime-t-il que davantage encore de devises sont à gaspiller pour que les touristes tunisiens aillent s'amuser à l'étranger, et que les agences de voyage, seules, puissent prospérer ?
STOP
Emna
| 17-07-2017 22:42
Brabbi ceux qui ne sont pas connaisseurs de la situation économique et sociale du pays s'abstenir.
1- Ce sont ces memes entités qui font entrer la devise au pays qui demandent de bénéficier de 3% de ce montant. Les agents de voyages travaillent dur pour regagner la confiance de leurs partenaires étrangers afin d'assurer progressivement la reprise de l' activité de l'incoming. Cette catastrophe va amener les fournisseurs à porter plainte contre les agents de voyages tunisiens, wa9tha il n'yaura plus ni outgoing ni incoming!
2- les agences de voyages font travailler des centaines de cadres qualifiés, les autorités ont elles pensé au sort de ceux qui travaillent dans les 300 agences spécialisées dans l'outgoing? On va aller vers une vraie crise sociale ce sont des familles entières qui vivent de ces emploi! D'où le soutien de l'UGTT!
3- Avant de parler des problèmes de devise, l'état est tenu d'établir une liste des secteurs exportateurs prioritaires (on voit des dizaines de marques étrangères implantées en Tunisie de toutes catégories que la règle soit appliquée pour tous, les tunisiens ne mourront certainement pas s'ils arrêtent de manger des chocolats et des céréales parvenus du monde entier ou de s'habiller des grandes marques européennes et americaines, idem les tunisiens ne mourront pas s'ils ne vont pas aux soirées d'artistes étrangers payés à 50000 euro le spectacle..
4- Quelle sera l'image de la Tunisie dont les professionnels n'ont plus de crédibilité et le pays même.
5-Position controversée le même état qui combat la corruption encourage de ce fait le circuit parallèleenfin, que l'état assume ses responsabilités envers le peuple et déclare aux tunisiens la fin des voyages à l'étranger jusqu'à la fin de l'année !
Ouà.el fakakir
Fakakir
| 17-07-2017 20:37
Il y'a les riches qui voyagent et les pauvres qui regardent les avions partir. Alors interdisons le voyage pour tous le monde. La tunisie est grande et belle. Restons chez nous.
et ces Tunisiens
Vent du Nord
| 17-07-2017 20:24
qui vont passer leur noce en Turquie. Est-ce ces voyages sont inhérents à leur activités?
C'EST DU GASPILLAGE DE DEVISES!
Citoyenne tunisienne
Zeineb.B.Z
| 17-07-2017 19:46
Bonsoir, j'avais suivi tout à l'heure le reportage de nessma sur ladite conférence puisqu'il s'agit d'un problème qui préoccupe les professionnels mais surtout les citoyens désirant voyager.on parle de tourisme et on parle d'envelope delimitant le nombre des voyages par an et se terminant au mois de juillet non mais on reve?? Dans quel autre pays auriez vous entendu ca?? Et celui qui desire partir en vacances avec sa famille au mois de septembre et celui qui part en voyages de noces et celui qui part se soigner??? Quelle honte! C quand meme un plein droit du citoyen tunisien et comme citoyenne tunisienne je veux etre protégée et sécurisée par des droits quand je voyage c pour ca on voyage avec des agences de voyages! Et je veux voyager en toute légalité et je ne veux pas partir via le circuit parallèle!! Les autorités doivent agir en toute urgence sinon une série de protestations des citoyens va se lancer pas uniquement les agences de voyages w manech ne9sin
Un avis
Voyageur
| 17-07-2017 16:47
Monsieur extra je tiens a vous remercier de nous avoir informé que le pays passe par une crise de devise mais j aimerais bien vous dire que ce pays importe aussi la bouff des animaux et d autres produits qui ne sont pas nécessaires avec la devise aussi c est une question de priorité a mon avis! ou bien les agents de voyages protègent leur employés et clients et surtt la réputation et l image de ce pays que le ministère de tourisme a mis bcp d argent en device pour l améliorer sinon j aimerais bien qu un responsable nous informe officiellement qu on ne peut plus voyager a l étranger et le fait que l ugtt défend cette initiative a mon avis çà garanti la crédibilité
Votre commentaire
(*) champs obligatoires
Conditions d'utilisation
Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction.
La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.
Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.
Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

» Cliquer ici pour lire les conditions d'utilisation et les règles de mod�ration