Kébili - Des protestataires incendient le siège de la délégation

Des protestataires ont incendié, ce jeudi 12 octobre 2017, le siège de la délégation de Souk Lahad (gouvernorat de Kébili) et la maison de fonction du délégué, qui était juste à côté.
 
Ainsi, et selon des sources présentes sur place, des contestataires se sont rassemblés près de la délégation, bloquant la route. D’autres individus les ont rejoint avec des bidons d’essence et ont incendié les locaux. Ils se sont ensuite dirigés vers le poste de la Garde nationale, qui n’était pas loin, pour l’incendier lui aussi. Les protestataires ont, cependant, été interceptés par les agents des forces de l’ordre qui ont réussi à les disperser en usant de gaz lacrymogène.
 
 
Les heurts entre les deux parties sont toujours en cours, à l’heure de la rédaction de ces lignes. Aucune revendication n’a encore été formulée, nous confie une source sécuritaire, en précisant que certains des protestataires ont des relations avec un contrebandier récemment arrêté. 
 
Selon la même source, il ne s’agit pas d’un simple rassemblement protestataire, mais d’une opération préméditée. Cette opération coïnciderait avec un l’action d’un autre protestataire ce matin à Tunis. Ce dernier a grimpé en haut de l’horloge de l’avenue Habib Bourguiba, un pain à la main, et a évoqué la cherté de la vie, la dégringolade du pouvoir d’achat et les événements qui se passaient en même temps à Kébili.
 
M.G

.

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

 

Commentaires(56)

Commenter
Portrait de admin

Nephentes
admin | 12/10/2017 15:42
Nephentes
Resentiement et colère sont généralisés dans cette région; tout comme les régions de Tataouine, Kasserine, Makhtar, Jendouba L'épisode de l'embarcation des harragas a eu beaucoup d'échos dans ces régions, contrairement aux régions du littoral. De plus, les contrebandiers sont très bien implémentés dans le tissu socio-économique de la région de Kébili et Douz. la colère de ces gens et leur aversion vis-à-vis de la capitale est profonde, je l'ai constaté in situ. Malheureusement , le rapport de force et de violences entre capitale et régions de l'intérieur va devenir la norme.
Portrait de admin

le berbère
admin | 12/10/2017 15:43
le berbère
ce qui n'est pas du tout normale ,c'est que le perturbateur et son bâtard imed . tant que le TAROUR et IMED *** sont libres d'agiter dans tout le sud en toute liberté ,la Tunisie ne verra jamais le calme .j'attire votre attention que l'avance des soldats de l'armée nationale libyenne jusqu'à la frontière ,alors les islamistes frères de la Tunisie vont créer des mouvement protestataire afin de déstabiliser toute la Tunisie et la Libye pour installer les daechiens comme veulent Qatar et la Turquie . RÉVEILLEZ VOUS YARHAMKOM ALLAH !!
Portrait de admin

Tounsi
admin | 12/10/2017 15:45
Tounsi
Le service militaire met les moins de 30 Sur la bonne voie
Portrait de admin

DHEJ
admin | 12/10/2017 15:58
DHEJ
Partie civile!
Portrait de admin

takilas
admin | 12/10/2017 16:10
takilas
N'est- ce pas nahdha, en quête de populisme, qui les a incité à s'accaparer des dividendes propres à l'État ? Don qu'elle paye à leur place comme elle a payé pour BOUCHLAKA le neveu de Ghanouchi l'escroc.
Portrait de admin

Mohamed 1
admin | 12/10/2017 16:11
Mohamed 1
S'ils ne sont pas mis en prison, l'Etat n'existe plus. De toutes façons c'est pas grave: un peu plus de taxes sur le dos des droits et honnêtes citoyens couvriront les dépenses.
Portrait de admin

stuc
admin | 12/10/2017 16:13
stuc
Il fallait s y attendre ,un oiseau de mauvaise augure est passe par la.suivez mon regard!!!!!!!!!!!!!!!!!
Portrait de admin

Rached Napolitano
admin | 12/10/2017 16:53
Rached Napolitano
En effet, ça sent le tartour qui vole au secours des contrbandiers pour embraser une région qui lui paraît conquise. Mais quand je lis "disperser", je trouve que c'est trop tendre avec ce troupeau de moutons. Il faut "matraquer" et fort SVP!
Portrait de admin

Agatacriztiz
admin | 12/10/2017 16:56
Agatacriztiz
Et si ce n'était qu'une manoeuvre de diversion pour accaparer l'attention des autorités pour permettre à des contrebandiers de passer marchandises contrefaites, armes ou djihadistes fuyant la Lybie ?
Portrait de admin

Tounsi Horr
admin | 12/10/2017 17:22
Tounsi Horr
Les zones frontalières avec la Libye et l'Algérie sont aujourd'hui des zones à risque. Des forces politiques minoritaires travaillent les couches les plus pauvres... Depuis la pseudo révolution de la Qarrita des activistes exacerbent les sentiments des jeunes les plus démunis... Le risque est social (tensions sociales), économique (chômage et contrebandes), sécuritaire (violence, non respect des lois et propagande religieuse et terroriste ). Des énergumènes comme Marzouki, Daimi et compagnies et d'autres... cherchent à créer des tensions, un fossé entre le nord et les régions en difficulté ... Brûler une Délégation, la maison de fonction du Délégué ne peut être considéré comme un acte de protestation, ce ne sont pas des "protestataires" mais des criminels agissant ouvertement et en toute connaissance même si la Tunisie est en état d'urgence... La Justice doit être implacable avec ces criminels ! Force et de constater que depuis des années la justice, traîne, ne remplit plus ses fonctions de façon rapide, claire et transparente ? Pour juguler et trouver une solution à ces difficultés ...il faudra peut être déclarer de façon unilatérale et provisoire toutes les zones frontalières avec la Libye et l'Algérie "Zones militaires" : ces zones seront administrées et gérées par l'armée, où justice militaire et loi martiale seront appliquées sans réserves !

A lire aussi

Le député d'Al Horra, Sahbi Ben Fredj, est revenu ce samedi 17 février 2018, sur l’affaire d’espionnage lancée suite à la publication d’une enquête par le journal Alchourouk concernant un réseau d’espionnage, impliquant plusieurs personnalités politiques, dont un chef de parti politique dénommé M

17/02/2018 21:32
0

Un employé de la délégation de Fouchana, dans le gouvernorat de Ben Arous, a saccagé, hier, vendredi 16 février 2018, une vitre des locaux de la délégation et deux voitures stationnées dans son parking, selon un communiqué du ministére de l'intérieur.

 

17/02/2018 19:08
0

« Le passage frontalier de Hozoua coûtera 9 millions de dinars » a indiqué le ministre des Finances, Ridha Chalghoum, dans une déclaration accordée ce samedi 17 février 2018, aux médias. Le ministre accompagnait le chef du gouvernement lors de sa visite à Tozeur.

 

17/02/2018 18:18
0

La veuve de Lotfi Nagdh, coordinateur de NidaaTounes à Tataouine, se présente sur les listes du parti pour les municipales de mai, selon des photos publiées ce samedi 17 février 2018, sur la page officielle de Nidaa.

 

17/02/2018 16:43
2

Newsletter