alexametrics
A la Une

Kamel Néji : 2019 sera une belle année pour l’UIB

Kamel Néji : 2019 sera une belle année pour l’UIB

 

L’Union Internationale de Banques (UIB) continue sur sa lancée malgré une conjoncture difficile, avec des performances 2018 dépassant les prévisions de son business plan. C’est ce qui ressort globalement de l'Assemblée générale ordinaire pour l’exercice 2018, tenue dans une bonne ambiance ce vendredi 19 avril 2019, sous la houlette du président du Conseil d’administration Kamel Néji et du directeur général de la banque Mondher Ghazali.

 

 

L’UIB a clôturé l’année 2018 avec un résultat net en hausse de 24,1%, passant de 90,07 millions de dinars (MD) fin 2017 à 111,81 MD fin 2018, surpassant les prévisions du business plan de près de 9 MD, malgré une contribution conjoncturelle exceptionnelle de 5,74 MD et 51,69 MD d’impôt. Ainsi, les actionnaires auront droit cette année à un dividende de 0,700 dinar par action (14% du nominal), mis en paiement à partir du 1er juin 2019. Le Produit net bancaire (PNB) a atteint 362,74 MD (+25%). Des résultats réalisés grâce notamment à la maîtrise des charges qui sont restées contenues à 14,1% hors contribution au fonds de garantie des dépôts bancaires. Cette dernière charge a atteint 10,88 MD.

 

L’encours des dépôts de la clientèle a augmenté de 13,7%, situé à 4.688,8 MD et des créances sur la clientèle en hausse de 8%, atteignant les 5.333,8 MD. Le coefficient d’exploitation a atteint 46,5%,

Côté ratios de gestion et de rentabilité, la banque termine son exercice 2018 avec un ROE (rentabilité des fonds propres) de 23%, un taux de créances classées de 7,7% et un taux de couverture des actifs classés de 78%. Le ratio de solvabilité est de 11,3% pour un TIER1 de 8%. Le nouveau ratio crédits/dépôts atteignait 127% en 2018, actuellement il est à 123% et devrait atteindre les 120% en juin 2019.

 

Le groupe UIB a terminé 2018 avec un résultat consolidé de 109,36 MD, en progression de 26,97%. Le PNB consolidé réalisé s’est accru de 17,33% passant de 290,75 MD à 362,6 MD.

 

 

Dans son mot d'ouverture, Kamel Néji a estimé que ce rendez-vous annuel est une occasion d'évaluer leur action et de se projeter dans un avenir proche. Et d’affirmer : «L’année 2018 a été un bon millésime pour l’UIB avec des fondamentaux robustes et des résultats meilleurs qu’anticipé. L’UIB a pu atteindre, avec un an d’avance, la plupart de ses cibles avec, notamment, un résultat net qui a franchi le cap des 100 millions de dinars». Un succès réalisé grâce notamment à la vision stratégique mise en place, l’audace, l’innovation et le capital humain.

«Par souci de vérité», le président du conseil avoue que «la banque a bénéficié, en 2018, d’un contexte de taux favorable à la marge nette d’intérêt qui pouvait difficilement être meilleur».

M. Néji a parlé des différents défis auxquels fait face la banque, aujourd’hui. Il a évoqué en particulier les enjeux de liquidité surtout qu’il estime que «le scénario d’un assouplissement de la politique monétaire est difficilement envisageable». Et de préciser : «L’UIB a la chance d’être placée, aujourd’hui, dans une position favorable si l’on se réfère à son recours aux financements à court-terme sur le marché interbancaire et auprès de la Banque Centrale de Tunisie».

Il a aussi cité l’enjeu technologique et «la transformation longue et passionnante» qui se profile selon la feuille de route. Et de marteler que «l’UIB de demain sera une entreprise de services bancaires et de Tech qui s’appuiera sur ses talents émergents et sur son écosystème riche de startups et de fintechs».

Et nous allons garder notre attitude pragmatique et prudente sans surestimer ni sous-estimer les contraintes qui se présenteront à nous.

Il a aussi abordé le défi humain pour conférer à leurs équipes les moyens d’anticiper les évolutions et définir efficacement les nouveaux codes du métier de banque. Et de finir avec le défi financier. «L’UIB est déterminée à faire jeu égal avec la première banque privée du secteur, avec un ROE qui dépasserait les 20%», a-t-il affirmé.

 

 

Pour sa part, Mondher Ghazali a parlé de la conjoncture internationale et nationale marquée par le glissement du dinar de 13,2% par rapport à l’euro et de 7,3% par rapport au dollar en 2018 et dans lesquels a œuvré la banque ainsi que du taux favorable qui a créé une dynamique forte pour l’ensemble du secteur bancaire et pour l’UIB en particulier. Il a aussi évoqué la contribution au fonds de garantie des dépôts bancaires qui a atteint les 10,88 MD. Son objectif, avoue-t-il, sera de préserver la banque pour qu’elle ne soit pas à la merci de crise de liquidité.

Autre fait important, pour lui, la stratégie mise en place par l’UIB et ajustée est pertinente et toujours d’actualité, atteignant une grande partie de ses objectifs notamment avec le rééquilibrage du business modèle de banque de détail destinée aux particuliers à celles aussi destinée aux entreprises, le tout en misant sur une montée en gamme de ses produits et sur son capital humain.

L’UIB est ainsi en train de réussir un pari qui lui tient particulièrement à cœur : devenir la banque relationnelle de référence.

 

Ouvrant le débat, le président de l’Association des actionnaires minoritaires "ADAM" Khaled Ahres a félicité Mondher Ghazali pour les résultats accomplis. Il a mis en relief le caractère de banque citoyenne et les efforts qu’elle déploie pour soutenir les PME, les diplômés et les porteurs de projets et appelé à ce que les actionnaires soient associés à ces actions sociétales et artistiques. Il a demandé si la banque a pris part au prêt syndiqué signé pour le financement de l’Etat, il y a quelque temps. Enfin et comme accoutumé, il a appelé à la création d’un "Club Actionnaire".

Kamel Ben Yaghlen a tenu à saluer l’entrée à l’UIB de deux pointures : Mohamed Salah Souilem, «un grand monsieur de la Banque centrale de Tunisie» et Chafik Ben Hamza, un ancien PDG. Il a appelé à faire participer les anciens de l’UIB à ses activités culturelles. Il a profité pour faire certaines critiques positives notamment pour l’amélioration de certains services de la banque.

 

 

En réponse, Kamel Néji a indiqué que toutes les initiatives sont une valeur ajoutée pour l’UIB et seront adoptées dans le futur. Il avait affirmé dans son speech d’ouverture que «les actionnaires dans leur diversité sont l'assise qui porte leur entreprise».

«Grâce à votre engagement et votre vigilance, nos lendemains s'annoncent prometteurs. Et nous veillerons à ce que les orientations préconisées soient bel et bien traduites dans les faits. Les actionnaires de l'UIB sont l'épicentre de notre entreprise et son référent permanent. Pour eux et pour notre chère clientèle, nous œuvrons pour une gouvernance moderne, tournée vers l'efficacité et ancrée dans nos valeurs», a-il déclaré.

Et d’ajouter en réponse à une remarque de M. Ahres sur les banques réticentes aux changements opérés dans le conseil d’administration notamment avec l’introduction du représentant des petits porteurs : «Nous ne sommes pas du front du refus, nous œuvrons pour le bien des actionnaires de tout bord et de la Tunisie».

 

S’agissant du prêt syndiqué, M. Néji a rappelé qu’en sa qualité de banque citoyenne, l’UIB a pris part à ce prêt pour rendre service à la Tunisie et à l’économie du pays et faire son devoir envers la patrie, notamment avec un montant de 50 millions d’euros et un taux d’intérêt de 2,25% remboursable dans 3 ans. "C’est un acte positif qui sert les équilibres du pays et sert l’UIB".

Pour les anciens cadres de la banque, il a expliqué que l’UIB est le foyer de tous sans exclusion et que les retraités de la banque ont leur association Sénior by UIB. «Nous sommes une grande famille», a-t-il martelé.

En réponse à M. Ben Yaghlen, le président du conseil a affirmé que le niveau des services est en perpétuelle amélioration, selon des bureaux d’études internationaux, mais que cela ne signifie en aucun cas de ne pas continuer les efforts et aller de l’avant.

 

En 2007, l’UIB était numéro 7. Aujourd’hui, elle est numéro 4. Il faut dire que la banque a fait beaucoup de chemin sachant qu’elle agonisait il y a quelques années.

«Nous allons continuer à remettre les choses d’équerre pour être la troisième banque privée selon le critère du Produit net bancaire en 2019. Nous allons, également, veiller à solliciter largement nos équipes pour concevoir et réaliser les objectifs de rentabilité sur fonds propres, de manière à conserver notre position de leader dans le palmarès des banques tunisiennes», a indiqué M. Néji.

«L’UIB dans sa version 2019 a les capacités et les moyens de développer des services et des innovations aux meilleurs standards du digital», a-t-il affirmé, tout en mettant en relief un environnement «peu confortable», «concurrentiel et opérationnel compliqué».

Autre fait important, Kamel Néji pense que «l’essentiel de la hausse des taux est probablement derrière eux». C’est dans ce cadre que les perspectives 2019-2022 ont été volontairement conservatrices.

 

 

Ainsi et selon les chiffres mis à jour, la banque ambitionne d’atteindre un résultat de 201 MD en 2022, celui de 2019 est revu à la hausse à 151 MD, soit une avance de deux années par rapport à l’ancienne trajectoire. Le résultat avant impôt atteindrait 201 MD en 2019 et 315 MD en 2022. Le coût net du risque reste contenu à environ 60-70 bps pendant toute la période 2019-2022. Le coefficient d’exploitation passera à 40,9% en 2022, gagnant 4,9 point sur 4 ans. La banque table, notamment, sur un PNB de 429 MD en 2019 pour atteindre 613 MD en 2022. Les dépôts atteindraient 5,14 milliards de dinars en 2019 et 7,38 milliards de dinars en 2022 pour des crédits de 5,64 milliards de dinars en 2019 et 7,81 milliards de dinars en 2022.

 

«2019 sera aussi une belle année pour l’UIB et ce au regard des signaux et des différents indicateurs d’activité à fin mars 2019. L’UIB a toujours fait montre de sa capacité à délivrer sur les objectifs et nous savons pouvoir compter sur nos collaboratrices et collaborateurs pour maintenir le cap et ne pas relâcher le rythme», considère Kamel Néji.

 

Imen NOUIRA

 

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (1)

Commenter

Foued abid
| 21-04-2019 18:03
Vous êtes très intègre et je vous souhaite une très bonne chance et un excellent succès professionnel.

A lire aussi

L’image, déjà écornée, du président du bloc parlementaire et du comité central de Nidaa, dans un

19/05/2019 16:59
8

La pénurie des médicaments fin 2018, on s’en souvient

17/05/2019 17:59
5

Démarrage aujourd’hui, jeudi 16 mai 2019, du procès de Habib Bourguiba, premier président de la

16/05/2019 17:00
28

Il y a un an, alors qu’Oxford Business Group publiait son premier Business Barometer: sondage auprès

16/05/2019 16:59
0

Newsletter