alexametrics
Chroniques

Hechmi Hamdi, des destouriens à l’islamisme

Hechmi Hamdi, des destouriens à l’islamisme

Par Sofiene Ben Hamida

 

S’il existe quelqu’un qui sait faire parler de lui, c’est bien Hechmi Hamdi. L’idée de génie qu’il a eue de rassembler quelques dizaines de personnes dans l’avenue principale de la capitale contre le rapport de la Colibe et le pied de nez aux autorités en faisant la prière dans la rue, à même le sol, ont fait d’un événement banal, le centre de l’actualité de la semaine. Ils ont aussi fait de Hechmi Hamdi et de son Tayyar Al Mahaba, inexistants par ailleurs, des acteurs importants de la vie publique, l’espace d’un week end.

 

Ce rassemblement aurait pu passer inaperçu donc comme pour les milliers d’autres événements qui se déroulent dans le pays. Mais Hechmi Hamdi, opportuniste comme il est, a réussi à lui donner du volume en réactivant les leviers de la provocation, de la peur, du mensonge, des valeurs identitaires en danger et en profitant surtout des tiraillements que vit la société tunisienne et de la passivité des autorités. Pour rappel, la passivité des autorités en 2011 et 2012 a coûté au pays deux assassinats politiques. Pour rappel aussi, lors des élections de 2011, Hechmi Hamdi avait actionné les mêmes leviers et les mêmes mécanismes pour donner une visibilité aux destouriens qui étaient en pleine tourmente et incapables de s’exprimer à travers leurs propres représentants. Aujourd’hui, encore une fois, il fait de la sous-traitance, mais cette fois au profit d'Ennahdha et de l’islam politique radical.

 

En effet, Ennahdha, dans sa situation actuelle de parti au pouvoir en alliance avec le chef de l’Etat, lui-même instigateur du rapport de la Colibe, ne peut et ne veut pas s’exprimer clairement et définitivement sur l’initiative présidentielle. Les déclarations de ses dirigeants, excepté Lotfi Zitoun, laissent, comme à l’accoutumée, planer le doute et ouvrent les portes aux interprétations les plus contradictoires concernant la position du parti islamiste su la question de l’égalité en général et dans l’héritage en particulier. De leurs côtés, le parti Ettahrir, les ligues dites de protection de la révolution, les charlatans de type Adel Almi et autres, ont tous, pour des raisons diverses, épuisé leurs capacités de rassemblement et sont devenus trop encombrants pour leurs commanditaires. Faire appel à un sous traitant manipulateur et populiste comme le chef du Tayyar Al Mahaba était donc une bonne tactique pour les islamistes afin de contrer l’initiative du chef de l’Etat sans assumer clairement cette opposition d’autant plus qu’au vu de tous les mercenaires qui empestent le paysage politique, on pourrait considérer que Hechemi Hamedi n’est pas pire que les autres.

 

Dans une semaine à peine, à l’occasion de la commémoration de la fête de la femme, le 13 août prochain, le président de la République devrait trancher sur cette question d’égalité dans l’héritage. Il n’a pas beaucoup de marge de manœuvre. S’il choisit d’aller dans l’esprit de son initiative annoncée l’année dernière et apporte son soutien au rapport de la Colibe, il devrait annoncer une initiative législative. Cela obligera les partis politiques, surtout le parti islamiste de se prononcer clairement, ce qui aura pour résultat ou bien le renforcement du statut d'Ennahdha en tant que parti civil et républicain, ou bien de démasquer définitivement la roublardise et le double discours des islamistes. Seulement cette démarche doit reposer sur un soutien actif de l’autorité exécutive à l’initiative présidentielle qui ne manquera pas de susciter des réactions de refus de la part de quelques franges de la société. Au vu de la passivité des autorités constatée le 3 août dernier, il y a lieu d’être sceptique.

 

Sinon, le président de la République pourrait faire marche arrière et reporter le débat sur la question de l’héritage considérant que le moment n’est pas opportun. Dans ce cas, le pays aura perdu, en l’espace d’une année, beaucoup de temps, d’argent et d’énergie. Mais le principal perdant serait le président de la République qui aurait vu son autorité symbolique et effective s’éroder encore plus.    

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (9)

Commenter

TOUNSIA
| 12-08-2018 05:55
...certes le pays aura perdu,... Mais le principal perdant serait le président de la République qui aurait vu son autorité symbolique et effective s'éroder encore plus., je lui souhaite tellement d'entrer dans l'Histoire, car autrement le pire est à venir ...

Citoyen_H
| 06-08-2018 14:02
les traitres, les contrebandiers, les violeurs, les égorgeurs, les criminels, etc... en Chine.
Ils mettent à genoux tous les résidus de leur société dans une grande place, et sur le coté de chacun de ces criminels, se tient un soldat tenant un pistolet sur la tempe.
Ensuite, un ordre est donné par leur supérieur, ils appuient tous sur la détente en même temps.

C'est grâce à une stricte discipline, ,que la Chine est devenue la première puissance économique du monde.


Mohamed Obey
| 06-08-2018 10:13
La man'?uvre effectuée par plus grand manipulateur et populiste islamiste Hachemi Hamdi est l'une des fameuses bouffonneries qu'ont vu les tunisiens depuis la mise e marche de la destruction de l'Etat tunisien entamée le 14 janvier 2011...La conclusion soulignée par l'auteur est bien soutenable: C'est l'occasion pour les tunisiens de constater la future phase tactique d'Ennahdha, se prononcer soit pour la Colibe et s'engager sur une nouvelle piste ou se rétracter et être fidèle à son positionnement identitaire...

Abir
| 06-08-2018 09:32
On doit

Abir
| 06-08-2018 07:17
Si on doigt prendre uniquement que par la recommandation du coron,pourquoi cette recommandation tombe quand l'humain, père ou mère et les deux ensemble décideront,par testament de partager à égaux ou privilégier l'un ou l'autre de leurs enfants,ou femme,proche(es) chacun comme ça lui convient,maintenant et quand une loi pourra égaliser en faveur de la femme ,une partie des hommes arriérés égoïstes révoltent et violemment contre cette loi et surtout contre les femmes!!!

Ameur k
| 05-08-2018 21:58
Je pense que le projet DOIT passer a lARP :ca passe et dans ce cas le pays et beji ont gagne pour l eternite
Si ca casse ; c est le masque de l islam politique qui est tombee et les citoyens normaux mettront une croix sur l avenir de ce pays et de la modenite.....et les generations futures vivront dans une TOUNISTEN
Quant au president il sortira de l histoire par la bouche d egout

HatemC
| 05-08-2018 18:00
Donc une Tunisienne n'a pas le droit d'épouser un non musulman mais un Tunisien lui a le droit ... là la famille n'est pas souillée quand il s'agit du second cas mais le premier oui !!!!!

Toujours la femme musulmane qui voit ses droits réduits et traité de souillure et par qui la souillure arrive ....

Egalité dans l'héritage et c'est toujours la femme qui est lésée ...

Es ce que ce Hamdi a été manipulé par les islamistes pour contrer l'initiative de BCE?

Il me semble que Nahdha est majoritaire à l'assemblée et peut aisément faire capoter l'initiative ... Nahdha ne donnera aucune consigne de vote et dira que les députés ont voté en leur âme et conscience et tirera son épingle du jeu ...

Le double discours des islamistes est bien connu ...

NON, NON l'enjeu est ailleurs

Il me semble que BCE et Ghannouchi sont derrières l'initiative, Bochra n'a été que l'instrument ... cela a eu le mérite de réveiller les consciences et chaque camp a levé son bouclier ... les uns se cachent derrière la Charia et les hadiths et non le Coran qui lui est complet et n'avilit pas la femme et lui donne tous ses droits, même dans l'héritage, l'égalité dans l'héritage est inscrit dans le Coran ... mais les radicaux mettent en avant tj les versets qui vont contre le principe d'égalité ...

Verset 2 sourate 180 ...

" On vous a prescrit, quand la mort est proche de l'un de vous et s'il laisse des biens, de faire un TESTAMENT en règle en faveur de ses père et mère et de ses plus proches. C'est un devoir pour les pieux" ...

Et le VERSET 4 Sourat 7 ...

C'est une recommandation testamentaire ..

"Aux HOMMES revient UNE PART de ce qu'ont laissé les père et mère ainsi que les proches; et aux FEMMES UNE PART de ce qu'ont laissé les père et mère ainsi que les proches, que ce soit peu ou beaucoup: une part fixée."

C'est clair aussi comme verset pas lieu de se contorsionner et lui trouver une autre interprétation ...

Le Coran EST DESCENDU DANS SA FORME COMPLETE ... la Charia est une aberration ...

LE CORAN EST UNE OEUVRE DITE DIVINE ET LA CHARIA HUMAINE ...

Le Coran recommande donc La WASYYA (testament) - le legs par testament qui est une obligation pour le croyant ...la transmission des biens par testament.

Cette disposition prioritaire permettait de répartir ses biens librement et sans limitation ou ségrégation de genre ( homme /femme)

Les Fondamentalistes délaissent ces 2 versets '?GALITAIRES et nous matraquent avec les autres versets IN'?GALITAIRES qui ne sont en fait que des CAS PARTICULIER ...

Les Fondamentalistes détournent le Coran à leur besoin ... et mettent en avant le WARTH, cet héritage n'avait littéralement aucun caractère obligatoire. ... sur la Wassiya qui a caractère obligatoire ...

Il semble que Nahdha présentera Ghannouchi pour 2019 et le Colibe sera l'argument FORT de la campagne des islamistes ...

BCE OFFRE aux islamistes un argument fort qui marquera les esprits faibles ... le boulevard vers Carthage est grand ouvert ....

Et le solide slogan de François Hollande sera repris et orateur comme il est ... Ghannouchi dira :

MOI PRESIDENT j'abandonnerai les textes du Colibe
MOI PRESIDENT je reconduirai La circulaire 606 d' Octobre 1973, relatifs à la protection de la famille et à la préservation de sa pureté de la famille de toutes les impuretés ...

Il est clair que le rapport de la Colibe a été commandé dans ce sens par BCE et permettre aux islamiste de gagner 2019 ... l'argument religieux sera au centre du programme islamiste ...

Les Nidaistes ont trahi en 2014 et continuent le désastre avec ce Colibe qui arrive peut être soit trop tôt soit trop tard car en 2014 BCE aurait pu gouverner seul sans les islamistes et faire passer son programme égalitaire .... en 2014 l'Assemblée était acquise ... HC

Khneji
| 05-08-2018 18:00
Je suis certain que les manifestations de Sfax,Gabes,Gafsa ne sont pas organisees par ordre de Mr Hamdi et de son Tayer....Ensuite le REFUS POPULAIRE du rapport de Bochgha n est pas du uniquement au debat sur la question de l heritage comme veut le presenter Mr Ben Hmida!

Abir
| 05-08-2018 17:29
Si le président montre qu'il est hésitant ou qu'il pense à l'intérêt des islamistes avant l'intérêt des Tunisiens,ou ne pourra pas achever une loi qui lui même a pris l'initiative de l'instaurer,ou même montrer des mains tremblantes,en face d'une minorité égoïste,devant tout ces signaux négatifs,le président ne pourra plus jamais placer un projet ou décider une loi dans le reste de son mandat ,ni même avoir l'estime de ses électeurs !

A lire aussi

S’il y a un sujet sur toutes les lèvres c’est bien les municipalités et leur gestion. Les élections

23/10/2018 15:59
2

Par Nizar Bahloul Il s’appelle Jean-Luc Mélenchon, il est une grande figure de la gauche

22/10/2018 15:59
13

Les aqueducs romains ont résisté à toutes les intempéries durant vingt siècles mais ils ont succombé

21/10/2018 15:59
13

Voila une semaine que le projet de loi de finances 2019 a été transmis à l’Assemblée des

18/10/2018 16:00
11

Newsletter