Hédi Larbi : le FMI n’impose rien !

Businessnews.com.tn | publié le 20/04/2017 21:38

Le membre constituant d’Al Badil Ettounsi et ancien ministre de l’Equipement, de l’Aménagement du territoire et du Développement durable, Hédi Larbi, a affirmé ce soir du jeudi 20 avril 2017, que les exigences du FMI, sont finalement nécessaires àau redressement de la situation économique.

 

M. Larbi a affirmé dans un premier temps, que la situation économique est certes difficile, soulignant, qu’elle a été accentuée par la prolifération de la corruption, outre la dégradation du pouvoir concurrentiel de la Tunisie. « Nous avons perdu six ans, d’autant plus que la politique économique du pays est erronée et on assiste à une augmentation énorme des dépenses publiques », a-t-il indiqué.

 

D’autre part, il a ajouté que ce sont les Etats qui font appel aux établissements financiers internationaux. « Ces établissements n’imposent rien. Ils effectuent un suivi pour s’assurer si les réformes suggérées vont contribuer à la réparation de la situation économique et financière. Il faut savoir que ces institutions accordent des prêts à des conditions très avantageuses et avec un taux très faible. Ce sont des institutions financières internationales qui viennent en aide aux pays qui le demandent, sauf qu’elles exigent la réalisation des réformes », a-t-il précisé.

 

Il a considéré, par ailleurs que la source du problème économique en Tunisie est, principalement, d’ordre politique outre l’absence de méthode et de vision stratégique du gouvernement.

 

Hédi Larbi : le FMI n’impose rien !

publié le 20/04/2017 21:38

Le membre constituant d’Al Badil Ettounsi et ancien ministre de l’Equipement, de l’Aménagement du territoire et du Développement durable, Hédi Larbi, a affirmé ce soir du jeudi 20 avril 2017, que les exigences du FMI, sont finalement nécessaires àau redressement de la situation économique.

 

M. Larbi a affirmé dans un premier temps, que la situation économique est certes difficile, soulignant, qu’elle a été accentuée par la prolifération de la corruption, outre la dégradation du pouvoir concurrentiel de la Tunisie. « Nous avons perdu six ans, d’autant plus que la politique économique du pays est erronée et on assiste à une augmentation énorme des dépenses publiques », a-t-il indiqué.

 

D’autre part, il a ajouté que ce sont les Etats qui font appel aux établissements financiers internationaux. « Ces établissements n’imposent rien. Ils effectuent un suivi pour s’assurer si les réformes suggérées vont contribuer à la réparation de la situation économique et financière. Il faut savoir que ces institutions accordent des prêts à des conditions très avantageuses et avec un taux très faible. Ce sont des institutions financières internationales qui viennent en aide aux pays qui le demandent, sauf qu’elles exigent la réalisation des réformes », a-t-il précisé.

 

Il a considéré, par ailleurs que la source du problème économique en Tunisie est, principalement, d’ordre politique outre l’absence de méthode et de vision stratégique du gouvernement.

 

S.H
Commentaires (6) Commenter
découverte
Briso
| 21-04-2017 23:21
et pourtant, le FMI est la SEULE banque au monde qui ne pourra et ne fera jamais faillite.....
le FMI n'impose rien !
Strauss Khaan
| 21-04-2017 17:23
Yaaaaaaaaa Hediiiiiiii!!!!
Kifech????
le FMI n'impose rien !??? Est ce que tu suis l'actualité en Europe??? Ces dernières années le FMI à fermé le robinet au Portugal, à l'Espagne et plus récemment à la Grèce!!! Regarde le résultat destructeur de cet organisme!!! Le Tunisie ne pèse rien sur l'échiquier mondial, on gratte des aides et des emprunts un peu plus tous les jours au profit d'un gouvernement totalement pourri et islamisé... Tu va voir si il n'impose rien, nous finirons par manger du sable et boire notre pauvre pisse...
ce que l'on pourrait faire
TMT
| 21-04-2017 12:57
L'analyse de Mr Hedi est très proche de la réalité et partant de sa conclusion,il est évident que le problème trouve son origine durant les premières années de la révolution au cours desquelles on a appliqué, sans nous rendre compte,une politique de distribution des ressources financières (celles qui restaient)et surtout celles octroyées par les institutions financières. Ce qui fait qu'on a distribué l'argent qu'on n'a pas gagné (économiquement parlant) et ça dure jusqu'à ce jour par le biais de mécanismes divers.
Bref,puisqu'on ne peut pas continuer à nous lamenter et perdurer dans les accusations inopportunes, il est fondamental que les tunisiens se mettent à voir la réalité en face,et s'armer de beaucoup de patience en acceptant la stratégie de reculer pour mieux sauter...
Que ceux qui détiennent une autre stratégie,qu'ils nous fassent l'honneur de nous la présenter.
Le FMI n'impose rien : il ne fait pas de cadeau, non plus !
Mansour Lahyani
| 21-04-2017 11:24
Ces établissements financiers internationaux n'imposent rien ? C'est ça, allez raconter ces sottises à ceux qui meurent d'attendre la manne promise ! Il aurait fallu avoir l'honnêteté de préciser que si vous ne vous pliez pas à leurs exigences, vous pourrez faire votre deuil de leurs "prêts à des conditions très avantageuses et avec un taux très faible" : qui aurait pu refuser ces conditions, si avantageuses, lorsqu'on a le couteau sur la gorge ??? Il faut aller raconter ça à tous ceux qui ont poussé les gouvernements tunisiens à s'endetter pour satisfaire leurs diktats, autrement plus mortels que ceux du FMI!
des mesures draconniennes sont nécessaires
cvdgl
| 21-04-2017 11:10
Les dépenses publiques sont énormes et ce aux dépens de l'investissement public dans les secteurs productifs et structurants. C'est le résultat du gouvernement de la Troïka entre 2012 et 2014.On est encore en train de perdre du temps avec les gouvernements issues d'ennhdha et nidaa tounes.Les résultats des élections de 2017 et 2019 vont nous informer si la Tunisie va se redresser ou continuer à s'enfoncer dans le gouffre.Il fallait revenir au régime présidentiel ou garder ce régime parlementaire avec une majorité issue d'autres partis sans nidaa tounes et ennahdha.
Arrêtez de Mentir
veritas
| 21-04-2017 08:17
Le sort du pays est entre les mains des anglo-saxons et de leur mercenaires islamistes ,le FMI est une institution manipulée par ces mêmes anglos.
Votre commentaire
(*) champs obligatoires
Conditions d'utilisation
Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction.
La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.
Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.
Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

» Cliquer ici pour lire les conditions d'utilisation et les règles de mod�ration