Ghazi Jeribi fait annuler la circulaire relative au mariage des Tunisiennes à des non-musulmans

Businessnews.com.tn | publié le 14/09/2017 13:12

 Le ministre de la Justice Ghazi Jeribi a signé le 8 septembre courant une circulaire faisant annuler la fameuse circulaire numéro 216 du 5 novembre 1973 et interdisant aux Tunisiennes de se marier à de non-musulmans, apprend Business News.

C’est suite au discours du président de la République le 13 août dernier à l’occasion de la fête de la Femme et suite à une correspondance officielle émanant du chef du gouvernement Youssef Chahed que Ghazi Jeribi a réagi pour émettre sa circulaire.

Dans sa circulaire, le ministre de la Justice rappelle que la circulaire numéro 216 est contraire aux articles 21 et 41 de la Constitution tunisienne et contraire aux accords internationaux signés par l’Etat tunisien.

Désormais, et sur la base de cette annulation, les Tunisiennes pourront se marier avec l’homme de leur choix quelle que soit sa nationalité et sa religion.

 

La circulaire du ministre de la Justice a été envoyée aux différents présidents de tribunaux, aux procureurs de la République, aux services d’Etat civil et aux consulats tunisiens.

Une vive polémique a été déclenchée après le discours du président de la République du 13 août dernier de la part d’islamistes extrémistes et certains conservateurs affirmant que Béji Caïd Essebsi veut changer la loi musulmane en autorisant les musulmanes à se marier à des non-musulmans.

Or ni le discours du président, ni la circulaire du ministre ne parlent de musulmanes, mais plutôt de Tunisiennes. Ces dernières étaient considérées comme musulmanes de faits par les différents services publics et on leur interdisait de se marier à des hommes non-musulmans sauf s’ils se convertissent à l’islam.

Désormais, toutes ces considérations sont balayées et les Tunisiennes pourront se marier avec qui elles veulent. C’est la deuxième décision historique qui touche les femmes, prise par Béji Caïd Essebsi depuis son arrivée au pouvoir. Auparavant, il a autorisé les mères à voyager seules avec leurs enfants sans une autorisation paternelle préalable.

 

Ghazi Jeribi fait annuler la circulaire relative au mariage des Tunisiennes à des non-musulmans

publié le 14/09/2017 13:12

 Le ministre de la Justice Ghazi Jeribi a signé le 8 septembre courant une circulaire faisant annuler la fameuse circulaire numéro 216 du 5 novembre 1973 et interdisant aux Tunisiennes de se marier à de non-musulmans, apprend Business News.

C’est suite au discours du président de la République le 13 août dernier à l’occasion de la fête de la Femme et suite à une correspondance officielle émanant du chef du gouvernement Youssef Chahed que Ghazi Jeribi a réagi pour émettre sa circulaire.

Dans sa circulaire, le ministre de la Justice rappelle que la circulaire numéro 216 est contraire aux articles 21 et 41 de la Constitution tunisienne et contraire aux accords internationaux signés par l’Etat tunisien.

Désormais, et sur la base de cette annulation, les Tunisiennes pourront se marier avec l’homme de leur choix quelle que soit sa nationalité et sa religion.

 

La circulaire du ministre de la Justice a été envoyée aux différents présidents de tribunaux, aux procureurs de la République, aux services d’Etat civil et aux consulats tunisiens.

Une vive polémique a été déclenchée après le discours du président de la République du 13 août dernier de la part d’islamistes extrémistes et certains conservateurs affirmant que Béji Caïd Essebsi veut changer la loi musulmane en autorisant les musulmanes à se marier à des non-musulmans.

Or ni le discours du président, ni la circulaire du ministre ne parlent de musulmanes, mais plutôt de Tunisiennes. Ces dernières étaient considérées comme musulmanes de faits par les différents services publics et on leur interdisait de se marier à des hommes non-musulmans sauf s’ils se convertissent à l’islam.

Désormais, toutes ces considérations sont balayées et les Tunisiennes pourront se marier avec qui elles veulent. C’est la deuxième décision historique qui touche les femmes, prise par Béji Caïd Essebsi depuis son arrivée au pouvoir. Auparavant, il a autorisé les mères à voyager seules avec leurs enfants sans une autorisation paternelle préalable.

 

R.B.H.
Commentaires (165) Commenter
bonne décision
sam8291
| 27-09-2017 10:14
chacun est libre de mener son train de vie comme il le souhaite a condition de ne pas piétiner celle des autres, marre de cet islam raciste et arrogant,après si dieu il y a ,et bien il jugera lui même ce qui est bon ou mouvais,ce n'est pas a l'homme de juger.
A chater.
Farouk
| 19-09-2017 11:01
Enfin la loi est passee :Tes filles sont libres d'epouser un chretien ou un juif.Le coran est depasse,vive la liberte.
Le mufti va être au chômage technique
el manchou
| 16-09-2017 18:15
80% des conversions devant le mufti étaient bidons, juste pour que monsieur gawri puisse se marier avec sa dulcinée Tunisienne.

Le mufti va se retrouver au chômage technique et le chiffre officiel des conversions va être en baisse.
bravo
tunivigil
| 16-09-2017 16:59
Merci!!vive la tunisie. J'aime mon pays
@ HatemC| 15-09-2017 17:29
EL OUAFFI
| 16-09-2017 16:20
Je vous remerciez de vos idées ;il me semble que vous étiez pas un Musulman car un musulman est censé d'obéir ce que Dieu dit dans son livret sacré le coran ainsi de croire le vrai Hadith du messager du Dieu .
N'oubliez pas que la Tunisie est un pays dont la majorité des ses citoyens sont musulmans la preuve concrète ( Djamiatte Ezzétouna ) qui été la bastion des connaisseurs de la science de l'islam .
Je souhaitera pas que l'actuel président procédera de tel changement dans les textes sacrés du coran si non il entrera dans un impasse sans usé et surtout avec le monde arabe et sa valeure risquera d'être rétrogradée car L'islam est universel pour tous les croyants musulmans y compris la Tunisie .
@ 1204
anti-islamiste
| 16-09-2017 13:08
Et bien RIEN du tout ! Les religions sont pures inventions humaines... Si Dieu il y a il le remerciera d'avoir défendu les femmes des griffes du diable !
@ chater
amaya
| 16-09-2017 08:24
Je vais rester sobre.
Les Femmes,accessoirement musulmanes, et le pilier essentiel de l'islam (lequel???)vous disent merde.
Mabrouk à toutes celles qui ont vu leur vie empoisonnée par cette circulaire indigne. Mabrouk à tous les hommes qui ne se verront plus obligés de renier leurs convictions intimes.
Trait rouge
1204
| 16-09-2017 05:42
Ce que j'aimerai savoir quand monsieur el beji sera entre les mains de dieu et lui pose la question suivante mes lois sont ligne rouge infranchissable ques-qu-il peut repondre
l'islamo-fasciste a encore divagué !
Épicure
| 15-09-2017 20:41
Quand on est con, on est con.
Pour toujours et pour la vie !
Hélas, il est irrécupérable.
Il devrait rejoindre ses amis Qataris, Afghans, Turcs,...
Bravo re-ministre de Béji Caïd Essebsi !
Abel Chater
| 15-09-2017 20:18
Les cartes se jouent maintenant à découvert. Notre régime parlementaire se trouve kidnappé et séquestré par le président vieillard Béji Caïd Essebsi et ses "Mansour Skhiri" et ses "Saïda Sassi".
Ce ministre de la Justice Ghazi Jeribi, s'est avéré de la même débilité que Mohsen Marzouk. Ce dernier ne put attendre la fermeture des derniers bureaux de votes aux élections de 2014, pour nous sortir annoncer un résultat de vote à la virgule près. Ayant ainsi dévoilé la tricherie qu'il a manigancée avec l'ancien chef de l'ISIE, Chafik Sarsar.
Maintenant, c'est au tour de ce ministre de la Justice Ghazi Jeribi, d'avoir hâte à nous dévoiler la raison pour laquelle Béji Caïd Essebsi l'a rappelé de nouveau à la tête du ministère de la Justice. C'est parce qu'il connaît en lui son sens de l'injustice, jusqu'à pouvoir abolir un pilier essentiel de l'Islam, dont ni Bourguiba, Ni Ben Ali ne purent y toucher le moindre.
Ce que ce ministre de la Justice Ghazi Jeribi omet toutefois de reconnaître, c'est que l'Islam a un Vrai Dieu Créateur de tout cet univers, qui le protège depuis plus de quatorze siècles. Qu'il signe une circulaire islamophobe et qu'il défie notre Créateur Allah le Tout Puissant, comme bon lui semble. Le peuple tunisien n'est pas bête à ce point, ni que nos femmes et nos filles tunisiennes ne sont toutes des prostituées. Quelle famille, quels parents et quelle société tunisienne musulmane accepteraient un juif ou un Chrétien ou un Bouddhiste pour gendre, même si ce ministre de l'injustice signait mille circulaires?
Ce ministre prend les femmes tunisiennes pour des brebis, qu'il dirigerait suivant ses manipulations électorales. Il n'a de courage que de se soumettre à la volonté des ennemis de l'Islam. Il finira dans la poubelle de l'histoire, comme tous ceux qui nous ont dénudés de notre honneur et de notre dignité humaine, pour plaire à ces mêmes ennemis de l'Islam. Nous avons vécu leur fin désastreuse déjà prédite avant des décennies.
Rira bien qui rira le dernier.
Votre commentaire
(*) champs obligatoires
Conditions d'utilisation
Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction.
La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.
Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.
Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

» Cliquer ici pour lire les conditions d'utilisation et les règles de mod�ration