Faycel Derbel : Pour 2018, il y aura probablement une hausse de 1% de la TVA

Businessnews.com.tn | publié le 11/08/2017 11:06

Le conseiller économique auprès du chef du gouvernement, Faycel Derbel, est revenu sur les déclarations du ministre des Finances par intérim, Fadhel Abdelkefi qui assurait il y a quelques temps que les caisses de l’Etat se seraient retrouvées en « défaut » par rapport à la paie des fonctionnaires de l’Etat. Il a aussi fait un focus sur la loi de Finances 2018 et annoncé une « probable » augmentation de la TVA (Taxe sur la valeur ajoutée).

 

« Il est vrai que la situation économique est très difficile, ceci dit il ne faut pas exagérer et parler de faillite ou de catastrophe. Il y a des termes que je n’ai jamais utilisé ! De plus, ceci n’est pas vrai ! » A assuré M. Derbel, avant de relever le fait que si on exclut la situation des réserves en devises, « les indices économiques de ce premier semestre 2017, sont meilleurs que ceux de l’année précédente. Il y a une amélioration ! ».

 

Le chargé de la réforme fiscale auprès de la présidence du gouvernement a assuré en outre que pour ce qui des finances publiques, la recette fiscale pendant les 7 premiers mois de 2017 a enregistré une augmentation de 8,3% en excluant les 7,5% imposés aux entreprises du secteur privé, qui ont contribués à hauteur de 723 MD, dans la recette citée.

 

Dans son intervention, Faycel Derbel a souligné que de gros efforts ont été faits dans le recouvrement des dettes suspendues, ce qui a permis de récupérer des millions de dinars. « Pour ce qui des recettes de la douane, elles ont été multipliées par 5. Ajoutons à cela la reprise de l’export et le rééquilibre de la balance commerciale, on peut conclure que la machine est en train de reprendre ».

M. Derbel a ensuite axé son discours sur la croissance. Il a rappelé que le premier trimestre 2017 a été dans le vert avec 2,2% de taux de croissance et que si le pays continue sur cette lancée, l’année 2018 sera l’année du « décollage ». « Pour y arriver il faut l’appui de toutes les parties concernées » a-t-il souligné.

 

Evoquant la loi de Finances 2018, le conseiller de la présidence du gouvernement a déclaré : « Elle ne sera ni encombrante ni encombrée ! ». A ce sujet, il a évoqué un taux de croissance attendu de 3,5%, avant d’insister sur l’urgence d’un plan de relance, qui soit basé sur l’aide aux entreprises en difficulté. « D’un autre côté, il y aura la chasse aux fraudeurs. Il faut que la confiance revienne ! » a-t-il ajouté.

Selon M. Derbel, la nouvelle Loi de finances inclura des initiatives pour encourager l’auto-entreprenariat.« Il y aura aussi, probablement, une augmentation de la TVA de l’ordre de 1% ».

 

S.A

 

Faycel Derbel : Pour 2018, il y aura probablement une hausse de 1% de la TVA

publié le 11/08/2017 11:06

Le conseiller économique auprès du chef du gouvernement, Faycel Derbel, est revenu sur les déclarations du ministre des Finances par intérim, Fadhel Abdelkefi qui assurait il y a quelques temps que les caisses de l’Etat se seraient retrouvées en « défaut » par rapport à la paie des fonctionnaires de l’Etat. Il a aussi fait un focus sur la loi de Finances 2018 et annoncé une « probable » augmentation de la TVA (Taxe sur la valeur ajoutée).

 

« Il est vrai que la situation économique est très difficile, ceci dit il ne faut pas exagérer et parler de faillite ou de catastrophe. Il y a des termes que je n’ai jamais utilisé ! De plus, ceci n’est pas vrai ! » A assuré M. Derbel, avant de relever le fait que si on exclut la situation des réserves en devises, « les indices économiques de ce premier semestre 2017, sont meilleurs que ceux de l’année précédente. Il y a une amélioration ! ».

 

Le chargé de la réforme fiscale auprès de la présidence du gouvernement a assuré en outre que pour ce qui des finances publiques, la recette fiscale pendant les 7 premiers mois de 2017 a enregistré une augmentation de 8,3% en excluant les 7,5% imposés aux entreprises du secteur privé, qui ont contribués à hauteur de 723 MD, dans la recette citée.

 

Dans son intervention, Faycel Derbel a souligné que de gros efforts ont été faits dans le recouvrement des dettes suspendues, ce qui a permis de récupérer des millions de dinars. « Pour ce qui des recettes de la douane, elles ont été multipliées par 5. Ajoutons à cela la reprise de l’export et le rééquilibre de la balance commerciale, on peut conclure que la machine est en train de reprendre ».

M. Derbel a ensuite axé son discours sur la croissance. Il a rappelé que le premier trimestre 2017 a été dans le vert avec 2,2% de taux de croissance et que si le pays continue sur cette lancée, l’année 2018 sera l’année du « décollage ». « Pour y arriver il faut l’appui de toutes les parties concernées » a-t-il souligné.

 

Evoquant la loi de Finances 2018, le conseiller de la présidence du gouvernement a déclaré : « Elle ne sera ni encombrante ni encombrée ! ». A ce sujet, il a évoqué un taux de croissance attendu de 3,5%, avant d’insister sur l’urgence d’un plan de relance, qui soit basé sur l’aide aux entreprises en difficulté. « D’un autre côté, il y aura la chasse aux fraudeurs. Il faut que la confiance revienne ! » a-t-il ajouté.

Selon M. Derbel, la nouvelle Loi de finances inclura des initiatives pour encourager l’auto-entreprenariat.« Il y aura aussi, probablement, une augmentation de la TVA de l’ordre de 1% ».

 

S.A

 

Commentaires (11) Commenter
Allez sur 2% .
Abidou
| 12-08-2017 22:19
Je pense vraiment que 1% est totalement insuffisant il faut aller franchement sur 2 % , ca regle beaucoup de problemes dans la situation difficile actuelle .
Évolution vs révolution
Zug
| 12-08-2017 13:53
Il faut faire évoluer le modèle social Tunisien. Avec tous mes respects pour l'auteur de l'article, dans le modèle actuel, la Tunisie devient un pays pauvre en voie de devenir très pauvre. C'est bien beau de manipuler les chiffres pour dire que ça va mieux alors que ce n'est pas possible que ça mieux avec le modèle actuel. Mêmes les pays riches migrent vers l'énergie verte, la voiture électrique, la médecine douce .... L'unique solution pour la Tunisie est de faire évoluer la société dans ce sens avec une seule révolution qui vaille celle technologique, pour le reste, les économistes pourront continuer à bavarder indéfiniment ça ne changera rien.
Rafistolage
Miel
| 11-08-2017 23:11
Quand on veut exercer pleinement son rôle de conseiller, on est en arrière plan en back office. Du moment qu'on fait son apparition en public et qu'on veut communiquer via des médias. Cette exposition est dangereuse car on s'érige en homme politique et tout ce qui est dit est interprété comme tel. Le problème en Tunisie est avant tout politique. Les choix techniques n'ont de sens et ne peuvent s'appliquer que s'ils sont précédés par des choix politiques. La transparence fiscale ne peut pas être décrétée. Quelque soit le dispositif en place, l'absence de civisme, de conscience citoyenne sont autant d'obstacles à la mise en 'uvre de toute réforme fiscale. On se souvient parfaitement des échecs cuisants essuyesypar tous les gouvernements qui se sont succédés (même du temps de BEN Ali) ayant voulu amorcer ce processus est transparence fiscale. Trois amnisties fiscales dans l'histoire de la Tunisie qui ont permis de blanchir en tout l'égalité des fortunes colossales sans pour autant convaincre les récalcitrants fraudeurs à d'engager dans la transparence, plus récemment, ce sont toutes les professions libérales qui constituent l'élite de la Tunisie qui ont manifesté vigoureusement leur opposition à toute réforme susceptible d'entamer leur richesse. Si réellement il y a une volonté politique qui n'est pas évidente compte tenu du contexte actuel, on peut facilement commencer à mettre en 'uvre une disposition fiscale qui permet de se débarrasser à la fois des véreux qui évoluent dans les administrations publiques qui sont de connivence mais également les fraudeurs. Il s'agit de la taxation sur les signes extérieurs de richesse. Sinon ce dont des réformettes sans aucune efficience. Le problème de fonds demeure entier. Augmenter le taux de la TVA c'est du pain béni pour l'économie parallèle, on dope la fraude en matière de TVA. En dehors de son effet inflationniste, ça participe également à déstabiliser davantage les entreprises transparentes.
NOUS NE SOMMES PLUS MAITRES DE QUOI QUE CE SOIT.
Citoyen_H
| 11-08-2017 20:13

Désormais, c'est le FMI qui dicte les ordres.

Tout le reste n'est que spéculations.

Les gardiens d'étables, les bergers et les gardiens d'écurie devenus rois, sont désormais à l'abri du besoin.

Pourtant, c'était les premiers à crier à une injustice "fictive", du temps de ZABA.

Maintenant, rien qu'à voir leur bedaine qui rasent le sol, n'importe quel demeuré ou idiot, verrait très clair dans leur imposture.

Ceux qui nous ont amené à ce stade, doivent être traduits en justice pour haute trahison.

La troika nous a complétement détruit.

La prochaine étape serait probablement une réduction sensible des retraites.

Je n'invente rien.
Je ne fais que lire les étapes de la mésaventure Grecque.

Continuez à suivre ces escrocs traitres, et bientôt, même votre slip ne vous appartiendra plus.
Il sera la propriété du FMI.

Vous avez voulu du sang neuf.
Vous avez eu des affamés 2.0.









TVA sur le sucre ...
Faire mieux
| 11-08-2017 18:00
Des produits dangereux pour la santé comme le sucre et les boissons gazeuses ... sont exemptes de TVA. Est ce normal ? Il vaut mieux taxer de tels produits que d'augmenter la TVA sur des produits plus utiles.
@Nadia
DHEJ
| 11-08-2017 17:41
Cette augmentation de la TVA accentuera le commerce dit formel et tu sais pourquoi?


Car moi consommateur ne trouve aucun intérêt pour réclamer ma facture commerciale et payer la TVA un impôt indirect sachant que mon salaire est imposé à la source avec le fameux impôt direct.
les memes recettes classiques
nadia
| 11-08-2017 17:18
plus de la moitie de leconomie tun est informelle hors du circuit c la kil faut reformer pour ramenertout cet argent au moins en partie ver le formel cela demande un discours de paix : amnisties fiscales douanieres et de change puis controle des billets.
@pit
DHEJ
| 11-08-2017 14:15
Ben les imbéciles qui nous gouvernent s'intéressent à la TVA perçue et non pas la TVA payée car ils ne la paient pas!
Autrement dit...
pit
| 11-08-2017 13:44
...c'est encore aux citoyens de mettre la main à la poche...y a-t'il un conseiller économique digne de ce nom en Tunisie, car augmenter la TVA et les impôts, le premier imbécile venu est capable de faire ça, mais ce sont des mesures qui à la longue nous feront descendre dans la rue...pour pendre ces guignols aux idées courtes je l'espère! Ou en sommes-nous avec la taxation des professionnels de la santé entre autre???
Et les recrutements partisans dans l'administration?
Hanni2
| 11-08-2017 12:32
On en parle? Ou il est désormais acté que l'on va payer des salaires à vie à des incompétents notoires dont la seule réalisation est de connaitre les "militants" de la secte...parce que pour compenser le gouffre que creuse cette usine à gaz, c'est pas 2% de croissance qu'il va nous falloir mais 20%...


Hannibal
Votre commentaire
(*) champs obligatoires
Conditions d'utilisation
Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction.
La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.
Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.
Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

» Cliquer ici pour lire les conditions d'utilisation et les règles de mod�ration