alexametrics
A la Une

Esclavagisme à la sauce Harissa !

Esclavagisme à la sauce Harissa !

 

Elles sont nombreuses à chercher une nounou ou femme de ménage « africaine » sur les réseaux sociaux. Une fois la perle rare trouvée, elles sont aussi nombreuses à aller se renseigner, aussi sur les réseaux sociaux, si d’autres employeuses privilégiées de personnel « africain » confisquent les passeports de leurs employés.

Si on leur parle de traite, le mot leur échappe totalement... Si on dit esclavage, ça les offusque profondément, après tout elles ont bien payé (quelqu’un d’autre en général) pour avoir cette main d’œuvre et elles ne font pas dans les grosses chaines de fer aux chevilles, alors, esclavage, non…et pourtant !

 

Elles sont très nombreuses (et aussi nombreux) à atterrir chaque année à « l’Europe de l’Afrique », avec beaucoup de rêves en tête. Certains pour approcher de la méditerranée et se préparer à prendre un jour la mer, d’autres pour espérer vivre dignement dans un pays qu’on leur a survendu. Parmi ces Africains qui « partent à l’aventure » selon l’expression consacrée, nous avons rencontré Nadja, une jeune ivoirienne de 28 ans, installée à Tunis depuis 4 ans…

 

D’Abidjan à Tunis, le départ vers l’aventure…


Nadja a déjà entendu parler de voisins ou connaissances qui ont pu avoir un « contrat » et partir en Europe ou en Tunisie. Elle, au chômage, et pour qui l’avenir en Côte d’Ivoire semblait bloqué, s’est dit qu’elle pourrait aussi peut-être tenter sa chance. Un jour, elle croise le chemin de Madame Gisèle et embarque pour l’aventure.

 

 

« Un jour, j’ai rencontré une personne qui m’a parlé d’une femme qui obtient des contrats pour aller travailler en Tunisie. J’ai dit que je voudrais bien essayer puisqu'ici je n’avais aucune chance de vivre bien, et nous avons été mises en contact. Ce sont des réseaux très organisés et qui fonctionnent beaucoup de bouche à oreille. Le principe est simple, on te paye tout pour te faire venir en Tunisie, on te dégote un emploi chez une famille et tu travailles sans salaire pendant quelque temps, trois jusqu’à six mois, pour t’acquitter de ta dette. Après quoi tu es libre », nous raconte Nadja.

« Je suis arrivée à Tunis le 2 septembre 2015, avec un petit sac contenant mes affaires et 46kg de provisions pour Dame Gisèle. Je suis allée chez elle me poser une nuit. Le lendemain matin, nous avons pris la route de Sfax, une famille m’y attendait. Madame Gisèle a pris l’argent, leur a remis mon passeport et est repartie. J’étais engagée pour un contrat de 5 mois, et je me suis donc installée avec eux dans leur appartement. C’était un jeune couple, ils avaient deux enfants. La femme était enceinte. Elle devait accoucher bientôt. C’était une famille modeste, pas spécialement riche, ils m’ont bien accueillie, ils avaient l’air impatients de m’avoir…j’ai ensuite compris pourquoi…», poursuit-t-elle.

Nadja n’arrivera pas au terme de son contrat… Six semaines plus tard, elle s’enfuira…

 

J’ai mis ma valise dans un gros sac noir, j’ai fait mine de sortir les poubelles…

La famille qui a accueilli Nadja attendait l’arrivée de jumeaux. Quand elle a exprimé le besoin de recruter, c’était pour avoir une nounou, quelqu’un pour aider à s’occuper de quatre enfants dont deux bébés. Nadja n’allait pas être une nounou, mais la femme à tout faire, de toute la famille élargie. Quand la dame est allée accoucher, un 15 septembre nous raconte Nadja, date dont elle se rappelle bien parce que c’était aussi son anniversaire, on l’a enfermée à clé dans la maison…


 


« Je travaillais tous les jours, de 5h du matin à 1h du matin. Je devais m’occuper des enfants. En fait je faisais la cuisine, le ménage, le repassage et m’occupais des enfants. Je n’avais aucun jour de repos et les week-ends on me prêtait aux belles-mères. Je devais donc aller faire le ménage chez l’une et l’autre. Les Arabes, et je suis désolée de le dire ainsi, nous prennent pour des machines à amortir. Ils ne se disent pas qu’on peut être malades ou fatigués. Ils ont payé alors ils doivent profiter au maximum. Beaucoup de filles reviennent malades, beaucoup sont renvoyées parce qu’elles sont épuisées physiquement et qu’il n’est pas question de débourser encore un dinar pour les soigner… J’étais fatiguée et j’ai décidé de partir. J’avais préparé ma fuite, j’avais profité de chaque sortie pour comprendre où je me trouvais, j’ai rassemblé mes affaires, mis mon bagage dans un gros sac poubelle pour que le concierge ne comprenne pas que je partais. Je me suis enfuie à 5h du matin, le soir même je revenais à Tunis chez Dame Gisèle… », se souvient Nadja.

 

J’ai eu de la chance, je suis tombée sur une intermédiaire « pas méchante »

 

Nadja fuit Sfax et repart s’installer à Tunis, chez la dame qui lui a arrangé son « contrat » qui n'en était évidemment pas un. Apparemment compréhensive, l’intermédiaire ne l’obligera pas à y retourner, elle la remplacera par une autre et récupèrera son passeport. La dette va changer de camp, dorénavant Nadja pourra continuer à habiter avec elle, avec la dizaine d’autres pensionnaires, mais elle devra travailler et la payer pour récupérer ses papiers… 

« J’ai eu de la chance, Dame Gisèle n’était pas méchante, elle m’a recueillie. J’ai habité quelque temps chez elle, avec dix autres personnes. Des filles qui venaient d’arriver et d’autres qui avaient fini leur contrat. Il y’avait aussi des garçons. Les hommes travaillent dans les chantiers ou dans les fermes. Je suis restée quelques mois, je faisais le ménage pour payer ma dette, au bout d’un moment je suis allée m’installer avec des amies dans une autre maison. J’ai mis un an à récupérer mon passeport. Entre temps, Dame Gisèle est partie en France confiant mon passeport à quelqu’un d’autre, qui lui avait avancé l’argent. Ma dette avait encore une fois changé de camp mais je suis arrivée à la payer », explique Nadja.

 

Le Business des contrats en cache d’autres…

 

Nadja nous a révélé que le business des intermédiaires est en fait souvent un moyen d’ouvrir les portes vers d’autres projets. Des gens dans sa situation se sont souvent retrouvés seuls ayant perdu la trace de leur « intermédiaire ». C’est que ces personnes font parfois quelques « coups » de contrats pour ramasser de l’argent et partir en Europe. Une fois la somme amassée ils partent, laissant leurs « poulains » livrés à leur sort.

« Ce business, qui en est un, n’est pas seulement axé sur les contrats. La vraie aubaine vient des 46kg de provisions que chacun apporte avec lui dans l’avion. De l’attiéké, du beurre de karité et d’autres denrées qui alimentent ici un commerce florissant. L’argent que nous donnons, car souvent nous devons apporter une première tranche avec nous, et l’argent que donnent les familles qui nous accueillent servent très souvent aux intermédiaires de manne pour pouvoir prendre la mer et aller en Europe. Il y en a aussi qui ouvrent des salons de coiffure ici et qui démarrent un autre projet. C’est un moyen de gagner de l’argent rapidement, d’ailleurs je l’ai aussi fait, j’ai aussi fini par amener des personnes ici et leur dégoter des « contrats »… », nous révèle Nadja.

 

Le Business des contrats menacé par le travail acharné des associations…


Ce genre de pratiques tendrait à diminuer nous confirme Nadja. Les contrats, les réseaux d’intermédiaires, ne seraient plus ce qu’ils étaient. Pour cause, le travail des associations qui informent et encadrent rendant plus difficile la « servitude » d’une main d’œuvre désormais bien renseignée…

 

 

« Il est aujourd’hui assez compliqué d’amener des inconnus avec des contrats ici. Grâce au travail des associations et d’organisations, dont l’OIM et le HCR, nous sommes plus informés sur nos droits et donc moins crédules et manipulables. Cela fait que beaucoup de gens ont tendance à devenir malhonnêtes. Ils font des pieds et des mains pour venir ici et une fois sur place, quand ils trouvent un contact qui leur paye tout et leur garantit un emploi, ils vont aller se plaindre aux associations. Dorénavant les intermédiaires évitent de ramener des inconnus. On fait confiance aux amis, à la famille, mais plus vraiment aux inconnus… », raconte Nadja. 

 

Oui c’est de l’esclavage !

Confisquer le passeport de quelqu’un, le faire travailler sous la contrainte d’une dette même contractée auprès d’un tiers, l’enfermer, profiter de sa vulnérabilité et l’exploiter sont évidemment, aux yeux de la loi, considérés comme de l'esclavage.

En effet, la Loi organique n° 2016-61 du 3 août 2016 relative à la prévention et à la lutte contre la traite des personnes précise :  

« Est considérée comme traite des personnes, l’attirement, le recrutement, le transport, le transfert, le détournement, le rapatriement, l’hébergement ou l’accueil de personnes, par le recours ou la menace de recours à la force ou aux armes ou à toutes autres formes de contrainte, d’enlèvement, de fraude, de tromperie, d’abus d’autorité ou d’une situation de vulnérabilité ou par l’offre ou l’acceptation de sommes d’argent ou avantages ou dons ou promesses de dons afin d’obtenir le consentement d’une personne ayant autorité sur une autre aux fins d’exploitation, quelle qu’en soit la forme, que cette exploitation soit commise par l’auteur de ces faits ou en vue de mettre cette personne à la disposition d’un tiers ».  

L’esclavage a été aboli en Tunisie en 1846. Cette réforme juridique majeure, qui a précédé l’évolution des mentalités, a encore du mal à susciter une vraie transformation sociale aujourd’hui encore. C’est que la mentalité esclavagiste existe toujours et les pratiques aussi d’ailleurs. Plus assumée dans les décennies précédentes elle est aujourd’hui ensevelie sous un tas de justifications « rassurantes » permettant d’en alléger le poids sur les consciences.

 

Le sujet revient souvent dans les médias, les associations se battent pour que les droits des « employées de maison » tunisiennes et subsahariennes, ainsi que des travailleurs exploités car en situation irrégulière, ne soient plus bafoués. Il faudra sans doute encore pas mal de temps et d’acharnement pour que cet esclavage nappé de sauce tunisienne soit reconnu sous son vrai visage, et que la honte reprenne ses droits sur les propos affligeants qui trainent sur les réseaux sociaux…

 

Myriam Ben Zineb

 

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (13)

Commenter

Zico
| 24-04-2019 13:33
Il faut comprendre que dans la croyance profonde arabo musulmane, boire une bierre est un pêché punissable par chatiment corporel mais acheter et vendre des esclaves a toujours été considéré comme une pratique acceptable voir noble. Le prophète lui meme possédait des esclaves et en faisait le commerce. Encore une fois, nous devons vivre dans le pradoxe déchirant d'accepter le fait que l'esclavage est une pratique barbare et inhumaine tout en etant acceté par l'islam !

TATA
| 22-04-2019 10:14
que l'on ne peut pas généraliser à partir d'un échantillon qui se compose d'une seule personne sur toute la Tunisie et les Tunisiens. Un échantillon d'une seule personne n'est pas représentatif.

Je suis désolé de le dire, mais nos journalistes ne maitrisent même pas les notions de base de statistiques. La dernière fois Mr. Sofiene Ben Hamida nous parlait de causalité et de corrélation alors qu'il n'y avait aucune.

@Si Nizar: envoyez s.v.p. vos journalistes à un cours de statistiques de base afin qu'ils puissent écrire des articles de recherche avec un bon fondement/compréhension empirique

ourwa
| 21-04-2019 23:30
Les conneries aussi, ça existe...telle que votre "commentaire"... Mais rassurez-vous, c'est légal, c'est votre droit. J'adore votre point de vue, qui considère les pratiques esclavagistes comme "des dérives"; vous êtes injuste, trop dur dans votre jugement... Pourquoi ne pas qualifier ces pratiques esclavagistes de simples "bêtises". Il faut savoir être indulgent, mon brave sana... Quant à la " coercition légale" dont vous parlez, on aimerait bien que vous expliquiez un peu plus, donner des exemples précis...si ça ne dérange pas trop votre fabuleux intellect.

antireligion
| 21-04-2019 15:15
certains tunisiens bien loti font appelle à une main d'?uvre africaine à bas prix dans différents domaines c'est parce que surement n'arrivent pas à trouver sur place dont ils ont besoin il faut savoir que beaucoup de tunisiens sans travail sans revenu ou ne veulent pas travailler et préferent demander de l'aide ou même soustraire d'une manière vicieuse quelque dinars à droite et à gauche en guise de charité et ne pas faire un travail subalterne ..... mais mal traité ces travailleurs ou travailleuses africains ça tient de la carence d'humanisme chez certains nouveaux riches dans le pays..... donc c'est aux autorités de faire le nécessaire pour endiguer ce fléau et comme dit l'ancien adage populaire il y a plus d'humanisme chez un pauvre qui était riche que chez un riche qui était pauvre

TATA
| 21-04-2019 12:41
Ce que je pense:
-Il faut que le gouvernement tunisien prenne très au sérieux les enjeux liés à la violence, au harcèlement et à l'intimidation de ceux qui viennent d'ailleurs travailler en Tunisie! La priorité est toujours que les étrangers puissent travailler en Tunisie dans un environnement sain et sécuritaire. Il faut en particulier lutter contre l'agression sexuelle et l'exploitation sexuelle des jeunes de toute nationalité qui ont choisi la Tunisie afin de travailler.

Il faut encourager ceux ayant le sentiment que leur sécurité et leur intégrité sont compromises, à en parler, à chercher de l'aide et à dénoncer tout comportement inapproprié. Et ceci indépendamment de la nationalité et de la couleur de la peau. Oui, la jeune ivoirienne de l'article ci-dessus est venue pour travailler et non pas pour se faire maltraiter.


Il n'y a pas de honte à travailler/nettoyer chez les autres, mais seulement il faut que la dignité de la personne soit respectée. Ce qui compte le plus est que toute personne ne doit jamais être traitée comme un objet ou comme un moyen, mais comme une entité intrinsèque. Même une employée de maison (que l'on nomme injustement "boniche") mérite un respect inconditionnel, indépendamment de son âge, de sa condition sociale, de sa religion ou de son origine ethnique!

Par contre, je ne vois aucun mal que des étrangers viennent travailler en Tunisie, il faut seulement améliorer le cadre juridique. Je rappelle que beaucoup de Tunisiens travaillent à l'étranger et ainsi il faut tolérer aussi que des étrangers viennent travailler en Tunisie sans parler d'esclavages!

Léon
| 21-04-2019 10:10
Et vous vous attendez à quoi de ce "Grand Peuple" (sic!)? Ce peuple dont, ni leurs dirigeants, ni leur propre Histoire "ma Lqat fihom khir".
La plupart de ces femmes esclavagistes étaient sorties crier "Dégage" un 12 janvier 2011, journée de tous les malheurs de la Tunisie actuelle. Des bienpensantes qui ont libéré (sic!) le pays.
De la poubelle, de la merde, de la souillure du patriotisme ou peut-être des égarées (comme leurs eunuques qui leur font office de mari), qui se racontent des histoires et qui y croient, tellement abruties par des nuits blanches, penchées sur un exercice de mathématiques qui les dépasse, jusqu'à en venir à bout. Cela peut sembler beau, si l'esprit constructif pour la société y est. Mais dans leur esprit à eux, c'est comment soumettre, comment piétiner, comment se venger. Au mieux cela contribue à leur propre promotion; au pire, à détruire tout ce qui les entoure pour émerger.
Ces imbéciles ont compris quelque chose: Leur bassesse humaine qui frôle avec le zéro animal, fait que leur seule chance dans la société sont les études. Ces études qui les rendront dix fois plus cons et qui, conjugués à une appartenance religieuse pour se tranquilliser la conscience, font d'eux les êtres les plus néfastes et les plus destructeurs de la société. Leurs études et leur foi, ne sont que des ennemies pour tout ce qui les entoure, et en fin de compte, et par retour logique, contre eux.
Les failles du système, Léon les connait en profondeur et peut les corriger par de la pédagogie répétitive et des mesures idoines. Mieux encore, il pourra transformer la destruction en construction. Ces gens peuvent devenir une bénédiction pour la société.
Les solutions économiques que vous attendez de la part des perroquets, Léon les connait et peut les mettre en oeuvre. Cela demandera des sacrifices, mais les tunisiens les suivront car ils verront clairement les fondations de l'édifice à construire. Aujourd'hui, ils ne voient que de la vase. Parce qu'en un siècle une société ne crée pas autant de vrais hommes politiques que les perroquets qui se présentent aujourd'hui pour vous gouverner. Des Bourguiba, des Haddad, des Ben Ali, des Nouira, des Friaa, se comptent sur les doigts d'une ou deux mains; vos perroquets, se comptent par millions.
Qu'ont fait vos études par rapport à l'apport de Ben Ali pour la Tunisie? Des esclavagistes et des destructeurs? C'est comme de la santé donnée à un voyou: elle lui sert à casser les gueules de gens honnêtes.
Ben Ali et vous: Le ciel et la terre sur tous les plans. Vous le comprendrez quand il sera très tard.
Un songe me vient à l'esprit au moment même où je vous écrit: "Le jour où Ben Ali rejoindra sa dernière demeure (ba3d 3morr touil inchallah), une batteries de malheurs s'abattra sur le peuple qui n'a pas su remercier Dieu pour ses acquis". J'en ai la conviction.
Je vous jure que l'on flirtera avec les abîmes si vous continuez à promouvoir l'injustice et à vous venger de volonté de Dieu. Si Ben Ali était au rênes, c'est par la seule volonté de Dieu, en dépit de tout ce que vous pouvez lui reprocher.
Si vraiment vous êtes un peuple Libre, vous avez le temps de vous rattraper et rectifier le tir. Mais l'êtes-vous? Si la Nation Bourguibienne et Benalienne est souveraine, ce fut contre votre volonté, et non pas par votre volonté.
La Démocratie est pour vous la colonisation. Aujourd'hui que vous êtes non contraints à des choix politiques, tous vos dirigeants sont à la botte de telle ou telle partie étrangère. Ce que JW (Allah Yar7mou) qualifiait, à juste titre, de "admiration aveugle à tout ce qui est blanc",

A la mémoire de John Wayne. A tous les Patriotes.

Léon, Min Joundi Tounis Al Awfiya;
Résistant; Conscience et Mémoire de la Tunisie.

VERSET 112 de la SOURATE des ABEILLES.

Sémir
| 21-04-2019 09:02
Les Tunisiens qui font cela sont plus que des SALOPERIES.
***

Ils font honte à la Tunisie. En comparaison, la France est un paradis face à l'ENFER DE CES HARISSA TUNICHIENS.

Sana
| 21-04-2019 00:01
Il n'y pas non plus de quoi en faire un fromage : les dérives existent et existeront, la coercition légale aussi.

AH
| 20-04-2019 17:50
Il y a un déni total officiel du phénomène des travailleurs illégaux d'Afrique et de ses répercussions sur ces travailleurs et sur la société. Je les vois partout ces derniers temps.

En plus de l'esclavage objet de l'article, la situation cache deux problèmes:

- le manque d'intérêt d'une frange de nos jeunes au travail manuel ( chantier, ménage, agriculture ... ). c'est alarmant, .

- les conditions de travail et la situation légale de des travailleurs immigrés.

Où sont les défenseurs des libertés et des droits de l'homme.

Un autre déni est celui des conditions de sécurité dans les chantiers y compris la sécurité des riverains et des usagers des projets de ponts et de routes.

Ce n'est pas l'amère à boire pour imposer et faire respecter des règles minimales, même s'il y a un surcoût.

Enfin, le déni de la réalité est l'ennemi du changement, citation que j'emprunte à un Tunisien

veritas
| 20-04-2019 07:31
En plus de la wahabisation rampante du pays ,les tunisiens qui ne valent pas un sou adopte l'esclavage moderne des humains en guise de devenir un pays inhumains et ignares comme leur maîtres des lieux saints et de tout les pays du golfs qui autorisent tout les interdits quand il s'agit de leur intérêts et de leur caprices .
La Tunisie prétend être un modèle mais c'est vraiment un modèle des pires merdes qui puissent exister sur cette terre.
Les gens qui font de la traite humaine doivent être juger a des peines lourdes pour mettre un frein à ses pratiques non digne d'être humain ,ce commerce existe en Tunisie depuis des décennies avec des petites fillettes du nord dans le Gouvernorat de jendouba tala,kasserine,Bizerte ....etc ,on exploite des gamines durant un mois pour un salaire de misère et en parallèle on vous parle d'un pays musulman et que l'islam interdit l'esclavage est pour le respect de l'être humain ,tout ça c'est du Pipo et c'est du nifak.
il faut que les organisations internationales de défense des droits de l'homme mette la Tunisie sur le faîte accomplie avec des pressions draconiennes pour que ces pratiques cessent une fois pour toute ,il est indigne que la Tunisie soit complice des citoyens qui font de la traite humaine en toute impunité ,comme par hasard ces pratiques sont plus répondu dans les pays musulmans que dans d'autres pays non musulmans.

A lire aussi

L’image, déjà écornée, du président du bloc parlementaire et du comité central de Nidaa, dans un

19/05/2019 16:59
8

La pénurie des médicaments fin 2018, on s’en souvient

17/05/2019 17:59
5

Démarrage aujourd’hui, jeudi 16 mai 2019, du procès de Habib Bourguiba, premier président de la

16/05/2019 17:00
28

Il y a un an, alors qu’Oxford Business Group publiait son premier Business Barometer: sondage auprès

16/05/2019 16:59
0

Newsletter