alexametrics
Tribunes

Education en Tunisie: mort programmée du secteur public?

Education en Tunisie: mort programmée du secteur public?

 Par Rim Lahmandi­-Ayed*

 

Depuis l’indépendance de la Tunisie, l’éducation a été un facteur de paix sociale, d’harmonisation régionale et d’espoir pour les couches défavorisées de la société.  Les enfants des différentes classes sociales partageaient les mêmes écoles. Les enfants de différentes régions, aussi bien des villes que des coins les plus reculés de la campagne, recevaient le même contenu éducatif des mêmes enseignants. Les enfants issus des couches les plus pauvres pouvaient raisonnablement espérer devenir médecins, ingénieurs ou pilotes d’avions.

 

A ce titre, l’éducation ne doit pas être considérée comme n’importe quel secteur d’activités et ne peut pas être laissée aux mains du marché qui ne se soucie que du profit et n’est pas  spontanément concerné par le long terme et les conséquences sociales.

 

Avec l’arrivée de Ben Ali au pouvoir, le secteur de l’éducation a perdu la place prioritaire qu’il avait acquise sous Bourguiba, remplacé par un souci énorme pour la sécurité et une course effrénée et décomplexée aux affaires. Depuis lors, l’éducation a reçu de moins en moins d’attention en termes d’investissement et de financement, d’organisation, de qualité des enseignants, de contrôle des institutions…

 

Le désengagement de l’Etat  du secteur éducatif a généré une demande pour le secteur privé. La réponse à cette demande est venue de l’intérieur même du secteur public sous forme de cours particuliers donnés (illégalement!) par des enseignants des écoles publiques. Ces cours particuliers, qui se sont intensifiés au fil du temps et ont fini par toucher toutes les disciplines ou presque, sont devenus de fait presque obligatoires puisque les enseignants dispensent une partie du programme obligatoire pendant ces cours particuliers.

 

En parallèle, un grand nombre d’écoles privées ont vu le jour sur tout le territoire. Pendant l’ère de Bourguiba, les écoles primaires et secondaires privées étaient le dernier recours pour les élèves les plus mauvais qui étaient renvoyés des écoles publiques. La fréquentation des écoles privées est ensuite devenue un privilège destiné aux plus riches et elle est en train de devenir la norme pour les classes moyennes. Les écoles publiques sont en train d’être abandonnées presque exclusivement aux couches de la société les plus pauvres et les plus vulnérables qui doivent, malgré tout, trouver un moyen de financer les cours particuliers s’ils veulent avoir une chance de réussir.

Cette vague a commencé avec les écoles primaires et secondaires. Elle arrive maintenant massivement à l’enseignement supérieur, avec des universités privées et autres instituts poussant comme des champignons, ce qui pose un nouveau type de problèmes.

 

D’abord, la recherche scientifique n’est pas toujours profitable au niveau d’une institution privée. Je ne parle pas de la pseudo-recherche qui conduit tous les mois à des pseudo-découvertes et autres applications sur IPhone ni des pseudo-conférences scientifiques animées par des pseudo-chercheurs. Toutes ces activités ne sont que de pures opérations marketing dans lesquelles les universités privées excellent, de par leur nature, leur capacité à faire du lobbying dans tous les milieux et de tisser des réseaux et leur mode de gestion. Je parle de la recherche scientifique académique permettant entre autres d’actualiser en continu les connaissances des enseignants universitaires, d’encadrer des thèses destinées à préparer la relève et se faisant évaluer à travers des indices mondialement reconnus comme les brevets ou  les publications dans des revues internationales. Cette recherche ne sera probablement pas entreprise par des universités privées, du moins pas avec les règles actuelles et certainement pas dans tous les domaines. Si nous pouvons nous passer de découvertes et de nouvelles solutions développées localement, comment assurer la formation de formateurs? Ensuite, que faire pour les filières faiblement professionalisantes comme l’histoire et la littérature? Ces domaines n’intéressent certainement pas les universités privées mais sont importants en tant que tels et sont de toute manière nécessaires dans les filières scientifiques.

 

Certes, un bon système éducatif doit être capable de répondre aux besoins du marché du travail. Cependant, un bon système éducatif doit aussi être durable. Il doit être capable de produire ses propres éducateurs aux niveaux primaire, secondaire et universitaire, aussi bien dans les domaines techniques que dans les sciences humaines.

 

La coexistence des institutions privées et publiques au sein du secteur de l’éducation semble être inévitable et elle est peut-être même souhaitable. Mais les présentes règles, aussi bien sur le papier qu’en termes d’application, ne sont pas en faveur des institutions publiques. Pour ne prendre qu’un exemple simple, les universités privées ne sont pas obligées dans les faits de recruter leurs propres enseignants et comptent massivement sur les vacataires du secteur public. Les enseignants affectés dans des institutions publiques, de plus en plus demandés par le secteur privé, sont de moins en moins disponibles pour les cours, l’encadrement et la recherche dans leurs propres institutions. Ces enseignants perçoivent des salaires réguliers des établissements publics qui les emploient, alors que les institutions privées ne leur payent que les heures de vacation effectuées. Par conséquent, les universités publiques supportent le coût total des enseignants (leurs vacances, infrastructure, équipements, recherche…), alors que les institutions privées bénéficient de ces enseignants de manière très flexible, pour un coût faible, même quand elles ont l’air de les rémunérer à des taux horaires élevés (en fait juste suffisamment élevés pour les attirer).

 

Si les enseignants du secteur public continuent à être attirés de cette façon malsaine par les institutions privées, cela aura des répercussions désastreuses sur la qualité générale de l’éducation sur le court et le long terme. Quand les enseignants se partagent entre deux institutions (ou plus!), ils ne s’engagent dans aucune d’entre elles et c’est au détriment de leur enseignement dans les deux types d’institutions, de leur recherche et de l’encadrement de leurs étudiants en thèse. De surcroît, il y a un manque flagrant d’infrastructure dans la quasi-totalité des institutions privées qui, pour beaucoup d’entre elles, se suffisent d’un appartement ou d’une maison de 2 ou 3 pièces pour organiser leurs activités! De manière générale, la plupart des universités privées ne répondent pas aux spécifications minimales exigées théoriquement pour obtenir l’autorisation d’exercer (qui ne sont pourtant pas si exigeantes!), sans pour autant être inquiétées par les autorités. Les institutions privées qui choisiraient de proposer une éducation de qualité, ne seraient pas compétitives face à des institutions de basse qualité. Des règles trop laxistes vis-à-vis du secteur privé tirent vers le bas le secteur public, mais aussi le secteur privé lui-même, et par conséquent le secteur éducatif dans son ensemble.

 

Le privé et le public peuvent coexister et même trouver un terrain d’entente pour collaborer. Mais les règles du jeu doivent être complètement redéfinies afin de donner une chance au secteur public et à l’enseignement privé de qualité. Il s’agit d’une urgence dont il faut s’occuper immédiatement pour le bien du secteur public, du secteur privé et pour un système éducatif solide et durable.

 

Ecole Supérieure de la Statistique et de l’Analyse de l’Information

 

*Directrice de l’Ecole supérieure de la Statistique et de l'Analyse de l'Information (ESSAI)

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (32)

Commenter

M.O
| 27-06-2018 09:09
C'est un problème crucial que celui de la formation des jeunes.Il faut instruire plutôt que décerveler.

MERDOK
| 03-06-2016 09:33
Je voudrais juste vous dire quand on n'a rien à dire il vaut mieux fermer sa gueule

Proff
| 03-06-2016 09:28
Je dis à Himar et DHEJ, manifestement on ne pourra jamais faire de vous des chevaux de course

Bajyla
| 02-06-2016 16:09
Madame, votre article entre dans le cadre de la politique de privatisation qu'on en souffre depuis longtemps vu notre manque d'innovation, notre faible imagination et la peur de prendre des initiatives. Commencez vous même à innover au sein de votre institut. Je crois que Dauphine est venue s'implémenter en Tunisie et offre entre autre un master en actuariat dont vous offrez un cours en fin de cursus dans votre école. Mais bravo pour les points abordés qu'ils vont rester dans l'archive de ce journal malheureusement.

Chad
| 30-05-2016 23:19
L'enseignement public est appelé à évoluer aux normes internationales.Nous avons besoin d'une mise à jour des contenus et des méthodes d'enseignement et surtout d'une mise à niveau des différents acteurs de l'éducation. Un problème crucial est au coeur de la réforme : si tout le monde est d'accord sur la nécessité d'utiliser le numérique à l'école, il est légitime de se poser la question de savoir dans quelle langue on va le faire. Alors que dans tous les pays qui avancent, on mise sur le plurilinguisme, chez nous beaucoup continuent de croire qu'on va s'en sortir en devenant monolingue. Le plus grave c'est que c'est l'administration, y compris celle de l'éducation nationale est le porte-drapeau du monolinguisme, ce qui a fossilisé les esprits et donné un pouvoir à ceux qui maîtrisent la langue officielle au détriment de ceux qui maîtrisent le savoir et la technique. C'est ainsi que la société tunisienne est devenue ce qu'elle est aujourd'hui.

N. Ben Jamaa
| 30-05-2016 12:15
Je croix que cette analyse est bien fondée. Il reste à ajouter que le secteur privé est en train de bénificier le maximum du secteur public au niveau des enseignants et aussi des équipements scientifiques. A part quelques universités libres qui ont investi dans l'acquisition du matériel pour les travaux pratiques, la magorité est en train d'exploiter les laboratoires de l'Etat. Il est temps d'imposer le recrutement des enseignants dans le privé et se partager le fardeau des frais fixes payés jusqu'aujourd'hui par l'Etat.

Mustapha STAMBOULI
| 29-05-2016 21:03
Une analyse naïve n'abordant pas les vraies questions fondamentales de l'enseignement ...

Fehri
| 29-05-2016 20:46
J'ai toujours penser que le travail au noir est interdit "moonlighting" quand on est fonctionnaire public. Ce que l'auteur ne l'a pas soulevé:"Par conséquent, les universités publiques supportent le coût total des enseignants (leurs vacances, infrastructure, équipements, recherche..)"

DHEJ
| 29-05-2016 19:27
Ecole Supérieure de la statistique et de l'analyse de l'information


Et non


École Supérieure de la Statistique de l'Analyse et de l'Information...


B.N : Merci d'avoir attiré notre attention

A lire aussi

Le secteur du médicament est le cœur de tout système de santé. Sa situation conditionne de manière

14/11/2018 15:27
3

A la faveur du dernier remaniement gouvernemental, j’ai été désigné par monsieur Youssef Chahed,

11/11/2018 20:02
140

Par Mehdi Taje L’Institut de Diplomatie chinois basé à Pékin a organisé du 28 octobre 2018 au 9

09/11/2018 13:12
8

Je me permets de m'adresser à vous au nom de toute la famille du sport qui a cru en vous un

05/11/2018 09:07
6

Newsletter