Samir Ben Amor: le principe de séparation des pouvoirs est dépassé ! (vidéo)

Businessnews.com.tn | publié le 05/04/2013 13:48
Lors de son intervention à la séance plénière d'aujourd'hui 5 avril 2013, l'élu à l'ANC du CPR Samir Ben Amor, s'est exprimé sur le principe de séparation des pouvoirs et ce, dans le cadre de la discussion du projet de loi sur l’Instance provisoire de la magistrature.


M. Ben Amor a affirmé: "A ceux qui continuent à défendre le principe de séparation des pouvoirs, je dis, la loi constitutionnelle a évolué! Aujourd'hui, aucun pays dans le monde ne le respecte!".


M. Ben Amor a même ajouté que "dans notre nouvelle Constitution, en cours de préparation, il n'y a pas de séparation entre les différents pouvoirs". Il a précisé que les exemples sont multiples et que le pouvoir politique est souvent intervenu dans ce genre d'Instance. "Dans plusieurs pays, le président de la République ou le ministre de la Justice peut, soit présider cette Instance, soit en faire partie" a-t-il soutenu.


Par ailleurs, Samir Ben Amor a ajouté que cette immiscion du pouvoir politique dans le pouvoir judiciaire n'est pas l'apanage de ce projet de loi et ne se contredit nullement avec les normes internationales. Il est même arrivé à dire que :"Dans le conseil consultatif des magistrats européens, il est même recommandé d'intégrer des membres autres que les magistrats, choisis par le parlement".

Ainsi, si M.Ben Amor, semble persuadé qu'il est tout à fait normal que les différents pouvoirs s'entremêlent et se confondent, évoquer l'indépendance de la Justice s'avère alors pour lui inutile et révolu.

D.M

Samir Ben Amor: le principe de séparation des pouvoirs est dépassé ! (vidéo)

publié le 05/04/2013 13:48
Lors de son intervention à la séance plénière d'aujourd'hui 5 avril 2013, l'élu à l'ANC du CPR Samir Ben Amor, s'est exprimé sur le principe de séparation des pouvoirs et ce, dans le cadre de la discussion du projet de loi sur l’Instance provisoire de la magistrature.


M. Ben Amor a affirmé: "A ceux qui continuent à défendre le principe de séparation des pouvoirs, je dis, la loi constitutionnelle a évolué! Aujourd'hui, aucun pays dans le monde ne le respecte!".


M. Ben Amor a même ajouté que "dans notre nouvelle Constitution, en cours de préparation, il n'y a pas de séparation entre les différents pouvoirs". Il a précisé que les exemples sont multiples et que le pouvoir politique est souvent intervenu dans ce genre d'Instance. "Dans plusieurs pays, le président de la République ou le ministre de la Justice peut, soit présider cette Instance, soit en faire partie" a-t-il soutenu.


Par ailleurs, Samir Ben Amor a ajouté que cette immiscion du pouvoir politique dans le pouvoir judiciaire n'est pas l'apanage de ce projet de loi et ne se contredit nullement avec les normes internationales. Il est même arrivé à dire que :"Dans le conseil consultatif des magistrats européens, il est même recommandé d'intégrer des membres autres que les magistrats, choisis par le parlement".

Ainsi, si M.Ben Amor, semble persuadé qu'il est tout à fait normal que les différents pouvoirs s'entremêlent et se confondent, évoquer l'indépendance de la Justice s'avère alors pour lui inutile et révolu.

D.M
Ads
Commentaires Commenter
Votre commentaire
(*) champs obligatoires
Conditions d'utilisation
Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction.
La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.
Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.
Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

» Cliquer ici pour lire les conditions d'utilisation et les règles de mod�ration