Tunisie - Appels à égorger Naoufel Ouertani et Néjib et Issam Chebbi

Businessnews.com.tn | publié le 11/06/2012 18:30

L’affaire du Palais El Abdellya, et toute l’intox qui a circulé autour, a fait couler de l’encre et risque même de faire couler du sang.
Des appels au meurtre viennent d’être lancés sur des pages Facebook contre l’animateur Naoufel Ouertani et les deux hommes politiques Néjib et Issam Chebbi, et ce pour avoir soutenu la liberté d’expression et la création artistique.
Ces pages Facebook parlent d’un devoir religieux que d’égorger ceux qui défendent des images portant atteinte à l’Islam. Un des administrateurs de la page, qui signe sous le nom de Waël Essahli, appelle à faire des collectes pour l’achat de gros couteaux afin d’égorger les mécréants et se présente en émir des égorgeurs.


A noter que l’exposition n’a renfermé AUCUNE œuvre portant atteinte à l’Islam, mais des images circulant sur les réseaux sociaux ont induit en erreur les différents internautes et observateurs en faisant croire que ces œuvres, qui porteraient éventuellement atteinte à la religion, faisaient partie de l’exposition.

Notons néanmoins que ce type d’appel à la violence est devenu chose courante sur les réseaux sociaux.

R.B.H.

Tunisie - Appels à égorger Naoufel Ouertani et Néjib et Issam Chebbi

publié le 11/06/2012 18:30

L’affaire du Palais El Abdellya, et toute l’intox qui a circulé autour, a fait couler de l’encre et risque même de faire couler du sang.
Des appels au meurtre viennent d’être lancés sur des pages Facebook contre l’animateur Naoufel Ouertani et les deux hommes politiques Néjib et Issam Chebbi, et ce pour avoir soutenu la liberté d’expression et la création artistique.
Ces pages Facebook parlent d’un devoir religieux que d’égorger ceux qui défendent des images portant atteinte à l’Islam. Un des administrateurs de la page, qui signe sous le nom de Waël Essahli, appelle à faire des collectes pour l’achat de gros couteaux afin d’égorger les mécréants et se présente en émir des égorgeurs.


A noter que l’exposition n’a renfermé AUCUNE œuvre portant atteinte à l’Islam, mais des images circulant sur les réseaux sociaux ont induit en erreur les différents internautes et observateurs en faisant croire que ces œuvres, qui porteraient éventuellement atteinte à la religion, faisaient partie de l’exposition.

Notons néanmoins que ce type d’appel à la violence est devenu chose courante sur les réseaux sociaux.

R.B.H.
Commentaires Commenter
Votre commentaire
(*) champs obligatoires
Conditions d'utilisation
Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction.
La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.
Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.
Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

» Cliquer ici pour lire les conditions d'utilisation et les règles de mod�ration