Tunisie - Le contentieux de l’Etat dépose officiellement plainte contre Mohamed Ghannouchi

Envoyer cette page

Une plainte a été officiellement déposée contre Mohamed Ghannouchi, l’ancien Premier ministre tunisien, en sa qualité de président de la Commission d’Assainissement et de Restructuration des Entreprises à Participation Publique (CAREPP). Cette commission est officiellement chargée, entre autres, de la privatisation des entreprises publiques et de toutes les participations de l’Etat.
La plainte a été déposée par le Chargé du contentieux de l’Etat et vise à jeter la lumière sur les opérations de privatisation d’entreprises publiques, opérées sous le régime Ben Ali, et validées par la CAREPP.
On croit savoir, par ailleurs, que le chargé du contentieux de l’Etat qui a déposé la plainte aurait agi sans avoir reçu le feu vert de sa hiérarchie, soit le ministère des Domaines de l’Etat. Bon à rappeler, le chargé du contentieux a le grade d’un juge, il est assermenté et sa mission consiste, justement, à défendre les intérêts de l’Etat.
Il s’agit là d’une double première. C’est en effet la première fois que le Contentieux de l’Etat dépose plainte contre un ministre et c’est la première fois (si nos sources sont exactes) que ce département agit sans l’aval de sa hiérarchie. R.B.H.
0 commentaires
Mohamed GHANNAOUCH : parrain du libéralisme mafieux
Jamel AOUIDIDI |07-07-2011 16:22
Seule une justice objective et honnête sera en mesure de déterminer si Mohamed GHANNOUCHI est coupable de malversations et/ou de négligences ou non. Bien que pour beaucoup il part avec un préjugé favorable et c'est tant mieux pour lui.
Cependant il reste un fait indéniable, c'est que Mohamed GHANNOUCHI en tant que chantre d'un libéralisme à outrance et antinational, il a servi de parrain à cette politique et en tant que tel il a permis à la mafia locale et étrangère de s'approprier des pans entiers de notre industrie : les usines de ciment (secteur stratégique) tout comme la production d'électricité cédée à une compagnie américaine (la STEG est marginalisée et devenue simple distributeur), la STIA cédée au groupe Mabrouk, la SOGITEX disparue, la SOFOMECA en ruine, le CONFORT disparue (la Tunisie était parmi les premiers producteurs d'électroménagers devenue actuellement quasi importateur), la SOMOTEX, la STS (sucre de Béjà mise en difficulté pour être remplacée par un projet fantoche dans la zone franche de Bizerte qui ne fera que du conditionnement du sucre importé donc projet sans aucune valeur ajoutée), le groupe de la Céramique Tunisienne cédé à un prix qui ne représente qu' à peine le quart de sa valeur (un quart qui n'a même pas été acquitté en totalité 10 millions de dinars sur 16 millions prévus pour un groupe de six usines qui vaut plus de 60 millions de dinars. Cet acquéreur qui n'est que Younes FERCHIOU ex PDG de ce groupe public associé à Slim ZARROUK gendre de BEN ALI qui lui rajouté par la suite la faïencerie de Tajerouine SOFAT et la briqueterie de Jemmal l'Union Général et dont au moins deux usines ont été fermées et en voie de cession en tant que terrains immobiliers sans aucun respect des cahiers des charges. La liste est très longue. Monsieur Mohamed GHANNOUCHI a été à la tête de cette braderie. Il a tout vu, il a tout organisé en tant responsable du CAREP, il connait la valeur du patrimoine cédé. Il est économiste, il est supposé savoir qu'en privatisant au bénéfice de groupes étrangers à moyen terme notre pays deviendra exportateur net de devises et c'est le grand malheur de ce libéralisme sauvage et irresponsable. Il y a aussi un autre reproche pénible : il a placé ses disciples et /ou les exécutants aveugles de sa politique dans tous les rouages de l'économie : Ministères de l'Industrie, du Commerce, des Finance et banques, Coopération et Investissement Extérieurs, douanes etc.... Tous appliquent ce libéralisme dogmatique sans aucun recul ni lucidité.
J'ai beaucoup de respect pour ses qualités d'homme d'état respectable et je souhaite que la justice démontrera qu'il n'a pas trempé dans des affaires mafieuses. Mais son bilan en tant responsable de cette politique désastreuse pour notre pays est très lourd et sur ce plan, je souhaite, qu'il rendra des comptes devant la nation.
Votre commentaire
Pseudo*
E-mail*
Titre*
Texte
Conditions d'utilisations
- Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne sont pas rédigés par les journalistes.
- Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ne sera publié.
- Aucun commentaire contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.
- Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

» Cliquer ici pour lire les conditions d'utilisation et les règles de modération
Conditions d'utilisation
Business News remercie vivement ses lecteurs pour leurs commentaires, qui en apportant leur contributions, participent à l'enrichissement du journal en ligne. Cet espace reflète une multiplicité de points de vue à l'unique condition que ces points de vue se respectent les uns les autres.


- Les commentaires envoyés seront archivés sur les serveurs de Business News et demeureront consultables, avec l'article objet du commentaire, tant que le site fonctionne ;
- Les mails des lecteurs seront conservés dans nos archives internes et ne feront l'objet d'aucune exploitation commerciale. Aucun mail non sollicité (spam) ne sera délivré après l'insertion d'un commentaire dans Business News.
- Les mails des participants aux commentaires seront conservés dans nos archivages internes. Ils ne seront jamais communiqués, sans autorisation de leur titulaire ou à la demande d'une autorité judiciaire tunisienne.
- Tout commentaire envoyé sera lu par un modérateur avant publication.
- Business News n'est pas garant de la véracité des commentaires des lecteurs. Le rôle de ses modérateurs s'arrête aux vérifications d'usage liées aux règles de modération indiquées ci-dessus et non aux vérifications journalistiques du fond de l'information.
- Les commentaires sont généralement publiés dans un délai maximal d'une heure approximativement après envoi et ce, les jours ouvrables de 9h à 18h.

Règles de modération
Tous les commentaires sont publiés à la condition qu'ils respectent les règles de conformité à la loi tunisienne et de bienséance. Les contributions qui ne seront pas validées sont celles qui :


- Encourageraient un sentiment raciste et/ou haineux de quelque nature que ce soit ;
- Déprécieraient un groupe de personnes, une profession entière, une entreprise entière ;
- Injurient ou diffament les personnes, les entreprises et/ou toute autre entité ;
- Attaqueraient sans argumenter, ou argumenteraient de manière haineuse ;
- Alimenteraient des rumeurs, qu'elles soient fondées ou non ;
- N'auraient aucun lien avec le sujet principal de l'article objet du commentaire ;
- Ne s'adresseraient qu'à un autre lecteur en particulier, sans que les autres lecteurs puissent être concernés par le débat.
- Assimileraient la rubrique « commentaire » à un forum de discussions.

Business News se réserve le droit de retirer, ou de rewriter, un titre ou une partie du commentaire, même après insertion, au cas où cela se justifierait dans les situations suivantes :
- Paragraphe hors sujet ;
- Paragraphe ou phrase diffamatoire ;
- Paragraphe ou phrase non conforme avec les règles de modération indiquées ci-dessus ;
- Commentaire trop long ;
- Paragraphes ou phrases formulés en langage abrégé ou comportant un nombre élevé d'erreurs.
- Paragraphes ou phrases formulés en langue arabe ou en langue autre que le français et ce pour des raisons techniques.

Nos lecteurs peuvent signaler tout message litigieux aux modérateurs par l'envoi d'un mail à : mail@dmc.com.tn ou par téléphone au +216 70 831 100 ou par fax au +216 70 831 025