Tunisie - Les premiers enseignements du remaniement ministériel

Envoyer cette page
Le remaniement ministériel, tant attendu et dont on a tant parlé, a finalement été opéré jeudi 14 janvier 2010, par le Président Zine El Abidine Ben Ali.
Une lecture première du remaniement du gouvernement fait ressortir certains enseignements et, surtout, des chiffres quant aux départs et aux arrivées, des remodelages de certains départements et d’un bon nombre de mutations et de permutations. Le Chef de l’Etat a reconduit la majorité des membres du gouvernement, dont Mohamed Ghannouchi, le premier d’entre eux.

Le remaniement du 14 janvier 2010 a touché seize départements, dans lesquels nous notons dix départs (six ministres et quatre secrétaires d'Etat) et six arrivées de membres du gouvernement.
Pour les départs, on mentionnera ceux de Abdelwahab Abdallah qui, croit-on savoir, réintègre le Palais présidentiel, Ali Chaouch, ministre des Affaires sociales, de la Solidarité et des Tunisiens à l’étranger, Khelil Laâjimi, ministre du Tourisme, El Hadj Gley, ministre des Technologies de la Communication, Rachid Kechiche, ministre des Finances et Sarra Jerraya Kanoun, ministre des Affaires de la Femme, de la Famille, de l'Enfance et des Personnes âgées. Pour les secrétaires d'Etat, on notera l'absence dans la nouvelle composition de Mongi Bédoui, Abderrazak Daâloul, Najoua Miladi et Béchir Louzir.
Côté nouvelles arrivées, on citera Mohamed Ridha Chelghoum en tant que ministre des Finances, Naceur El Gharbi, en tant que ministre des Affaires sociales, de la Solidarité et des Tunisiens à l’étranger, Bibya Chihi, ministre des Affaires de la Femme, de la Famille, de l'Enfance et des Personnes âgées, Mohamed Naceur Ammar, en tant que ministre des Technologies de la Communication, Mohamed Agrebi, ministre de la Formation professionnelle et de l’Emploi et Refaat Chaâbouni, secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, chargé de la Recherche scientifique. Oussama Romdhani, pour sa part, est confirmé dans ses fonctions de ministre de la Communication.
Mohamed Ridha Chelghoum présidait jusque là le Conseil du Marché Financier. Naceur Gharbi a occupé pour sa part, jusqu’à un temps récent, le poste de président de la Caisse Nationale d’Assurance Maladie. Bibya Chihi a été PDG de la SNDP (Agil), alors que Mohamed Naceur Ammar dirigeait la prestigieuse école Sup’Com. Oussama Romdhani était PDG de l’ATCE et a occupé par intérim et en cumul, depuis le mois d’octobre dernier, le même portefeuille ministériel.

Concernant les mutations, elles ont été, également, nombreuses. On mentionnera Kamel Morjane qui quitte le ministère de la Défense pour devenir nouveau ministre des Affaires étrangères ; Lazhar Bououni, qui quitte l’Enseignement supérieur pour la Justice et des Droits de l'Homme.
Ridha Grira quitte pour sa part les Domaines de l’Etat et des Affaires foncières pour un ministère de souveraineté, celui de la Défense nationale; Béchir Tekkari, quitte la Justice pour l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique.
Slim Tlatli, qui a occupé, durant quelques mois en 2005, le poste de secrétaire d’Etat chargé de la Mise à niveau touristique, devient ministre du Tourisme, alors qu’il était jusque là ministre de l’Emploi.
Enfin, Zouheir M'dhaffar, devient ministre des Domaines de l'Etat et des Affaires foncières au lieu de la Fonction publique.
A propos des remodelages introduits sur certains départements, on signalera celui de l’Education nationale qui, vu le champ large qu’il occupait, restera limité à cette fonction, alors que le volet de la Formation, retrouvant la dénomination initiale de Formation professionnelle, a été associé à celui de l’Emploi. Quant au ministère de l’Industrie, de l’Energie et des PME, il "perd" l’Energie et les PME, mais "gagne" la Technologie, un élément qui était collé au département de l’Enseignement supérieur
Au même moment, le département de la Communication reste limité à cette fonction, alors que les Relations avec la Chambre des députés et la Chambre des conseillers ont été rattachées au secrétariat général du gouvernement.

D’autre part, une remarque de taille s’impose. Il s’agit du poste de ministre délégué auprès du Premier ministre chargé de la Fonction publique et du Développement administratif, détenu auparavant par M. M’dhaffar. Ce département ne figure plus dans la nouvelle grille des départements ministériels publiée par le Premier ministère. Ensuite, on constate le retour du poste de secrétariat d’Etat auprès du ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, chargé de la Recherche scientifique.

Ainsi, un coup d’œil sur la nouvelle équipe gouvernementale nous permet de tirer un premier enseignement significatif. Le gouvernement enregistre peu de départs et le "corps" des secrétaires d’Etat n’a subi, pratiquement, aucune modification. Ce qui montre, clairement, le souci du Chef de l’Etat de poursuivre l’œuvre entamée et, surtout, de la consolider du moment que tous les indicateurs prouvent que la Tunisie se trouve sur la bonne voie du développement durable et global avec l’objectif de faire son entrée, de plain pied, dans le concert des pays avancés.

A lire également : Composition officielle du gouvernement à l’issue du dernier remaniement Noureddine HLAOUI
commentaires
Votre commentaire
Pseudo*
E-mail*
Titre*
Texte
Conditions d'utilisations
- Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne sont pas rédigés par les journalistes.
- Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ne sera publié.
- Aucun commentaire contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.
- Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

» Cliquer ici pour lire les conditions d'utilisation et les règles de modération
Conditions d'utilisation
Business News remercie vivement ses lecteurs pour leurs commentaires, qui en apportant leur contributions, participent à l'enrichissement du journal en ligne. Cet espace reflète une multiplicité de points de vue à l'unique condition que ces points de vue se respectent les uns les autres.


- Les commentaires envoyés seront archivés sur les serveurs de Business News et demeureront consultables, avec l'article objet du commentaire, tant que le site fonctionne ;
- Les mails des lecteurs seront conservés dans nos archives internes et ne feront l'objet d'aucune exploitation commerciale. Aucun mail non sollicité (spam) ne sera délivré après l'insertion d'un commentaire dans Business News.
- Les mails des participants aux commentaires seront conservés dans nos archivages internes. Ils ne seront jamais communiqués, sans autorisation de leur titulaire ou à la demande d'une autorité judiciaire tunisienne.
- Tout commentaire envoyé sera lu par un modérateur avant publication.
- Business News n'est pas garant de la véracité des commentaires des lecteurs. Le rôle de ses modérateurs s'arrête aux vérifications d'usage liées aux règles de modération indiquées ci-dessus et non aux vérifications journalistiques du fond de l'information.
- Les commentaires sont généralement publiés dans un délai maximal d'une heure approximativement après envoi et ce, les jours ouvrables de 9h à 18h.

Règles de modération
Tous les commentaires sont publiés à la condition qu'ils respectent les règles de conformité à la loi tunisienne et de bienséance. Les contributions qui ne seront pas validées sont celles qui :


- Encourageraient un sentiment raciste et/ou haineux de quelque nature que ce soit ;
- Déprécieraient un groupe de personnes, une profession entière, une entreprise entière ;
- Injurient ou diffament les personnes, les entreprises et/ou toute autre entité ;
- Attaqueraient sans argumenter, ou argumenteraient de manière haineuse ;
- Alimenteraient des rumeurs, qu'elles soient fondées ou non ;
- N'auraient aucun lien avec le sujet principal de l'article objet du commentaire ;
- Ne s'adresseraient qu'à un autre lecteur en particulier, sans que les autres lecteurs puissent être concernés par le débat.
- Assimileraient la rubrique « commentaire » à un forum de discussions.

Business News se réserve le droit de retirer, ou de rewriter, un titre ou une partie du commentaire, même après insertion, au cas où cela se justifierait dans les situations suivantes :
- Paragraphe hors sujet ;
- Paragraphe ou phrase diffamatoire ;
- Paragraphe ou phrase non conforme avec les règles de modération indiquées ci-dessus ;
- Commentaire trop long ;
- Paragraphes ou phrases formulés en langage abrégé ou comportant un nombre élevé d'erreurs.
- Paragraphes ou phrases formulés en langue arabe ou en langue autre que le français et ce pour des raisons techniques.

Nos lecteurs peuvent signaler tout message litigieux aux modérateurs par l'envoi d'un mail à : mail@dmc.com.tn ou par téléphone au +216 70 831 100 ou par fax au +216 70 831 025