Le livre noir de Marzouki : nul, mesquin et improductif

Envoyer cette page
Par Sofiene Ben Hamida


Par la publication du livre noir sur la presse sous l’ancien régime, le président provisoire Moncef Marzouki confirme, une fois encore, qu’il est incapable d’avoir l’ossature d’un président de la République.
Au lieu de se concentrer sur les perspectives de sorties de la crise politique qui bloque le pays, il n’a pas trouvé mieux pour gaspiller son temps et l’argent du contribuable que de faire un travail d’archiviste maladroit et incompétent tant ce livre est mal pensé et affreusement réalisé.

Sur un plan strictement méthodologique, l’index des personnes citées comme étant impliquées dans le système médiatique de l’ancien régime est un index fourre-tout qui associe les journalistes aux avocats, aux hommes d’affaires et aux chefs des entreprises médiatiques sans aucun souci de distinction.
Cet amalgame est voulu car Marzouki et ses collabos sont à mille lieues de rechercher la vérité. Au contraire, ils se murent dans une logique de règlement de comptes, portés par une haine incommensurable des médias et des journalistes tunisiens qui n’ont fait que leur devoir, en alertant l’opinion sur les comportements d’une présidence impotente et sans prérogatives.

La publication des archives de la présidence n’est pas un problème en soi, les Tunisiens ont besoin de connaître ce qui s’est passé durant un pan important de leur histoire. La publication des archives de l’Etat est donc une revendication populaire et une exigence de notre révolution. Elle répond à un besoin de transparence. Malheureusement pour Marzouki et ses sbires, leur ouvrage de couleur met une couche supplémentaire d’opacité. Il aurait fallu que la présidence de la République, si elle était réellement soucieuse de la vérité et de la transparence, remette les documents dont elle dispose aux magistrats, au ministère de la Justice transitionnelle, aux structures de la profession ou encore, comme l’a suggéré l’ancien conseiller en communication de Marzouki, à une commission indépendante ad hoc.
Au lieu de cela, ces documents ont été confiés à des personnes peu crédibles, sectaires et manipulatrices de l’entourage du président provisoire. Le livre en entier porte les stigmates de ces carences méthodologiques et éthiques et c’est pour cela qu’il est nul, mesquin et improductif.

Ce que les collabos de Marzouki oublient ou feignent d’oublier, c’est que chaque régime politique s’accorde les services d’une frange d’intellectuels qui acceptent de vendre leurs âmes au diable pour certains ou qui sont embobinés par un discours politique qui répond à leurs attentes sans que ce discours ne soit réellement valide dans les faits, pour d’autres. On les appelle aujourd’hui les Azlem. Même si le président est provisoire, ses collabos risquent de devenir les Azlem de demain, un qualificatif qui les pourchassera d’une manière définitive et indélébile.

Par ce pamphlet donc, le président provisoire cherche à assouvir sa haine contre des médias qui rechignent à lui accorder un crédit lamentablement dilapidé, une aura incertaine et une compétence improbable. Il engage aussi une campagne électorale prématurée dans un esprit populiste caractéristique aux frais des contribuables. Aux naïfs et à ceux qui sont mal informés, il veut faire croire encore qu’il reste le champion de la transparence, mais les casseroles que lui et son parti trainent désormais risquent de faire trop de bruit et rendent ce livre noir un simple coup dans l’eau.

Les seules dividendes que la présidence pourrait tirer de ce pamphlet est le message double en direction d’Ennahdha. D’une part, ce livre crée un nouvel écran de fumée qui dévie l’intérêt du blocage politique dans le pays, blocage dont la Troïka, et Ennahdha plus précisément, est largement responsable. C’est un service que rend donc le président provisoire au grand frère musulman. Service intéressé, mais service quand même.

D’autre part, ce livre envoie un message clair aux alliés de la présidence qui annonce qu’elle détient des archives, pas seulement concernant les médias, et qu’elle est capable de les publier. En clair, une mise en garde contre toute tentative d’accord politique sur le dos du président provisoire et de son parti.
43 commentaires
@ tounsia2
Maxula |05-12-2013 17:12
"je voudrai vous remercier pour l'honneur que vous me faites en m'accordant votre amitié"...
Tout le plaisir est pour moi...
"je vous demande de m'excuser pour la rigueur de mes critiques."
Ce n'est rien...tant que les critiques seront justes elles seront constructives...
Merci...
Maxula
@Maxula
tounsia2 |03-12-2013 19:03
Bonjour,
Je vous remercie pour l'intérêt que vous avez porté à mes remarques et pour avoir pris le temps de me donner ces explications que je comprends tout en gardant des objections sur certaines d'entres elles. Quoi qu'il en soit, je suis particulièrement réconfortée de constater que vous appréciez à sa juste valeur la plume de Mr Ben Hamida, que je respecte beaucoup et dont je suis une fervente lectrice ; j'ai aussi compris que vous le connaissez personnellement et que votre réaction pourrait alors s'inscrire dans un cadre plutôt amical. Ceci étant, votre penchant à corriger les fautes n'est pas aussi méchant que cela, surtout avec les personnes qui envahissent cet espace d'échange, non pas pour apporter le plus, mais plutôt pour dévier le débat et énerver les commentateurs sérieux ; d'ailleurs, je crois que vous avez cité quelques noms de ces brebis galeuses sur une autre page. Pour finir, je voudrai vous remercier pour l'honneur que vous me faites en m'accordant votre amitié et je vous demande de m'excuser pour la rigueur de mes critiques.

J'ai finalement lu
msebssi |03-12-2013 10:24
en diagonal le livre. Il est très mal écrit. C'est une sorte de rapport. Ce n'est certainement pas à la présidence d'éditer ce rapport. N'importe quelle personne dont le nom apparait dans ce "livre" peut leur faire un procès pour diffamation. D'un point de vue juridique ils sont coupables d'inteferer dans le processus de la justice transitionnel qui n'est justement que du ressort de la justice!!! Ce n'est pas à la présidence de publier ce genre de rapport. C'est un scandal! Le Marzouki lui et ceux qui ont participé à cet ouvrage doivent être traduits en justice!
Marzougui docteur ou JUGE...???
Hamzus29 |03-12-2013 07:08
Est ce le process de Nuremberg ..... Auquel on assiste ....??? Vous faite honte Ya Marzougui .... Allah ghalleb jamais tu n'aura de ressemblance avec Sid Sidek Meur Mandela par contre ce torchon Noir comme le coeur des gens mauvais...je sais l'usage que je vais en faire ... Quand je serai a court de rouleau de papier ... Aux Restrooms .... ( Je ne suis pas journaliste..!!!).
l'inquiétude ?
alassad |03-12-2013 06:23
certains ont PEUR de ce livre noir :je souhaite que cet ouvrage englobe toutes les personnes de tous les secteurs (AZLEM) les 2 anciens régimes : je dirai encore bravo à Monsieur le Président ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! !
@ tounsia2
Maxula |03-12-2013 00:17
Chère amie "tounsia2"...
J'accepte volontiers vos critiques...même si je les trouve plutôt sévères et injustifiées...
Mais je vais vous faire une confidence...
Je n'ai jusqu'ici presque pas relevé les fautes de français des intervenants (à part peut-être les "voyaux" pour "voyous" de Safsaf123 qui persiste et signe...et s'y complait...)
Mais ce que l'on accepte de la part des commentateurs n'est pas forcément acceptable de la plume d'un journaliste du talent (que je reconnais) de Ben Hamida...
Et voyez-vous, je crois qu'un article est à considérer dans sa globalité...le fond et la forme sont indissociables...sinon ce pauvre article claudique, boite et finit par...ne plus "marcher"...
Je vous assure que je réfrène pourtant mon penchant naturel (dû sans doute à une déformation professionnelle) à relever ce que je trouve tous les jours comme "fautes" ,sur les pages de BN ou sur d'autres sites...
Enfin je vous promets (sans trop me faire d'illusions...) de modérer à l'avenir ce "foutu" penchant...
En toute amitié...bien sûr...
Maxula
Droits de l'Homme ?
Sami Trimeche |02-12-2013 23:39
De quel droit , sinon par esprit de revanche mesquine , règlement de compte de bas fonds ..pauvre de nous , pauvre Tunisie ..tomber çi bas au nom des droits de l'Homme ..un président fauteur de troubles , qui l'aurait prédit ou même penser ..Les grands de nôtre histoire ; je n'ose pas les nommer dans ce propos pour ne pas tâcher leurs mémoires ; doivent se retourner ds leurs tombes ..et particulièrement un , bien portant , lui , bien entretenu à coup de petro-dollars , il doit ricaner caressant le rêve du retours du double sauveur du pays ..voila qu'après le sénile il va dégager le tartufe
@ BN et @ Anastasie l'Inconstante...
Maxula |02-12-2013 23:29
Anastasie qui 'uvre sur BN n'est pas vraiment constante et les ciseaux dont elle use et abuse sont tantôt affûtés tantôt bien émoussés...sinon comment expliquer au bon peuple qui hante les pages de BN espérant voir publiées ses interventions in-extenso, oui comment lui expliquer à ce bon peuple qu'Anastasie laisse passer dans un commentaire, un vocable qu'elle censure dans le même commentaire...mais titré différemment sur une autre page et sur le même sujet dont voici le lien...:
29-11-2013 23:23
http://www.businessnews.com.tn/Les-collaborateurs-de-la-présidence-de-la-République-publient-le-livre-noir-des-journalistes-(vidéo),520,42549,3#com
Commentaire copié-collé tel quel...!
C'est un mot anodin qu'Anastasie a choisi d'effacer impitoyablement...pour ne pas heurter sans doute la vertu des âmes innocentes de ceux qui liront l'article de Ben Hamida...pourtant titré lui à coups de serpe...!!! Mais vous me direz que Ben Hamida lui est "journaliste" et que votre serviteur n'est qu'un péquenot de lecteur...
Certains diraient même "un gueux"...

Alors deux poids deux mesures...?
Je ne vois pour ma part qu'une explication plausible...Il y a dans le staff de BN au moins deux censeurs (peut-être plus...?) qui n'ont pas vraiment les mêmes critères...de coupe; certains sont adeptes du "bien dégagé sur les oreilles" et d'autres pour un coupable laisser-faire...
Hé bien chers frères...hé bien chères soeurs....acceptons-en l'augure...!
Maxula

Que de crimes (de censure, entre autres...) on commet au nom de la religion et plus particulièrement au nom de l'Islam !
Le livre est déjà en ligne
safsaf123 |02-12-2013 19:43
Le livre est déjà en ligne. Un autre en préparation avec toute la liste des qawadas, des indics et de la police politique.

Vive la transparence totale.

Merci Marzouki pour ton unique geste correspondant aux aspirations du peuple : la vérité
T'as peur..monsieur !
Zen |02-12-2013 19:39
Si tu es clean et propre, de quoi as tu peur ?
12345
Votre commentaire
Pseudo*
E-mail*
Titre*
Texte
Conditions d'utilisations
- Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne sont pas rédigés par les journalistes.
- Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ne sera publié.
- Aucun commentaire contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.
- Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

» Cliquer ici pour lire les conditions d'utilisation et les règles de modération
Conditions d'utilisation
Business News remercie vivement ses lecteurs pour leurs commentaires, qui en apportant leur contributions, participent à l'enrichissement du journal en ligne. Cet espace reflète une multiplicité de points de vue à l'unique condition que ces points de vue se respectent les uns les autres.


- Les commentaires envoyés seront archivés sur les serveurs de Business News et demeureront consultables, avec l'article objet du commentaire, tant que le site fonctionne ;
- Les mails des lecteurs seront conservés dans nos archives internes et ne feront l'objet d'aucune exploitation commerciale. Aucun mail non sollicité (spam) ne sera délivré après l'insertion d'un commentaire dans Business News.
- Les mails des participants aux commentaires seront conservés dans nos archivages internes. Ils ne seront jamais communiqués, sans autorisation de leur titulaire ou à la demande d'une autorité judiciaire tunisienne.
- Tout commentaire envoyé sera lu par un modérateur avant publication.
- Business News n'est pas garant de la véracité des commentaires des lecteurs. Le rôle de ses modérateurs s'arrête aux vérifications d'usage liées aux règles de modération indiquées ci-dessus et non aux vérifications journalistiques du fond de l'information.
- Les commentaires sont généralement publiés dans un délai maximal d'une heure approximativement après envoi et ce, les jours ouvrables de 9h à 18h.

Règles de modération
Tous les commentaires sont publiés à la condition qu'ils respectent les règles de conformité à la loi tunisienne et de bienséance. Les contributions qui ne seront pas validées sont celles qui :


- Encourageraient un sentiment raciste et/ou haineux de quelque nature que ce soit ;
- Déprécieraient un groupe de personnes, une profession entière, une entreprise entière ;
- Injurient ou diffament les personnes, les entreprises et/ou toute autre entité ;
- Attaqueraient sans argumenter, ou argumenteraient de manière haineuse ;
- Alimenteraient des rumeurs, qu'elles soient fondées ou non ;
- N'auraient aucun lien avec le sujet principal de l'article objet du commentaire ;
- Ne s'adresseraient qu'à un autre lecteur en particulier, sans que les autres lecteurs puissent être concernés par le débat.
- Assimileraient la rubrique « commentaire » à un forum de discussions.

Business News se réserve le droit de retirer, ou de rewriter, un titre ou une partie du commentaire, même après insertion, au cas où cela se justifierait dans les situations suivantes :
- Paragraphe hors sujet ;
- Paragraphe ou phrase diffamatoire ;
- Paragraphe ou phrase non conforme avec les règles de modération indiquées ci-dessus ;
- Commentaire trop long ;
- Paragraphes ou phrases formulés en langage abrégé ou comportant un nombre élevé d'erreurs.
- Paragraphes ou phrases formulés en langue arabe ou en langue autre que le français et ce pour des raisons techniques.

Nos lecteurs peuvent signaler tout message litigieux aux modérateurs par l'envoi d'un mail à : mail@dmc.com.tn ou par téléphone au +216 70 831 100 ou par fax au +216 70 831 025