Tunisie - Qui a tiré et qui a donné l'ordre de tirer sur les martyrs ?

Businessnews.com.tn | publié le 30/11/2011 08:24

La première audience du procès intenté devant la justice militaire contre le président déchu et une vingtaine de hauts responsables de son régime dans l'affaire des martyrs de Thala et de Kasserine ouvert, lundi 28 novembre 2011, devant le tribunal militaire permanent de première instance du Kef a posé la délicate question de savoir à qui incombe la responsabilité de donner l'ordre d'ouvrir le feu sur les manifestants.

Lors de son interrogatoire, Rafik Belhaj Kacem, ancien ministre de l'Intérieur et du développement local, a rejeté toute implication dans ces événements, niant avoir donné l'ordre d'ouvrir le feu sur les manifestants. Il a ajouté que la question sécuritaire était du ressort de la cellule de suivi qui exerçait sa mission conformément aux plans établis à cet effet.

S'agissant de l'ancien ministre de l'intérieur, Ahmed Friâ, qui a occupé ce poste le 12 janvier, il a indiqué que sa nomination à la tête du ministère de l'Intérieur avait pour objectif d'engager des réformes politiques et d'apaiser le climat de tension qui prévalait dans le pays
.
Jalel Boudriga, directeur général des unités de l'ordre public a affirmé avoir ordonné le remplacement, le 10 janvier dernier, de Youssef Abdelaziz, directeur des unités de l'ordre public par Moncef Laâjimi après le mécontentement général exprimé par les habitants de Thala à l'égard des agissements illégaux de Abdelaziz.

Ali Seriati, ancien directeur de la sécurité présidentielle, a confirmé les témoignages de Boudriga ajoutant qu'il était en personne à l'origine du troisième discours prononcé, le 13 janvier dernier, par Ben Ali dans lequel il a utilisé la fameuse expression (assez de tirs à balles réelles).

Adel Tiouiri, ancien directeur général de la sûreté nationale, accusé de meurtre et de tentative de meurtre, a rejeté son implication dans les événements qui ont ensanglanté les régions de Tala et de Kasserine, précisant que les forces de sécurité agissaient en fonction des situations de terrain qui s'imposent, notamment après la création d'une cellule de suivi sécuritaire au sein du ministère ainsi qu'une salle d'opérations chargées de suivre la situation dans le pays.
Adel Tiouiri a nié avoir donné l'ordre d'ouvrir le feu sur les manifestants.

Khaled Ben Saïd, directeur au département de lutte contre le terrorisme a déclaré avoir été chargé, durant cette période, de coordonner les opérations avec le commissariat de police de Kasserine et de collecter les informations sur le terrorisme.

Tunisie - Qui a tiré et qui a donné l'ordre de tirer sur les martyrs ?

publié le 30/11/2011 08:24

La première audience du procès intenté devant la justice militaire contre le président déchu et une vingtaine de hauts responsables de son régime dans l'affaire des martyrs de Thala et de Kasserine ouvert, lundi 28 novembre 2011, devant le tribunal militaire permanent de première instance du Kef a posé la délicate question de savoir à qui incombe la responsabilité de donner l'ordre d'ouvrir le feu sur les manifestants.

Lors de son interrogatoire, Rafik Belhaj Kacem, ancien ministre de l'Intérieur et du développement local, a rejeté toute implication dans ces événements, niant avoir donné l'ordre d'ouvrir le feu sur les manifestants. Il a ajouté que la question sécuritaire était du ressort de la cellule de suivi qui exerçait sa mission conformément aux plans établis à cet effet.

S'agissant de l'ancien ministre de l'intérieur, Ahmed Friâ, qui a occupé ce poste le 12 janvier, il a indiqué que sa nomination à la tête du ministère de l'Intérieur avait pour objectif d'engager des réformes politiques et d'apaiser le climat de tension qui prévalait dans le pays
.
Jalel Boudriga, directeur général des unités de l'ordre public a affirmé avoir ordonné le remplacement, le 10 janvier dernier, de Youssef Abdelaziz, directeur des unités de l'ordre public par Moncef Laâjimi après le mécontentement général exprimé par les habitants de Thala à l'égard des agissements illégaux de Abdelaziz.

Ali Seriati, ancien directeur de la sécurité présidentielle, a confirmé les témoignages de Boudriga ajoutant qu'il était en personne à l'origine du troisième discours prononcé, le 13 janvier dernier, par Ben Ali dans lequel il a utilisé la fameuse expression (assez de tirs à balles réelles).

Adel Tiouiri, ancien directeur général de la sûreté nationale, accusé de meurtre et de tentative de meurtre, a rejeté son implication dans les événements qui ont ensanglanté les régions de Tala et de Kasserine, précisant que les forces de sécurité agissaient en fonction des situations de terrain qui s'imposent, notamment après la création d'une cellule de suivi sécuritaire au sein du ministère ainsi qu'une salle d'opérations chargées de suivre la situation dans le pays.
Adel Tiouiri a nié avoir donné l'ordre d'ouvrir le feu sur les manifestants.

Khaled Ben Saïd, directeur au département de lutte contre le terrorisme a déclaré avoir été chargé, durant cette période, de coordonner les opérations avec le commissariat de police de Kasserine et de collecter les informations sur le terrorisme.
TAP
Commentaires Commenter
Votre commentaire
(*) champs obligatoires
Conditions d'utilisation
Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction.
La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.
Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.
Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

» Cliquer ici pour lire les conditions d'utilisation et les règles de mod�ration