Déception et frustration chez les opposants à la loi de la réconciliation

Businessnews.com.tn | publié le 13/09/2017 22:49

 

Une vague de réactions a suivi l’adoption de la loi de la réconciliation, aujourd’hui, mercredi 13 septembre 2017. Les contestataires de la loi n’ont pas pu cacher leur frustration et se sont lancés dans des publications hostiles à travers les réseaux sociaux.

 

Adnen Mnasar, dirigeant d’Al Harak, a qualifié le 13 septembre de journée de la trahison. Une journée qu’il célébrera chaque année pour rappeler aux 117 députés, qui ont voté la loi, leur trahison. « Il y aura un après 13 septembre ! A bas le parlement de la trahison ! », s’est-il exclamé.

 

 

Hichem Ajbouni d’Attayar a estimé que c’est une journée noire dans l’histoire de la Tunisie.

« L’histoire jugera ceux qui ont vendu le pays et trahi ses martyrs. Nous allons intenter un recours contre ce projet de loi. Cependant, dès aujourd’hui, Nidaa et Ennahdha sont devenus des ennemis de la Tunisie ».

 

 

Le dirigeant du CPR, Samir Ben Amor, a affirmé : « Nous allons annuler la loi de blanchiment des voleurs en 2019 ! Ne soyez pas très contents !! ».

 

 

Par ailleurs, à la fin de la plénière, plusieurs députés ont rejoint les protestataires « Manich Msama7 », devant l’Assemblée. Via un haut-parleur, le président du bloc du Front populaire, Ahmed Seddik s’est adressé à la foule assurant que « c’est juste une manche de perdu, la partie se poursuit ». Et à Samia Abbou de prendre la parole, pour remercier les protestataires, soulignant que l’Assemblée travaille au profit des lobbies. « C’est un Etat de la Mafia », selon ses propres termes.

Les députés contestataires ont assuré qu’ils déposeront un recours contre la loi de la réconciliation pour contester sa constitutionnalité.

 

S.H

Déception et frustration chez les opposants à la loi de la réconciliation

publié le 13/09/2017 22:49

 

Une vague de réactions a suivi l’adoption de la loi de la réconciliation, aujourd’hui, mercredi 13 septembre 2017. Les contestataires de la loi n’ont pas pu cacher leur frustration et se sont lancés dans des publications hostiles à travers les réseaux sociaux.

 

Adnen Mnasar, dirigeant d’Al Harak, a qualifié le 13 septembre de journée de la trahison. Une journée qu’il célébrera chaque année pour rappeler aux 117 députés, qui ont voté la loi, leur trahison. « Il y aura un après 13 septembre ! A bas le parlement de la trahison ! », s’est-il exclamé.

 

 

Hichem Ajbouni d’Attayar a estimé que c’est une journée noire dans l’histoire de la Tunisie.

« L’histoire jugera ceux qui ont vendu le pays et trahi ses martyrs. Nous allons intenter un recours contre ce projet de loi. Cependant, dès aujourd’hui, Nidaa et Ennahdha sont devenus des ennemis de la Tunisie ».

 

 

Le dirigeant du CPR, Samir Ben Amor, a affirmé : « Nous allons annuler la loi de blanchiment des voleurs en 2019 ! Ne soyez pas très contents !! ».

 

 

Par ailleurs, à la fin de la plénière, plusieurs députés ont rejoint les protestataires « Manich Msama7 », devant l’Assemblée. Via un haut-parleur, le président du bloc du Front populaire, Ahmed Seddik s’est adressé à la foule assurant que « c’est juste une manche de perdu, la partie se poursuit ». Et à Samia Abbou de prendre la parole, pour remercier les protestataires, soulignant que l’Assemblée travaille au profit des lobbies. « C’est un Etat de la Mafia », selon ses propres termes.

Les députés contestataires ont assuré qu’ils déposeront un recours contre la loi de la réconciliation pour contester sa constitutionnalité.

 

S.H

Commentaires (15) Commenter
Maintenant, que ceux qui en doutaient des intrigues contre la Troïka, comprennent le vrai sens et le vrai but du financement des élections de 2014, par les ennemis de la Révolution tunisienne du 14 janvier 2011.
Abel Chater
| 14-09-2017 20:37
Une main lave l'autre. Du donnant-donnant. Du sabotage systématique contre la démocratie en Tunisie. Celui qui a pensé que l'âge trop avancé de Béji Caïd Essebsi pourrait l'éloigner et l'immuniser de toute influence terrestre, celui-là doit réécrire l'histoire humaine. La mort n'existe que chez les pauvres. Le siège du président de la République infecte par le syndrome de l'immortalité pharaonienne. Seul le premier président de la deuxième République tunisienne de régime parlementaire, le Docteur Moncef Marzouki, a quitté le palais de Carthage en ayant ancré la vraie démocratie et la vraie liberté de la parole et de l'expression chez les Tunisiens. Le présent président Béji Caïd Essebsi, n'a fait que rendre service aux anciens des anciens régimes dictatoriaux de Bourguiba et de Ben Ali. Il n'offre les postes de bonne rémunération, qu'à ses adeptes de l'ancien régime déchu. Ils nous occupent par Ennahdha et par d'autres sujets qui nous n'intéressent pas le moindre, alors qu'ils ne font que creuser sous les pieds du peuple tunisien, pour le faire reculer suivant leur mentalité pourrie. Cette même mentalité qui fit preuve de sa gigantesque faillite le long des 55 années postindépendances de la Tunisie.
Maintenant, c'est à la société civile tunisienne de rééquilibrer la balance politique en Tunisie. L'argent sale prend le dessus sur toutes les éthiques de la vie politique en Tunisie. Les résidus de la dictature renversent notre démocratie, pour la transformer en la pire des dictatures. Corrompre les députés de l'ARP, offrir des postes ministériels suivant le principe de l'intérêt réciproque et diviser le gâteau entre Nidaa Tounes et Ennahdha, tout en jetant des os à gauche et à droite pour faire taire les opposants. Pour les têtus, ils leur envoient le «procureur de l'Etat» pour les emprisonner suivant toute une liste déjà rédigée et préparée par les deux dictateurs déchus Bourguiba et Ben Ali.
Il faut arrêter cette hémorragie contre notre transition démocratique.
LES KLEBS ABBOIENT , LA CARAVANE MARCHE
HAMMADI
| 14-09-2017 19:02
cette loi peut avoir ses faiblesse mais incontestablement elle rendre justice à plusieurs fonctionnaire injustement mis sur la touche !!! s'ils sont pour la justice qu'ils manifestent pour qu la justice aura les moyens de faire son travail correctement !!!! quant à l'instance ben sedrine elle devrait tout d'abord laisser la partie histoire aux historien ils sont qualifié pour le faire !!! elle fait de la politique elle n'a aucun droit de le faire !!! elle crée sa place pour des règlement avec leurs soutiens tout le monde le sait!!!et pour le reste la justice est la seule institution qui le droit de siéger et de juger pas ben sedrine !!!
A bout
A4
| 14-09-2017 18:24
A BOUT
Ecrit par A4 - Tunis, le 14 Septembre 2017

Hier j'ai vu une mascarade
Où une poulette était à bout
Elle courait, faisait la parade
Tantôt assise, souvent debout
Lançant insultes et pétarades
Aux coqs, dindes et vieux hiboux

La grosse poulette était nerveuse
Criait en boucle le même chant
Et sa chorale toute joyeuse
La soutenait en bégayant
Suivait sa cheftaine aboyeuse
Dans une ambiance bon enfant

Ce n'était pas une basse-cour
Ou une soirée de grande cuite
Ce n'est pas non plus un concours
De folie et mauvaise conduite
C'est l'assemblée des grands discours
Où la racaille se croit élite

C'est l'assemblée des députés
Issus des grandes élections
Que vous payer pour discuter
Et vous trouver des solutions
Méritent-ils, ces effrontés
Autre chose que dissolution ?
frustration ?
anti-islamiste
| 14-09-2017 13:22
De la frustration venant de frustré par nature, un comble !
Les CHIENS aboient et la CARAVANE passe!!!
DIEHK
| 14-09-2017 12:20
Vous ne méritez pas une consonne ou une voyelle de plus "Gueux incultes & incompétents"
Votre brouette et sa merdo ne veut que la Déstruction et l'anarchie dans Bagla Liha, vous n'avez qu'à lire et écouter ceux qui ont participé à la déstruction méthodique de mon pays par la Troika et Ghannouchi aussi qui est devenu plus puissant que "Dash car il lave plus blanc que blanc, plus démocrate qu'un démocrate mais toujours frérot musulman et vice-président de la confrérie des destructeurs de dictatures normales pour qui ?
pour Eux!!!!!
Juste pour dire : j'étais contre cette Loi, mais en voyant ces gueules qui détestent la Tunisie, je dis donc que c'est une bonne chose.
Carthage Libre
| 14-09-2017 12:06
Moi, je me casse pas le c** ; je vois qui est pour et qui est contre. Ensuite je dis si c'est bien ou pas.

Conclusion : c'est bien, car les ennemis de la Tunisie, les gueules ci-hauts sont contre:) C'est simple la vie non?
Fausse route
Sami
| 14-09-2017 11:28
Des slogans ,des slogans populistes sans aucune consistance ,de kel droit ces gauchistes attardés parlent ils au nom du peuple ki lui veut des réformes pragmatiques ki lui assurent son bienêtre au lieu de partager la misère et la haine et continuer la mendicité auprès des étrangers alor k nous avons une élite et un savoir faire reconnu
Ki peut amener bcp a notre pays si on lui donne les moyens adéquats et la sécurité
3 pelés et 2 tondus
HatemC
| 14-09-2017 10:37
Franchement 117 ont tord et 3 tondus ont raison ??? !!! Faudrait m'expliquer ...

Imaginez ces 3 tordus au pouvoir c'est la dictature assurer avec ces voyous du CpR + Tayyar + Harak = la même chakchouma de l'autre tartour ... et FP qui lui est bloqué dans le bolchévisme et le collectivismes et le socialisme à la CCCP .... des attardés mentaux sans conséquences ...
LE BATEAU AVANCE avec ou sans eux ... HC
Irréconciliables aboyeurs.
MFH
| 14-09-2017 10:33
Les uns représentent la majorité des tunisiens qui en ont marre de voir le pays péricliter et se déprécier et qui trouvent en la réconciliation une sortie pour le pays, quoique amère et douloureuse, mais à même de préserver du naufrage collectif et de sauver le peu qui en reste.
Les autres ce sont les fous, les arrivistes de tous bords vomis par une révolution bâtarde, sauvage et sans perspectives (à l'image des Abou, des Mansars, Daïmi, Ben Amor, Ben Sadrine, et tous les défaitistes de gauche, tous assoiffés et affamés éternels de pouvoir) qui, par dépit, haine, régionalisme et complexes personnels, veulent conduire le pays vers une destination inconnue.
La règle en démocratie est claire. C'est le vote qui fixe les choix. Les minoritaires n'ont qu'à accepter et se la boucler. Pour les aboiements, ils n'ont qu'à le faire ailleurs qu'à l'hémicycle.
Ma yet3addach!
SAMIA
| 14-09-2017 09:42
Mala ahoua t3adda!
Vous n'avez que vos yeux pour pleurer !
Votre commentaire
(*) champs obligatoires
Conditions d'utilisation
Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction.
La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.
Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.
Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

» Cliquer ici pour lire les conditions d'utilisation et les règles de mod�ration