alexametrics
Dernières news

Coup d’envoi de Sayarti Village

Coup d’envoi de Sayarti Village

Le coup d’envoi du premier forum thématique interprofessionnel de l'auto, Sayarti Village, a été donné, ce jeudi 18 octobre 2018, avec un événement et pas des moindres, le lancement d’une nouvelle marque automobile sur le marché tunisien : la ZXAuto.

 

 

 Il s’agit d’une initiative organisée par le magazine spécialisé Sayarti et chapotée par le directeur et fondateur du magazine Hédi Hamdi. Cette 1ère édition se tient du 18 au 21 octobre 2018 à Tunis Arena aux Berges du Lac, un espace qui s’étend sur 10.000 m² à quelques kilomètres du centre. La thématique du salon tourne autour des véhicules SUV, Crossover, 4x4 et pick-up : des segments en pleine croissance. «Sayarti Village, c’est avant tout un concept : C’est du networking pour les opérateurs du secteur automobile», explique M. Hamdi.

 

 

 

 

L’événement se déroulera en deux parties : deux premières journées professionnelles (BtoB) puis deux journées grand-public (BtoC).

 

 

Sayarti Village rassemblera plusieurs acteurs de la sphère automobile en Tunisie dans le cadre de rencontres-débats et séminaires qui traiteront de plusieurs sujets en rapport avec le secteur. Il vise tout d’abord les clients flottes et les professionnels qui ont de réels besoins dans leur métier en matière d’automobile mais également toutes les prestations et les services qui vont avec.

 

 

Au menu, conférences thématiques (problème de matériel roulant chez les agences de voyage, le tourisme médical, etc.), un grand rassemblement de Jeepers, des animations avec démonstrations de franchissements en 4X4 et les damedi et dimanche du karting pour les enfants de 3 à 12 ans pour initier les jeunes à la conduite et leur inculquer les bonnes valeurs

 

 

Sayarti Village se veut un trait d'union entre l’offre et la demande, à fin que chacun sache les problématiques des autres et œuvre avec eux pour les résoudre, pour le bien de tous. Hédi Hamdi ambitionne de faire de ce forum/salon un RDV annuel, national au début puis international par la suite, pour qu’il devienne à moyen terme un lieu de convergence pour le secteur automobile au sens large mais aussi en matière d’industrie pour les composants automobiles.

 

I.N

 

 

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (6)

Commenter

Foued
| 18-10-2018 22:09
J ai couru sur l application de la compensation en Tunisie pour le secteur aéronautique et automobile , en PRC , les avions acquis doivent être monté localement non seulement pour la compensation mais pour le transfert de la technologie au peuple chinois , au SA aucun véhicule ne sera importé sans l exportation des composantes voir même le montage pour permettre au peuple sud africain à apprendre la technologie , tu n a pas idée sur la puissance du secteur bancaire du pays .En Tunisie , on ait spécialisé dans l importation et la consommation .

HatemC
| 18-10-2018 21:44
C'est un pays qui se contente d'importer tout voitures et même produits de 1ere nécessité ... on n'avance plus ... on ne fait plus du sur place mais on régresse ... c'est même affolant ...et dire que les années 70 la STIA était un précurseur ... 40 ans plus tard l'acquis a disparu ... yé si Foued, la Tunisie est contaminée et perdue ...j'aurai aimé vivre de mon vivant l'émancipation et le développement de mon pays ... je sombre dans le désespoir ... Je ne fais qu'espérer un changement mais il n'arrivera pas ... un bateau qui éperonne un autre, des inondations à répétitions ... anarchie à perte de vue ... Bien sur ce pousseur est surement atteint mentalement ... Oui il est atteint puisqu'il est né dans une famille de CONSANGUIN ... de débile ... c'est le problème des pays zarabes ... des malades .... HC

HatemC
| 18-10-2018 21:34
C'est un pays qui se contente d'importer tout voitures et même produits de 1ere nécessité ... on n'avance plus ... on ne fait plus du sur place mais on régresse ... c'est même affolant ...et dire que les années 70 la STIA était un précurseur ... 40 ans plus tard l'acquis a disparu ... yé si Foued, la Tunisie est contaminée et perdue ...j'aurai aimé vivre de mon vivant l'émancipation et le développement de mon pays ... je sombre dans le désespoir ... Je ne fais qu'espérer un changement mais il n'arrivera pas ... un bateau qui éperonne un autre, des inondations à répétitions ... anarchie à perte de vue ... HC

Foued
| 18-10-2018 20:51
Je suis d accord avec toi hatem C , le gouvernement n encourage pas la production des composantes automobiles , normalement il doit exiger la compensation ( exportation des composantes automobiles en contre partie des importations des véhicules ) , de nos jours les banques financent l importation des véhicules et puis le financent de l achat des véhicules par les consommateurs et ce sans obligation d exportation des composantes , au contraire les industriels du secteur souffrent des problèmes de financement . C catastrophique

HatemC
| 18-10-2018 20:03
On parle dans un bled arriéré, rétrograde, illettré mais surtout sous développé des concepts B2B, business to Business visant les entreprises et celui du B2C, le consommateur ...

Ce journal spécialisé s'adresse à qui dans ce bled ?

Même pas 0.5 % des Tunisiens n'entends ce que veut dire B2b et B2C et encore moins C2B et C2C

Me rappelle mes premières années dans une start up et on parlait du B2B et du B2C, c'était au début du siècle ...

Ce journal n'aura un impact que lorsque ce pays se développera et s'industrialiseras et surtout quand il développera une industrie automobile autrement ce Sayyarti fera du copier coller des journaux Occidentaux pour développer les ventes des marques Occidentales en Tunisie .... et encore faut-il voir ces voitures sur de vrais routes et non des pistes en Tunisie .... circulez y a rien à voir kallou b2b et b2c ....
Je ne commettrai le crime de faire circuler ma voiture sur les routes tunisiennes ... JAMAIS ... ou alors une trépanelle en fin de vie ... HC

Fehri
| 18-10-2018 19:22
Seuls voitures qui peuvent rouler dans les oueds, mais ne vous plaignez pas des intempéries. Ce sont voitures qui réchauffe le climat. Anyway vous pouvez payer un plein a 400 dinars, la vie est courte

A lire aussi

Le chef du gouvernement Youssef Chahed a reçu, ce samedi 17 octobre 2018, à Dar Dhiafa à Carthage,

17/11/2018 13:40
0

En préparation de la grève dans la fonction publique, prévue le jeudi 22 novembre 2018, les

17/11/2018 10:11
5

Après son départ du ministère des Domaines de l'Etat et des Affaires foncières, l'ancien

17/11/2018 09:30
1

Rachid Khechana vient d'être nommé PDG de l'agence de presse Tap tel que décidé lors de la réunion

17/11/2018 09:12
0

Newsletter