Chedly Ayari toutes griffes dehors !

Businessnews.com.tn | publié le 17/05/2017 19:59

 
 Au moment où il est annoncé partant, le gouverneur de la Banque centrale de Tunisie (BCT), Chedly Ayari lance une contre-attaque lors de son audition par l’Assemblée des représentants du peuple (ARP). Toutes griffes dehors, il essaiera de s’accrocher à son poste et de défendre son institution.

 

Les bruits se faisaient insistants quant à l’éventuelle annonce par le président de la République, lors de son discours du 10 mai 2017, du limogeage du gouverneur de la BCT. Béji Caïd Essebsi y aurait renoncé au dernier moment parce que Chedly Ayari se trouvait, le jour du discours, en mission à l’étranger.

Le gouverneur de la Banque centrale de Tunisie a auditionné par les députés de l’ARP hier, mardi 16 mai 2017.  Se trouvant dos au mur, il a déballé certaines données qu’il n’aurait sans doute pas fournies en circonstances normales.

Pour se défendre, Chedly Ayari a lancé des attaques tous azimuts. Il a d’abord réagi à son éventuel limogeage rétorquant que « la question n’est pas aussi simple ». Il explique, en effet, qu’il a un mandat à remplir jusqu’à 2018 et que toute mise à terme de ses fonctions doit être régie par tout un arsenal de dispositions d’ordre constitutionnel.

 

Chedly Ayari est revenu sur le sujet épineux du glissement du dinar précisant que les autorités monétaires ont préféré choisir la voie du flottement contrôlé dans le but de faire émerger une certaine  flexibilité opérationnelle qui rendra le taux de change cohérent avec le niveau des déficits extérieurs. Plus agressif encore, Chedly Ayari a tenu à mentionner que son souci premier n’est pas celui d’empêcher la baisse de la valeur du dinar, mais de préserver le niveau des devises étrangères, nécessaires pour la bonne marche des échanges commerciaux et pour la dynamique économique en général.

Se défendant, par ailleurs, de faire cavalier seul, le gouverneur de la BCT a tenu à préciser que l’indépendance de la Banque Centrale ne signifie pas qu’elle doit constituer un Etat dans l’Etat. « Au contraire, explique-t-il, la Banque est en train de coordonner avec le gouvernement et est en contact quotidien avec les autorités ».  « D’où l’erreur que commettent certains, selon ses propres dires, de faire porter toute la responsabilité de la crise économique et financière à la BCT ». A ce propos et à titre d’exemples, Chedly Ayari a fait remarquer que la lettre d’intention adressée au FMI a été élaborée par le gouvernement au sein d’un conseil ministériel restreint.

Le gouverneur de la BCT a aussi rappelé que la Tunisie est un membre fondateur du FMI et que c’est son plein droit d’être assistée par cette institution. Et d’affirmer aussi que « les réformes engagées par la Tunisie sont nécessaires, mais elles ont trop tardé à être mises en place et le pays est en train de payer cher ce retard ».

 

Le gouverneur de la Banque centrale a aussi été plutôt alarmiste en évoquant l’inflation. « La hausse du taux d’inflation est extrêmement inquiétante surtout que les dernières statistiques révèlent une augmentation pouvant atteindre jusqu’à 6%, une conséquence attendue après l’augmentation des salaires et la flambée des prix et des rendus », a indiqué, en substance, Chedly Ayari.

Pourtant, ajoute t-il, « le taux d’inflation était stable auparavant, mais à ce rythme, il risque une envolée ». Évoquant le déficit commercial dû au déséquilibre persistant entre importations et exportations, il a fait savoir qu’il a atteint des records. M. Ayari a fait également remarquer qu’il est nécessaire de rationaliser les importations, surtout celles dont le pays peut aisément se passer. Et de préciser que le choix des produits à importer n’est pas l’affaire de  la banque centrale mais celui des autorités compétentes.

 

Dans le discours de Chedly Ayari, deux points ont particulièrement retenu l’attention des experts et de l’opinion publique. Tout d’abord, il a assuré, là encore, que le taux de change n’est pas déterminé par la BCT mais par les banques du pays, arguant que la complexité des paramètres qui impactent la situation économique en Tunisie ne dépendent pas tous de la BCT.

Il a aussi fait savoir que la facture des hydrocarbures a atteint des chiffres très élevés. Or, sur ce point précis, les observateurs s’interrogent sur le pourquoi de cette hausse qualifiée de « faramineuse », alors que les prix du baril de pétrole sont en baisse continue depuis plusieurs mois. Ce qui implique l’importation en très grandes quantités de l’or noir.

 

Pour ce qui est des recettes touristiques, Chedly Ayari n’a pas trouvé mieux de s’interroger sur leur sort. « Où est passé l’argent généré par l’augmentation du nombre des touristes depuis le début de l’année 2017 en cours ? », s’est-il exclamé sur un ton ironique.

Les experts estiment que le gouverneur de la Banque centrale de Tunisie est le mieux placé pour répondre à ces questions. En effet, la majorité des devises amenées par les touristes, notamment algériens et libyens qui forment le plus gros contingent des visiteurs étrangers, sont échangées clandestinement, sur le marché parallèle.

Pour faire échec à ce phénomène dont profitent, essentiellement, les contrebandiers, gros détenteurs de l’argent cash, la BCT avait été invitée à faire implanter des représentations dans les principaux points de passage frontaliers terrestres avec la Libye et l’Algérie. Mais l’institution monétaire a fait la sourde oreille laissant libre cours aux contrebandiers et aux barons de la clandestinité d’agir à leur guise.

 

Les exemples ne manquent pas pour affirmer que la BCT assume une part directe dans la détérioration de la situation monétaire contrairement à ce qu’a voulu faire croire Chedly Ayari. Au lieu de l’admettre, son gouverneur chercherait, uniquement, à se défendre et à se décharger de toute responsabilité en la faisant supporter par d’autres.

Le gouverneur de la Banque centrale a voulu démontrer, par ses propos devant l’ARP, que l’institution financière qu’il dirige n’a rien à se reprocher, mû en cela, selon les observateurs, par son attachement à son poste qu’il pourrait perdre, incessamment, puisque le bruit sur son éventuel limogeage reste de mise. Plus encore, des noms d’éventuels successeurs sont, même divulgués.

 

Sarra HLAOUI

Chedly Ayari toutes griffes dehors !

publié le 17/05/2017 19:59

 
 Au moment où il est annoncé partant, le gouverneur de la Banque centrale de Tunisie (BCT), Chedly Ayari lance une contre-attaque lors de son audition par l’Assemblée des représentants du peuple (ARP). Toutes griffes dehors, il essaiera de s’accrocher à son poste et de défendre son institution.

 

Les bruits se faisaient insistants quant à l’éventuelle annonce par le président de la République, lors de son discours du 10 mai 2017, du limogeage du gouverneur de la BCT. Béji Caïd Essebsi y aurait renoncé au dernier moment parce que Chedly Ayari se trouvait, le jour du discours, en mission à l’étranger.

Le gouverneur de la Banque centrale de Tunisie a auditionné par les députés de l’ARP hier, mardi 16 mai 2017.  Se trouvant dos au mur, il a déballé certaines données qu’il n’aurait sans doute pas fournies en circonstances normales.

Pour se défendre, Chedly Ayari a lancé des attaques tous azimuts. Il a d’abord réagi à son éventuel limogeage rétorquant que « la question n’est pas aussi simple ». Il explique, en effet, qu’il a un mandat à remplir jusqu’à 2018 et que toute mise à terme de ses fonctions doit être régie par tout un arsenal de dispositions d’ordre constitutionnel.

 

Chedly Ayari est revenu sur le sujet épineux du glissement du dinar précisant que les autorités monétaires ont préféré choisir la voie du flottement contrôlé dans le but de faire émerger une certaine  flexibilité opérationnelle qui rendra le taux de change cohérent avec le niveau des déficits extérieurs. Plus agressif encore, Chedly Ayari a tenu à mentionner que son souci premier n’est pas celui d’empêcher la baisse de la valeur du dinar, mais de préserver le niveau des devises étrangères, nécessaires pour la bonne marche des échanges commerciaux et pour la dynamique économique en général.

Se défendant, par ailleurs, de faire cavalier seul, le gouverneur de la BCT a tenu à préciser que l’indépendance de la Banque Centrale ne signifie pas qu’elle doit constituer un Etat dans l’Etat. « Au contraire, explique-t-il, la Banque est en train de coordonner avec le gouvernement et est en contact quotidien avec les autorités ».  « D’où l’erreur que commettent certains, selon ses propres dires, de faire porter toute la responsabilité de la crise économique et financière à la BCT ». A ce propos et à titre d’exemples, Chedly Ayari a fait remarquer que la lettre d’intention adressée au FMI a été élaborée par le gouvernement au sein d’un conseil ministériel restreint.

Le gouverneur de la BCT a aussi rappelé que la Tunisie est un membre fondateur du FMI et que c’est son plein droit d’être assistée par cette institution. Et d’affirmer aussi que « les réformes engagées par la Tunisie sont nécessaires, mais elles ont trop tardé à être mises en place et le pays est en train de payer cher ce retard ».

 

Le gouverneur de la Banque centrale a aussi été plutôt alarmiste en évoquant l’inflation. « La hausse du taux d’inflation est extrêmement inquiétante surtout que les dernières statistiques révèlent une augmentation pouvant atteindre jusqu’à 6%, une conséquence attendue après l’augmentation des salaires et la flambée des prix et des rendus », a indiqué, en substance, Chedly Ayari.

Pourtant, ajoute t-il, « le taux d’inflation était stable auparavant, mais à ce rythme, il risque une envolée ». Évoquant le déficit commercial dû au déséquilibre persistant entre importations et exportations, il a fait savoir qu’il a atteint des records. M. Ayari a fait également remarquer qu’il est nécessaire de rationaliser les importations, surtout celles dont le pays peut aisément se passer. Et de préciser que le choix des produits à importer n’est pas l’affaire de  la banque centrale mais celui des autorités compétentes.

 

Dans le discours de Chedly Ayari, deux points ont particulièrement retenu l’attention des experts et de l’opinion publique. Tout d’abord, il a assuré, là encore, que le taux de change n’est pas déterminé par la BCT mais par les banques du pays, arguant que la complexité des paramètres qui impactent la situation économique en Tunisie ne dépendent pas tous de la BCT.

Il a aussi fait savoir que la facture des hydrocarbures a atteint des chiffres très élevés. Or, sur ce point précis, les observateurs s’interrogent sur le pourquoi de cette hausse qualifiée de « faramineuse », alors que les prix du baril de pétrole sont en baisse continue depuis plusieurs mois. Ce qui implique l’importation en très grandes quantités de l’or noir.

 

Pour ce qui est des recettes touristiques, Chedly Ayari n’a pas trouvé mieux de s’interroger sur leur sort. « Où est passé l’argent généré par l’augmentation du nombre des touristes depuis le début de l’année 2017 en cours ? », s’est-il exclamé sur un ton ironique.

Les experts estiment que le gouverneur de la Banque centrale de Tunisie est le mieux placé pour répondre à ces questions. En effet, la majorité des devises amenées par les touristes, notamment algériens et libyens qui forment le plus gros contingent des visiteurs étrangers, sont échangées clandestinement, sur le marché parallèle.

Pour faire échec à ce phénomène dont profitent, essentiellement, les contrebandiers, gros détenteurs de l’argent cash, la BCT avait été invitée à faire implanter des représentations dans les principaux points de passage frontaliers terrestres avec la Libye et l’Algérie. Mais l’institution monétaire a fait la sourde oreille laissant libre cours aux contrebandiers et aux barons de la clandestinité d’agir à leur guise.

 

Les exemples ne manquent pas pour affirmer que la BCT assume une part directe dans la détérioration de la situation monétaire contrairement à ce qu’a voulu faire croire Chedly Ayari. Au lieu de l’admettre, son gouverneur chercherait, uniquement, à se défendre et à se décharger de toute responsabilité en la faisant supporter par d’autres.

Le gouverneur de la Banque centrale a voulu démontrer, par ses propos devant l’ARP, que l’institution financière qu’il dirige n’a rien à se reprocher, mû en cela, selon les observateurs, par son attachement à son poste qu’il pourrait perdre, incessamment, puisque le bruit sur son éventuel limogeage reste de mise. Plus encore, des noms d’éventuels successeurs sont, même divulgués.

 

Sarra HLAOUI

Commentaires (20) Commenter
Il est trop vieux.
Voltaire
| 20-05-2017 23:46
Nécessite beaucoup de recyclage pour actualiser ses connaissances dépassées par les nouveautés mondiales . dans ces déclarations on a l'impression qu'il rumine les mêmes réflexions sans pour autant être convainquant . Un jeune parmis nos élites tunisiens EST DEVENU INDISPENSABLE pour la bonne marche de la BCT
Ayari bientôt une momie égyptienne
kameleon78
| 18-05-2017 19:51
Chedly Ayari était ministre en 1969, Macron allait naître 8 ans après, cela ne nous rajeunit pas.
A non RP, et PSEUDO BANQUIER...SE FOUTENT DE LA GUEULE DU PEUPLE.....
MAINTENANT LES DEUX ENDORMIS SE REVEILLENT....
| 18-05-2017 15:34
arretez cette comedie...ils sont TOUS responsable de la situation actuelles....MAIS il n ya PAS de justice pour PROYEGER ce pauvre peuple.....BASTA...DEHORS TOUS.
Comptes en devises
Tounsi
| 18-05-2017 14:38
Bct à droite...Bct à gauche...Bct banquier de l'état tunisien va emprunter des devises de l'étranger...met les à la disposition d'une frange de population partenaire du moindre effort qui veut importer n'importe quoi de l'étranger en sollicitant des crédits auprès des banques locales...Bct donne la possibilité à des contrebandiers de disposer de comptes en devises contrairement aux engagements internationaux du pays...Bct...Bct...La rédactrice croit que c'est un cadeau...que d'être aujourd'hui gouverneur de la BCT...critique s...critiques...toujours et encore...illi ya3rif willi maya3refch..11millions d'experts...koum ikhdem ala rouhek...assez de dénigrement...kallou tient à son poste...chnoua hal hala...
C'est facile de faire porter le chapeau à la BCT.
Ahmed
| 18-05-2017 14:06
La synthèse de l'intervention est globalement bonne. Sauf que..!

Sauf que dire: "Les exemples ne manquent pas pour affirmer que la BCT assume une part directe dans la détérioration de la situation monétaire.." est trop vague et imprécis.

Donnez-les ces exemples pour marquer du crédit à votre critique, sinon c'est facile de critiquer avec des accusations sans fondements.
Pas proactif, même pas réactif !!
Alexandre Dumas
| 18-05-2017 12:14
A défaut d'anticipation, il n'a fait que subir et nous faire subir les conséquences d'un manque de maîtrise d'une situation financière des plus chaotiques!! Son seul mot d'ordre a été "Liquidité" comme si c'était l'unique souci de la BC ! Son constat est amer et comme à l'accoutumé dans notre pays, c'est le citoyen réglo qui en subira le coût, de la fuite de la recette touristique à la dévaluation du dinar en passant par l'inflation galoppante ... Chers citoyens (cela s'adresse aux honnêtes et non aux fraudeurs-trafiquants qui saignent le pays dans l'impunité la plus absolue), préparez-vous à mettre la main au porte-feuilles pour en gratter ce qui reste au risque d'agonir.....
Change
Mehdi
| 18-05-2017 12:06
Il faut changer la réglementation de change en Tunisie obsolète et hypocrite il faut laisser aux individus la possibilité octroyé aux entreprises c ad d'avoir des comptes étrangers pour pouvoir investir etc.....en les déclarant
Arrêtons de contrôler a tour de bras et laissons libre les gens les entreprises et la monnaie
IL DOIT ETRE JUGE POUR PLUSIEURS MANQUEMENTS
MACAQUE
| 18-05-2017 10:55
Et de s etre tu sur plusieurs abérrations que tout le monde sait depuis plusieurs années. Celui qui voit le mal et se tait est condamnable. Il doit être jugé dès sa sortie. Par son comportement le pays est allé à la ruine socio-économique. Il n'aurai pas du cautionner une politique déficiente.
Factures
Sami
| 18-05-2017 10:46
Il a raison sur certains points comme les imports de hc ki coûtent très très cher et ki sont pas apparement pas très bien contrôlés comme avant surtout ceux aux mains du privé ki sur facturent a tout va
Pour l'argent pourkoi n pas changer les billets comme le fait l'Inde ?
Un gouverneur de la BCT qui doit son poste à la REVOLUTION mais qui ne réussi pas L'ACTUALISATION
DHEJ
| 18-05-2017 10:45
Sachant que l'OBJECTIFS ET MISSIONS DE LA BANQUE CENTRALE est comme-suit (source la loi N°2016-35 du 25 avril 2016)

Art. 7 '

L'objectif principal de la banque centrale consiste à maintenir la stabilité des prix.

La banque centrale contribue au maintien de la stabilité financière de manière à soutenir la réalisation des objectifs de la politique économique de l'Etat, y compris dans les domaines de développement et de l'emploi. Elle 'uvre pour une coordination optimale entre la politique monétaire et la politique économique de l'Etat.


Et pour atteindre cette objectif, la BCT a d'autres objectifs et missions ;;;


Votre commentaire
(*) champs obligatoires
Conditions d'utilisation
Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction.
La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.
Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.
Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

» Cliquer ici pour lire les conditions d'utilisation et les règles de mod�ration