Ce gymnaste nommé Slim Riahi

Businessnews.com.tn | publié le 15/11/2017 15:59
Par Marouen Achouri,

« Déchirer le document de Carthage est la moindre des choses, le document de Carthage a arnaqué les Tunisiens et a supplanté la constitution, il a donné l’Etat chez la famille régnante et à Montplaisir, voilà ce qui s’est passé avec l’accord de Carthage ! », dixit Slim Riahi, le 2 avril 2017 au palais des congrès.

 

Cela ne l’a pas empêché de revenir à l’accord de Carthage, parrainé par Rached Ghannouchi, celui de Montplaisir, et par Hafedh Caïd Essebsi, celui de la famille régnante. Tout cela, drapé évidemment de sens de la responsabilité et de volonté sincère d’aider le pays dans une phase délicate et bla et bla… Il s’agit quand même d’un exercice impressionnant de gymnastique intellectuelle !

 

Le parton de l’UPL, Slim Riahi, est un trésor pour tout observateur de la scène politique. Il suffit de s’intéresser à ses déclarations et à ses comportements pour voir où tourne le vent politique du moment. Ainsi, on peut comprendre que Slim Riahi ne voit plus trop d’intérêt à rester dans une forme de rapprochement avec Mohsen Marzouk et préfère se rapprocher du pouvoir en place. Une tactique qui tient plus pour lui de la survie qu’autre chose. On verra comment les ennuis judiciaires de Slim Riahi disparaitront comme par magie et comment, en échange, l’accord de Carthage redeviendra la feuille de route indispensable pour la Tunisie.

 

Après, il peut être légitime de chercher à éviter les ennuis et de tenter de survivre politiquement dans un paysage mouvant. On peut comprendre que Slim Riahi en ait marre qu’on gèle ses comptes ou qu’on l’interdise de voyage. Mais qu’il se rapproche du pouvoir en essayant de convaincre le monde de sa cohérence et de la justesse de ses choix, il ne faudrait pas exagérer. Ce serait quand même prendre les gens pour des débiles si Slim Riahi leur dit qu’il est uniquement guidé par le patriotisme et l’intérêt de la nation. Ce serait quand même gonflé de prétendre être à la tête d’un parti progressiste quand on sait que ce même parti avait appelé à appliquer la Chariâa en Tunisie.

 

Slim Riahi et l’UPL rappellent par leur parcours, à bien des égards, celui de Mustapha Ben Jaâfar et Ettakatol. M. Ben Jaâfar est entré au pouvoir et dans la troïka grâce à un certain historique d’opposant, Slim Riahi y est entré grâce à son compte en banque. Ettakatol a cassé en mille morceaux son identité et son historique en s’alliant avec Ennahdha et le CPR, l’UPL ne s’en embarrasse même pas vu qu’il n’a ni identité, ni historique. Toutefois, le résultat sera le même pour les deux partis : la disparition de la scène politique à cause de l’opportunisme et du manque de vision de leurs dirigeants.

 

De manière plus générale, ce n’est pas la cohérence qui étouffe nos politiciens. L’un des plus farouches critiques du gouvernement est un signataire de l’accord de Carthage et il s’appelle Yassine Brahim.  Le parti qu’il préside est représenté dans ce même gouvernement et certains de ses ministres critiquent aussi le gouvernement et l’alliance au pouvoir ! Mohsen Marzouk a fondé un parti pour être l’alternative au duo Nidaa-Ennahdha. Il n’a pas réussi à prendre cette ampleur et se tourne aujourd’hui vers les alliances et les rapprochements, mais attention, ce n’est pas un échec ! Le Front populaire demande des élections anticipées tout en mettant en doute, et à juste titre d’ailleurs, l’intégrité de l’ISIE.

 

Dans tout cela, il est demandé au citoyen de s’intéresser, de suivre, de comprendre et de faire le bon choix le moment venu. Et si cela n’arrive pas, ce sont les médias qui sont accusés de manipuler l’opinion et de ne pas être capables de faire parvenir correctement la voix des politiciens. On n’en a pas fini avec les gymnastes et Slim Riahi ne sera certainement pas le dernier. 

Ce gymnaste nommé Slim Riahi

Par Marouen Achouri, publié le 15/11/2017 15:59

« Déchirer le document de Carthage est la moindre des choses, le document de Carthage a arnaqué les Tunisiens et a supplanté la constitution, il a donné l’Etat chez la famille régnante et à Montplaisir, voilà ce qui s’est passé avec l’accord de Carthage ! », dixit Slim Riahi, le 2 avril 2017 au palais des congrès.

 

Cela ne l’a pas empêché de revenir à l’accord de Carthage, parrainé par Rached Ghannouchi, celui de Montplaisir, et par Hafedh Caïd Essebsi, celui de la famille régnante. Tout cela, drapé évidemment de sens de la responsabilité et de volonté sincère d’aider le pays dans une phase délicate et bla et bla… Il s’agit quand même d’un exercice impressionnant de gymnastique intellectuelle !

 

Le parton de l’UPL, Slim Riahi, est un trésor pour tout observateur de la scène politique. Il suffit de s’intéresser à ses déclarations et à ses comportements pour voir où tourne le vent politique du moment. Ainsi, on peut comprendre que Slim Riahi ne voit plus trop d’intérêt à rester dans une forme de rapprochement avec Mohsen Marzouk et préfère se rapprocher du pouvoir en place. Une tactique qui tient plus pour lui de la survie qu’autre chose. On verra comment les ennuis judiciaires de Slim Riahi disparaitront comme par magie et comment, en échange, l’accord de Carthage redeviendra la feuille de route indispensable pour la Tunisie.

 

Après, il peut être légitime de chercher à éviter les ennuis et de tenter de survivre politiquement dans un paysage mouvant. On peut comprendre que Slim Riahi en ait marre qu’on gèle ses comptes ou qu’on l’interdise de voyage. Mais qu’il se rapproche du pouvoir en essayant de convaincre le monde de sa cohérence et de la justesse de ses choix, il ne faudrait pas exagérer. Ce serait quand même prendre les gens pour des débiles si Slim Riahi leur dit qu’il est uniquement guidé par le patriotisme et l’intérêt de la nation. Ce serait quand même gonflé de prétendre être à la tête d’un parti progressiste quand on sait que ce même parti avait appelé à appliquer la Chariâa en Tunisie.

 

Slim Riahi et l’UPL rappellent par leur parcours, à bien des égards, celui de Mustapha Ben Jaâfar et Ettakatol. M. Ben Jaâfar est entré au pouvoir et dans la troïka grâce à un certain historique d’opposant, Slim Riahi y est entré grâce à son compte en banque. Ettakatol a cassé en mille morceaux son identité et son historique en s’alliant avec Ennahdha et le CPR, l’UPL ne s’en embarrasse même pas vu qu’il n’a ni identité, ni historique. Toutefois, le résultat sera le même pour les deux partis : la disparition de la scène politique à cause de l’opportunisme et du manque de vision de leurs dirigeants.

 

De manière plus générale, ce n’est pas la cohérence qui étouffe nos politiciens. L’un des plus farouches critiques du gouvernement est un signataire de l’accord de Carthage et il s’appelle Yassine Brahim.  Le parti qu’il préside est représenté dans ce même gouvernement et certains de ses ministres critiquent aussi le gouvernement et l’alliance au pouvoir ! Mohsen Marzouk a fondé un parti pour être l’alternative au duo Nidaa-Ennahdha. Il n’a pas réussi à prendre cette ampleur et se tourne aujourd’hui vers les alliances et les rapprochements, mais attention, ce n’est pas un échec ! Le Front populaire demande des élections anticipées tout en mettant en doute, et à juste titre d’ailleurs, l’intégrité de l’ISIE.

 

Dans tout cela, il est demandé au citoyen de s’intéresser, de suivre, de comprendre et de faire le bon choix le moment venu. Et si cela n’arrive pas, ce sont les médias qui sont accusés de manipuler l’opinion et de ne pas être capables de faire parvenir correctement la voix des politiciens. On n’en a pas fini avec les gymnastes et Slim Riahi ne sera certainement pas le dernier. 

Commentaires (8) Commenter
Pr.
Narjes
| 21-11-2017 00:52
Il est comme tous les autres
BERLUSCONI BICEPHALE.
Quetzalcoatl
| 16-11-2017 11:31
Nous vivons un peu la même situation politique qui était celle de l'Italie avant l'arrivée au pouvoir de Berlusconi; il manque à Slim Riahi une chaîne télévisée pour pouvoir être un jour premier ministre. il faudrait peut être alors qu'il s'associe avec Nabil Karoui,comme il l'avait fait pour l'entrevue historique de Paris entre les deux têtes blanches.Il ferait alors un Berlusconi tunisien; avec une tête en plus.
IL N'A PAS MENTI KHADFI ALLAH YARHMOU EN DISANT "MIN ANTOM"
zohra
| 16-11-2017 08:33
les arabes dans la tempête

Nida contre Nahdha
Nida avec Nahdha
Essibssi Junior avec Nahdha
Essibssi Père contre Nahdha
Mazouk contre Nahdha
Mazouki tartour avec Nahdha
Jamaa avec Nahdha
Jamaa contre Nadaa
UGTT avec Nahda
UGTT avec Nida
Nahdha avec RIAHI
L'Etat contre RIAHI
L'ETAT contre Jarriya
Ettakatol avec l'UPL
Al Horra avec Afek Tounes


L'international

Iran avec Bachar
Bachar contre ikhwan
Iran avec hamess
Hamess avec ikhwan
Ikhwan contre l'Iran
Les pays de Golf contre l'Iran
Et ikhwan
Les pays du golf avec essissi
Essissi avec Bachar
Les pays du golf contre Bachar
Les pays de golf avec la Turquie
La Turquie contre Bachar et essissi
Iran avec Bachar
Bachar contre ikhwan
Iran avec hamess
Hamess avec ikhwan
Ikhwan contre l'Iran
Les pays de Golf contre l'Iran
Et ikhwan
Les pays du golf avec essissi
Essissi avec Bachar
Les pays du golf contre Bachar
Les pays de golf avec la Turquie
La Turquie contre Bachar et essissi
L'Amérique contre Ikhman
Ikhwan avec Hamess
Hamess contre L'Amérique
La Russie contre L'Amérique
La Russie avec Essissi
Essissi avec Bachar
L'Amérique contre Bachar

@Nephentes| 15-11-2017 21:10
kameleon78
| 16-11-2017 03:10
Lisez mes commentaires sur la Troïka2 et vous verrez que Slim Riahi est devenu précieux pour la coalition Nidaa -Nahda non pour son argent mais son appui politique.(députés UPL).
Tant que le mauvais vin est tiré, il faut le jeter aux égouts!
ourwa
| 16-11-2017 00:21
@ Nephentes| 15-11-2017 21:10

Mais même à l'abri de la lumière non obscure et des courants d'air, ce genre de cru ne risque-t-il pas, toutefois, à tourner au vinaigre?...CQFD
Le Riahi nouveau est arrivé
Nephentes
| 15-11-2017 21:10
Cuvée prometteuse.

Ce millésime 2018 a perdu un peu de bouquet mais reste très apprécié par les experts viticoles tunisiens, probablement en raison de sa robe saumonée couleur rubis et de la richesse de son arôme, bien que dénué de complexe.

Et de scrupules, aussi.

En 2014, un rapport annuel de la Société singapourienne Wealth-X, a classé Riahi à la tête des hommes d'affaires les plus riches en Tunisie (2100 milliards) .

Est il raisonnable de se priver d'un si bon cru appelé à une apogée prometteuse à condition de le conserver à l'abri des courants d'air ?

Seul un amateur de bonnes bouteilles sait s'y faire.

Gymnaste ou girouette?
St Just
| 15-11-2017 20:16
Notre Tunisie est une terre fertile et riche de sportifs de ce genre...
L'UPL n'est pas Ettakatol
kameleon78
| 15-11-2017 19:40
Ne confondons pas le parti Ettakatol avec l'UPL, le premier est un vrai parti politique bâti sur une idéologie et des dirigeants qu'on peut qualifier d'honorables même s'ils ont commis une erreur historique de s'allier avec les islamistes de la Nahda. En revanche, l'UPL est un parti artificiel sans aucune idéologie construit uniquement autour de son chef charismatique Slim Riahi, un inculte, un aventurier poursuivi pour diverses affaires de justice, une sorte de Bernard Tapie tunisien. Cette Troïka 2 a été créée pour diluer un peu l'impact trop voyant de l'alliance Nidaa-Nahda, en introduisant un troisième larron (Slim Riahi) pour brouiller les pistes, mais le peuple n'est pas dupe, il vous attend au tournant.
Votre commentaire
(*) champs obligatoires
Conditions d'utilisation
Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction.
La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.
Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.
Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

» Cliquer ici pour lire les conditions d'utilisation et les règles de mod�ration