TUNISIE - CARICATURE 06 FÉVRIER 2019

.

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiéss le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (2)

Commenter

A4
| 07-02-2019 12:46
L'ANE QUI RIT
Ecrit par A4 - Tunis, le 20 Février 2013

Je demande pardon
A sire De La Fontaine
Si avec mes talons
J'empiète sur son domaine
C'est que je suis à bout
Et je dois vous conter
Sans gêne ni tabou
Ce qu'on m'a rapporté

C'est l'histoire d'un âne
Au front bien écrasé
Qui rit et ricane
Toujours prêt à jaser
Un bourricot gradé
Qui ruade après saut
Voulut escalader
La pente des lionceaux

Chargé d'énormes bâts
Devançant son troupeau
Traînant de vieux cabas
Remplis de vases et pots
Il tenta pas à pas
Avec grande lenteur
De rattraper l'appât
Et aller en hauteur

Hélas, mou comme il est
Et souffrant de myopie
Il s'est pris au filet
Envoyé au tapis
Les quatre pattes en l'air
Le crâne fracassé '?'
Arrêtons sa galère
Qu'il aille se ramasser

Monsieur grand bourricot
Dans sa chute aux enfers
Entraîna vases et pots
Brisa toutes les affaires
Faut-il lui en vouloir
Quand on est tous certains
Qu'au dessus des mâchoires
Son cerveau est éteint ?

Envoyé illico
Chez le vétérinaire
Ses cris, pleurs et échos
Nous usent à mort les nerfs
Il se prend pour un lion
Avec une crinière
Formée de sales haillons
D'une archaïque bannière

Le voilà maintenant
Dans un troupeau d'hyènes
Un groupe de ruminants
Aveuglés par la haine
Admirant ses âneries
Eblouis par ses braiments
Prenant ses vilains cris
Pour des rugissements

SBL
| 07-02-2019 09:47
Sa candidature serait le plus grand échec de la politique de démocratie.
Incompétent, prônant la charia et l'islamisme radical, il serait la catastrophe de l'aboutissement d'une Tunisie moderne et laïc.
C'est un personnage qui a échoué,il doit être oublié et banni comme tous ceux qui l'ont accompagnés.
Dégage.

Newsletter