TUNISIE - CARICATURE 04 DÉCEMBRE 2018

.

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiéss le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (7)

Commenter

DIEHK
| 09-12-2018 23:36
Je n'ai plus de patience et je deviens fouuuuuu si Imeddddddddddddd!!!!
La patience a des limites et le coeur aussi!!!

Zut et Flûte
| 08-12-2018 13:29
Discuter des problèmes de l'Enseignement en Tunisie sur France24,après tout et si c'est comme disait Montaigne,si c'est donc pour "Limer sa cervelle contre celle d'autrui",pourquoi pas?

La seule réserve est de pouvoir s'enrichir du débat d'idées en question afin de savoir trier chez l'autre le bon grain de l'ivraie:
Les "gilets blancs" à l'instar des "gilets jaunes" ne constituent sans doute pas un bon grain;

'? mon humble avis,il aurait suffi de dire que le système du CONTR'?LE CONTINU dans le système français et même anglo-saxon fait que pareille situation,celle donc des SEMAINES BLOQU'?ES (spécificité tunisienne montrant aujourd'hui ses limites) en fin de trimestre pour les Devoirs de Synthèse est HORS-SUJET (et ce ne serait pas la moindre des vertus du contrôle continu,comme on va essayer de le développer plus bas) et ce partant,ouvrir ainsi pour l'avenir une piste d'exploration possible pour le système éducatif tunisien;

Car à bien y réfléchir,quelle est la fonction principale de l'enseignant?:
"Appliquer les programmes et '?valuer les élèves";

Le système éducatif tunisien est aujourd'hui pris à son propre piège depuis que l'Administration a voulu se mêler de ce qui faisait normalement partie des pérogatives intrinsèques du seul enseignant,au collège ou lycée:
"'?valuer ses propres élèves", en y incluant,le libre choix des dates tout au long de l'année en jouant bien sûr sur les coefficients (Bons vieux «test-surprise» moins coefficientés mais aux vertus pédagogiques incitant nos jeunes à être à jour dans leur apprentissage) et les Devoirs de contrôle,annoncés à l'avance;

En CONCLUSION,le système du contrôle continu aurait évité de voir ces jeunes comme pris en otage,victimes de l'"effet pervers" de la main-mise de l'Administration (On ne met pas en cause le bien-fondé des objectifs escomptés ,là n'est pas la question,bien que le danger de vouloir dissocier apprentissage et évaluation était signalé dés le départ) sur ce qui relevait normalement de la fonction régalienne,exclusive et intrinsèque du seul Enseignant.

Observateur
| 04-12-2018 16:53
La caricature de Hatem Ben Salem n'est pas réussie...celle de Yacoubi oui.
La situation n'est pas celle décrite, les élèves sont pris en otage et le ministère (comme l'année dernière) cherche à y remédier.

moha
| 04-12-2018 15:13
vous savez dans la théorie mathématique la réciproque est vraie, cela veut dire que cette situation pousse l'élève à prendre en otage le syndicat et le ministère.....

sassi
| 04-12-2018 11:51
bravo
la lacheté manifeste de ce minable qui devait etre en prison dans les beaux temps de la discipline et du respect de l'Etat

DHEJ
| 03-12-2018 21:16
Dommage!

Foued
| 03-12-2018 20:41
Excellente caricature , bravo .

Newsletter