alexametrics
Dernières news

Bientôt, un plan national de lutte contre le travail des enfants en Tunisie

Bientôt, un plan national de lutte contre le travail des enfants en Tunisie


Le ministre des Affaires sociales, Ahmed Ammar Younbaï a reçu, jeudi 7 mai 2015, une délégation d’experts du Bureau international du Travail. Une rencontre qui a été l’occasion pour les experts de présenter un document portant sur la mise en place d’un plan national de lutte contre le travail des enfants en Tunisie, pour la période 2015/2020.


Ahmed Ammar Younbaï a rappelé à ce propos, que la Tunisie dispose d’une législation développée en matière de contrôle du travail. Il a souligné que le ministère des Affaires sociales a intensifié les visites et les campagnes de sensibilisation autour du phénomène du travail des enfants.


Pour sa part, la délégation d’experts a indiqué que le Bureau international du Travail, a adopté le projet de la mise en place d’un plan national de lutte contre le travail des enfants en Tunisie, réaffirmant que l’organisation est prête à soutenir encore plus la Tunisie à travers ses expertises dans ce domaine.


I.L.

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (8) Commenter
mais que les experts aillent se faire ......
nazou
| 08-05-2015 11:28
IL faut d'abord lutter contre la pauvreté ,au lieu de lutter contre les PAUVRES !!!!!!
Mais ces connards sont des fous a lier bordel !!!!

Ah non moderateur ,pas de décoration étoilé !!! parce que là ,si on laisse faire ces tarés d'idéalistes a la mord moi le noeud,ils finiront par faire imploser la societé tunisienne !!
les belles envolées lyriques ça ne mange pas de pain
pseudo
| 08-05-2015 11:01
Quelle action pour faire rentrer de l 'argent dans ces familles ultra pauvres?
Revoir de fonds en comble l 'Enseignement
La massification des bacheliers avec des notes gonflées a produit les diplomés chomeurs peu qualifiés malgré leurs diplomes ronflants sinon les pays demandeurs de diplomés les auraient embauché
Tous ceux qui décrochent de l'ecole doivent etre formés àune prodession;essyez de trouver un bon electricien ;un bon chaffagiste ;un bon peintre;un bon boucher (les bouchers sont encore à l 'ere de la kardha et satour;avec de la viande suspendue en plein air)
Il ya du travail pour le recyclage ds dechets;pour l 'economie verte à tous les echelons
PROPOSEZ DES SOLUTIONS
Errata
Dr. Jamel Tazarki
| 08-05-2015 08:56
frapper et battre et non pas abattre.

Jamel

https://www.youtube.com/watch?v=icd1c3FpnC4
A quand
waf-waf
| 07-05-2015 19:10
A quand un plan de lutte contre les poules pondeuses et les parents irresponsables ?
A quand un plan pour éduqués la masse d ignorant aveuglés par la religion? Les islamistes ou qu ils soient ne sont ils pas les premiers a faire travailler les enfants?
Certes, Il faut protéger les enfants!
Dr. Jamel Tazarki
| 07-05-2015 17:41
Les enfants qui travaillent ont souvent moins de 18 ans et ne vont pas à l'école: les petits mécaniciens, les cireurs, les laveurs de voitures, les bonnes, les enfants qui fouillent dans les décharges, etc.

Les enfants travailleurs sont dans l'obligation de nourrir leurs familles ou parce que le système les a rejetés sans qu'ils puissent acquérir l'ensemble des compétences enseignées au cours du cycle primaire ou secondaire.

Ça serait injuste d'interdire à un enfant qui nourrit toute une famille de ne pas travailler et de laisser toute sa famille mourir de faim. C'est illogique et c'est contreproductif. La vie n'est pas du tout facile pour beaucoup de gens. Il y a même ceux, par exemple en Chine ou en Inde, qui vendent leurs enfants à la bourgeoisie parce qu'ils n'ont pas assez d'argent pour nourrir tous les enfants. Et ceci pour une maigre somme de quelques dollars.

Certes, Il faut protéger les enfants de la maltraitance pour que l'on n'abat pas, que l'on ne les force pas à travailler 12 heures par jour, et pour qu'ils auraient aussi le droit de fréquenter une école afin d'apprendre à écrire, à lire et faire des calculs arithmétiques de bases.

Je connais des familles tunisiennes qui ont des bonnes mais qui leur permettent aussi de fréquenter une école privée durant 3 heures par jour. Elles font partie de la famille et elles sont heureuses.

Il faut demander d'abord le consentement de l'enfant ou lui permettre une alternative afin qu'il puisse aussi se nourrir avec sa famille.

Exemple: Jamila âgée de 14 ans est née dans un petit village rural du Cap Bon tunisien. Peu après sa naissance, son père est mort d'un cancer d'estomac. La mère de Jamila allait travailler sur les champs des autres, mais ne gagnait pas assez d'argent pour nourrir ses cinq enfants. Désespérée, elle a alors envoyé sa fille Jamila travailler comme bonne chez une famille relativement riche à Nabeul. Jamila est très heureuse chez sa famille "adoptive", elle aide le matin à faire le ménage et l'après-midi elle fréquente une école libre pour enfant. Interdire à Jamila de travailler, ça ne serait pas une solution optimale dans ce cas particulier.

Il faut plutôt traiter le travail des enfants au cas par cas afin de trouver une solution optimale.


Jamel

http://www.go4tunisia.de/PDF/Pronostics_excerpt.pdf

http://www.go4tunisia.de/PDF/intelligence_artificielle.pdf

https://www.youtube.com/watch?v=ID1ZTMq0ITg&list=RDb4e8TjBLsJc&index=2
Savoir "prendre son mal en patience" !
A_Zut !
| 07-05-2015 17:31
Les dispositions relatives au travail des enfants datant de 1966 (V°Code du Travail) et le Code de protection de l'Enfant remontant à 1995, on comprend pourquoi Buffon disait que "le génie est une longue patience" !
Une amer réalité
Wall
| 07-05-2015 16:53
Le constat est malheureusement catastrophique: abandon de l'école, l'exploitation à bas âge, la maltraitance, la frustration de ces enfants, etc.
A mon avis, ce n'est pas avec les aides médiocres octroyées actuellement par le ministère des affaires sociales qu'on va arrêter ce fléau.
Il faut mettre en place tout un programme tout en incriminant les pères fainéants de ces filles qui adorent l'argent facile.
l'enfant va toucher le montant du rabattement fiscal
DHEJ
| 07-05-2015 16:28
Soit 7,500 dinars par mois pour ne pas travailler...


Encore des experts bien logés, nourris, blanchis et motorisés pour solutionner des problèmes tant ignorés!


N'est-ce pas Younbai?!

A lire aussi

Le bloc parlementaire de la Coalition nationale a exprimé, dans un communiqué rendu public, ce

24/05/2019 14:03
0

« Si la Tunisie devenait un jour un pays islamiste ou que les Tunisiens disent qu’ils sont du côté

24/05/2019 12:35
5

La première chambre correctionnelle du Tribunal de première instance de Ben Arous a validé, jeudi 23

24/05/2019 11:44
1

Les titres des médias relèvent bien de paradoxes dans cette Tunisie vraiment schizophrène.

24/05/2019 10:42
13

Newsletter