BCE et la gauche, un malentendu... voulu ?

Businessnews.com.tn | publié le 10/08/2017 16:20

Dans une interview au mensuel Leaders qui vient de paraître, le président de la République a déclaré, concernant la gauche : "Notre pays doit être foncièrement contre. Notre société est très attachée à la modération du centre, regroupant les diverses expressions. N’oublions pas les dispositions de la Constitution qui proclament que l’Etat est civil pour un peuple musulman" !!!

Avouons que c'est confus. Lier la gauche à l'Islam et insinuer en quelque sorte qu'elle est antimusulmane est, à notre avis, une mauvaise interprétation de la chose politique.

 

 

On fréquente beaucoup de gens foncièrement de gauche, mais qui se disent également musulmans et fiers de l'être. Et qu’on se le dise une fois pour toute, cela n'est nullement contradictoire. Sauf dans les esprits malsains.

Ce qui nous parait incompris par le Président ou peut-être voulu pour des raisons purement tactiques dont il a le secret, c'est que la majorité de ces gens de gauche est laïque. Et c’est là l’amalgame.

 

 

Monsieur le Président, contrairement à ce que disent vos alliés les islamistes et à leur tête Ghannouchi pour rajouter à la confusion, être laïc c'est faire de sa religion une affaire strictement privée, ce n'est pas être antimusulman.

Les Tunisiens et Tunisiennes, à qui on ne peut pas mentir tout le temps, savent de plus en plus (beaucoup reste à faire dans ce domaine) qu’être laïc, c'est aussi être au-dessus de toutes les religions, ne pas mélanger religion et politique, respecter le droit de chacun de croire ou de ne pas croire (liberté de conscience inscrite dans la Constitution), c'est respecter également, même si notre pays est à majorité musulmane, que d'autres religions tunisiennes ancestrales existent aussi, telles que les religions juives et chrétiennes et qui doivent elles aussi être respectées et avoir des droits aussi égaux que ceux des musulmans tunisiens et tunisiennes. C’est cela l’Etat de droit !

 

 

Monsieur le Président, faire l'amalgame en disant qu'être de gauche c'est être antimusulman, est très démagogique et revient à faire le jeu de ceux qui ont fait de la lutte violente des "identités meurtrières" leur seul fond de commerce.

Les Tunisiens et Tunisiennes savent désormais que l'extrémisme quel qu’il soit, n'est pas une opinion, mais un crime !

 

 

Etre de gauche, Monsieur le Président c'est d'abord et au final être pour l'égalité, pour la justice et pour le respect des droits humains.

Faire étalage de sa religiosité est désormais une question totalement dépassée chez la gauche... la vraie.

 

 

On vous l'assure, Monsieur le Président, une grande majorité de Tunisiens et de Tunisiennes, n'est pas contre la gauche. Elle l'est, sans s'en rendre compte pour l'instant. Et forcément, un jour viendra ou aussi, ces deux parallèles se rencontreront !

 

 

Nabil Ben Azouz

Vieux râleur de gauche

 

 

*Militant indépendant     

BCE et la gauche, un malentendu... voulu ?

publié le 10/08/2017 16:20

Dans une interview au mensuel Leaders qui vient de paraître, le président de la République a déclaré, concernant la gauche : "Notre pays doit être foncièrement contre. Notre société est très attachée à la modération du centre, regroupant les diverses expressions. N’oublions pas les dispositions de la Constitution qui proclament que l’Etat est civil pour un peuple musulman" !!!

Avouons que c'est confus. Lier la gauche à l'Islam et insinuer en quelque sorte qu'elle est antimusulmane est, à notre avis, une mauvaise interprétation de la chose politique.

 

 

On fréquente beaucoup de gens foncièrement de gauche, mais qui se disent également musulmans et fiers de l'être. Et qu’on se le dise une fois pour toute, cela n'est nullement contradictoire. Sauf dans les esprits malsains.

Ce qui nous parait incompris par le Président ou peut-être voulu pour des raisons purement tactiques dont il a le secret, c'est que la majorité de ces gens de gauche est laïque. Et c’est là l’amalgame.

 

 

Monsieur le Président, contrairement à ce que disent vos alliés les islamistes et à leur tête Ghannouchi pour rajouter à la confusion, être laïc c'est faire de sa religion une affaire strictement privée, ce n'est pas être antimusulman.

Les Tunisiens et Tunisiennes, à qui on ne peut pas mentir tout le temps, savent de plus en plus (beaucoup reste à faire dans ce domaine) qu’être laïc, c'est aussi être au-dessus de toutes les religions, ne pas mélanger religion et politique, respecter le droit de chacun de croire ou de ne pas croire (liberté de conscience inscrite dans la Constitution), c'est respecter également, même si notre pays est à majorité musulmane, que d'autres religions tunisiennes ancestrales existent aussi, telles que les religions juives et chrétiennes et qui doivent elles aussi être respectées et avoir des droits aussi égaux que ceux des musulmans tunisiens et tunisiennes. C’est cela l’Etat de droit !

 

 

Monsieur le Président, faire l'amalgame en disant qu'être de gauche c'est être antimusulman, est très démagogique et revient à faire le jeu de ceux qui ont fait de la lutte violente des "identités meurtrières" leur seul fond de commerce.

Les Tunisiens et Tunisiennes savent désormais que l'extrémisme quel qu’il soit, n'est pas une opinion, mais un crime !

 

 

Etre de gauche, Monsieur le Président c'est d'abord et au final être pour l'égalité, pour la justice et pour le respect des droits humains.

Faire étalage de sa religiosité est désormais une question totalement dépassée chez la gauche... la vraie.

 

 

On vous l'assure, Monsieur le Président, une grande majorité de Tunisiens et de Tunisiennes, n'est pas contre la gauche. Elle l'est, sans s'en rendre compte pour l'instant. Et forcément, un jour viendra ou aussi, ces deux parallèles se rencontreront !

 

 

Nabil Ben Azouz

Vieux râleur de gauche

 

 

*Militant indépendant     

Nabil Ben Azzouz
Commentaires (13) Commenter
ECLAIRAGE
Belko
| 13-08-2017 08:57
Il est indispensable de clarifier le sens des mots et des concepts,. J'ai entendu tant de fois des gens "instruits" parler de gauche et de confondre avec des notions autres qui mélangent religion, politique...
Bravo pour cet effort pédagogique
La gauche ne signifie plus rien...
pit
| 11-08-2017 14:06
...un vague état d'esprit peut-être, et encore...la majorité de gens de gauche (adultes) roule en Mercedes ou Porsche et est multi millionnaire...je ne vous parle pas de leurs propriétés !!!
Observations en vrac!
Hanni2
| 11-08-2017 13:58
Très bon article, qui me rappelle ou m'inspire les chose suivantes:

- Il n'y a pas que le Christianimse et le Judaisme qui sont malmenés en Tunisie depuis le retour de ceux qui craignent Dieu! Il y a aussi l'Islam que pratiquent mes grands-parents! Cet Islam apaisé et épanouissant teinté de coutumes ancestrales berbères et de vénérations des saints à travers des mausolées pluri-centenaires, parfois fait de quelques pierres seulement...ou avec mon grand-père et ma grand-mère (allah y rahma)nous allions rendre hommage à "notre" saint une fois par année, comme mon père avant moi, et comme le père de mon grand-père avant lui, et ainsi de suite...et bien devinez quoi...les enfants du gourou sont passé par la...ils ont tout brûlé et tout détruit, croyant ainsi rendre justice à Dieu...on en parle plus du tout maintenant mais combien d'autres mausolées, plus préstigieux encore, ont été détruit? Combien de gens condamnés pour ces crimes innomables contre notre mémoire et notre patrimoine historique?

Moi je n'oublierais jamais...non content de voler l'argent, les terrains et le patrimoine, il a aussi fallu que la secte détruise et souille notre mémoire collective en pratiquant la politique de la terre brûlée...pas de bol pour eux et moindre mal pour nous, nous sommes à l'air internet, et il y aura toujours quelqu'un pour contre-carrer les nihilistes de la nakba et leur signifier que non, milles fois non, l'histoire de la Tunsie ne commence pas avec les marchands de religion...ils ne sont que le produit d'une époque tourmentée...un jour, que j'espère très proche, ils repartiront dans les poubelles de l'histoire qu'ils n'auraient jamais du quitter...

La deuxième chose, rapport à la laicité: Rappelons nous le champ lexical du gourou de Montplaisir qui mettait sur un pied d'égalité ses enfants qui tuent, violent et égorgent avec ceux qu'il appelait à l'époque des "terroristes" laiques (sic)...justifiant le comportement de ses enfants par les agissement des terroristes laiques qui soit disant sont à l'origine d'une colère musulmane légitime...et les autres politiques n'ont pas hésité à lui emboiter le pas pour "commettre" cette comparaison honteuse et grotesque entre des gens qui n'ont pour but que la liberté pour tous et d'autre qui comprennent la liberté comme étant un droit de tuer tous ceux qui ne sont pas comme eux...au premier rang desquels bien sur nous retrouvons notre ex-intérimaire provisoire non-élu salarié d'Al-jazira porteur de bournous troué et amateur de poid-chiche entre deux rasades de Jonny Walker...donc rien de surprenant à ce que la momie, qui n'a pas hésité une nano-seconde à trahir tous ses élécteurs pour les beux yeux de son fils, relaye la démogagie nauséabonde du leader maximo de la nakba...la momie est "la chose" du gourou...et le gourou fait ce qu'il veut de sa chose...prend ta retraite la momie, préserve le peu de diginité qu'il te reste!

Hannibal

gauche/ droite ....c'est du passé
TMT
| 11-08-2017 12:01
Un sujet aussi sensible ne peut être résumé en une si petite phrase, même ambiguë, elle a l'avantage de faire réfléchir sans que personne ne trouve son satisfecit total...
De même votre affirmation que deux parallèles finiront un jour de se rencontrer est la définition même du parallélisme,le problème est que ce jour se trouve dans l'infini!
@Forza : cours de religion !
Benje
| 11-08-2017 09:35
C'est quoi au juste pour vous les cours de religion à l'école ? C'est l'histoire et le fondement de la religion musulmane ou les pratique religieuse ? Et d'ailleurs laquelle dès religions puisque la liberté de conscience est inscrite dana la constitution ?
Beaucoup d'ambiguïté et de schizophrenie dans nos lois comme par exemple considérer que l'islam est une religion de l'état ou la religion de l'état il y'a une nuance car dans ce dernier cas l'islam exclu toute les autres religions et les laïcs aussi ...
Pour finir la laïcité française n'exclue pas l'enseignement de l'histoire des religions de 'école publique (état) et même les cours de religion c'est le catéchisme ont lieu dans les écoles privées gérées par le clergé mais avec contrôle des autres programmes par l'état . Cette la différence fondamentale traduit l'originalité de la laïcité française même s'il est vvraie il est difficile de saisir la subtilité pour les autres pays.
gestionnaire
kamel
| 11-08-2017 09:26
la derniere visite de gauchistes de l UGTT au dictateur et criminel de guerre Assad montre bien que certains '' elites '' de la Gauche Tunisienne ne comprennent pas que une grande Partie des Tunisiens sont contre tout soutien au regime sanguinaire Syrien .ils sont deconnectes de la realite et aveugles par leur ideologie Heuresement cest des cas isoles et ula majorite de la gauche Tunisienne moderee est pour le respect des droits de l hommerespect
@lario
zohra
| 11-08-2017 08:07
Bonjour Monsieur,

On est très déçue comme vous par le parti NIDA (certains électeurs sont perdus par ce massacre de Nida), mais, il ne faut pas oublier, et je suis sûre et certaine et l'histoire nous le confirmera que Bajbouj avec tous ses atouts et ses inconvénients, avait évité le pire pour la Tunisie. Et je ne pense pas qu'il va se représenter pour 2019.

WTAHYA TOUNES

Très belle journée à vous

BAJBOUJ, renard ou corbeau ou n'importe quoi, l'essentiel est d'accaparer le pouvoir
lario
| 10-08-2017 22:52
bajbouj peut étre renard, corbeau, ou n'importe quoi, le plus important pour lui est d'avoir le pouvoir, d'étre le sosie de BOURGUIBA?!mais malheureusement, l'histoire ne pardonne pas, notre chére TUNISIE a raté l'occasion d'or de se renouveler, d'avancer, de se développer, de gagner la lutte contre le chomage, contre la corruption, contre le banditisme, le terrorisme , ect...mais bajbouj n'a pas voulu rester au commandement du parti de nida, il a préféré la présidence de la 2éme REPUBLIQUE, une fois installé à carthage son nida est éclaté en mille morceaux et il a perdu la confiance de la majorité du peuple, et notre chére TUNISIE s'est trouvée dans le tourbillon, dans le flou, et dans l'incertain, maintenant , il nous reste qu'attendre 2019 en éspérant que nos prochains dirigeants politiques seront à la hauteur des attentes des tunisiens et auront une vision claire et audacieuse pour une juste répartition des richesses nationales , une lutte acharnée contre la mauvaise gestion des deniers publics et de nos ressources naturelles, et surtout un effort et une politique remarquable à intérêts réciproques pour attirer le maximum d'investisseurs nationaux et internationaux en vue de créer le maximum d'emplois car le chomage des jeunes représente une bombe à retardement qui peut éclater à tout moment, tot ou tard
Le flou voulu du president
Ameur k
| 10-08-2017 21:08
Bien explique les fondements de la laicite,de la gauche sociale et humaniste..
Si beji seme le flou expres comme a don habitude pour ne pas perdre les islamistes et preparer son illumine fiston
le clivage classique
slalom
| 10-08-2017 20:29
gauche, centre, droite et leur dérivés centre-gauche, centre-droite, extrême gauche, extrême droite... n'est plus de mise aujourd'hui comme c'était le cas pour le tiers état avec la main mise des néoconservateurs et le système financier, la Gauche est amenée à suivre une politique semi libérale ou franchement libérale comme pour F. Holland ou en Chine. En Tunisie, la situation est plus ambiguë avec le facteur religieux tout le monde se réclame socialiste et veut privilégier le côté social donc la GAUCHE se rabat sur la lutte pour les libertés individuelles, la démocratie participative et ça devient son domaine de prédilection or, ce n'etait pas la raison d'être pourMarx, Lenine, Savary, Garibaldi... Dans cet amalgame, je n'ai pas de parti et je suis libre de soutenir une action réelle nonobstant son instigateur comme pour Chahed dans sa lutte anti corruption, ainsi j'évite les contradictions et les paradoxes comme pour la grève de Radhia
Votre commentaire
(*) champs obligatoires
Conditions d'utilisation
Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction.
La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.
Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.
Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

» Cliquer ici pour lire les conditions d'utilisation et les règles de mod�ration