BCE appelle à la révision de la circulaire interdisant aux Tunisiennes d'épouser des non musulmans

Businessnews.com.tn | publié le 13/08/2017 13:00

Le chef de l’Etat, Béji Caïd Essebsi, a annoncé ce dimanche 13 août 2017 à l’occasion de la célébration de la fête de la femme que la circulaire numéro 73 interdisant aux femmes tunisiennes d’épouser un non musulman devra être « révisée ».

Il a exhorté le chef du gouvernement, Youssef Chahed ainsi que le ministre de la Justice, Ghazi Jeribi, à se pencher sur le contenu de cette circulaire, considérée comme « archaïque » en précisant que «la Constitution tunisienne permet d’opérer une révision de ce texte ».

 « Nos filles partent à l’étranger pour faire leurs études, il arrive qu’elles épousent des étrangers non musulmans et aujourd’hui, cette circulaire est devenue caduque» a-t-il déclaré. Prônant la consécration effective des libertés individuelles et de l’égalité entre les genres, BCE a souligné que « l’égalité homme-femme n’est pas incompatible avec l’Islam ».

 

Contactée par Business News ce dimanche 13 août 2017, la députée et militante des droits de l’homme Bochra Belhaj Hmida est revenue sur la proposition du chef de l’Etat de réviser cette circulaire datant de novembre 1973 et qui stipule que « le mariage de la musulmane avec le non musulman est nul ». Elle a précisé que la proposition présidentielle signifie qu’une autre circulaire, de même nature juridique, devra être élaborée pour supprimer définitivement la circulaire numéro 73. « Je salue la proposition du chef de l’Etat qui va mettre fin à des années d’hypocrisie et résoudre des problématiques familiales rocambolesques » a-t-elle souligné.

Ainsi, la suppression de la circulaire numéro 73 mettra fin aux conversions, opportunistes, à la religion musulmane, des étrangers souhaitant épouser des Tunisiennes. Cette avancée permettra également de résoudre les situations d’illégalité dans lesquelles les femmes tunisiennes se retrouvent lorsqu’elles épousent des non musulmans. Une situation qui a des répercussions négatives sur leurs enfants qui ne sont pas reconnus par le droit tunisien du fait de la circulaire numéro 73.

 

Désormais, seules les conditions posées par le code du statut personnel pour former le mariage seront donc valables. Dans le même sens, Bochra Belhaj Hmida a ajouté que le chef de l’Etat a décrété la mise en place d’une commission législative destinée à élaborer un rapport sur la question des libertés individuelles et de l’égalité homme/femme en Tunisie dont elle sera présidente.

 

 

Cette commission sera également composée du professeur et spécialiste de la civilisation et de la pensée islamique, Abdelmajid Charfi ; du professeur en droit constitutionnel, Slim Laghmani ; de l’écrivain, journaliste et activiste au sein de la société civile, Slaheddine Jourchi ; de l’universitaire, Salwa Hamrouni ; de la productrice de cinéma, Dorra Bouchoucha, du professeur en droit, Malek Ghazouani, de la juriste, Ikbal Ghribi et du journaliste Kerim Bouzouita.

 


K.H

 

BCE appelle à la révision de la circulaire interdisant aux Tunisiennes d'épouser des non musulmans

publié le 13/08/2017 13:00

Le chef de l’Etat, Béji Caïd Essebsi, a annoncé ce dimanche 13 août 2017 à l’occasion de la célébration de la fête de la femme que la circulaire numéro 73 interdisant aux femmes tunisiennes d’épouser un non musulman devra être « révisée ».

Il a exhorté le chef du gouvernement, Youssef Chahed ainsi que le ministre de la Justice, Ghazi Jeribi, à se pencher sur le contenu de cette circulaire, considérée comme « archaïque » en précisant que «la Constitution tunisienne permet d’opérer une révision de ce texte ».

 « Nos filles partent à l’étranger pour faire leurs études, il arrive qu’elles épousent des étrangers non musulmans et aujourd’hui, cette circulaire est devenue caduque» a-t-il déclaré. Prônant la consécration effective des libertés individuelles et de l’égalité entre les genres, BCE a souligné que « l’égalité homme-femme n’est pas incompatible avec l’Islam ».

 

Contactée par Business News ce dimanche 13 août 2017, la députée et militante des droits de l’homme Bochra Belhaj Hmida est revenue sur la proposition du chef de l’Etat de réviser cette circulaire datant de novembre 1973 et qui stipule que « le mariage de la musulmane avec le non musulman est nul ». Elle a précisé que la proposition présidentielle signifie qu’une autre circulaire, de même nature juridique, devra être élaborée pour supprimer définitivement la circulaire numéro 73. « Je salue la proposition du chef de l’Etat qui va mettre fin à des années d’hypocrisie et résoudre des problématiques familiales rocambolesques » a-t-elle souligné.

Ainsi, la suppression de la circulaire numéro 73 mettra fin aux conversions, opportunistes, à la religion musulmane, des étrangers souhaitant épouser des Tunisiennes. Cette avancée permettra également de résoudre les situations d’illégalité dans lesquelles les femmes tunisiennes se retrouvent lorsqu’elles épousent des non musulmans. Une situation qui a des répercussions négatives sur leurs enfants qui ne sont pas reconnus par le droit tunisien du fait de la circulaire numéro 73.

 

Désormais, seules les conditions posées par le code du statut personnel pour former le mariage seront donc valables. Dans le même sens, Bochra Belhaj Hmida a ajouté que le chef de l’Etat a décrété la mise en place d’une commission législative destinée à élaborer un rapport sur la question des libertés individuelles et de l’égalité homme/femme en Tunisie dont elle sera présidente.

 

 

Cette commission sera également composée du professeur et spécialiste de la civilisation et de la pensée islamique, Abdelmajid Charfi ; du professeur en droit constitutionnel, Slim Laghmani ; de l’écrivain, journaliste et activiste au sein de la société civile, Slaheddine Jourchi ; de l’universitaire, Salwa Hamrouni ; de la productrice de cinéma, Dorra Bouchoucha, du professeur en droit, Malek Ghazouani, de la juriste, Ikbal Ghribi et du journaliste Kerim Bouzouita.

 


K.H

 

Commentaires (95) Commenter
D'ailleurs, chater
Gg
| 14-08-2017 22:20
Je t'invite à apprendre et appliquer les 10 commandements chrétiens dans ta vie et ta société. Tu verras, la pourriture dans laquelle tu vis disparaîtra d'elle même.
Mais oui chater...
Gg
| 14-08-2017 22:13
Bla bla bla... et ta démocratie islamique, on l'a vue à l'oeuvre partout où deach a un temps pris le pouvoir, on l'a vue en Égypte sous Morsi etc... les exemples abondent de la sauvagerie et de la déchéance morale des sociétés régies par ta religion.
Vraiment, au lieu de mentir comme la lune sur les sociétés occidentales que tu ne connais pas,tu ferais mieux de considérer honnêtement la fange morale et intellectuelle dans laquelle toi et tes semblables vous vautrez.
La différence entre la démocratie en Islam et la démocratie dans les pays non-musulmans, c'est qu'en Islam il y a des lignes rouges, au-delà desquelles commence ladite démocratie.
Abel Chater
| 14-08-2017 21:47
Au nom de la démocratie, le frère a épousé sa s'ur en Espagne.
Au nom de la démocratie, les homosexuels en Occident s'épousent entre semblables comme des escargots.
Au nom de la démocratie, l'adultère rend la paternité impossible sans test DNA.
Les exemples du malheur commis contre les sociétés occidentales au nom de la démocratie, comptent par myriade. Quant à la démocratie en Islam, elle ne peut trouver lieu, qu'après respect des us et coutumes des Musulmans et en respect total avec les Versets Coraniques. Un art d'équilibre mental. Personne ne peut se dénuder ou se saouler dans la rue d'un pays musulman au nom de la démocratie. Les Musulmans ne le lui permettront jamais.
D'ailleurs il y a une différence claire et nette entre la démocratie par la différence de voix, un système qui délaisse derrière lui des vainqueurs et des perdants, alors que dans la démocratie en Islam par le biais de la «Choura», personne ne sort perdant. Tout le monde sort convaincu en accord, que les idées et les solutions des autres sont meilleures. Non pas par le nombre de voix, mais par la logique de la conviction.
Donc, tous ceux qui perdent leur temps à nous vendre le système occidental conçu pour supporter la monotonie de l'industrie lourde, doivent d'abord nous aider à implanter cette industrie lourde chez nous en Tunisie. Lorsque nous arriverons à vendre quelques machines ou quelques voitures automobiles, contre un bateau de tomates italiennes ou espagnoles, nous allons bâtir un pont entre la Tunisie et l'Italie pour danser nus en traversant la méditerranée. Mais tant que ce n'est pas le cas, qu'ils ferment leur bec comme l'oiseau dans la gueule d'un chat.
Allahou Akbar.
@HatemC, J'ai démontré ton extrémisme mais toi tu n'écrits que de la propagande sans fondement
Forza
| 14-08-2017 21:34
Je peux lister tes commentaires précédents avec textes concernant Lina Ben Mhenni et Mekki pour démonter ton fascisme. Ton langage de psychopathe et tes textes avec les on va couper et hacher est sur le site de BN. Aujourd'hui même tu menaçais un des intervenants que tu vas le laisser parler lorsque tu sonneras chez lui, probablement comme sabbab d'un dictateur que tu attends encore avec impatience. T'aurais donné un bon flic chez la Stasi donc tu es loin d'être un libéral qui défend les femmes et une militante est pour toi une pute car elle a milité contre ton dictateur idole, c'est ça ta vraie nature, applaudisseur des "hommes forts" et 'aspect anti-femme on le trouve aussi dans tes insultes de Nasraoui et Ben Sedrine, comme arfik JW d'ailleurs.
@ Forza
HatemC
| 14-08-2017 20:40
Chater et toi même combat ... ne tortille pa sdu cul comme l(autre pseudo el wouafi ... vous êtes catalogués ... misogynes et extrémistes ... HC
@HatemC, non je ne te laisse pas propager des mensonges, je n'ai rien à avoir avec Chater
Forza
| 14-08-2017 19:21
Je ne partage pas ses idées sur hitler, au contraire je suis un antifasciste et tous mes commentaires depuis 2011 le prouvent donc ne reviens pas avec tes débilites. Il a ses positions et j'ai les miennes et cesses de croitre que tous ceux qui sont en désaccord avec toi sont la même personne, tu es vraiment malade
A propos fascisme, c'est toi le fasciste, tu supportes Trump, on a bien vu ses supporteurs a Charlottesville (white power et Ku Klux klan) et le terroriste qui a tué une femme et blessé plusieurs est un fan de Bachar comme toi. C'est toi qui veux hacher et couper les gens et c'est toi qui a même incité le mossad à éliminer un politicien tunisien et c'est toi qui insultait une femme engagée de la société civile comme pute car elle ne partage pas tes idées, donc c'est toi le fasciste.
@ Salem
Gg
| 14-08-2017 18:49
Un théologien ne sera jamais un savant, juste un pot bien rempli.
@ Aziz
Gg
| 14-08-2017 18:43
Les choses ne sont malheureusement pas aussitôt simples.

"c'est la volonté de Dieu et nous sommes des musulmans en Tunisie et on applique les lois de Dieu."
Ça, j'en ai rien à cirer.

"Brabbi en quoi le président est dérangé que des hommes sans religion ou d'autres religions deviennent musulmans par leur mariage?"
Non, c'est le contraire. Il faut se convertir pour se marier! Et bien sûr cette contrainte hypocrite ne concerne que les hommes non musulmans, pas les femmes!!

"les quelques unes non croyantes qui se trouvent dans ce cas et qui sont treeeeeees dérangés que l'homme de leur vie ait le malheur de devenir musulman n'ont qu'à se marier selon les lois étrangères et à l'étranger."
Encore non, il est important, en Tunisie, lorsqu'un occidental se promène avec une tunisienne, qu'ils soient mariés selon la loi tunisienne.
Sinon, on nous refuse même une chambre d'hôtel commune! Et si on passe outre, on risque le contrôle de police avec toutes les conséquences imaginables pour la femme. La police étant ce qu'elle est, mieux vaut éviter...

Vous ne vous rendez même pas compte que la Tunisie est une dictature religieuse...
HatemC| 14-08-2017 13:09 - BIEN noté !
Nahor
| 14-08-2017 18:41
Cher ami du Web, je me félicite qu'on est souvent d'accord, et encore une fois une belle occasion pour moi de prendre note de ces réflexions utiles en exégèse coranique.

Merci bien, et encore il faudrait y ajouter une considération: c'est l'herméneutique du Coran qui manque cruellement au monde musulman.

Les réformateurs plus intelligents ont été assassinés, menacés ou exécutés en public par les obsédés de la Shar'îa, qui ont un représentant notoire en Tunisie, un certain Khriji alias Ghannouchi, avec ses "confrères" soudanais, libyens, saoudiens, iraniens et SURTOUT les nombreux "enfants" qui font encore du "sport dans le djebel" et "brûlent"... leur cholestérol.

Ainsi le Dr. Mahmoud Md. Taha, célèbre auteur du "Le Deuxième Message du Coran" («Al-rissala al-thaniya mina al-islam», traduit en français par «Un islam à vocation libératrice»), qui avait résolu brillamment le problème des "doubles statuts" du Coran (période Méquoise/période Médinoise), sous pression des Wahhabites, fut condamné pour hérésie par le gouvernement de Khartoum et pendu en public en triste jour de 1985 sous les applaudissements des Frères musulmans, entre les présent Hassan Tourabî grand ami de l'ayatollah d'Ennahdha, la même secte donc qui veut nous imposer sa vision "califale" de la Tunisie. Il faut remarquer cependant qu'Hassan Tourabî par la suite s'appropriera de pas mal des idées du Dr. Taha (paix à son âme) après avoir soutenue sa condamnation à mort, pour plaire aux wahhabîtes saoudiens, soutiens essentiel à l'époque à la Confrérie.

Comme nous dit en résumé le journaliste algérien Naoufel Brahimi El-Milli dans l'article que je vous signale ci-dessous, Mahmoud Taha "développe la théorie d'un second message de l'Islam. Il rappelle la différence fondamentale entre les périodes mécquoise et médinoise du Coran. La première s'articule autour de la spiritualité à travers la formulation des principes éthiques. Alors que la seconde étaye une expérience historique dans un contexte figé".

Or, cela s'applique à votre observation. Les règles du "Warth" se réfèrent à un contexte socio-historique figé, en particulier la société bédouine. Des nos jours, dans une Tunisie qui appartient entièrement au XXI siècle du monde occidental (volens/nolens, c'est un fait, même par rapport aux nécessités technologiques), tenir "bon" ("el-bounto" des têtus islamistes) aux règles chariaïques du Warth équivaut à obliger la société à rester bédouine... C'est enfin une "bédouinisation" des esprits qu'un large pan de la société tunisienne ne veut plus accepter.

Dont la NÉCESSITÉ d'évoluer et de rendre HOMMAGE au grand penseur Taha:

Contribution : «Je suis Mahmoud Mohamed Taha» , Le Soir d'Algérie

http://www.lesoirdalgerie.com/articles/2015/02/28/article.php?sid=175274&cid=41
EL OUAFI
Salem
| 14-08-2017 18:40
Bonjour,

Oui je sais qu'il est débile et idolâtre les dictateurs.Il pense qu'insulter les autres et parler vulgairement fait de lui une personne intelligente alors qu'un débat est fait pour échanger ces points de vue dans le respect. Je laisse dans son ignorance et ces aboiements stériles, il faut de tout pour faire un monde.
Votre commentaire
(*) champs obligatoires
Conditions d'utilisation
Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction.
La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.
Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.
Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

» Cliquer ici pour lire les conditions d'utilisation et les règles de mod�ration