alexametrics
A la Une

Baromètre Sigma : L’opération Mani Pulite a chamboulé la perception des Tunisiens !

Baromètre Sigma : L’opération Mani Pulite a chamboulé la perception des Tunisiens !

Une information majeure ressort du baromètre de Sigma Conseil pour le mois de juillet 2017. L’opération Mani Pulite, lancée par la présidence du gouvernement contre les barons de la contrebande et de la corruption, a fortement impacté la perception des Tunisiens de la situation actuelle. La guerre anti-corruption a ainsi, complètement chamboulé la manière dont les Tunisiens perçoivent les priorités gouvernementales pour la période à venir. Elle a aussi propulsé la cote de popularité de Youssef Chahed désormais le plus populaire dans tous les sondages concernant les personnalités nationales. Lecture.

 

En mai 2017, coïncidant avec le sit-in d’El Kamour, un pic de pessimisme est enregistré. 81% des Tunisiens estiment que les « choses vont dans le mauvais sens ». Un chiffre qui chutera rapidement dès le mois de juin pour se rétablir à 52,1% en juillet 2017. Fin mai, le gouvernement débute son opération Mani Pulite en arrêtant l’homme d’affaires très controversé Chafik Jarraya. Une arrestation suivie de celles de plusieurs personnalités impliquées dans des réseaux de corruption. Un événement de taille qui semble avoir impacté la perception des Tunisiens de la situation actuelle.

En juillet 2017, si le pessimisme reste de mise selon Sigma Conseil, il est tout de même nuancé. 52,1% des Tunisiens estiment que la situation du pays est sur la mauvaise voie contre 46% pensant le contraire et seulement 1,9% d’indécis. Les réponses à cette question varient de manière très sensible en fonction des régions. On retrouve Sfax en tête des régions pessimistes avec 61,3% de personnes jugeant que la situation va dans le mauvais sens et 36,3% dans le bon sens. De l’autre côté, la région du nord-est est la plus optimiste puisque 51,4% des sondés estiment que la situation va dans le bon sens contre seulement 47,9 % pensant que les choses évoluent dans le mauvais sens.

 

 

Une donnée impactée aussi par le niveau social puisque la tendance s’inverse complètement en fonction de la classe sociale des personnes interrogées. Les personnes appartenant à la « classe populaire » sont plus pessimistes à 58,5% contre 39,7% d’optimistes. Chez les Tunisiens de la « classe aisée » 52,4% estiment que la situation va dans le bon sens alors que 42,9% pensent le contraire. Idem pour les hommes et les femmes où une majorité de 50,5% d’hommes (contre 48,2%) pensent que la situation va dans le bon sens contre une majorité de 56,4% de femmes pensant le contraire (contre 41,4%).

Cette même tendance s’inverse également en fonction de l’âge des personnes interrogées. Ainsi, les jeunes sont les plus pessimistes avec 64,6% de personnes âgées entre 18 et 25 ans estimant que les choses vont dans le mauvais sens (contre 34,3% d'optimistes), alors que les plus de 60 ans pensent que les choses avancent dans le bon sens à 62,6% (contre 36,4% de pessimistes).  

 

 

Sans grande surprise, la cote de popularité de Youssef Chahed est partie en flèche depuis mai 2017, coïncidant avec la grande opération Mani Pulite du gouvernement. En effet, alors que le pourcentage de Tunisiens satisfaits de sa prestation à la tête du gouvernement n’a pas cessé de chuter durant les mois de mars et d’avril, atteignant les 54,6% en mai 2017, ce pourcentage a grimpé en flèche en juin et juillet pour atteindre, respectivement, 68% et 80%. Idem du côté du président de la République, Béji Caïd Essebsi dont la cote de popularité a suivi le même schéma, même si les pourcentages restent sensiblement inférieurs. En effet, alors que ce pourcentage était de seulement 38% en mai 2017, il a atteint 41,3% et 57,9% respectivement, en juin et juillet 2017.

 

 

Ainsi, Youssef Chahed demeure en tête des personnalités les plus populaires de la période actuelle, loin devant les autres. 80,2% des sondés sont satisfaits de sa prestation à la tête de la présidence du gouvernement avec 37,1% de personnes « très satisfaites » et  43,1% de personnes « assez satisfaites ». Vient juste après Béji Caïd Essebsi avec 57,9% de personnes satisfaites dont 18,6% de personnes « très satisfaites » et 39,3% de personnes « assez satisfaites ». Le chef du gouvernement gagne 13,1% en popularité en seulement un mois. Il est, là aussi, suivi de près par le président de la République Béji Caïd Essebsi qui enregistre une hausse de 8,9% pour le mois de juillet 2017. Des personnalités, pourtant populaires aux yeux des Tunisiens, telles que Samia Abbou, Safi Saïd, Néji Jelloul ou Abdelfattah Mourou, perdent en popularité.

 

Dans le sondage concernant « la confiance que placent les Tunisiens en une personnalité donnée pour accomplir ce qu’il faut s’agissant des affaires politiques et de la gestion du pays » les cotes de popularité du président de la République et du chef du gouvernement augmentent, là-aussi, sensiblement. Youssef Chahed bénéficie de 11,3% supplémentaires et se place en tête avec 78% et Béji Caïd Essebsi gagne 13% pour 61% des personnes interrogées. Samia Abbou (66%), Abdelaffatah Mourou (62%) et Néji Jalloul (62%) bénéficient eux-aussi de la confiance des Tunisiens même si cette confiance est en baisse.

 

 

On remarque aussi que les priorités gouvernementales, perçues par les Tunisiens, ne sont plus du tout les mêmes que durant la même période de l’année 2016. Alors que la situation économique, le chômage et la lutte anti-terroriste étaient les domaines qui préoccupaient le plus les Tunisiens, la corruption administrative et financière est aujourd’hui en tête de leurs priorités. 20,2% des Tunisiens estiment que la priorité du gouvernement Chahed est de lutter contre la corruption contre 17,9% pour la lutte antiterroriste et 14,7% pour l’emploi et les solutions au chômage. Ces priorités sont suivies de la réforme de l'enseignement (11,7%), l'amélioration de la situation économique (8,7%), l'amélioration des conditions de vie et la lutte contre la vie chère (8%), la sécurité (6,7%), le développement régional (6,7%), l'infrastructure (2,9%), la santé (2,2%) et le transport (0,2%).

 

 

L’amélioration de la situation sécuritaire et la lutte antiterroriste restent cependant perçues comme les plus grandes réalisations du gouvernement Chahed, avec 88% des Tunisiens satisfaits de la prestation gouvernementale en matière de rétablissement de la sécurité et 86% en matière de lutte antiterroriste. La lutte contre la corruption administrative et financière satisfait, quant à elle, 43% des Tunisiens. Elle est suivie de l’améliortaion de l’infrastructure (32%), l’amélioration du secteur de la santé (30%), l’amélioration de la situation économique et la réforme de l’enseignement  (27%), le développement régional et l’investissement dans les régions (22%), l’emploi (20%) et l’amélioration des conditions de vie et la lutte contre la vie chère (17%).

 

En définitive, le Tunisien reste très satisfait de la situation sécuritaire dans le pays (86%), et peu satisfait de la situation sociale (29,8%) et économique (18,4%). Sa confiance en les institutions de l’Etat reste placée en l’Armée, en premier lieu, (98%) et la police (83%). Jusque-là rien de changé, puisque ces chiffres restent pratiquement les mêmes que ceux de l’année dernière. Là où on remarque un changement significatif, c’est au niveau de la confiance placée par le Tunisien dans le gouvernement qui passe de 48 à 65% et la présidence de la République qui passe de 47 à 60%.

 

 

Le sondage sigma a été effectué sur un échantillon de 900 personnes du milieu urbain et rural âgées de 18 ans et plus et a été réalisé, au téléphone, entre le 29 juin et le 2 juillet 2017. Pour télécharger le document cliquer, ici.

 

 

 

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (8)

Commenter

rzouga
| 06-07-2017 15:04
Tout à fait d'accord reste qu'on ne quémande pas un emploi chez le gouvernement car il est dans l'incapacité d'offrir le moindre emploi; par contre on lui demande et avec insistance qu'il légifère pour libéraliser l'emploi et la création d'entreprises (PME) quelque soit sa spécificité ou le secteur d'activité: ça c'est son rôle et on verra que le chômage disparaîtra de ce pays définitivement et alors, on ira recruter la main d'oeuvre de l'étranger.

Yassine
| 05-07-2017 14:03
Chahed n'a plus rien a faire ! qu'il dégage

Citoyen_H
| 04-07-2017 17:41

est la présence du super caméléon abbou, et du chamelier mourou placé en "trojan-jocker" par le machiavélique khriji qui représente parfaitement le glandeur par excellence , être qui n'a absolument rien fichu de sa vie, hormis le jihad de la fourberie, de la zizanie et de la discorde.


@Sigma
Vous auriez dû nous mettre le pourcentage alloué à marzougui le goumi, même si son score devrait avoisiner le zéro.

Cordialement.



veritas
| 04-07-2017 12:40
Tant que personne n'a eu le courage de déclencher un audit sur la période de la troïka avec ses barons de la mafia la plus dangereuse au monde on peux pas croire a cette fausse opération main propre qui n'a atteint pour le moment et comme par hasard aucun islamistes et aucun dévoués a la secte tunisienne des khwanjias .

Kays
| 04-07-2017 11:54
Lorsqu'un homme politique fait le job il n'y a aucune raison pour qu'il ne soit pas populaire. Lorsque les effets de son action se voient dans le concret de la vie du peuple ( propreté, sécurité, respect du droit par tous, facilité pour l' investissement et donc l' emploi ) alors cet homme politique peut prétendre aux plus hautes fonctions et c'est bien légitime .
Le processus de renforcement de la Nation qui passe nécessairement par le renforcement des corps constitués (police, armée) au service du Peuple et la fluidification du réseau entreprenarial (Tpe Pme) avec environnement fiscal et administratif simple clair sûr et équilibré sans jamais oublier le volet social (qui passe avant tout par la juste rémunération des travailleurs ) doit être continue et ne jamais cesser.

Toute action se juge sur sa CONSTANCE (qualité préférée de Dieu pour ceux qui croient même si on peut penser qu'il s'agit surtout de bon sens pour ceux qui ne croient pas) gage de crédibilité, de clarté et qui de fait redonne confiance en tous les secteurs du pays (voir l'énorme travail sécuritaire de Majdoub qui relève presque à mon sens du miracle).

TAHYA TOUNES.

el manchou
| 04-07-2017 10:46
Qui finance le siège luxueux de Nida, la Kommandantur de Montplaisir et les sandwichs de Néjob Chebbi ?

Zohra
| 04-07-2017 05:59
Vous voyez tout un peuple est avec vous, vous êtes son seul espoir, vous n'avez pas le droit à l'erreur SVP, foncez c'est le moment où jamais.

Bon courage



The economist
| 04-07-2017 02:28
Vous avez mis un lien erroné qui renvoie au fichier sur votre Pc.
Merci de l'uploader sur le site et mettre un lien téléchargeable.


B.N : Merci d'avoir attiré notre attention.

A lire aussi

La conférence de clôture du projet Solid s'est tenue à Bruxelles le 14 mars 2018 et a permis de

18/03/2019 19:59
0

L’opinion publique tunisienne a été récemment ébranlée par l’affaire de l’instituteur de Sfax

17/03/2019 15:59
3

Le décès des nourrissons à l’hôpital La Rabta ne cesse de faire couler beaucoup d’encre. Outre

15/03/2019 19:59
3

Il ne se passe pas une semaine où le mouvement Nidaa Tounes ne fasse parler de lui. Scandales,

14/03/2019 19:59
6

Newsletter