Baisse des cours des actions des concessionnaires automobile

Businessnews.com.tn | publié le 11/12/2017 12:33
 
 
 
L’impact négatif des textes relatifs aux concessionnaires automobile dans la Loi de finances 2018 s’est fait ressentir de suite sur les cours boursiers de ces derniers, ce lundi 11 décembre 2017. 
 
Les trois concessionnaires automobiles cotés en bourse enregistrent tous un repli. En fin de journée, le cours de l’action d’Artes (Renault, Nissan) a marqué une chute de 3,06% avec un titre à six dinars, celui de City Cars (Kia) a chuté de 2,96% à 11,11 dinars et celui d’Ennakl (Volkswagen, Audi, Seat, Skoda) de 2,17% à 13,5 dinars. 
 
Les textes en question vont imposer aux concessionnaires automobiles un impôt sur le bénéfice de 35% au lieu de 25% précédemment qui viennent s’ajouter à 10% d’impôt sur les dividendes. Soit une pression fiscale de plus de 45%, ce qui est intolérable pour n’importe quel investisseur. 
 
Ces mêmes concessionnaires ont dû faire face dernièrement à d’autres mesures de l’Etat consistant notamment à limiter leurs importations. 
 
 
Nizar Bahloul est revenu plus en détails sur le sujet dans sa chronique hebdomadaire sous le titre : Offrez-leur des voitures et vous obtiendrez des lois sur mesure !
 
 
R.B.H

Baisse des cours des actions des concessionnaires automobile

publié le 11/12/2017 12:33
 
 
 
L’impact négatif des textes relatifs aux concessionnaires automobile dans la Loi de finances 2018 s’est fait ressentir de suite sur les cours boursiers de ces derniers, ce lundi 11 décembre 2017. 
 
Les trois concessionnaires automobiles cotés en bourse enregistrent tous un repli. En fin de journée, le cours de l’action d’Artes (Renault, Nissan) a marqué une chute de 3,06% avec un titre à six dinars, celui de City Cars (Kia) a chuté de 2,96% à 11,11 dinars et celui d’Ennakl (Volkswagen, Audi, Seat, Skoda) de 2,17% à 13,5 dinars. 
 
Les textes en question vont imposer aux concessionnaires automobiles un impôt sur le bénéfice de 35% au lieu de 25% précédemment qui viennent s’ajouter à 10% d’impôt sur les dividendes. Soit une pression fiscale de plus de 45%, ce qui est intolérable pour n’importe quel investisseur. 
 
Ces mêmes concessionnaires ont dû faire face dernièrement à d’autres mesures de l’Etat consistant notamment à limiter leurs importations. 
 
 
Nizar Bahloul est revenu plus en détails sur le sujet dans sa chronique hebdomadaire sous le titre : Offrez-leur des voitures et vous obtiendrez des lois sur mesure !
 
 
R.B.H
Commentaires (3) Commenter
Que fichent des vendeurs de produits importés dans la bourse tunisienne ?
Prorata Temporis
| 11-12-2017 13:28
Les concessionnaires automobiles, le fer de lance de l'industrie tunisienne. LOL. Sérieusement. LOL.
En plus ils sont côtés en bourse ?!!!
Wild bled
| 11-12-2017 13:27
Je ne le savais pas et ça ne fait pas plaisir.
ARTICLE PARTIAL
Hatem jemaa
| 11-12-2017 13:25
Les concessionnaires auto sont un cartel de rentiers exercant un monopole grâce aux devises collectées par la cllectivite nationale. Ils sont loin d'être des "investisseurs" comme les qualifient l'auteur de cet article qui a cruellement manqué d'objectivite quand il écrit textuellement :" soit une pression fiscale de plus de 45% ce qui est intolérable pour n'importe quel investisseur." Les 45% sont prélevés sur les dividendes et non sur le chiffre d'affaires et d'un. De deux les marges bénéficiaires que s'octroient les concessionnaires auto sont au dessus de 40% de leur CA. Quand l'Etat prélève 45% de ces bénéfices il leur reste plus de 20% du CA nets d'impots à distribuer en dividendes . Avouez que par les temps qui courent il s'agit d'un Excellent rendement pour activité de rente non soumise à la concurrence.
Votre commentaire
(*) champs obligatoires
Conditions d'utilisation
Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction.
La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.
Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.
Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

» Cliquer ici pour lire les conditions d'utilisation et les règles de mod�ration