alexametrics
Dernières news

Ayara à propos de l’Ulysse : Il ne faut pas jeter tous les torts sur la partie tunisienne

Ayara à propos de l’Ulysse : Il ne faut pas jeter tous les torts sur la partie tunisienne

Le ministre du Transport Radhouane Ayara est intervenu aujourd’hui vendredi 12 octobre 2018 sur Midishow de Mosaïque Fm pour revenir sur l’accident entre le roulier tunisien « Ulysse », appartenant à la CTN, et le porte-conteneurs « CSL Virginia ».

Radhouane Ayara a affirmé que, tant que le rapport d’expertise final n’ait pas encore été rendu, il faudrait parler de responsabilité partagée plutôt que de jeter entièrement le tort sur la partie tunisienne. Le ministre a expliqué que, tant que les responsabilités n’ont pas été clairement définies, il valait mieux prendre avec des pincettes la version donnée par le commandant de bord du navire. Il a aussi expliqué qu’une commission d’enquête a été formée afin de déterminer les différentes responsabilités dans l’accident du dimanche 7 octobre. Commission qui compte, notamment, d’anciens cadres de la CTN aujourd’hui à la retraite.

 

Compte tenu de toute la polémique qui a suivi l’accident entre l’Ulysse et le Virginia et les attaques ciblant l’équipage tunisien, le ministre a appelé au calme et à la patience « afin que l’affaire soit réglée » expliquant que ces procédures nécessitaient du temps. « Il existe une grande pression sur les cadres de la CTN. Laissez l’institution travailler de manière normale. Aujourd’hui, il y a un consensus sur la méthodologie. Des cadres de l’institution et des diplomates œuvrent à résoudre le problème », a-t-il dit.

 

Commentant les vidéos diffusées par des membres de l’équipage de la CTN il a affirmé : « Il existe des problématiques n’ayant pas de lien avec l’institution mais avec des personnes y appartenant ». Il a aussi expliqué que les dégâts ayant touché le navire tunisien ne sont pas importants mais qu’il faudra du temps pour qu’ils soient réparés. Le ministre est aussi revenu sur l’absence du Directeur général de la CTN affirmant qu’il est actuellement en congé « pour raisons personnelles » et que la décision de son limogeage ne revient pas au ministère.

 

Pour conclure, Radhouana Ayara a affirmé ne pas vouloir entrer dans les détails de l’investigation, avant que le rapport officiel soit rendu, ajoutant : « Nous avons les noms et les horaires des responsables chargés de piloter les navires. Nous connaissons celui qui était prévu être à bord à l’heure de l’accident », sans vouloir confirmer si la personne en question était réellement à son poste ce jour-là.

 

S.T

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (29)

Commenter

TeTeM
| 14-10-2018 15:50
Tout à fait, on dit la même chose ;). Et comme tu le soulignes si bien, on est souvent du même avis.

Il ne fait, dans mon esprit, nul doute que l'équipage Tunisien est fautif à 100%. Effectivement, l'expression "route maritime" est un abus de langage. Elle désigne une trajectoire habituelle et non pas une trajectoire officielle.

Il n'y a pas en mer d'équivalent aux couloirs aérien et un capitaine à toute la liberté pour fixer son cap :). Il peut dévier de sa route, si par exemple, le trajet habituel propose une mauvaise mer tandis qu'une autre trajectoire offre une mer plus calme (ex en passant à l'Est de la Corse au lieu de l'Ouest). Cela est déjà arrivé lors de l'une de mes traversée.

Letranger
| 14-10-2018 10:45
Entièrement d'accord avec toi sur cette intervention, c'est vrai que j'use parfois (?) de la provocation, mais c'est juste pour avoir la possibilité de converser.
Mais l'expression "il était sur la route" peut prêter à confusion, d'abord parce qu'il n'y a pas de routes officielles en mer comme il y en a en l'air et qu'on pourrait entendre qu'il était, et est toujours, en "stationnement interdit" ce qui n'est pas le cas.
Je crois qu'il est essentiel d'employer les termes exacts pour donner un avis ou expliquer quelque chose, car il existe nombre de vicieux ( je ne moucharde pas, ce n'est pas nécessaire) qui sont à l'affût pour en déformer le sens. Ne seraient ce que les avocats...
Mais foin des querelles, nous sommes, comme assez souvent, d'accord sur le fond si ce n'est sur la forme.

slah.z
| 14-10-2018 09:49
Ce ministre doit être limogé au plus vite possible vue la succession des échecs au sein de son ministère passant par le train qui roule sans chauffeur passant par l'affaire Uysse et arrivant à Tunisair qui souffre sur tous les plans. il ya en marre de mener ce train de vie misérable en Tunisie!!!!

TeTeM
| 13-10-2018 21:01
Pourquoi chercher la petite bête et me prêter des propos que je n'ai pas tenu!

Oui le CSL Virginia était ancré sur la "route" Tunis-Genes. On le voit assez bien sur le lien que j'ai mis. Quand je dis cela, je ne dis pas que le CSL Virginia était en tord. Je dis juste que l'Ulysse n'a pas dévié de sa trajectoire pour aller se fracasser sur Giriglia.

Le CSL Virginia a le droit de mouiller sur ce point. Il en était autorisé, n'en déplaise à la CTN. Quand on parle d'une route maritime, on a pas la même définition qu'une route pour automobile. Ici pas de ligne continue ou que sais-je. On est pas sur un tracé au mètre près. Bref, l'Ulysse avait tout le loisir d'éviter le CSL Virginia sans dévier de sa route !

2/ Pour répondre à votre question, j'ai envie de dire peut être parce que les autres équipages sont compétents et qu'ils ne laissent pas un navire sans surveillance !

Letranger
| 13-10-2018 15:14
"...L'Ulysse était sur la route d'un Gênes Tunis habituel!.."

Donc si l'Ulysse était sur la route habituelle et qu'il a percuté le Virginia, c'est que le Virginia était ancré sur la route habituelle Gènes-Tunis.
Et dans ce cas pourquoi un autre bateau ne l'a pas percuté avant l'Ulysse ?

TeTeM
| 13-10-2018 12:24
Monsieur le Sinistre des transports,

Vous semblez un peu perdu dans cette affaire. Alors permettez moi de vous guider un peu afin que vous puissiez traiter cette affaire au mieux.

S'il est respectable d'attendre les résultats d'une enquête, votre attitude me semble un peu déroutante. Comme ci-vous connaissiez d'avance ses conclusions qui chercheront son doute à minorer la responsabilité de l'équipage de l'Ulysse. Si tel est votre projet, permettez moi de vous dire que vous allez vous prendre un cargo pour la 2ème fois.

Que faire alors? La prudence est de mise mais il faudrait quand même faire preuve de fermeté, à l'instar du Ministre Français de Rugy, et commencer par condamner l'attitude de l'équipage qui a publié une vidéo qui est une insulte au peuple Tunisien. Rien ne saurait justifier cette vidéo, et entant que Sinistre des Transports, vous êtes dans le DEVOIR de recadrer des agents publics relevant d'une société dépendant de votre autorité.

L'autorité? Parlons en justement. Le PDG de la CTN, devrait à l'heure qu'il est être à la barre de sa société. Un bon capitaine ne fuit pas quand le navire prend l'eau mais coule avec son bateau. Il est en congé. Vous avez toute la latitude pour exiger son retour et dans la cas où il n'assumerait pas, vous avez là encore le DEVOIR, de le limoger. Il est inconcevable que le contribuable Tunisien paye grassement des personnes qui ne travaillent pas de manière effective ou qui ne portent pas un intérêt pour les sociétés qu'ils sont sensés diriger. A moins, que vous ne soyez le responsable de ce congé - qui serait dans ce cas forcé - vous ne pouvez pas trouver d'excuse au PDG.

Cette affaire doit avoir un volet judiciaire et la commission composé d'ancien cadre de la CTN à la retraite me fait craindre le pire! En effet, votre enquête pue la partialité avant même d'avoir commencé. Monsieur le Sinistre, à chacun son rôle ! Vous pouvez confier une enquête à une autorité IND'?PENDANTE ayant une expertise en la matière (un équivalent maritime du BEA français ou du NTSB américain).

En revanche, je ne comprends pas pourquoi aucun information judiciaire n'a été ouverte? Monsieur le Sinistre, même s'ils sont mineurs l'Ulysse a subit des dégâts qui vont le mettre hors service pour plusieurs semaines et la CTN va devoir supporter des frais importants qui seront in fine payé par le contribuable et les usagers. Il de votre RESPONSABILIT'? de saisir la justice.

Enfin, Monsieur le Sinistre, je suis surpris du peu de considération que notre pays a pour l'écologie. Non pas que je sois sensible aux questions vertes, mais je me permets de vous rappeler que notre pays est dépendant de la mer et qu'une marrée noir serait un désastre pour notre économie. Alors comment est-il acceptable que ni l'Etat Tunisien, ni la CTN n'ai exprimé des regrets pour la pollution générée par cet accident? Je ne parle ni de responsabilité dans l'accident,ni de savoir qui a tord ou qui a raison. Mais le fait est que l'Ulysse, roulier battant pavillon Tunisien, a transpercé la coque du CSL Virginia, libérant ainsi 200m3 de fioul. Un fioul qui est d'ailleurs imprégné dans la proue d'un navire faisant route vers Rades (il doit arriver demain matin). Qui nous dit que ces traces de fiouls ne seront pas nettoyées de façon sauvage rejetant ainsi ses restes dans nos eaux territoriales?

Monsieur le Sinistre, le peuple, dont je me permets de vous rappeler, vous êtes le serviteur, attend des réponses et non pas du blabla inutile. Et si par malheur, vous ne maitrisez pas ce dossier, je vous invite à suivre le conseil de l'équipage... Si vous ne savez rien, abstenez vous de parler.

Espérant que cette missive vous aura inspiré, je vous prie de bien vouloir croire, Monsieur le Sinistre, en l'expression de mes salutations distinguées!

HBA

TeTeM
| 13-10-2018 11:50
Non l'Ulysse ne filait pas sur l'Ile de Giraglia. C'est une FakeNews. L'Ulysse était sur la route d'un Gênes Tunis habituel!

Extrait de marine traffic
https://www.youtube.com/watch?v=kem2YlV81Dk

Abel
| 13-10-2018 10:38
Si on passe en revue les nominations à la tête du ministère de transport depuis l'année maudite 2011 on comprend pourquoi se secteur va de mal en mal. El Harouni d'Ennahdha, Ghdira et Ayara d'Ennida sont des exemples parfaits pour illustrer ça. Quoi de mieux pour nommer un ministre de transport ignorant tout du domaine !
Le secteur est en faillite et les subventions que payent les contribuables sont énormes. L'indiscipline, la nonchalance, la corruption, l'impunité gangrènent les sociétés de transport routier, ferroviaire, aérien et maritime.
D'ailleurs il ne faut pas s'attendre à des punitions à l'encontre de l'équipage car le ministre fera profil bas avec ses maîtres du syndicat. Il n' y'a qu'à se rappeler de la promotion donnée à un pilote de Tunisair qui s'est obstiné d'atterrir malgré les vents très forts et les avertissements de la tour de contrôle en écrasant l'avion en sortie de piste pour l' endommager complètement.

takilas
| 13-10-2018 09:33
Tout est massacré au profit du transport privé, surtout avec ces "propriétaires" (par des prêts et des avantages inouïs) (*) de taxis essentiellementbdas la capitale Tunis qui ont appris à jouer le cinéma pour exiger, très fréquemment et à la moindre occasion, l'application de leurs ordres infligés au gouvernement ; cette tactique dure depuis des années avec l'appui de leurs bandits de leur syndicat, et n'a fait qu'augmenter lors troïka, et même après, par le biais d'interventions de la part de nahdha, pour que ce parc de taxis à Tunis (la jaunâtre par la couleur de ces véhicules) englobe des dizaies de milliers de véhicules dont lesdits propriétaires s'enrichissent de plus en plus (sans les carburats subventionnés par l'?tat) pour s'acheter des appartements dans les quatre gouvernorats de Tunis et puis de les mettre en location; et l'inflation bat son plein. Comment voulez-vous qu'ils cèdent ce créneau lucratif et qu'ils n'arrêtent pas l'enseignement de leurs enfants pour les placer dans ce secteur lucratif ?
Et l'on voit ainsi tout un parc taxis qui dépend d'une seule famille, et puis l'école et la formation professionnelle (inexistante par ailleurs) sont finies,
Pour l'anecdote, dès que les "taxstes" (qui rappelons-le exerçent par équipe sur un seul taxi 24/24), entendent parler d'un arrivage de bus à Tunis, que des grèves se déclenchent et que le ministre des transports rentre dans sa coquille RT annule le valeureux projet qui devrait-être certainement efficace pour l'économie tunisienne sur tous les plans.
D'après"takilas" :
- L'économie tunisienne s'est détériorée en grande partie à cause du nombre excessif des taxis a Tunis et puis à cause de l'utilisation des produits alimentaires et autres subventionnés par l'?tat, et ce pour le commerce privé.
Quand verra-t-on une différentiation des prix selon le secteur économique ?

(*) Les avantages ont été instaurés en Tunisie, lors des années soixante-dix juste pour développer ce secteur essentiellement au profit du tourisme et pour se conformer aux normes internationales surtout concernant la couleur jaune.

takilas
| 13-10-2018 06:08
Mais ne pensez-vous pas messieurs les improvisateurs des circonstances atténuantes que le "monde entier""s'est rendu compte de cette affreuse situation en Tunisie et de cette arnaque de pseudo révolution ?
Que seule la Tunisie parmi lesautres pays iconcernés n'a pas reprislevdroit chemin et qu'elle constitue maintenant un lourd fardeau pour les autres nations surtout que la traître nahdha qui a été utilisée comme cobaye, n'a plus raison d'être.
Toutes le savent maintenant et l'ont clairement déclaré ; que les originaires d'une région bien précise de la Tunisiebetbqui ont composé cette maléfique nahdha comprennent que tout est fini pour eux et que les temps (huit ans déjà) ont changé et qu'il vaut mieux qu'ils se résignent en allant de la bouche du puits et non de son fond comme dit le proverbe car tous leurs protecteurs et leurs "recruteurs (vers l'année 2006) sont partis et qu'il est inutile d'insister en cherchant à appliquer leurs malveillantes et indécentes formules d'arnaque précédentes.

A lire aussi

Les problématiques et les difficultés du secteur laitier ont été l’objet d’une réunion tenue, au

10/12/2018 16:12
0

Le ministre du Transport et négociateur en chef, pour la Tunisie à l'Aleca, Hichem Ben Ahmed ainsi

10/12/2018 15:51
1

Une journaliste de la chaîne Zitouna a été agressée, ce lundi 10 décembre 2018, par un enseignant,

10/12/2018 15:24
1

L'homme politique et de médias Borhen Bsaïes a été ce lundi 10 décembre 2018. Il bénéficie

10/12/2018 12:46
26

Newsletter