alexametrics
BN TV

Hatem Ben Salem : Lassâad Yaâcoubi effectue une manœuvre machiavélique !

Hatem Ben Salem : Lassâad Yaâcoubi effectue une manœuvre machiavélique !

 

Après la fin de la crise de l’enseignement secondaire et la reprise des cours et des examens, un nouveau conflit a émergé entre le ministère de l’Education et la Fédération générale de l’enseignement secondaire. Le ministre de l’Education, Hatem Ben Salem est revenu alors, ce mercredi 13 février 2019, sur ce conflit concernant essentiellement la comptabilisation des notes des examens des élèves du secondaire.

 

Invité de RTCI, M. Ben Salem a indiqué que l’enseignant avait, seul, « la responsabilité et la liberté de comptabiliser les notes des examens et que ni le syndicat ni le ministère n'avaient le droit d’imposer une approche pédagogique aux professeurs ».

 

Dans ce sens, le ministre a souligné que le département a proposé de donner à l’enseignant cette liberté car il est « le seul à pouvoir juger et évaluer la performance de ses élèves et qu’il ne voulait impliquer ni le syndicat ni le ministère dans l’octroi de la note finale ».

 

« Des milliers d'élèves ont passé leurs examens et obtenu leurs notes. Venir aujourd’hui et refuser de donner cette possibilité aux enseignants d’évaluer leurs propres élèves, nous ne pouvons accepter ! Le secrétaire général du syndicat, qui est d’un bellicisme qui dépasse toutes les limites, veut punir les enseignants qui ne voulaient pas s’inscrire dans le boycott des examens et ne s’étaient pas conformés à la décision de la Fédération. Il ne s’agit que d'une manœuvre machiavélique et nous avons refusé cette proposition car nous estimons que l’enseignant est le seul élément éligible à prendre une telle décision », précise Hatem Ben Salem.

 

Rappelons que la Fédération générale de l’enseignement secondaire avait proposé de fusionner le premier et le deuxième trimestre pour constituer une seule période d’évaluation tout en se contentant de prendre en compte les notes des examens de contrôle du premier trimestre et des examens de synthèse du deuxième.

Une proposition qui a été réfutée par le ministère de l’Education exprimant son attachement à comptabiliser les notes des examens de synthèse du premier trimestre.

 

B.L

 

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (3)

Commenter

Tontonfrance
| 14-02-2019 15:17
'? tabboubi de mater son subordonné

Docgen
| 13-02-2019 23:00
On arrive au bout du tunnel, ni le ministre, ni le syndicat, ni les profs ne peuvent et ne veulent notés et évaluer nos enfants.
Je pense qu'il temps que nous parents devrions avoir une réponse à leur donner. Nous noterons nos enfants nous même et que tous les autres ailles au diable !!!!

abouali
| 13-02-2019 12:35
On ne traite pas avec le diable ! Le recul de l'Administration devant les exigences exorbitantes du syndicat sous couvert de paix sociale n'est que la preuve, aux yeux de Yaacoubi et sa bande, de la faiblesse de ce gouvernement que l'on peut désormais mener par le bout du nez. Leur objectif est clair : prendre le contrôle du système et le gérer à leur guise, le rôle du département se limitant désormais à celui de simple "comparse" tout juste bon à délier les cordons de la bourse quand on le lui demande. De nombreux observateurs avaient mis en garde contre l'acceptation des demandes infondées de ces escrocs et précisé qu'ils ne s'arrêteront pas à ces exigences. Outre l'ébranlement total des équilibres budgétaires, cette reculade va certainement donner des idées à d'autres secteurs qui ne tarderont pas à se manifester. Et là, bonjour les dégâts !

Newsletter