alexametrics
BN TV

Iyed Dahmani : On ne va pas juger les gens juste parce qu’ils ont servi l’Etat sous Ben Ali !

Iyed Dahmani : On ne va pas juger les gens juste parce qu’ils ont servi l’Etat sous Ben Ali !

« On ne peut condamner une personne innocentée par la loi et Kamel Haj Sassi est une compétence », a indiqué le porte-parole du gouvernement, Iyed Dahmani, lors de son intervention ce jeudi 9 août 2018 sur Shems FM.


Kamel Haj Sassi a été nommé, mardi, conseiller auprès du chef du gouvernement, Youssef Chahed. Une nomination qui a fait polémique à laquelle a répondu M. Dahmani en soulignant que le nouveau conseiller du chef du gouvernement n’a aucune affaire en cours engagée contre lui et que toutes celles, qui ont concerné tout comme lui des dizaines de personnalités ayant travaillé avec l’ancien régime, ont abouti à un non-lieu.


« Il s’agit d’une compétence, d’une personnalité qui a servi l’Etat à de multiples niveaux et que la loi a blanchi, alors je ne vois pas pourquoi priver l’Etat aujourd’hui d’une compétence, comme il en sera pour d’autres qu’on ne doit pas juger sur le simple fait d’avoir servi la Tunisie sous le régime de Ben Ali », a-t-il conclu.



M.B.Z

 

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (12)

Commenter

Abel Chater
| 10-08-2018 13:51
@Elsa Ben Amor
Cesse s'il te plaît de pleurnicher dans le vide, en versant tes larmes de crocodile comme à ton habitude de Croisée. Il faut au moins que tu apprennes à écrire objectivement. Un pays doit avoir un '?tat. Un '?tat doit se baser sur ses Institutions. Les Institutions ne doivent être supervisées que par l'?tat. L'?tat d'Institutions ne peut s'effondrer par un seul coup de téléphone, d'un seul Pharaon dictateur despote avec sa famille et ses proches jusqu'à sa région.
Lorsque tu comprends jusqu'ici, tu pourrais être fière d'avoir avancé dans ta vie. Maintenant, réponds nous si cet '?tat d'Institutions avait vécu même une seule minute durant les 55 années post-indépendances de la Tunisie chez les deux dictateurs déchus Bourguiba et Ben Ali?
Si non, de quoi parles-tu donc et de qui parles-tu comme ça à la pelle, comme si tu construisais ton propre château de sable sur l'une des plages tunisiennes?
La Tunisie n'a jamais vécu de toute son histoire millénaire, cet Etat d'Institutions qu'elle vit à présent avec son régime démocratiquement parlementaire. Je sais que cela ne te va nullement, toi qui étais habituée par tes coups de téléphones pour qu'on t'accueille au port ou à l'aéroport, et pour qu'on te rende ton permis de conduire sans payer la contravention, etc.
Maintenant, tous les Tunisiens sont à égalité devant la loi. Ni Nahdhaoui, ni Nidaïste, ni RCDiste, ni destouriste, ni Elsa bent Felssa chouhirat Zohra Lanbouba. Et cela tue en toi tout ton humanisme en Tunisie. Cette Tunisie où tu n'es plus privilégiée devant les Tunisiens.
Répète s'il te plaît trois fois derrière moi:Allahou Akbar, Allahou Akbar, Allahou Akbar.

LARIO
| 10-08-2018 11:39
Voilà la TUNISIE aprés la révolution de la " BOURWITA" de ce mec bouazizi : - un destour qui a couté des milliards des deniers publics et qui a duré trois ans au lieu d'une année et qui a divisé le peuple à plusieurs clans. Le résultat : - aprés presque huit ans de son application, on est arrivé à avoir un président en désaccord total avec son chef du gouvernement que lui l'a nommé, à un ARP qui ne pêut fonctionner que par les magouilles, les micmacs et les caculs partisans et à un peuple qui est absent ou exclu de participer à forger son sort et son avenir et qi est frappé par la méfiance et le "m'en foutisme".Maintenant on constate un clan d'un BAJBOUJ qui veut imposer son fils pour l'hériter, un autre clan de chahed qui veut exister par tous les moyens quitte à s'associer avec le diable, un autre groupe d'opposants qui se cherche et qui se disloque de jour en jour , et enfin la majorité silencieuse qui se débrouille comme elle peut pour subvenir à ses besoins les plus élémentaires" tejri ma talhek". Notre nouvelle DEMOCRATIE a pris un chemin plein d'embuches, et plusieurs batons sont mis dans ses roues , le seul espoir est de voir en 2019 surgir des gouvernants décideurs, courageux et patriotes, fidéles à une vision claire et nette pour notre chére TUNISIE et soucieux à la réalisation des programmes pour le bien étre et la prospérité des tunisiens et de leurs futures générations sans aucune distinction ou favoritisme

Elsa ben Amor
| 10-08-2018 08:24
Les charognards qui se sont emparés des postes clés de decisions critiquent Ben Ali et ses ex ministres comme s' ils étaient plus compétents ou plus honnêtes qu'eux . Il suffit juste de regarder l'état du pays et des gens avant et après 2011 pour comprendre que cette fausse révolution a causé plus de problèmes qu'elle n'en a résolus et que ceux qui avaient le pouvoir avant 2011 étaient de loin plus compétents et plus intègres. Alors qu'ils se taisent au moins par décence !

Abel Chater
| 09-08-2018 21:24
Youssef Chahed va pleurer du vinaigre par la bassesse de cette décision macabre et suicidaire, de faire appel aux Azlems dont les mains sont tâchées par le sang des Tunisiens.
Nous ne parlons pas ici d'un pauvre bureaucrate de l'ancien régime qui a souffert comme nous tous. Nous parlons ici de Kamel Haj Sassi, l'une des figures les plus cruelles de l'ancien régime. Un visage de geôlier démuni de tout aspect d'humanisme. Par cette nomination incompréhensible, qui surprit les morts et les vivants, Youssef Chahed donne le coup de grâce à ceux qui misent sur lui, pour son dynamisme de jeune politicien qui devrait associer la jeunesse tunisienne au pouvoir. Youssef Chahed à reculé jusqu'à sa propre destitution et son propre limogeage par la nomination de ce Zalem RCDiste.
Je n'ai plus confiance en Youssef Chahed. Je ne le soutiendrai plus.

Wild bled
| 09-08-2018 18:14
Ni Ben Ali, ni nahdha, ni dahmani, ni.... Il faut que les citoyens se réveillent : les principes sont bafoués dans ce pays d'égoïstes et de fainéants. Ils vont le payer...

BIEN QU IL Y EN A QUI SONT ENCORE DANS LES ANNEES 600....
| 09-08-2018 16:30
entretemps, le VIETNAM, qui sort encore d une guerre destructrice, nous depasse dans son developpement economique.....des gens travailleurs, pas de syndicats ***, et des lois amicales aux investissements.....qui repondent a l appel....

Raouf
| 09-08-2018 13:46
Certes le pays doit profiter de toutes ses compétences. chacun doit continuer à vivre comme bon lui semble tant que cela n'est pas répréhensible par la loi.
Certes le pays sous Ben Ali vivait dans calme quoique le bassin minier était en effervescence depuis 2008.
Je voudrais vous poser une question Mr Léon : Comment interprétez vous l'accueil qu'à réservé le président Ben Ali à saber hamrouni, ancien prisonnier de la nahdha,au point de faire des photos en sa compagnie et de lui accorder l'autorisation de les rendre publiques.
Cette rencontre n'etait elle pas un aveu de l'ancien président voire un rachat concernant la question des droits de l'homme. car justement à part ce domaine( les droits de l'homme et les libertés d'expression,)il est vrai qu'on a très peu de choses à reprocher à l'ancien président.

itoyen_H
| 09-08-2018 13:30
Le mal est fait, et le point de non retour a été dépassé.
La NATION a été volontairement dépecée par les charognards de toutes sortes.
La disparition des compétences, des têtes pensantes a fait le lit des voraces insatiables affamés escrocs traitres imposteurs.
Et bien dansons maintenant.

J.trad
| 09-08-2018 12:06
Wa karaté fi annasi 3adwa ,fa jaraw nahwa'aththarâ,....../...il y a de quoi ,libérer tous les pécheurs ( ceux qui ont commis des péchés ) le peuple tunisien a été emporté par un tsunami de course vers le modernisme ,une vague de tentations ,la porte des banques étaient grandes-ouvertes ,la classe moyenne à glissé ,personne ne pouvait résister à introduire dans sa maison le bloc lourd ,le réfrigérateur ,la cuisinière,la machine à laver,et aujourd'hui le mal faiteur futé le climatiseur ,en passant par les voitures individuelle , le père de la patrie (Bourguiba) a plongé le peuple (fi afyoun) vous l'avez compris (afyoun différent de afyoun ,de k.marx) ensuite afyoun (du football) des milliards d'heures étaient gaspillées sur les gradins ,les jeunes sont cloués sur des bancs durs ,croyant faire du sport ,alors qu'ils ne sont que entrain de s'esquinter les nerfs par un stimulent bête,un tu-têtes ridicule ,bon soyons tolérants ,c'est du déroulement ,on passe ,le violent toubillion (du béton) les terres agricoles ont été obstruées par la violente vague ,pire que la drogue ,le besoin ,le droit,plus ou moin logique d'avoir une (maison,une villa,un apprtement ,un château,un chalet ...) Les promoteurs trouvaient à gogo ,les prêts,les citoyens aussi , les préteurs (généreux ,cupides,sournois, ...voleurs,escrots,sans clémence aucune,terroristes même...vous savez le reste) les tribunaux étaient envahis par des bousculades ,les tribunaux sont bondés par des condamnés (Al gharimina) voilà comment ils sont qualifiés dans le saint Coran ( ils ont le droit d'être couverts par bayt mal Al mouslimin ,ravitaillée par :azzaket) le père du peuple ,Bourguiba ,impuissant devant la catastrophe (du ribâ) ne put que interdit (les prêts) ,le peuple tunisien est tombé malade ,victime des (tentations) ,logiquement ,Bourguiba aurait dû ,se transformer en psychiatre ,enlevant sa robe noire de juriste,de chef d'état ,et endosser ,la blouse blanche de médecin ,de mécanicien , le moteur de l'état est en sur le (gouffre ,Al hafhouf,selon l'expression de Bourguiba lui même ,lorsqu'il a qualifié le peuple tunisien avant l'indépendance,. '? suivre ,à mon avis ,tous les pêcheurs ne sont que des victimes ,plus à plaindre ,qu'à blâmer ,y compris ceux accusés(9awmiyyin) qui sont convaicus ,de sauver les arabes (et les mouslimin) par un mouvement (pan-islamiste ) amorcé par afghani ,3abd el 3aziz ath3albi ,etc . Ce ne sont pas des conspirateurs ,mais tout simplement des (sauveurs) dénugrés ,par les puissances qui redoutent que la puissance absolu (Al khilafa Al islamiyya al3alamiyya) ne les éclipse ,il faut prendre les dossiers de ce biais , les tribunaux doivent se transformer en messie ,et se vêtir de l'accoutrement symbolique des imams qui orientent ,et aident par des conseils sincères ,alkhlifa al3alamiyya ,(ata amrou allahi fala tastâ3jilouh) (idha jââ nasrouallahi) il y a des versets qu'ils faut mettre en relief ,et laisser tomber les idiotes accusations de ceux qui ont des fortunes ,(relisez sourat 9aroun) Allah l'accuse de quoi ? Nous voulons un débat scientifique .

Léon
| 09-08-2018 11:51
C'est même à eux de vous juger pour ce que vous avez fait du pays florissant qu'était la Tunisie et de la condition des pauvres que vous avez même affamés.
C'est à eux de vous juger et n'eut été l'appui atlantiste qui protège les traitres, vous auriez déjà été jugé.
Ne vous en faites pas, l'état reprendra ses droits, n'en déplaise aux atlantistes néocolonialistes qui ont voulu remettre le monde Arabe au moyen âge sous prétexte de démocratie (qu'ils ne possèdent même pas eux-même).

VIVE BEN ALI, VIVE POUTINE,
A BAS LES TRAITRES.

LEON, Min Joundi Tounis Al Awfiya,
Résistant.

VERSET 112 de la SOURATE des ABEILLES.

A lire aussi

Dans son intervention téléphonique sur les ondes d’Express FM ce jeudi 16 août 2018, le député

16/08/2018 10:10
3

« La nouvelle du décès d’un citoyen à Kerkennah est parvenue hier au procureur de la République du

15/08/2018 09:12
1

Invité de la Matinale de Shems FM ce mardi 14 août 2018, le porte-parole du Front populaire, Hamma

14/08/2018 09:33
9

Le député Ennahdha et dirigeant au sein du parti islamiste, Mohamed Ben Salem a indiqué, ce lundi 13

13/08/2018 22:27
3

Newsletter