alexametrics
Tribunes

Le premier vrai test de notre jeune démocratie

Le premier vrai test de notre jeune démocratie

Huit années se sont écoulées depuis que la jeunesse tunisienne a pris son destin en main, et depuis les titres poignants vantant les louanges de cet assaut démocratique défrayent la chronique : « la démocratie naissante en Tunisie », « l'expérience Tunisienne », « l'exception Tunisienne du printemps arabe » mais qu'en est-il réellement de cette "jeune démocratie" et qu'a-t-elle apporté au peuple Tunisien ?

Pendant les quatre premières années, tous les acteurs de la scène politique ont insisté, encore et encore, sur la nécessité de mettre en place des réformes politiques et rien d'autre et que l'économie, n’étant pas selon eux la priorité de la transition démocratique, pouvait attendre.
Cette politique de l’Autruche était-elle le fruit d’une naïveté inhérente à l’incompétence latente ou était-elle un désaveu profond et assumé de la bombe à retardement qui guettait notre économie ?

Fin 2014, les nouveaux élus nous ont promis un miracle économique, une reprise de la croissance économique et des compétences suffisantes pour former, pas un seul gouvernement, mais plutôt quatre. Je vous épargnerai les détails mais il est clair que le peuple tunisien avait découvert une réalité et s'est retrouvé dans une situation pire que celle de la Troïka, économiquement parlant, et nous ne sommes toujours pas au bout du cauchemar à 6 mois des prochaines élections.

Quelles leçons retiendrons-nous de cette expérience amère de la transition démocratique pour éviter de nouvelles désillusions pour la période 2019-2024 ?


Permettez-moi de vous rappeler un proverbe américain qui dit que "Democracy is good but it has to deliver".
La première leçon à retenir est que les paroles des hommes politiques ne les engagent qu'eux-mêmes. 90% ou plus de leurs promesses sont irréalistes et irréalisables car peu d'entre eux osent prôner le drapeau de la transparence face à une vérité et une réalité indigestes.


La deuxième leçon est que les partis politiques ne pensent qu'à leurs intérêts : le parti avant la patrie peu importe les enjeux et les conséquences. 


La troisième leçon est que la réussite d'un gouvernement repose sur sa vision claire pour l’avenir du pays, son courage politique pour engager les réformes et surtout une équipe compétente pour mener à bien la stratégie de sa politique.


Dernière leçon est que si nous souhaitons changer les choses, il faut éviter la politique de la chaise vide et s'impliquer pleinement dans le combat politique pour tester le niveau intellectuel ainsi que les compétences de ceux qui se présentent et de tester leur appartenance réelle (pays ou parti ?).

 

Les prochaines élections législatives sont critiques pour l'avenir de notre pays et arrivent à un moment où il est encore possible de sauver le pays. La société civile a un rôle important à jouer pour mobiliser, non seulement les électeurs mais aussi les patriotes et compétences de ce pays pour animer les débats politiques et redorer l’image de notre usage de la liberté d’expression et de la démocratie.

La Tunisie a besoin de sa jeunesse qui ne pense qu'à quitter le pays pour réaliser ses rêves hors des frontières qui ont nourrit ces rêves. C’est notre pays qui forge et sème pour laisser les pays d’accueil récolter les fruits de notre jeunesse.

La Tunisie a besoin de tous ces citoyens intègres qui ont déserté la vie politique, refusant que l’on touche à leur réputation, que l’on remette en cause leurs intentions tandis que la scène politique actuelle manque cruellement de moralité et de sang neuf. Il est temps de rendre à la Tunisie toute l’intégrité qu’elle mérite.

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (13)

Commenter

J.trad
| 18-05-2019 11:48
Cette balance ,fluctuante,est dans un état conflictuel ,car les discours vagues envahissent les médias ,parallèlement des chiffres et des statistiques ,nous font croire que la gestion de l'économie repose sur des données crédibles ,or la égalité économique est beaucoup plus complexe ,on croix que les moyens miraculeux de la technologie facilitent ,la gestion et les calculs ,on croix que les moissonneuses batteuses réalisent des records de vitesse ,(in ta3ouddou ni3mata ' allahi lâ tou7souha) (lâ ;nafia ,elle exprime la négation ,c'est à dire ,l'impossibilité ) Allah nous informe que ses bénédictions sont tellement abondantes qu'elles échappent aux calculs ,mêmes ceux des ordinateurs (lesquels ordinateurs font partie des bénédictions divines) où donc est le problème ?!!!! Les problèmes ?!!! Il faut chercher la réponse ,dans l'ère des du texte coranique

dark12
| 17-05-2019 20:39
j'ai posté un commentaire, vraisemblablement censuré par business news, il n'y a rien dans mon msg qui va à l'encontre de votre politique, j'exige qu'il soit mis en ligne, de quel droit vous censurez un avis libre ds un pays libre !!

DHEJ
| 17-05-2019 20:04
Un commentaire magnifique!

Elinoja
| 17-05-2019 16:20
La première leçon à retenir est que les paroles des hommes politiques ne les engagent qu'eux-mêmes. 90% ou plus de leurs promesses sont irréalistes et irréalisables car peu d'entre eux osent prôner le drapeau de la transparence face à une vérité et une réalité indigestes.

Je crois actuellement, 100% de vos promesses envers vos petits actionnaires sont aussi irréalisables.
'?a serai bien aussi que vous prôner le drapeau de la transparence sur la transaction avec Djibouti.
Un minimum de respect envers vos actionnaires ce n'est pas trop demander

himar
| 17-05-2019 16:02
je m'aperçois que mon frère Bassem n'est même pas brillant en affaires ! tant mieux

EXPET BOURSE
| 17-05-2019 15:41
Mr loukil, nous sommes ruinés au vrai sens du mot face à la situation de votre groupe UADH dans la bourse de tunis.
On a payé trop cher notre confiance à votre groupe UADH ;
Tu nous a vendu les actions UADH à 5 dt et aujourd'hui le cours est catastrophique à 1.2 dt
tu as ruiné des centaines de familles ;
il faut réagir si rapidement et arrêtez de lancer des propos à tort et à travers.

Mf
| 17-05-2019 15:20
Tes ôreilles sont inutilement.

Adel1983
| 17-05-2019 15:08
Je suis un actionnaire chez UADH depuis 5 ans et j'ai acheté mes actions qui dépasse les 10000 actions UADH avec un cours de 4.5 dt et aujourd'hui le cours c'est 1.22 dt à peine ;
Veuillez prendre les mesures nécessaires Mr loukil pour hausser le titre UADH SVP et je compte de votre réaction rapide.

Rossi
| 17-05-2019 14:06
Le système parlementaire n'est pas efficace, il faut un système présidentiel où une personne gouverne.

himar
| 17-05-2019 14:02
article creux, vide, qui répète ce qu'on sait déjà et ne propose rien de concret, alors, Si Bassem, de grasse et de maigre, comme vous paraissez plus doué en affaires, revenez à vos affaires

A lire aussi

Trop de partis qui se contentent de reprendre le récit national et revivifier des slogans du

14/06/2019 15:12
32

Nous devons admettre que l’instrumentalisation des associations caritatives à des fins politiques

13/06/2019 12:17
7

Une logique relativement simple que l’intervention de l’Etat vient souvent troubler ou bafouer.

13/06/2019 09:01
2

« Election, piège à cons »

09/06/2019 11:41
6

Newsletter