alexametrics
Tribunes

Ceux qui ne sont pas comme nous

Ceux qui ne sont pas comme nous

 

 Par Lotfi Saibi 


Ce que nous ne comprenons pas, nous craignons. Ce que nous craignons, nous jugeons mal. Ce que nous jugeons mal, nous essayons de contrôler. Ce que nous ne pouvons pas contrôler… nous attaquons.

 

Difficile à croire, mais cette xénophobie, qui n’est pas un feeling exclusivement tunisien est accentuée en période de crise morale, crise de valeurs, ou manque de confiance.

 

Réfléchissons ensemble aux questions suivantes.

  1. Pourquoi les Tunisiens émigrés qui réussissent leurs carrières à l'étranger, représentent-ils une menace, un affolement pour leurs compatriotes, une fois qu’ils veulent intégrer la vie politique ou associative d’une manière différente dans leur pays?
  2. En quoi le fait de poursuivre ses études à l’étranger ou y vivre relate-t-il une répulsion à l’égard de ses semblables concitoyens ?

 

 

Il existait bel et bien des politiques éducatives qui consistaient à faire bénéficier les meilleurs élèves « élites » d’un enseignement à l’étranger pour acquérir des connaissances, du savoir et de l’expertise. Le jour où ces mêmes élites décident de se rapatrier, au même moment où plusieurs de leurs compatriotes avaient décidé de s’exiler, ils se retrouvent visés et vilipendés, traités de machiavéliques !

Nombre d’entre eux sont de vrais patriotes et experts dans leurs domaines, ils ont atteint un certain niveau d’expertise et ont jugé qu’il était temps de le départager entre concitoyens. Un grand nombre d'entre eux ont prouvé leurs compétences malgré la difficulté d'être loin de chez eux et ont été sollicités par des pays étrangers. Ceux qui ont accepté de revenir en Tunisie et d’aider à la reconstruction de leur pays doivent être encouragés et non vexés.

 

Ces personnes qui savent partager et encadrer devraient être considérées comme des exemples à suivre, des modèles pour les générations futures et non pas être dénigrées et inquiétées.

 

 

Malgré notre supposée bonne nature humaine, il semble que la peur de ceux qui ne sont pas comme nous, ceux qui pensent et agissent différemment, sortent lorsque nous sommes stressés, où lorsque l’on sent que notre mode de vie est menacé.

La crainte de l’inconnu, la peur du changement, le mépris de ceux qui réussissent, la stupéfaction contre toute différence, l’ignorance, l’idolâtrie de sa zone de confort… nous tuent comme nation !

 

 

Ceux qui sont le plus menacés par le changement initié par les Tunisiens qui reviennent de l’étranger avec des idées, des projets et des objectifs ambitieux sont les véritables "gate keepers" de la médiocrité. Changer pour eux est une perte de contrôle. Changer pour eux, c’est rendre leur médiocrité pleinement visible. Leur meilleur allié est de garder le statu quo.

L'ignorance est mortelle. La fierté et l'arrogance sont leurs alliés proches.

 

 

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (6)

Commenter

DHEJ
| 16-05-2019 09:09
Mais ce que ceux que tu dfends ne sont plus l'elites en Tunisie

Et pour l'tre il faut qu'ils redeviennent citoyens civils Tunisiens en se conformant aux lois tunisiennes et non aux lois de leurs deuxime nationalit.

aliocha
| 16-05-2019 08:34
le tunisien qui par se former l'tranger dans une dmocratie apprend les bonnes mthodes et opre dans un environnement sain, en revenant chez lui il ne peut plus s'intgrer dans les affaires de combines et de passe droit qui ont toujours gangrenes le pays, c'est pour cela qu'il est rejet! Nul n'est prophte dans son propre pays!

Zohra
| 16-05-2019 08:00
D'importance

Zohra
| 15-05-2019 23:27
La Tunisie a besoin de ces comptences, genre Olfa Hamdi est une trs grande comptence qui avait fait ses preuves et cartonne au USA, mais malheureusement en Tunisie on ne lui donne pas de l'imprimante. Et y a des milliers comme elle,
Khirna yamchi elghirna dans tous les domaines. dommage

raspoutine
| 15-05-2019 18:54
je vous de qui vous parlez.cette campagne est similaire celle de Slim.non on aime et on est fier de nos compatriotes qui vive tudie et travaille l'tranger fier de leurs comptences et de leurs savoir faire.mais monsieur on est pas dupe du message UN SLIM SUFFIT

Microbio
| 15-05-2019 17:50
Un Tunisien est questionn:

"Qu'est-ce qui est pire: l'ignorance ou l'apathie?"

"Je ne sais pas et a ne minteresse pas aussi."

A lire aussi

Trop de partis qui se contentent de reprendre le rcit national et revivifier des slogans du

14/06/2019 15:12
32

Nous devons admettre que linstrumentalisation des associations caritatives des fins politiques

13/06/2019 12:17
7

Une logique relativement simple que lintervention de lEtat vient souvent troubler ou bafouer.

13/06/2019 09:01
2

Election, pige cons

09/06/2019 11:41
6

Newsletter