alexametrics
Tribunes

La Tunisie fait naître des champions !

La Tunisie fait naître des champions !

 

Par Hassen Zargouni

 

Cette semaine cinq Tunisiens ont brillé au niveau international, chacun dans sa discipline :

 

Sophien Kamoun, né le 8 décembre 1965 à Tunis, est un biologiste, généticien, universitaire et chercheur tunisien. Il vient d’intégrer cette semaine la Royal Society, la prestigieuse académie britannique de recherches scientifiques. Sophien a réalisé des recherches sur les Oomycota, il se voit honoré de deux prix de l'American Phytopathological Society : le prix Syngenta en 2003 et le prix Noel T. Keen en 2013. Il est membre de l'Académie européenne des sciences, chef d'unité au laboratoire Sainsbury (en) de Norwich et nouvellement membre de la Royal Society.

 

Nader Masmoudi, né en 1974 à Sfax, est un mathématicien tunisien, le premier et seul médaillé d'or de son pays aux Olympiades internationales de mathématiques de 1992. Il est professeur de mathématiques à l'université de New York. En 2017, il reçoit, conjointement avec l’Allemand Simon Brendle, le Prix Fermat 2017 « pour ses travaux remarquables de profondeur et de créativité en analyse des équations aux dérivées partielles non-linéaires et en particulier pour ses contributions récentes à la résolution rigoureuse et complète de problèmes de stabilité hydrodynamique soulevés dès la fin du XIXe siècle par les pères fondateurs de la mécanique des fluides moderne ». Cette semaine il vient de recevoir « physiquement » le Prix Fermat lors d’une cérémonie à Toulouse.

 

La chanteuse Tunisienne Héla Melki, née à Béja, est finaliste de la quatrième saison de The Voice, émission de type télé crochet, suivie par près de 50 millions de téléspectateurs. Elle a été révélée par l’émission « La piste des étoiles » produites par Riadh Thabet et Raouf Kouka en 2003. Sa performance époustouflante en langue arabe et en anglais fait d’elle la candidate la plus appréciée du public arabe.

 

Makrem Ben Romdhane, né le 27 mars 1989 à Sousse, est un basketteur tunisien. Il a disputé le championnat du monde de basket-ball masculin 2010 avec l'équipe de Tunisie. Il a gagné l’Afrobasket 2011, demi-finaliste en 2015 et gagné l’Afrobasket 2017 à Tunis. En août 2013, il rejoint la Liga ACB pour jouer avec l'CB Murcie. En 2015, il évolue avec l'Étoile sportive du Sahel. Ensuite il a rejoint le club professionnel libanais Homenetmen en 2017. ». Cette semaine, il a remporté le titre de Champion du Liban, une compétition particulièrement relevée, avec son club avec brio.

 

Ferid Belhaj vient d’être nommé vice-président de la Banque mondiale. Auparavant, il a été nommé Directeur de la Banque mondiale pour le Moyen-Orient le 17 septembre 2012. Il couvre le Liban, la Syrie, la Jordanie, l'Irak et l'Iran. Il a aussi été directeur de la Banque mondiale pour la Région du Pacifique (2009-2012), Représentant spécial de l'Organisation des Nations Unies à New York (2007-2010) et Directeur-pays pour le Maroc (2002-2007). Il a rejoint la Banque en 1996 en tant qu'avocat conseiller au service juridique.

 

Bravo à nos compatriotes qui brillent à travers le monde après avoir tous brillé chez eux en Tunisie.

 

Tounes walleda !

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (18)

Commenter

NBA
| 27-05-2018 12:24
Tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes! Ainsi chantonna notre Docteur Zargouniss. Avant le 14 Janvier 2011, on disait :La Tunisie, pays du bonheur perpetuel! On a vi ce apres ce que cela voudrait dire.
Hassen Zargouni ne voit que le verre a moitié plein! Pour un mathématicien c'est plus qu'un péché, c'est une imposture!

librexp
| 24-05-2018 09:11
Travailler pour le FMI ou la banque mondiale, est-ce une fierté ?

Narjes
| 18-05-2018 21:08
Un grand bravo à eux

nadia Boutabba
| 18-05-2018 17:00
Nader masmoudi est à abudhabi, professeur à l'université
(ce n'est pas la peine d'etre affilié à une université new yorkaise pour briller, on brille grace à ses propres efforts)
je vous remercie pour cet article Mr zargouni, combien je vous respecte!

Winner
| 18-05-2018 11:51
Où l'analyse dans tout cela. une simple énumération de profils sans plus. Il aurait pu nous épargner la lecture d'un texte sans tête ni queue

Socrate
| 18-05-2018 10:06
Bravo pour vos intelligentes analyses!

TATA
| 17-05-2018 20:11
-afin de confirmer qu'elles sont des institutions...
-si tu ne sais rien faire, deviens prof. universitaire et fais de la recherche scientifique...
-même
-institutions et non pas instituions
etc.

TATA
| 17-05-2018 06:56
La banque mondiale, NATO et les grandes institutions internationales créent des milliers de postes de directeurs et de sous-directeurs pour le tiers-monde afin de confirmer quelles sont des institutions internationales. Et tout le monde peut poser sa candidature et y accéder!

Woody Allen a dit dans l'un de ses films:"si tu ne sais rien faire, devient prof. universitaire et fait de la recherche scientifique"

non, je n'ai pas l'intention de minimiser la valeur de ces valeureux Tunisiens qui font carrière partout dans le monde, mais dites moi s.v.p. qu'ont fait de grands tous ces Tunisiens qui travaillent pour des instituions internationales dont certains (je dis bien certains et non pas tous) se servent comme plateforme afin d'accéder à des postes stratégiques en Tunisie (et les exemples ne manquent pas).

'?a fait 60 ans, depuis l'indépendance, que l'on enseigne les sciences physiques, la chimie, la biologie et les mathématiques en Tunisie. Et ça fait des décennies que l'on enseigne l'informatique en Tunisie! Par contre nous sommes incapables de fabriquer un vaccin contre l'hépatite B dont sont victime beaucoup de Tunisien ou de l'insuline pour nos diabétiques! Même les petits outils de rien du tout sont importés de l'étranger!

Nous sommes mème incapables de valoriser par nous même nos richesses naturelles, quelle honte!

Et que font certains (je dis bien certains et non pas tous) de nos grosses têtes, ils se vantent de travailler pour des instituions internationales et seront bientôt des Ministres, des directeurs de nos banques et de hauts fonctionnaires! L'un d'entre-eux était récemment notre premier ministre et a fondé son propre parti politique, alors qu'il est ingénieur en pétrochimie! Son seul mérite et d'avoir travaillé pour une grande firme française!

Ce sont certains (je dis bien certains et non pas tous) de nos académiciens, les soi-disant spécialistes, qui ont ruiné la Tunisie sur le plan socio-économique! Ils se sont récemment de nouveau réunis afin de sauver la Tunisiie en appliquant les mêmes recettes désastreuses du temps de notre ex-troika : faire baisser le taux directeur à 2%; faire baisser l'impôt sur les sociétés à 12%, injecter des milliards de dinars dans notre système bancaire oligarque (recapitalisation), faire baisser le prix du carburant, faire baisser La taxe sur les dividendes, faciliter la sortie/exportation de nos capitaux, et minimiser les salaires des prolétaires et des salariés.

Oh qu'ils sont charmants, intelligents et extraordinaires certains de nos académiciens qui ont travaillé pour des instituions internationales et qui ont enseigné dans des universités américaines et européennes!

Léon
| 17-05-2018 06:45
Ehhh oui, tous ces expatriés sont le fuit de la réussite de la politique de Bourguiba et de Ben Ali dans le domaine de l'enseignement et de la recherche. Il suffit de voir leur âges respectifs pour le comprendre.
Il y a des gens qui auraient pu briller autant sinon plus, s'ils n'avaient pas opté pour résider et travailler leur pays. Je pense à quelqu'un comme Dellagi de l'institut Pasteur, à feu Abdelaziz Ghachem de la médecine légale, à feu Mamoghli de l'économie, à Mohamed Amara, à Achour, Harzallah des mathématiques..... ces grand maitres qui ont formé ceux qui réussissent aujourd'hui en dehors de nos frontières et qui sont oubliés par les ingrats.
Fédérer est très important. Aujourd'hui, ils sont éparpillés de par le monde et il n'y aura aucun retour de leur réussite sur leur pays. Aucun!
Bien au contraire; même les plus bas diplômés fuient le pays parce qu'il y a toujours un pays qui aurait besoin d'eux dans le monde. Aujourd'hui, l'enseignement supérieur tunisien sert tout le monde sauf la Tunisie.
Personnellement je sais comment relancer la machine (prétentieux! n'est-ce pas?). Mais il faudra attendre que les merdolutionnaires soient éjectés par le peuple qu'ils ont affamé et réduit à la colonisation. Il va falloir que le peuple de la trahison collective voit et comprenne le fruit de ses actes et comprenne surtout la réussite des politiques qui ont précédé la merdolution atlantiste qu'ils ont applaudie en même temps que les BHL, Mc Cain, le congress américain et cons sorts.

Léon, Min Joundi Tounis Al Awfiya;
Résistant.

VERSET 112 de la SOURATE des ABEILLES.

takilas
| 16-05-2018 22:55
Nest-ce pas M. Hassen Zargouni ?
Qui ne prépare jamais ses écrits en revoyant et en consultant les bases des données et les historiques, comme pour le sujet des énergies renouvelables.

A lire aussi

Chères amies Chers

17/05/2018 10:24
16

Cette semaine cinq Tunisiens ont brillé au niveau international, chacun dans sa discipline

16/05/2018 12:22
18

1.450000 ; 850 000 ; 450 000 ou encore 850 000, 650 000, 350 000, tout le monde glose sur ces

13/05/2018 17:28
2

Je viens de passer 3 jours en immersion totale au milieu de plus de 300 étudiants survoltés. Ce fut

03/05/2018 12:31
8

Newsletter