alexametrics
Chroniques

Moncef Baâti sort Kaïs Saïed de son lit

Temps de lecture : 4 min
Moncef Baâti sort Kaïs Saïed de son lit

 

 

On croyait Kaïs Saïed malade et voilà qu’il est en pleine forme. Assigné à résidence et condamné à un repos forcé de 4 jours pour état de santé fragile – nous souhaitons au chef de l’Etat prompt rétablissement – voilà que Kaïs Saïed trouve l’énergie nécessaire pour pondre un communiqué incendiaire contre l’un de ses ambassadeurs.

 

Moncef Baâti, représentant permanent de la Tunisie auprès de l'Organisation des Nations Unies, a eu le grand honneur de faire sortir de ses gonds – mais aussi de son lit – Kaïs Saïed. Un communiqué flanqué du sceau de Carthage – mais aussi du sceau de la honte – a été publié hier soir de manière tonitruante. Non pas sur l’organe de communication officiel et habituel de la présidence – autrement dit sa page Facebook – mais auprès de l’agence de presse officielle la Tap. Pourquoi ? On n’en sait fichtre rien et s’essayer à hasarder une réponse serait inutile vu le caractère impulsif et irréfléchi du chef de l’Etat.

 

Les éléments de langage utilisés dans ce communiqué feraient hérisser le poil de n’importe quel novice en communication. Carthage, qui depuis quelques mois ressemble plus à une organisation militante déchaînée qu’à une institution de souveraineté engageant tout un pays, utilise des termes menaçants, complotistes et revanchards. « L'histoire ne manquera pas de dénoncer ceux qui persistent dans la calomnie et le dénigrement » ; « la Tunisie n'a cédé ni aux marchandages, ni aux pressions » peut-on retrouver dans ce communiqué surréaliste. On y dénonce, par ailleurs, des tentatives de « vouloir porter atteinte à la Tunisie, et à son président en particulier, qui s’est toujours rangé du côté de la cause palestinienne » mais aussi « la supplication d’un certain nombre de capitales étrangères en faveur de ce qu'on a qualifié injustement de "Deal" ».

 

Un fonctionnaire de l’Etat, dont les compétences et les connaissances sont indéniables dans son milieu, est aujourd’hui accusé par la présidence d’être à la solde d’Israël, de chercher refuge auprès de pays étrangers et de prendre des décisions unilatérales qui engagent le pays.

Alors qu’on reproche à Moncef Baâti « une absence de coordination et de concertations avec la présidence», on oublie que la même présidence s’est, très récemment, séparée de son ministre conseiller chargé de la diplomatie. Abderraouf Betbaieb, livré lui aussi sur la place publique par Carthage, accuse l’unique chargée de la communication, et donc la principale responsable du cafouillage du chef de l’Etat, Rachida Ennaifer, de propager des intox et de manipuler l’opinion publique. La même Rachida Ennaifer qui sort dans les médias pour accuser Moncef Baâti de « faute diplomatique grave ». De quoi perdre la tête !

 

On en viendrait presque à regretter Moncef Marzouki. Si l’ancien chef de l’Etat était connu pour son comportement irréfléchi et impulsif, le nouveau locataire de Carthage lui vole la vedette haut la main.

Par qui exactement a été rédigé ce communiqué ? Est-ce qu’il existe un service de communication digne de ce nom à Carthage ? Et, si tel est le cas, par quel comble d’amateurisme et de – stupidité – se permet-on de telles balivernes et implique-t-on un Etat tout entier dans pareils règlements de comptes ?

 

Très peu de politiques sont visiblement de cet avis. Rares sont les voix qui se sont élevées pour condamner. Tout d’abord toute l’affaire en elle-même, le fait qu’un ambassadeur, un fonctionnaire de l’Etat, un représentant de la Tunisie à l’étranger, soit publiquement trainé dans la boue sans le moindre ménagement. Mais aussi le communiqué invraisemblable de la présidence de la République qui ressemble à tout sauf à un communiqué de la présidence de la République.

Hormis Mabrouk Korchid qui a affirmé que « la guerre médiatique et diplomatique est indigne du pays » et Mohsen Marzouk qui estime que « la diplomatie se gère avec plus de retenue », on n’a rien entendu…

 

De son côté, le chef de l’Etat n’a que faire de ces rudiments diplomatiques. Il est trop embourbé à prouver qu’il est le candidat « antisystème » qu’on a élu et qui a fait fantasmer près de trois millions de Tunisiens. Lui-même affaibli et alité, Kaïs Saïed n’hésite pas à sortir de sa torpeur pour affaiblir un Etat dont il a la charge.

Kaïs Saïed prouvera qu’il n’aura été qu’une chimère fabriquée de toutes pièces par ceux qui l’ont propulsé dans ce poste, incontestablement trop grand pour lui. Et il le prouvera plus rapidement que ce qu’on pensait…

 

 

 

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (18)

Commenter

Xept
| 14-02-2020 14:43
Un peuple qui , dans son écrasante majorité, considère avec mépris tout ce qui a rapport avec la culture, la science et le savoir mérite les dirigeants qu'il a élus.

Momo et sa baghla
| 13-02-2020 21:02
Il est clair que Kais n'est pas fait pour gerer les choses, il est meme incapable de gerer un etalage de tomates.Ce mec est non seulement nul, mais il est dangereux. Aucun dirigeant ne l'a invité, ce qui confirme bien qu'il est bon pour l'asile.
La lecon de Benali, c'est que le prochain premier ministre doit demettre Kais pour inaptitude a l'exercice de ses fonctions. On ne peut pas garder ce bouffon pendant encore 4,5 ans, il a deja fait assez de dommages comme cela.

Aldo
| 12-02-2020 16:58
Franchement, il faut soumettre cet énergumène déchaîné à un examen psychiatrique approfondi. Il semble très affecté mentalement, lui et son entourage.

FT
| 12-02-2020 07:29
Le président a limogé Jinhaoui accusé de normalisation et limoge Baati parce qu'il est contre la normalisation.....va comprendre!

Maxula
| 12-02-2020 01:18
. . . puisque je sais que je serai censuré, la donzelle ne supportant pas d'être contrée, ni sur le fond ni sur la forme. . . et pourtant il y en a beaucoup à redire !
Mais comme le maniement des ciseaux est plus commode. . .
Maxula.

saleh_1971
| 11-02-2020 23:31
You will destroy Tunisia Kais. You dont have it in you.

The world is laughing at us and you act as the protector of "Palestine". Your country is decending in chaos and the only thing that matters to you is Palestine and the wara against Israel.

You will take us to Hell sooner or later!!!!!!!. It is the mistake of those who voted for you populist.

HSE1994
| 11-02-2020 22:41
Kaïs Saïed prouvera qu'il n'aura été qu'une chimère fabriquée de toutes pièces par ceux qui l'ont propulsé dans ce poste, incontestablement trop grand pour lui. Et il le prouvera plus rapidemenpqt que ce qu'on pensait

hourcq
| 11-02-2020 22:36
...comme l'analyse très bien cette chronique de Synda Tajine. Le corps diplomatique a ses règles et agit au service de l'Etat en toute discrétion. Les mutations et nominations des ambassadeurs répondent â des codes précis et jamais sur un caprice de tel ou tel Président. Et surtout pas en les traînant dans la boue comme ça s'est passé pour M. Moncef Baâti. On ne voit cela que dans les pires dictatures et autres républiques bananières pour dédouaner le chef en trouvant un bouc émissaire. K. Saïd a certes été largement élu sur sa réputation d'intégrité mais dans des conditions ubuesques face à un adversaire encore emprisonné trois jours avant l'élection et qui se retrouve aujourd'hui libre comme le vent! '?tre intègre n'est pas synonyme de compétence. On le constate tous les jours avec ce Président qui n'en fait qu'à sa tête et qui doit faire sourire dans toutes les chancelleries du monde. Faute d'un véritable choix les tunisiens ont finalement élu l'anti BCE qui lui avait de l'expérience et le sens des intérêts de la Tunisie. BCE était très respecté . Si K.S continue sur sa lancée , il va susciter la méfiance un peu partout. Espérons que le chef du gouvernement et ses ministres sauront rectifier le tir.

Tn
| 11-02-2020 21:10
Cette synchronisation d'attaques est une manipulation orchestrée, Mme Tajine a peut être une belle plume,mais là , elle s'attaque a Les
Comment peut on remettre en question la maladie de qq sans avoir le dossier médical....?!
Est ce que l'écriture d'un communiqué de presse nécessite la sortie du lit .'?
Il faut s'habituer ces années a des faits relayés juste pour le buzz comme était le cas avec Marzouki...
Aucun peuple dans le monde analyse la démission ou la nomination des diplomates ou autres, seuls les
Tunisiens et la presse tunisienne cherchent à dénicher des "fausses" man'?uvres pour attaquer ces nouveaux élus.
Il faut se rappeler du comportement de la presse durant le quinquennat du feu BEji ... et là on peut bien noter cet acharnement...
Il est vrai que les médias privés ont le droit a défendre leurs intérêts, mais ridiculiser la maladie de qq ou désinformer les gens est loin d'être du journalisme..

Ya7beni
| 11-02-2020 20:13
C'est le mercato avant l'heure a carthage...
Que se passe til ? KS fait le ménage autour de lui et veux s'entourer d'homme et de femme page blanche au sens du terme, bien entendu des gens qui n'ont aucune compétence
. Mais bon ce n'est pas compliqué hein l'apprentissage se fera sur le terrain...
Soyons serieux svp, ou va t on ? Comment reagir et agir de la sorte c'est honteux.
Il va finir par se faire une réputation de dingue : le président des bras cassés, tout homme/femme competent direction la sorite svp. Ici c'est le bal des débutants, on ne veut pas d'expert ni d'expérience c'est pas moi qui exige cela c'est "le peuple veut"

A lire aussi

nous sommes acteurs de nos propres turpitudes, alors que curieusement nous sommes souvent dépendants

22/02/2020 12:30
3

Nous traversons actuellement le calme de l’œil du cyclone, mais le mur tumultueux est plus proche

21/02/2020 19:30
1

Même si un coup de théâtre est toujours possible. On en a déjà vu d’autres ces dernières années.

20/02/2020 19:30
1

A la lecture des différents indicateurs politiques de ces deux derniers jours, il parait clair que

19/02/2020 15:59
11

Newsletter