alexametrics
Dernières news

Riyeda : l’UBCI veut soutenir les jeunes entrepreneurs

Temps de lecture : 2 min
Riyeda : l’UBCI veut soutenir les jeunes entrepreneurs

 

L’Union Bancaire pour le Commerce et l'Industrie (UBCI) prend part au salon de l’entreprenariat Riyeda qui se tient les 12 et 13 février 2020 à la Cité de la culture.

 

Dans une déclaration à Business News, la directrice générale adjointe de la banque Habiba Hadhri revient sur cette participation ainsi que sur l’un de leurs produits phares offerts aux startups labélisées.

Mme Hadhri a ainsi affirmé : « Nous sommes ici en tant que partenaire gold du salon Riyeda, une participation qui dénote de la volonté de l’UBCI d’accompagner les jeunes entrepreneurs que cela soit les startups dans le domaine des technologiques ou dans d’autres domaines… mais également d’accompagnement des entrepreneurs sociaux ».

 

 

Elle a profité pour rappeler le partenariat avec l’incubateur Lab'ess pour accompagner les jeunes entrepreneurs.

« Les entrepreneurs ont plein d’idées, ils ont besoin d’être accompagnés, d’être canalisés. Ils ont besoin qu’on leur apprenne à formaliser un projet, à établir un business plan, etc. Nous avons des experts de la banque qui accompagnent ces jeunes entrepreneurs dans le cadre du programme Lab'ess. Par ailleurs, nous avons assuré la formation de nos commerciaux avec l’aide des spécialistes du Lab'ess pour aider à accompagner les entrepreneurs sociaux qu'ils soient clients de la banques ou de nouveaux clients : les aider à monter leurs projets et pourquoi pas à financer leurs projets puisque nous avons dédié une enveloppe de financement à ces projets d’entrepreneurs sociaux », a-t-elle expliqué.

 

 

La DGA a également expliqué la nouvelle offre dédiée aux startups lancée par la banque depuis septembre 2019, Startup UBCI.

L’offre est dédiée aux startups labélisées pour être conformes à la réglementation tunisienne, notamment la dernière circulaire de la Banque centrale, précise-t-elle. Le produit permet d’accompagner ces startups labélisées dans leur fonctionnement avec l’ouverture d’un compte en devises avec une carte Platinum, très haut de gamme adossée à ce compte avec un plafond confortable permettant de réaliser des paiements en toute sécurité, une carte technologique avec un plafond qui passe de 10.000 dinars à 100.000 dinars adossée à une compte en dinars. Le tout en bénéficiant des autres produits UBCI.

 

I.N

 

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (4)

Commenter

Dr. Jamel Tazarki
| 12-02-2020 19:48
Nos Responsables et nos entrepreneurs nous disent souvent que les universités sont le réservoir de compétences (je dis bien compétences) dont a besoin le marché de l'emploi. Alors que ce n'est pas vraiment vrai.

Non, les universités forment des novices, et normalement ce sont les entreprises qui fournissent les compétences professionnelles aux diplômés novices des universités. Ce sont les entreprises qui devraient transformer les novices en des professionnels.

Et malheureusement, nos entrepreneurs refusent de faire travailler nos novices afin de faire d'eux des professionnels. Contrairement aux entreprises allemandes.


De nos jours, c'est sur le web et sur Youtube que l'on peut acquérir des compétences professionnelles et ceci même sans études universitaires. Il faut seulement savoir lire, écrire et maîtriser deux langues étrangères: de préférence l'anglais et le chinois.

Exemple:
-Je suis mathématicien, j'ai enseigné à l'école allemande et puis à l'université allemande les maths. J'ai travaillé dans le domaine des Statistical forecasting methods pour de grandes firmes internationales (entre-autre pour Bosch), jusqu'au jour où j'ai découvert le monde des télécommunications sur le web et sur Youtube.
-Oui, c'est sur Youtube et sur le Web que j'ai appris à installer et à configurer la plateforme de téléphonie Asterisk. Je rappelle qu'Asterisk est un logiciel OpenSource et libre qui transforme un serveur physique ou virtuel en un commutateur téléphonique privé (ex PaBX). C'est la plateforme OpenSource de référence utilisée pour les solutions logicielles IP-PBX. Basée sur des standards internationaux (SIP), ==> Asterisk permet de transformer un serveur informatique en IPBX (Standard téléphonique privé d'entreprise).
-oui, c'est sur le web et sur Youtube que j'ai appris à jongler avec le Voice over IP, STUN/TURN, NAT, ICE, Reverse-Proxy, WebRTC, LiveChat, Polymer, nodeJs, , téléphonie dans le Cloud, etc., etc., etc.

La majorité de mes amis allemands du domaine des télécommunications n'était pas à l'université et n'a jamais fréquenté une école de télécommunication. Ils se sont auto-forgés sur le web et sur youtube. Et Si un jour ils se bloquent, ils savent où trouver une solution ou un workaround ==>oui, sur Youtube et sur le web...

Aujourd'hui, je pourrais connecter toute la Tunisie en utilisant Asterisk et le VOIP dans le Cloud. Et j'avoue que tout ce que j'ai appris, je l'ai appris sur le web et sur Youtube...

Je me répète: de nos jours, c'est sur le web et sur Youtube que l'on peut acquérir des compétences professionnelles et ceci même sans études universitaires. Il faut seulement savoir lire, écrire et maîtriser deux langues étrangères: de préférence l'anglais et le chinois.

Il faut arrêter cette histoire à la con que "certaines de nos entreprises ont du mal à recruter et que le problème d'inadéquation entre l'offre et la demande sur le marché de l'emploi persiste."

Le jour où j'ai programmé les robots dans le domaine de la Microchip Technology chez Siemens, je n'étais qu'un novice en ce domaine mais on m'a donné une chance afin de faire de moi un professionnel. Oui, les universités forment des novices et c'est le rôle des entreprises de transformer les novices en des professionnels...

Fazit: Ce qui manque à nos enfants est la maîtrise de l'anglais et de l'orientation: Comment utiliser Youtube et le Web afin de réaliser ses projets... Puis, il faut arrêter ces histoires à la con "d'inadéquation entre l'offre et la demande sur le marché de l'emploi"

Je propose de limiter la formation universitaire en Tunisie à deux ans avec un bon fondement linguistique en anglais, et le reste s'apprend sur le web en fonction des besoins du marché de l'emploi...

Jamel Tazarki

Le Metropolitan Opera ou le "Met" est une salle d'opéra située dans le centre culturel du Lincoln Center, dans l'arrondissement de Manhattan à New York, aux états-Unis.

Le Metropolitan Opera fait des diffusions de spectacles culturels en direct (live) par satellite en salles de cinéma dans plusieurs pays du monde et par Internet. Récemment, j'ai regardé au cinéma live du Met l'opéra Carmen de Georges Bizet. Elle a été diffusée simultanément dans 54 pays, avec un record de 165000 spectateurs dans le monde.

===>
Oui, c'est extraordinaire! Le web a changé le monde et ouvre de nouvelles possibilités pour l'avenir de la Tunisie et de l'humanité...

Dr. Jamel Tazarki, Mathématicien


Dr. Jamel Tazarki
| 12-02-2020 19:31
Introduction: Comment réussir ses projets?

Il est temps de Transmettre à nos 300000 académiciens chômeurs ce qui fait leur spécificité essentielle, de les rendre conscient de leurs capacités spéciales et particulières, de leurs talents, de leur savoir'

Je me pose souvent la question, à quel point avons-nous besoin de l'aide des autres pour réussir en tant qu'académicien en chômage? Peut-on réussir absolument seul sans la communication avec les autres? Non, ce n'est pas possible et ça n'a jamais existé. Vous pouvez avoir une idée géniale, avoir l'énergie, le talent, la détermination, la volonté, la connaissance, mais cela ne changera rien au fait que vous aurez à communiquer avec d'autres personnes. Oui, vous aurez besoin d'un environnement favorable à la mise en oeuvre de ce que vous voulez réaliser.


Il est toujours étonnant de voir certains Tunisiens commencer de zéro et réussir dans un domaine en peu de temps. On finit par croire que le succès est transcrit dans les gènes de certaines personnes. Alors que pour d'autres l'assiduité au travail ne leur permet d'avancer que très peu ou pas malgré leur investissement en temps et en énergie. Les différences de résultats surprenantes entre ces personnes m'amène à me poser une question, qu'est ce qui se cache derrière le succès des personnes qui réussissent si promptement? ===> La réponse est évidente, les personnes qui réussissent se sont placées dans un environnement favorable à la réussite! Oui, il est plus facile de s'élever à un haut niveau de créativité et d'efficacité quand notre environnement le permet.

Ainsi, je me pose la question, comment et où trouver l'environnement favorable afin de réaliser ses projets, construire une formidable entreprise ou même Initier un mouvement? Oui, vous avez bien deviné, sur Internet! Sans être obligé de vous déplacer, de quitter votre village ou pays, sans aller à la rencontre d'autres personnes vivantes dans des pays lointains, vous pouvez communiquer avec eux et profiter de leurs expériences. Et Plus vous le ferez plus il vous sera possible de réaliser de très grandes choses, pour vous-même, pour votre pays, pour votre village/ville et pour l'humanité. ===> C'est éventuellement la possibilité le plus prompte afin de s'élever professionnellement ou pour améliorer sa vie et celle de son entourage. Si vous voulez devenir quelqu'un de formidable, allez sur Internet. C'est un moyen de rendre le succès et la réussite quasi inévitable...

Je trouve toutes les solutions à mes projets scientifiques et professionnels sur internet et je propose aussi des solutions à d'autres personnes afin qu'ils profitent aussi de mon expérience.

Dr. Jamel Tazarki, Mathématicien

Dr. Jamel Tazarki
| 12-02-2020 19:29
Introduction: l'Internet est là pour nous aider

Il est temps que le Tunisien s'engage dans des communautés scientifiques informelles sur internet, qui satisfont à son aspiration d'être reconnu en tant que scientifique, avec ses convictions propres. L'efficacité se mesure dans ces communautés à la capacité de créer des solutions ou d'analyser des problèmes de manière autonome.

La question qui se pose, est comment permettre aux (académiciens) Tunisiens d'accroître leurs ressources collectives nécessaires afin d'améliorer leur savoir et leur vie. Le moyen le plus efficace et le plus souple sont les réseaux de communication qui permettent à l'information de circuler depuis et vers la communauté tunisienne et peuvent ainsi renforcer nos ressources collectives. Internet répond bien à une telle vision. C'est en effet un véritable "média" de communication. Il peut être intégré dans une grande diversité de projets ayant des objectifs tels que la participation, la formation, l'éducation, la recherche participative, l'assistanceJamel Tazarki technique et l'appui institutionnel. En somme, cet outil présente un réel intérêt pour le développement de notre pays.

Lorsqu'un projet fait intervenir des personnes qui ont besoin de communiquer et de partager de l'information par-delà les distances géographiques et les catégories sociales, entre des organisations et des systèmes de production, il devient nécessaire de mettre à leur disposition des systèmes flexibles de communication et de diffusion de l'information, qui sont Internet.

Les résultats des projets Internet ne sont pas seulement humains et sociaux mais aussi techniques et scientifiques. Internet est fondamentalement un outil qui permet de renforcer le savoir humain. Ainsi, les résultats assignés à un projet Internet devraient être mesurés en termes d'amélioration de l'accès au savoir et de sa diffusion. Il faut montrer à nos académiciens comment tirer parti de la souplesse d'Internet afin de satisfaire leurs besoins d'information et de communication pour atteindre leurs objectifs de développement.

Les interactions entre les individus à l'échelle internationale représentent le plus fort potentiel d'évolution que les nouvelles technologies de l'information et des communications permettent, voire imposent de prendre en compte à l'échelle planétaire. Il est temps d'aller au-delà des limites des frontières nationales pour se pencher sur une autre voie, la richesse d'innovation des échanges interhumains sans les contraintes inutiles de la race et du pays d'origine. Nous allons vers un monde plus collaboratif et responsable.

Quand les contraintes d'interactions entre individus dans une entreprise ou dans une communauté close n'ont pas de sens par rapport à ce qu'il est désormais possible de faire au dehors, elles sont alors perçues davantage comme des freins.

Il faut s'adapter à la culture du coopératif et du partage sur le développement de nos projets technologiques et sociaux sur Internet. Il s'agit d'aller beaucoup plus loin à présent. Le dialogue et l'interaction sont une nécessité à l'évolution non seulement de notre société mais aussi de ceux des pays du nord et de la race humaine en général. Il va falloir repenser la vie sociale et internationale en réseaux inter-reliées par les outils de la mobilité, du travail coopératif et du partage de la connaissance.

Une connexion internet est une espérance de vie pour un chômeur. Il faut que nos chômeurs académiciens soient capables de s'investir à fond dans toutes sortes de projets même s'ils n'ont rien avoir avec ce qu'ils ont appris auparavant. Et pour cela, il faut leur donner la possibilité de se connecter gratuitement à Internet afin de créer une communauté tunisienne virtuelle à l'échelle internationale. L'Etat Tunisien est dans l'obligation de financer et d'organiser cette communauté virtuelle qui groupera l'intelligence tunisienne.

On n'a pas encore réalisé l'importance d'Internet pour la création de l'emploi en Tunisie. Certains de nos académiciens sont d'une très grande intelligence mais manquent d'inspiration afin de lancer leurs propres projets. Et pour cela il est impératif de se ressourcer et de s'inspirer sur Internet. Le web est un univers sans limites pour notre inspiration' Et oui, même les plus créatifs ont souvent besoin d'inspiration. L'idée n'étant pas de copier, de plagier ou de dupliquer, mais simplement de trouver des pistes d'inspirations qui pourront engendrer nos élans créatifs. Réjouissons-nous: Internet est là pour nous aider!

Dr. Jamel Tazarki, Mathématicien

Dr. Jamel Tazarki
| 12-02-2020 19:22
Introduction: L'Etat doit intervenir pour donner des projets innovants aux start-ups

Je propose de lire d'abord l'article sur le lien suivant qui parle de l'achat par l'Etat tunisien d'un logiciel à 76Millions de dinars afin de gérer les parcs de conteneurs de nos ports et aéroports:

https://www.businessnews.com.tn/coup-denvoi-du-nouveau-systeme-dexploitation-portuaire-tos,520,93355,3
==>

Si j'étais le Premier Ministre, j'aurais confié le projet de la programmation d'un logiciel de gestion logistique de nos ports, aéroports et nos chemin de fer à nos diplômés (gestion des parcs de conteneurs).

En vérité, on ne va utiliser au maximum que 5% des options qu'offre l'OTS, et vous savez pourquoi...


Pourquoi la chine utilise son propre logiciel afin de gérer des milliards de conteneurs de ses ports de Shanghai, Ningbo, Shenzhen, Qingdao, Guangzhou et Tianjin alors que la Tunisie ne fait pas confiance à ses académiciens afin de créer un logiciel de logistique afin de gérer nos ports relativement minuscules? Et que l'on pourrait commercialiser à l'international ou même l'offrir gratuitement sur le web afin de se faire un nom dans le monde informatique...

Oui, c'est ça la public'private partnership ==> si l'Etat tunisien ne comprend pas l'importance de cette collaboration, il serait difficile de créer quelque chose en Tunisie. L'Etat doit intervenir pour donner des projets innovants aux start-ups, à nos académiciens, à nos universités à nos profs. universitaires, etc.

Comment voulons nous créer de l'emploi pour nos académiciens en chômage avec cette mentalité?

Dr. Jamel Tazarki, Mathématicien

A lire aussi

les élus, comme les ministres et leurs familles, ne sont pas concernés par les passeports

22/02/2020 21:39
0

La participation tunisienne a été organisée par l’APIA et des groupements interprofessionnels des

22/02/2020 19:25
2

Business News a appris de source digne de foi, que Hassouna Nasfi, secrétaire général de Machrouû

22/02/2020 16:51
12

l’intérêt de la Tunisie réside en un gouvernement d’union nationale mais nous avons échoué à en

22/02/2020 16:05
14

Newsletter