alexametrics
Dernières news

Adel Ghozzi : Les cadres publics de Jendouba n’ont pas violé la loi !

Adel Ghozzi : Les cadres publics de Jendouba n’ont pas violé la loi !

 

« Il n’y a eu ni violation de la loi, ni gaspillage de l’argent public dans l’affaire des cadres de la fonction publique arrêtés pour suspicion de corruption dans certains appels d’offres publics », a affirmé le président de l’Association des cadres de contrôle, d'inspection et d'audit dans les structures publiques tunisiennes (Accia), Adel Ghozzi, ce mardi matin 12 février 2019, lors d’une conférence de presse tenue à l’Africa.

Et d’appeler à « la mise en place de dispositions spécifiques pour la poursuite de responsables publics permettant de ne pas toucher leur dignité et leur éviter humiliation ».

 

M. Ghozzi a précisé que certains membres de la société civile de la région sont derrière la campagne de diffamation qui a touché des agents publics dans le cadre de règlement de compte. Il a souligné que les structures de contrôle ont affirmé la bonne gestion dans les appels d’offres précités.

 

Pour rappeler le juge d’instruction du tribunal de première instance de Jendouba avait émis il y a 1 » jours un mandat de dépôt contre plusieurs hauts cadres publics de la région.

 

I.N

 

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (2)

Commenter

Hadj
| 12-02-2019 14:52
La justice doit être rendue en s'appuyant sur des faits avérés, et doit respecter lors de l'instruction la présomption d'innocence. La détention préventive obéi aussi à des règles précises et la possibilité de comparaître libre doit profiter à tout prevenu qui rempli un certain nombre de conditions dont notamment l'absence de menaces à l'ordre public et de risque de se soustraire à la justice. Malheureusement dans bon nombre d'affaires concernant de hauts fonctionnaires on a l'impression que les intéressés ont été écroués trop facilement puisque la justice les a par la suite innocentés. .On ne doit jamais banaliser la prison car les séquelles sont importantes et les marques indélébiles .

HatemC
| 12-02-2019 14:30
Pas de risque donc d'être poursuivi pour atteinte à la pudeur sur la loi ... elle était consentante ...

me mandat était bidon, juste pour salir l'honneur de ces cadres intègres !!!!

les projets publics sont souvent entachés de corruption ... la connexion entre entrepreneurs et fonctionnaires est souvent le lieux de toutes les dérives, avec grassement de la patte ...
Le juge n'a pas émis de mandats justes sur des RUMEURS ....
Et comme on dit la meilleur défense c'est ..... l'attaque ...

Tant que des gardes fous ne sont pas mis en place pour contrôler les appels d'offres et l'administration en sorte UNE POLICE des POLICES ... la corruption a de beaux jours devant elle ...

Bien sur je penche du côté de la justice et non de cette association des cadres de contrôle, d'inspection et d'audit dans les structures publiques tunisiennes ... une association de malfaiteurs surement qui se serre les coudes en cas de coup dur ...

Cette association n'a pas à intimider la justice ...

S'il y a bonne gestion c'est facile à '?TABLIR ....

BASTA avec ces associations douteuses qui bloquent TOUTE réforme de l'administration et surtout son informatisation ... HC

A lire aussi

L’ancien ministre des Domaines de l’Etat et des Affaires foncières sous la Troïka et dirigeant à

16/02/2019 22:32
0

Les affrontements à Barraket Sahel dans le gouvernorat de Nabeul ont repris, ce soir du samedi 16

16/02/2019 20:18
4

La dirigeante au sein du Courant démocratique (Attayar), Samia Abbou a précisé, ce samedi 16 février

16/02/2019 17:32
16

La blogueuse Fadhila Belhaj a été condamnée à 2 ans de prison ferme et une amende par la chambre

16/02/2019 16:03
9

Newsletter