alexametrics
Dernières news

L’administration est un obstacle au développement de 8 PME sur 10 !

L’administration est un obstacle au développement de 8 PME sur 10 !

 

La perception des entreprises quant au rendement de l’administration publique a été l’élément central de la rencontre-débat, organisée mercredi 5 décembre 2018 à l’hôtel Mövenpick Les Berges du Lac par le Centre des jeunes dirigeants (CJD) et la Konrad Adenauer Stiftung, sur le thème «Réforme de l’administration : enquête auprès des PME». Les deux organisations ont profité de l’évènement pour présenter les résultats de la 3ème édition de l’enquête annuelle menée auprès des PME tunisiennes par l’institut One to One for Research and Polling pour mesurer la perception et la satisfaction des PME tunisiennes par rapport aux administrations publiques.

 

Etaient présents également à cet évènement le nouveau ministre de la Fonction publique, de la modernisation de l'administration et des politiques publiques Kamel Morjane, le ministre du Développement, de l’Investissement de la Coopération internationale Zied Laâdheri ainsi que le président de l'Instance tunisienne de l'investissement Khalil Laâbidi.

 

Ce sondage a été réalisé auprès d’un échantillon représentatif de 501 PME installées en Tunisie, du 22 octobre au 16 novembre 2018 dans les 24 gouvernorats.

A travers cette enquête, les dirigeants de PME évaluent les administrations publiques sur six critères : satisfaction globale, efficacité, qualité d’accueil, rapidité du service, clarté des procédures et digitalisation.

Il en ressort que 77,2% des PME considèrent que l’administration publique représente un obstacle à leur développement, sachant que 35,1% d’entre elles déclarent que leur chiffre d’affaires a augmenté contre 43,1% qui disent qu’il a régressé. Le top 3 des administrations publiques est : les recettes des finances (63,85/100), le bureau d’emploi (Bnec) (63,81/100) et la Banque centrale (63,79/100). Les 3 administrations publiques classées en dernier sont : le Tribunal de Première Instance (RC), les bureaux des Douanes et les municipalités. Ceci dit, la meilleure évolution a été réalisée par le Tribunal administratif avec +9,04%.

Autre fait alarmant, aucune administration n’a atteint un score satisfaisant. La moyenne globale obtenue est 59,90/100 contre 57,7% un an auparavant, ce qui reste loin de la bonne performance (80 points/100).

En termes de satisfaction globale, la meilleure administration est celle du Bnec qui récolte une note de 24,7% de taux de satisfaction, suivi de l’APII 23,1% puis de l’Innorpi avec 18,2%. En bas du podium, on retrouve la Douane avec 11,3%, la CNSS de 12,5% et les bureaux de contrôle des impôts de 13,1%.

Autre fait grave, 20,9% des PME admettent qu’elles ont été incitées à la corruption lors de certaines opérations (marchés publics, inspection et contrôle, import et export et avoir accès à une prestation de service). Ceci dit, les chiffres sont en baisse nette par rapport à une année auparavant.

 

S’agissant de ce que doivent entreprendre les administrations publiques pour améliorer leur relation avec les PME, ces dernières considèrent qu’en premier lieu c’est la digitalisation, puis la qualité de la prise en charge et enfin la transparence des procédures.

 

Lors de son intervention, M. Morjane a estimé que sa présence ainsi que celle de M. Laâdheri reflète l’importance que donne le gouvernement à ce genre d’événement. Il a estimé que cette enquête révèle un fait important, celui de la confiance entre administration et citoyen en général. Il s’est même dit choqué par le fait que près de 8 PME sur 10 considèrent que l’administration publique représente un obstacle à leur développement.

Le ministre de la Fonction publique pense qu’il faut moderniser beaucoup d’aspects de la fonction publique. Sa position personnelle est que les recrutements ne devront plus se faire à vie mais selon les besoins, bien qu’il soit conscient du problème d’ordre social que ceci causera. Il faudrait selon lui une remise en cause des principes et surtout accepter un dialogue entre toutes les parties prenantes notamment les syndicats et les associations.

 

Zied Laâdheri a, quant à lui, affirmé qu’il y a un manque à gagner important pour les entreprises. En effet, alors que les entreprises dans le monde consacrent à leur administration seulement 13% de leur temps, en Tunisie, ce chiffre passe à 45%. Ainsi, le gouvernement œuvre à la simplification des procédures : on essaye ainsi de faire en sorte qu’aucune administration ne demande un document qui provient d’une autre administration.

 

Khalil Laâbidi a fait remarquer que selon les chiffres présentés, moins les administrations sont digitalisées plus elles sont mal perçues par les entreprises. Et c’est logique, le processus étant plus long et fastidieux. Il a souligné que le fonctionnaire a les mains liées par les réglementations et la loi. Il en a profité pour annoncer la mise en place d’un système d’information performant dans l’Instance tunisienne de l’investissement qui sera généralisée aux autres administrations notamment à l’APII et l’APIA. Ce système va permettre de simplifier la vie aux investisseurs et leur permettra de s’informer, déposer leur déclaration d’investissement et constituer un dossier juridique à distance et sans se soucier de connaitre les services concernés. 

 

La réforme de l’administration publique est considérée par beaucoup de gens, comme la mère des réformes. En effet, l’administration est souvent pointée du doigt comme étant la cause de plusieurs maux, budgétaire avec le poids de la masse salariale importante (14% du PIB et plus de 600 milles fonctionnaires) mais aussi pour la lourdeur et la complexité de ses procédures. Le service fourni est en deçà des attentes et il est temps de mettre en place les réformes qui s’imposent.

 

I.N

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (6)

Commenter

Famous Corona
| 06-12-2018 18:18
un poison pour le développement du pays!! Son attitude tient lieu de sabotage sans retenue: CNSS, CNAM, STEG, Ministères, Municipalités et j'en passe!!!

Maxula
| 06-12-2018 18:04
"L'administration est un obstacle AU développement" !

Vous le dites vous-même dans le corps du texte (5ème paragraphe) : "l'administration publique représente un obstacle à leur développement" !
Et plus loin (antépénultième paragraphe) : "l'administration publique représente un obstacle à leur développement."
Alors pourquoi le titre est-il si mal rédigé ?

"ce que doivent entreprendre [par] les administrations publiques pour améliorer"
"par" est superflu et inutile !

Et enfin vous dites que : "l'administration est souvent pointée du doigt comme étant la cause de plusieurs maux", et je rajoute "en premier lieu le fléau de la corruption" !
Vaste programme !
Maxula.

THB
| 06-12-2018 17:28
J'ai ouvert et gèrè en 2010, une pizzeria aux Berges du Lac.
L'ouverture administrative fût des plus pénibles et décourageante, tellement les "taratibes" sont lents,longs et decourageants.
J'ai vendu le FC en 2011, suite à la révolution.
Depuis, quand je penses au cahier des charges,je fais marche arrière et refuse d'ouvrir un nouveau point de vente.
C'est un très mauvais souvenir.

DHEJ
| 06-12-2018 09:40
Abdelkoddous Saâdaoui à y assister lui qui incite les jeunes à l'initiative privée!!!

DHEJ
| 06-12-2018 09:23
!!!

Houcine
| 06-12-2018 03:18
L'administration, en général, bien que cela ne nous apprend rien sur sa nature et ses rouages est une machinerie ou appareil d'?tat. Sa vocation ou fonction est de fabriquer des règles et normes auxquelles la réalité doit se plier. Tout comme ses usagers que sont les citoyens condamnés à subir les ukases des agents tout -puissants et... bien souvent corrompus.
C'est heureux qu'à l'initiative d'une organisation étrangère puissent être nommées de telles réalités qui rendent la vie insupportable aux petites gens maltraitées, méprisées et ignorées par nos politiques.

A lire aussi

Le secrétaire général de la Fédération générale de l'enseignement secondaire, Lassâad Yaâcoubi, a

15/12/2018 22:07
0

La colère des experts comptables ne s'est pas atténuée et ils ne vont pas s’arrêter

15/12/2018 17:53
3

A l’issue de sa visite à Riyadh en Arabie Saoudite, le chef du gouvernement Youssef Chahed a fait le

15/12/2018 17:18
6

Le ministre des Affaires sociales, Mohamed Trabelsi a exprimé son regret suite au rejet du projet de

15/12/2018 14:38
6

Newsletter