alexametrics
Dernières news

Le ministère de l'Industrie et du Commerce est scindé en deux

Le ministère de l'Industrie et du Commerce est scindé en deux

Retour à la normale au sein des départements du Commerce et de l’Industrie. Par deux décrets publiés le 10 avril par la présidence du gouvernement, Mohamed Lamine Chakhari, ministre de l’Industrie et du Commerce devient ministre de l’Industrie.
Bechir Zaâfouri est, par ailleurs, nommé ministre du Commerce et de l’Artisanat au lieu de ministre délégué auprès du ministre de l’Industrie et du Commerce, chargé du Commerce et de l’Artisanat.
Les deux décisions sont rétroactives et applicables à partir du 16 février 2012.

R.B.H.

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires

Commenter

drbmn
| 21-04-2012 18:52
@obseravator
je comprend bien ce que nous avez écrit mais le probléme de l'industrie tunisienne se situe toujours au niveau de la stratégie. presque tous les minsitres qui sont passés par ce ministére ont toujours copié des stratégies industrielles des autres pays. pire ces stratégies ont été élaborées par des bureaux d'études bien privilégiés dont l'un des responsables de ces bureaux est devenu un conseiller à la présidence de ben ali. tous les programmes d'appui ( mise à niveau, qualité, compétitivité et autres) sont dans l'ensemble de l'argent perdu et les sous missions dans une grande partie a été donnée à des amis et des proches. aussi il n'y a pas eu de suivi rigoureux.
il faut du temps c'est vrai mais ce ministére ne doit pas faire n'importe quoi. il doit se tourner vers les vrais stratéges intégres.

BEN HAMIDA
| 21-04-2012 14:38
deux fois plus qu'en France pour six fois moins d'habitant, moralité la quantité ne fait pas la qualité

Citoyen_H
| 21-04-2012 11:46
À ne rien comprendre. Malgré le déclin exponentiel de notre économie, les bouchlakas trouvent le moyen d'augmenter les charges de l'état. Les bouchlakas profitent de leur passage provisoire à l'échelle gouvernementale, pour essayer, en vain, de former des stagiaires barbus, mais à quel prix. J'ai l'impression que la création des ministères est issue d'un jeu de dés de nos amis chameliers qui ressemble étrangement , au jeu des 7 familles.

Tunisien, mais de moins en moins fier de l'être
| 21-04-2012 11:32
79 ministres en 100 jours c'est un ministre par jour en dehors des dimanches (pardon, vendredis)!
beau rithme pour récupérer le max d'argent à donner à des gens encore moins compétents et encore plus jouaane que les trabelsia

observator
| 21-04-2012 09:01
Salut, . Aujourd'hui et devant la réalité 2 choses à faire :-Sur le court terme, il faut apporter une solution au problemes les plus urgents (sociaux, emploi..) et c'est le sens de la loi des finance modifiée. -Ellaborer une strategie à long terme et celle ci demande du temps et sa contretisation demande des années surtou qu'il s'agit passer d'une economie d'affairistes basée sur la corruption et la sous-traitance à une economie basée sur le risque, le travail et la competitivité. Donc, il faut savoir ce qu'on veut faire et ce qu'on peut faire. Cela demande une revision de notre systeme educatif et de formation.de mentalités (sens du travail bien fait, discipline ...).etc ....Cela demande l'implication de toutes les forces vives de ce pays dans ce projet et le role de l'Etat est double participer et veuiller à ce que cet effort va toujours vers nos objectifs strategiques fixés. Tu vois mon ami, cela demande de la reflexion et un certain temps et il ne faut pas se tromper. Pas de precipitation mais mettons tous nos moyens pour aller le plus vite possible. Et quand on decide il faut appliquer et TOUJOURS finir et bien le travail commencé. Aujourd'hui, nous avons un bon gouvernement volantaire, travailleur anti-corruption. Certes il debute mais je le prefere à un gouvernement d'experimentés corrompus qui ne nous sont d'aucune utilité.

charfoun
| 21-04-2012 08:25
Un nouveau poste de ministre crée, et tout ça pour même pas une année,

Nostalgique
| 21-04-2012 07:14
La Tunisie est une bête mourante et les charognards sont en train de s'arracher sa chair en essayant de précéder les autres. J'espère que certains patriotes attendent le bon moment pour frapper fort cette junte de personnes qui se disent aimer la Tunisie mais qui, en réalité, m'aiment que leurs petites personnes (ces mouches et des parasites de la société qui ne méritent qu'une bonne dictature).

Ridmir
| 20-04-2012 22:47
Nous savons tous que l'économie tunisienne est basée sur les secteurs agricole, touristique et industriel. Une économie de sous-traitance . Qui contribue à cette solide industrie très exigeante sur le plan de la main-d'oeuvre ? Une main-d'uvre hautement qualifiée, sous payés et mal traitées (Minerai, textile, cuir, assemblage..).
Rappelez-vous le calvaire d'ouvrières d'une usine textile ( feuilleton Said, Errim), illustre bien la situation actuelle de l'emploi. Néamoins, il fallait mentionner la nécessité de le dire que l'agriculture à une place importante dans l'économie tunisienne, où elle garantit la sécurité alimentaire du pays. Néanmoins d'autres alternatives de cultures susceptibles à promouvoir dans ce sens celle de la culture BIO. Qui demandent une réflexion de la part des autorités compétentes.
A présent la Tunisie s'est engagée dans la voie de la libéralisation du commerce. Compte tenu de la fragilité de notre économie' ! Est-il indispensable concrètement de se lancer sur la voie de la libéralisation du commerce ? Sachant que nous vivons une situation très agaçante, celle de la flambée de prix des fruits et légumes ces derniers jours. Une économie d'endettement, une économie basée sur les banques nous mènent vers un désastre irréversible.
Une situation qui fait encore dégringoler le pouvoir d'achat déjà au plus bas. Me laisse à dire pourquoi scinder ce Ministère à présent ! Dans quel But ? N'est-il pas plus judicieux de limiter, et de restreindre les salaires à tous niveaux. Enfin, Ce gouvernement ne devra-t-il pas poursuivre une politique d'austérité ?, et chercher à réduire les coûts et les dépenses publiques'. Des questions intelligentes méritent d'être bien analyser.

R.F :alias Ridmir. Originaire de la ville de Monastir
« Mes pensées sont libres. Je suis en paix avec mes pensées »

Diplomate95
| 20-04-2012 22:20
Ministres et assimilés

drbmn
| 20-04-2012 20:30
le monistére de l'industrie n'a pas une stratégie industrielle qui va de paire avec les réalités des industrie modernes. tout ce que ce ministére est ebntrain de faire fait par d'une politique industrielle sans une profonde reflexion. aussi on n'a pas une stratégie de promotion industrielle valable. peut être que ce monostre est mal entouré ou il ne dispose de vrais stratéges.Arrêter une stratégie de partenariat sur une nouvelle base plus réaliste
et ce en cherchant des intérêts à long terme
et en essayant d'instaurer un climat de
confiance avec des vrais partenaires qui
pensent au intérêts mutuels et à la réciprocité
des avantages tout en calculant d'une manière
exacte quel avantage doit être considéré
comme déterminant.

Une étude sur la réalité de la situation des branches industrielles doit mettre en relief et impérativement une liste bien détaillée des branches à haute ou à faible mutation et qui sont à la portée des capacités de l'économie tunisienne. C'est une étude exhaustive qui définit clairement les menaces et détermine les outils de redressement et ce d'une manière pratique et non théorique. La théorie dans ce genre d'études ne mène pas loin, car elle caractérisée dans plusieurs cas par les mêmes approches d'analyse et la détermination d'outil déjà utilisés par d'autres c'est-à-dire c'est une répétition ; d'où est l'absence de l'originalité des recommandations arrêtées. Autrement dit c'est une perte d'argent tant on a besoin, pour autre usage. Le nom de bureau d'étude n'est plus une référence unique, c'est les méthodes et les compétences réelles et pratiques des experts qui font la référence. Plusieurs petits bureaux sont plus capables de faire ce genre d'études car leur experts sont animés d'un esprit scientifique pratique et patriotique et ne sont pas gourmands du coté rémunération.

A lire aussi

Lors d'une séance d’audition organisée par la commission des finances, de la planification et du

14/11/2018 20:48
0

Salma Elloumi, cheffe de cabinet de Béji Caïd Essebsi, a pointé du doigt aujourd'hui, une

14/11/2018 19:45
4

L’association tunisienne des femmes démocrates (ATFD) a dénoncé, dans un communiqué rendu public ce

14/11/2018 16:26
0

Après l’acquisition de DNO Tunisia, Panoro Energy est en train de finaliser les démarches pour une

14/11/2018 16:20
0

Newsletter