alexametrics
Dernières news

Arrestation du directeur général d'Attounnissia et de son rédacteur en chef

Arrestation du directeur général d'Attounnissia et de son rédacteur en chef


Suite à la photo publiée à la Une du quotidien arabophone Attounnissia, dans son édition du mercredi 15 février 2012, une instruction a été ouverte contre le journal et son directeur Nasreddine Ben Saïda.
A l’issue de cette instruction, il a été décidé de saisir le journal et d’arrêter le directeur général du quotidien et de son rédacteur en chef qui a validé la publication en attendant de présenter les deux (et non des trois comme indiqué précédemment) devant le procureur de la République qui, d’ailleurs a décidé cette arrestation. Motif officiel de l’arrestation, qui s’est basée sur le code pénal et non le code de la presse : publication d’un article ou d’une photo de nature à troubler l’ordre public.
La photo objet de l’instruction montre le joueur tunisien Sami Khedira, de nationalité allemande et évoluant au Real de Madrid, entourant sa petite amie, un mannequin dénudé. Une image, qu’on voit souvent dans les magazines européens (y compris ceux vendus en Tunisie) mais à laquelle le paysage médiatique tunisien n’est nullement habitué.

Le syndicat des journalistes tunisiens a publié un communiqué, alors que Nasreddine Ben Saïda n’était pas encore arrêté, dans lequel il dénonce ces agissements qui, selon lui, ne peuvent pas servir la liberté de la presse et contraires à la déontologie de la profession.
Après l’arrestation, Mongi Khadhraoui, secrétaire général du Syndicat, a estimé que cette erreur professionnelle ne justifie nullement l’arrestation d’un journaliste. «On peut saisir le journal et lui infliger une amende, mais en aucun cas l’emprisonner, nous a-t-il déclaré citant un communiqué qui sera publié ce soir. Il s’agit là d’un retour à la répression et à l’intimidation des journalistes».
Pour M. Khadhraoui, qui invite dans la foulée le ministère public à libérer les trois confrères, on devrait faire appel au Code de la presse, qui prévoit ce type d’erreurs, et non au Code pénal. Selon la loi tunisienne, le texte spécifique est toujours prioritaire au texte général.

Taïeb Zahar, vice-président de l’Association tunisienne des directeurs de journaux, a exprimé lui aussi tout le soutien de la corporation à Nasreddine Ben Saïda et son équipe, rappelant qu’on ne peut jamais mettre un journaliste en prison pour une publication. « Ce n’est pas un criminel, dit-il, on n’a pas à le mettre en prison ». M. Zahar indique que l’association réunira demain en urgence les membres de son comité directeur pour prendre les mesures nécessaires et devrait nommer un avocat pour défendre M. Ben Saïda.

De notre côté, on ne peut que soutenir nos trois confrères. L’ordre public étant un concept bateau et très vague sous lequel on peut placer tout et n’importe quoi. L’article du code pénal sur lequel on s’est basé pour arrêter nos trois confrères date de l’époque de Ben Ali. Il est donc étrange que l’on fasse appel aux textes que l’on désire et que ces mêmes textes soient rejetés dans d’autres affaires, notamment celles touchant les Salafistes.
Ce type de photos illustre régulièrement les magazines étrangers qui sont vendus librement dans les kiosques tunisiens, depuis toujours. Des magazines comme Voici ou Gala sont exposés dans nos kiosques avec des seins carrément nus, alors que la photo du quotidien tunisien était simplement dénudée. Chaque journal ayant sa ligne éditoriale et c’est aux lecteurs de choisir ce qu’ils lisent et ce qu’ils boycottent. On rappelle qu'il n'y a pas eu de saisie de journal en Tunisie depuis plus de 25 ans et que ce type de photos dénudées étaient régulièrement publiées dans nos journaux, y compris les quotidiens francophones "sérieux" tels Le Temps ou La Presse (Pin Up en dernière page).
Quant au trouble de l’ordre public, il est évident que les conférences du moyenâgeux Wajdi Ghenim ont troublé mille fois plus cet ordre public que l’image dénudée parue ce matin sur Attounnissia.
Un journal peut faire des erreurs, c’est humain, mais quelle que soit l’erreur, elle ne justifie nullement l’arrestation de journalistes. Une amende suffit, comme cela se passe partout dans les pays démocratiques.

Business News

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires

Commenter

ours
| 17-02-2012 13:34
Ils sont venus de toute la tunisie et de france .
nombreux sont les camarades qui ont rendus un emouvant adieu à Ben janet a Kelibia le 16/02/2012 .Ce camarade grand militant des droits de l'homme et un des synboles des années 60 .on n'oubliera jamais le "LIBEREZ BEN JANET" .
Ben janet va rejoindre son ami Ben kheder mort comme lui le 11 fevrier , Ben othman et charfi .Un bemol c'est l'absence des jeunes militants .Ils y a un devor de memoire.
Mes chers jeunes camarades nous devons tenir compte de la lutte de nos anciens et leur rendre hommage.

Tunisienne
| 17-02-2012 10:32
Je suis allée tater du terrain et j'ai trouvé plusieurs avocats affiliés à Ennahdha qui ont porté plainte contre Nessma. Alors qu'allez-vous me dire? Des inititives personnelles?
C'est bizarre, mais ce sont toujours les médias qui affichent une ligne ouvertement anti-Ennahdha qui passent devant le juge. Il faudrait enquêter sur ce phénomène ou bien est-il tout simplement la preuve qu'islamisme et liberté d'expression ne collent pas? Faites attention car vous êtes en train de faire beaucoup d'erreurs. Avec tout ce qui se passe, je me suis retrouvée un jour à défendre le sionisme ! Continuez comme ça et vous allez perdre.

Naim
| 16-02-2012 23:37
Sincèrement je vois que la plupart des journalistes Tunisiens sont entrains de pratiquer la politique et qu'ils ont dépassé tous les limites de ce peuple et ils ont oubliés qu'il y a une loi qui limite la vie quotidienne de tous les Tunisiens et je vois aussi que la justice est en train de changer dans le bon sens. Donc en bref chui avec cette arrestation.

Mohamed 2
| 16-02-2012 18:37
Beaucoup ne saisissent pas encore que la justice est en train de changer dans le bon sens. Les magistrats sont heureux de reprendre leur indépendance et ne sont plus disposés à faire de concessions à ce sujet. Surtout depuis la mise en place de l'ANC. L'affaire Ettounissia, tout comme celle de Nessma TV, ne doit pas être liée à Ennahdha. Et ceux qui ne sont pas convaincus n'ont qu'à aller tâter les pouls dans les palais de justice.

aze
| 16-02-2012 17:30
"On rappelle qu\\'il n\\'y a pas eu de saisie de journal en Tunisie depuis plus de 25 ans "
Ah bon ? vous êtes sûr que vous étiez en tunisie à cette époque !?

kahena
| 16-02-2012 17:24
nous n"avons pas les moyens de l'arabiesaoudite pour nous permettre ce massacre;
ennahdha va mener le pays à la ruine
nos intellectuels sont agressés en toute impunité les enseignants sont menacés,les étudiants empéchés de passer leurs examens et d'étudier;les hotels sont desertés;
aujourd'hui ces journalistes sont arrétes, demain cela sera le tour des femmes sans fichu sur la téte
mesEsieurs les nahdhaouis et consorts arretez ce massacre pendant qu'il est encore temps .

Nour
| 16-02-2012 17:16
Enfin, il y en a qui comprennent. Les medias doivent parler des vrais problemes. La Tunisie est sur la mauvaise pente,
Tunisiens reveillons -nous,

Ahmed
| 16-02-2012 17:05
Ce journal est moyen.

Mais, je suis contre cette arrestation.

Et puis l'hypocrisie prend le dessus.

Il y a des métiers a risque, durant cette période sombre. Le journalisme l' un d'entre eux.

lotfi
| 16-02-2012 16:53
Ah , cette fois j'ai ironisé sur la diverssion.
je m'exucuse d'avoir critiqué une autre fois le Saint béni Si NIZAR : ).

lotfi
| 16-02-2012 16:07
ou est mon commentaire d'enchantement ?


B.N. : Votre commentaire "d'enchantement" a été censuré.

A lire aussi

Le député Afek Tounes Hafedh Zouari a appelé, à travers un statut Facebook publié ce soir du lundi

21/05/2018 23:10
0

L’épisode de la caméra cachée « Shalom » tant attendue du président du parti Wafa, Abderraouf Ayadi

21/05/2018 21:40
2

Plusieurs jours après le tournage de l’émission de caméra cachée Shalom, Abderraouf Ayadi, président

21/05/2018 18:30
16

Abdellatif Mekki, président de la commission de la sécurité et de la Défense à l’Assemblée des

21/05/2018 18:17
6

Newsletter