alexametrics
Dernières news

Mondher Thabet : « la Tunisie doit rectifier le tir avec l'Algérie et l'Europe »

Mondher Thabet : « la Tunisie doit rectifier le tir avec l'Algérie et l'Europe »


Mondher Thabet, ancien président du Parti social libéral (PSL) et se présentant aujourd’hui comme une personnalité indépendante, s’est entretenu récemment avec le ministre de l’Intérieur marocain au sujet des relations étrangères entre les pays maghrébins et ceux européens, notamment. Le gouvernement marocain, suite aux élections législatives, est composé notamment de libéraux et des islamistes, vainqueurs des élections. La cohabitation entre les libéraux et les islamistes, au Maroc, comme cela pourrait être le cas en Tunisie, est tout à fait possible, selon Mondher Thabet, à partir du moment où ces mêmes islamistes renoncent à leur radicalisme et deviennent un parti comme un autre, dont le programme se compose essentiellement d’approches économiques, sociales, de justice, etc.

Toujours selon Mondher Thabet et à la lumière des différentes relations qu’il entretient avec plusieurs parties étrangères (marocaines, européennes, américaines, etc.), la crise à laquelle doit faire face la Tunisie aujourd’hui ne lui permet pas de caprices présidentiels, concernant nos relations étrangères. Il affirme, en effet, que nouer de fortes relations avec notre voisin libyen, jusqu’à arriver peut-être à une confédération composée des deux pays, est louable, mais que les relations avec l’autre voisin, algérien, sont tout aussi primordiales. Que ce soit suite aux propos de Moncef Marzouki ou encore à cause de la victoire des islamistes, les relations entre l’Algérie et la Tunisie se sont sensiblement détériorées. L’histoire douloureuse avec les islamistes du FIS empêche les Algériens de voir d’un bon œil la montée de ces derniers dans les pays voisins, et les dernières déclarations de Moncef Marzouki n’ont pas participé à faire retomber la pression.

Dans ce même entretien avec le ministre marocain, Mondher Thabet affirme la nécessité de reconsidérer et de relancer l’Union du Maghreb Arabe (UMA), qui devrait englober le Maroc, la Tunisie, la Libye, l’Algérie et l’Egypte. Il considère qu’aujourd’hui, suite à la révolution, le Maroc remporte des marchés et des investissements étrangers qui seraient, si la situation était différente, allés pour la Tunisie. La paix sociale est donc primordiale pour que la Tunisie récupère ces marchés dont profite largement le Maroc à ce jour et, le parallélisme des deux économies n’aidant pas, la concurrence est rude entre les deux pays, notamment pour récupérer les échanges avec l’Algérie que la Tunisie risque de perdre si elle ne rectifie pas le tir.

Mondher Thabet ajoute que pour avoir un poids substantiel dans la région, une union entre la Libye et la Tunisie est à prévoir, concernant la politique étrangère et de défense, notamment, avec des échanges facilités. La complémentarité entre les deux pays aidant, l’un ayant des ressources humaines auxquelles il ne trouve pas de travail, l’autre ayant les richesses naturelles. Cette union ne pourrait évidemment pas se faire sans la stabilisation de la situation en Libye. Il affirme en outre que le marché libyen est en proie à toutes les convoitises, y compris celle des Egyptiens.

Concernant les Européens, Mondher Thabet constate que la vision à la tête de l’Etat, composée d’un Marzouki imprévisible et d’islamistes qui font encore peur, est trouble. Il déclare par ailleurs que Béji Caid Essebsi est l’homme qui rassure le plus les Européens et qu’un groupe de conseillers, dont ce dernier ferait partie, devrait être créé pour améliorer les relations entre l’Europe et la Tunisie, particulièrement la France qui a fait les frais, récemment, des frasques de Moncef Marzouki. Des groupes devraient ainsi effectuer un travail de lobbying, en étroite collaboration avec le pouvoir, pour attirer les investissements étrangers.

Concernant la politique interne, Mondher Thabet considère que le programme libéral d’Ennahdha, similaire, à quelques points près, avec celui mis en place sous Ben Ali, est celui qu’il faut pour la Tunisie, tout en insistant sur le fait qu’Ennahdha doit assurer la séparation entre l’Etat et la religion, si elle veut avoir le succès qu’ont eu les islamistes de l’AKP, en Turquie. Il considère également que le travail de sape systématique de l’opposition empêche l’évolution de la situation, mettant le parti islamiste dans une situation périlleuse où il se doit d’user de son pouvoir mais il a peur de le faire, par crainte de s’attirer les foudres des autres parties.

Sur un autre plan, Mondher Thabet affirme que le régime parlementaire défendu par Ennahdha serait le plus dangereux pour la Tunisie, y compris et surtout pour les islamistes, car il installerait une instabilité politique pérenne (à l’image de la IVème République française), qui empêcherait le pays de sortir de la crise dans laquelle il se trouve aujourd’hui. L’un des sujets principaux à mettre sur la table est donc cette question de régime et M. Thabet considère qu’il n’est pas dans l’intérêt d’Ennahdha de prendre la responsabilité de cette question et d’imposer le régime parlementaire. M. Thabet affirme qu’au contraire, la Tunisie ne peut être gouvernée que sous un régime présidentiel, à l’image des Etats-Unis, où l’exécutif, entre les mains du président de la République, serait strictement séparé du pouvoir législatif. M. Thabet souligne la différence entre un régime présidentiel et un régime hyper-présidentiel ou présidentialiste, qui faisait loi sous Ben Ali, et qui a conduit à l’autoritarisme.

Pour Mondher Thabet enfin, il n’y a rien d’islamiste dans le programme d’Ennahdha et la rupture avec l’aile radicale du parti ne saurait être qu’une question de temps. Il souligne que la politique d’Ennahdha visant à rassurer les investisseurs nationaux, au lieu d’entreprendre une chasse aux sorcières, comme le souhaite le CPR, est la bonne démarche et redonnerait confiance à ces mêmes investisseurs.
Avec la sécurité et les investissements, on pourra alors relancer la consommation et repartir sur de bonnes bases. Mondher Thabet entend participer à la reconstruction du pays en usant de ses relations, que ce soit étrangères ou nationales, pour rassurer les investisseurs et faire part de ses recommandations dans la politique à suivre.

Monia Ben Hamadi

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires

Commenter

charni
| 20-01-2013 20:24
je souheites que le parti ennahda seront intérdit de séjour dans toute l'europe pour leur soutien au térrorisme en mali??

Ahmed
| 21-01-2012 19:13
tout ce qui manque aux tunisiens ce sont les relations et le carnet d'adresse de ce monsieur ; chiche !...Jadis sous la dictature, Ô combien défenseur de la modernité et de l'édification d'un État libéral, moderne et prospère aujourd'hui prospecteur de nouveaux marchés et jouant sur la fibre imbécile d'un chauvinisme primaire et décadent : les marocains sont des frères de sang, faut-il le rappeler à qui veut entendre, et au lieu de jouer avec eux gagnants-gagnants dans l'édification du Grand Maghreb Arabe il préfère nous donner des leçons pour jouer les divisions dans un esprit purement mercantile. Grand visionnaire et stratèges des temps qui courent ! pour nous en convaincre, et l'histoire ne pardonne pas, on peut le suivre à travers ce lien et écouter l'éloge qu'il fait de son idole : http://www.youtube.com/watch?feature=endscreen&NR=1&v=apP8llvpmTk

mouh
| 19-01-2012 20:41
des parasites comme ce type qui paralysent le Maghreb. Au lieu de parler coopération, il continue dans le fantasme que les tunisiens sont les meilleurs...

hanen1975
| 19-01-2012 15:42
A the mirror
Qu' appelle tant le fait d insulter et d accuser toute opinion divergente : la démocratie peut être et moi je ne suis pas un connaisseur . Il y a plusieurs et je ne souhaite pas que tu soit l un d eux , leur seul problèmes avec ben Ali étaient de jouer son rôle et n est plus d instaurer la démocratie . Une démocratie réelle qui n exclue personne .Car une démocratie que tu revendiquais n est pas une nouveauté, ben Ali l a fait avant : c est celle qui est sur mesure .

Nabila
| 19-01-2012 01:18
Merci d'éviter à l'avenir de parler du Maroc, si ce n'est que pour dire des âneries !!!

Ce mondher ou je ne sais quoi, veut za3ma faire croire aux tunisiens qu'il va leur amener beaucoup de marchés tezzzzz

Nabila
| 19-01-2012 01:13
" Il considère qu'aujourd'hui, suite à la révolution, le Maroc remporte des marchés et des investissements étrangers qui seraient, si la situation était différente, allés pour la Tunisie. La paix sociale est donc primordiale pour que la Tunisie récupère ces marchés dont profite largement le Maroc à ce jour " !!!!!! VOILA MAINTENANT QUE LE MAROC VOUS "VOLE" VOS INVESTISSEURS !! MDR Ce monsieur n'a sûrement pas visité le Maroc ou alors il portait des oeillères. Ceci dit, il est tant que vous sachiez que le Maroc fait dans le LUXE et non dans le bas de gamme ... No more comment !

The Mirror
| 18-01-2012 23:46
@ hanen1975

Le mot Dictature est un mot qui pèse lourd, ne l'utilisez pas à tort et à travers. Le mot dictature a détruit des humains, dispersé des familles, ruiné des pays, affamé des enfants. Alors, de grâce, pesez vos mots avant de parler. Parler de la dictature là où elle n'existe pas, c'est faire souffrir de nouveau ceux qui l'ont subi lorsqu'elle était là.

sacco & vanzetti
| 18-01-2012 23:29
à BEN MOSBAH Mosbah ;

Plût au ciel augmenter le nombre des tunisiens qi raisonnent juste comme vous (et qi s'expriment aussi clairement et aussi correctement qe vous) .
Je souscris entièrement à votre vision des choses.

Si je peux me permettre,sicères félicitations. Cordialement.

hanen1975
| 18-01-2012 18:56
Certains commentaires cherchent a insulter m ;thabet et ne comportent aucun aspect analytique et ils refusent en realite toute reproche a l encontre du gouvernement ;bonjours la nouvelle dictature

nadour2001
| 18-01-2012 17:21
en reponse a plusieurs commentaires stupides qui visent a eliminer ce monsieur par crainte justement de la valeur et du poids de son discour :a ces inbiciles je vous dit tous que votre discours de soit disant revolution est depasse et il me casse la tete ;aujaurdhui
le pays marche tout droit vers l inconnu a cause de vos inbicilites :un discours rationel et scientifique comme celui de m:thabet est plusque necessaire a non jours




















:






A lire aussi

Le ministre des Affaires étrangères, Khemaies Jhinaoui a démenti, ce mardi 18 décembre 2018, dans

18/12/2018 22:51
0

Le président de la République, Béji Caïd Essebsi a accueilli, ce soir du mardi 18 décembre 2018, le

18/12/2018 22:20
0

L’Ordre national des avocats de Tunisie (Onat) a rendu public un communiqué, ce mardi 18 décembre

18/12/2018 21:39
1

Le ministre du Tourisme, René Trabelsi, est revenu, ce soir du mardi 18 décembre 2018, lors de sa

18/12/2018 20:58
2

Newsletter