alexametrics
Dernières news

Tunisie -Bhiri : Toutes les conditions étaient réunies pour la libération de mon frère

Tunisie -Bhiri : Toutes les conditions étaient réunies pour la libération de mon frère

Noureddine Bhiri, ministre de la Justice, a indiqué dans une déclaration à Mosaïque Fm, lundi 16 janvier 2012, qu’aucun prisonnier n’a été libéré par complaisance et que tous ceux qui ont bénéficié d’une amnistie ou d’une réduction de peine répondaient aux critères légaux.
M. Bhiri répond là à une interrogation touchant à la libération de son frère, samedi dernier, et le mouvement de protestation qui s’en est suivi à Jebeniana.
Selon le ministre, son frère répondait aux conditions d’amnistie légales requises et avait passé en prison plus de 3 ans et 2 mois sur l’ensemble de la peine qui est de de 4ans.
M. Bhiri pense que cette affaire a été utilisée par certaines parties, notamment politiques, pour lui nuire.
Depuis hier, dimanche, les réseaux sociaux échangeaient l’information que le frère du ministre de la Justice aurait été condamné dans une affaire de pédophilie, sans qu’il n’y ait aucune source fiable ou officielle pour étayer cette rumeur, aujourd’hui démentie par le ministre.

Interrogée par Business News, une source judiciaire indique qu’il n’y a eu aucune intervention politique dans l’amnistie et que si le frère de Noureddine Bhiri a été amnistié, c’est qu’il le méritait.
Interrogée sur le chef d’inculpation, notre source botte en touche indiquant qu’il n’est pas permis de divulguer ce type d’informations confidentielles touchant les personnes.

Notre consœur d’Al Oula, Hana Trabelsi, a réussi à interroger Noureddine Bhiri qui a répété, encore une fois, que son frère n’a fait que bénéficier d’une amnistie légale.
Selon ses dires, il s’agirait d’une affaire montée de toutes pièces par l’ancien régime rappelant que plusieurs hommes politiques ont été victimes de telles machinations judiciaires, comme cela a été le cas de Taoufik Ben Brik. Quant aux manifestations à Jebeniana, Noureddine Bhiri indique à Al Oula que les habitants fêtaient tout simplement la révolution.

Il est évident que plusieurs zones d’ombre demeurent dans cette affaire, dont la principale est que si le frère du ministre était réellement victime d’une machination politique, pourquoi donc n’a-t-il pas été libéré depuis l’année dernière dans le cadre de l’amnistie générale qui a même touché les acteurs de l’affaire de Soliman ?

I.N.

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires

Commenter

Slim
| 17-01-2012 18:32
Est-ce que vous pensez que c'est lui qui l'a demandé, bien sûr que non mais les lèches bottes de Ben Ali et de Lazhar Karoui Chebbi qui sont encore au cabinet, c'est eux qui l'ont amnistié pour y rester. Ça commence toujours de cette façon, est ce qu'il pourra leurs demander de partir, bien sûr que non et ils lui demanderont un retour et on se retrouve encore une fois dans les années de Ben Ali. Vous parlez de justice indépendante :))))

Engineer Juridique
| 17-01-2012 18:23
Mec devrait etre aussi jugé pour enlèvement come je l'ai dit aupravant mais le ministère public ne l'a pas fait. L'elèvement est puni à 10 ans de prison car certes, que l'acte du crim a été orchestré dans un lieu loin de chez l'enfant!

Pour l'actuel clown du ministère, il n'a pas de " sang dans le visage"!

Allah yoltof bina;

Cordialement.

morched abed
| 17-01-2012 17:07
BN ou est mon commentaire

Réponse : votre commentaire est en ligne. Veuillez vérifier.

Tintin au Congo
| 17-01-2012 16:54
Des pensées aux prochaines victimes ! il va créer un antécédent et des vocations ! je savais qu ils étaient sales mais pas à ce point

morched abed
| 17-01-2012 16:42
De source judiciaire credible, il n'y a eu aucune intervention politique dans l'amnistie du frère de Noureddine Bhiri , il remplit les conditions requises

Royaliste
| 17-01-2012 15:49
ca doit etre pénible pour la vicitme et sa famille

hajji
| 17-01-2012 15:35
si ennahdha n a pas fait plusieurs actes non démocratique on lui aurai ouvert les portes tous tunisiens confondus. mais c est le contraire qui s est passé c est simple

Tounsi min Sidi Bouzid
| 17-01-2012 15:32
SVP, dans ce contexte, le mot «castration» est un terme scientifique, qui veut dire stérilisation d'1 malade pour protéger nos enfants, vous n'avez donc pas besoin de le censurer. Je reviens à mon commentaire ci-dessous : j'ai dit que la solution est de le «c**.» ce malade, si l'histoire est bien vraie.

B.N.: Terme scientifique certes, mais incitant à la haine et surtout à la violence. Il est donc évidemment censurable.

berliner
| 17-01-2012 15:32
C'est une HONTE, on reviens exactement au point de départ. Il sort son frère de prison, demain il donnera à sa soeur un poste dans une société et après demain une "petite" maison à Carthage pour sa petite maman. Mais bien sur elle l'aura acheté, rubis sur l'ongle (50 ou 100d le m²)

MMS
| 17-01-2012 15:00
Je vois que certains défendent toujours l'indéfendable et essayent de dévier la vérité, c'est devenu une fonction quasi-permanente.
Certains lecteurs se reconnaîtront :)
Tout est faux, tout est complot, tout est manigance à l'encontre d'Ennahdha mais pourquoi refuse t-on la réalité ?
Avec ZABA on nous cachait la réalité pour les rasions que nous connaissons tous et maintenant ?

A lire aussi

Le ministre des Affaires étrangères, Khemaies Jhinaoui a démenti, ce mardi 18 décembre 2018, dans

18/12/2018 22:51
0

Le président de la République, Béji Caïd Essebsi a accueilli, ce soir du mardi 18 décembre 2018, le

18/12/2018 22:20
0

L’Ordre national des avocats de Tunisie (Onat) a rendu public un communiqué, ce mardi 18 décembre

18/12/2018 21:39
1

Le ministre du Tourisme, René Trabelsi, est revenu, ce soir du mardi 18 décembre 2018, lors de sa

18/12/2018 20:58
2

Newsletter