alexametrics
Dernières news

Tunisie - Le coût de l?EUR(TM)intox de la femme enceinte de 12 enfants

Temps de lecture : min
Les standards du ministère de la Santé n’ont pas cessé de résonner ces six derniers jours depuis l’annonce par un quotidien arabophone de la place sur la grossesse d’une Tunisienne, originaire de Gafsa, de douze enfants.
L’information a rapidement fait le tour du monde et a été reprise par plusieurs médias prestigieux européens et arabes. La source ? Un journal tunisien réputé être crédible.
Mais il s’avère que l’information n’en est pas une. De l’intox, fruit de l’imagination de la bonne dame qui a simulé sa grossesse après deux précédents avortements.
L’information était extraordinaire et a retenu en haleine les professionnels de la santé et les simples curieux. Pendant quelques jours, les médias ne parlaient que de la Tunisienne. Mais tout au long des prochains jours, nous allons devoir subir l’impact de l’intox. Cette Tunisienne menteuse et ce journal tunisien qui publie ses mensonges, sans avoir vérifié au préalable l’authenticité de l’information.

Face à l’ampleur de la chose, le ministère de la Santé a dépêché jeudi 20 août 2009, en cours de matinée, une ambulance pour transporter la dame de son lieu de résidence à Gafsa (400 km au sud de Tunis) à un établissement hospitalo-universitaire de la capitale.
Après les consultations effectuées par une équipe médicale pluridisciplinaire, il s’est avéré qu’il s’agissait d’une grossesse nerveuse. Terme médical signifiant finalement que la femme n’est pas enceinte, mais elle croyait l’être, puisque les symptômes sont ceux d’une grossesse ordinaire ! Cas rare, mais bien connu en milieu gynécologique. Circulez, il n’y a rien à voir. Y compris pour la famille qui a essayé de monnayer les interviews de sa fille.

Il y a un grand hic cependant, car le coup est très mauvais pour le paysage médiatique et l’image du pays. Comment expliquer qu’un média (quotidien national de surcroit) ne vérifie pas une telle information susceptible d’être médiatisée à l’échelle internationale ? Où en est la déontologie ? Qui va payer le coût de l’intox ? Que répondre à tous ces prestigieux médias internationaux qui ont repris l’information ? C’est un grand coup et on aurait pu s’en passer si le média en question a pris la peine de respecter les règles ordinaires de la profession. La Tunisie qui avance, la Tunisie de demain mérite mieux que cela !
Enfin, ultime interrogation, où est le Conseil supérieur de la communication qui, en dépit des grands noms qui le composent, demeure encore aux abonnés absents ?

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires

Commenter

A lire aussi

ses inquiétudes quant au processus de composition du gouvernement d'Elyes

28/01/2020 23:00
0

confirme la réunion en aparté qui s'est tenue ce matin entre Elyes Fakhfakh et Rached

28/01/2020 20:13
4

Le dirigeant Ennahdha, Rafik Abdessalem a été présent, ce mardi 28 janvier 2020, sur le plateau « 90

28/01/2020 19:46
4

Le président du Parlement, Rached Ghannouchi a présidé, ce mardi 28 janvier 2020, la réunion du

28/01/2020 18:51
2

Newsletter